Version classiqueVersion mobile

La législation princière pour le comté de Hainaut

 | 
Jean-Marie Cauchies

Deuxième partie. Teneur des actes législatifs et réglementaires. Principaux aspects

Chapitre II. Les céréales

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La consommation de céréales occupait dans l’alimentation des hommes d’autrefois une place prépondérante. La législation relative à leur vente, à leur circulation, à leur exportation, à leur stockage, revêt donc une importance considérable. Règlements communaux autant qu’édits princiers, d’ailleurs. Car ils sont directement liés à la subsistance des populations. On ne meurt pas d’un afflux de « fausse » monnaie, ni d’une pénurie de numéraire. Par contre, la santé des hommes, à la limite leur survie, est à la merci de l’approvisionnement en « blés ». Rappelons qu’il faut inclure sous cette dénomination globale les blés d’hiver ou céréales de première sole, soit le froment ou blé proprement dit1, le seigle — céréale panifiable la plus demandée d’ordinaire —, l’écourgeon ; les blés de printemps ou céréales de deuxième sole, l’orge et l’avoine2, sont habituellement désignés par le vocable « avaines »3.

1° Fluctuations de la production céréalière

« A peste, fame et bello, libera nos, Domine...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search