Version classiqueVersion mobile

Critique et dialectique

 | 
Gilbert Gérard

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’évolution de la pensée hégélienne à Iéna entre les années 1801 et 1805 peut être caractérisée, selon la formule de H. Kimmerle, comme l’avènement progressif de la clôture en elle-même de la philosophie en tant que système scientifique de l’absolu1. Dès son arrivée à Iéna, Hegel conçoit la philosophie en termes de système : de par son essence et sa destination, connaître l’absolu ou l’en soi, la philosophie a à se constituer en un système pleinement autonome, ne reposant que sur soi et ayant en lui-même sa propre fin ; non parce qu’il serait absolument séparé ou détaché, voué à la contemplation d’un quelconque arrière-monde opposé à l’ici-bas, mais parce qu’il est au contraire total, reprenant en soi l’intégralité de ce qui est pour l’exprimer en son sens et sa logique ultimes, id est à la lumière de l’absolu (l’identité, la raison) qui y déploie son règne. Cette perspective du système absolu, total et autonome, ce n’est toutefois que peu à peu que Hegel a dégagé à Iéna les voies d...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search