Version classiqueVersion mobile

Critique et dialectique

 | 
Gilbert Gérard

Première partie. L'essence et la forme : le point de vue critique

Section III. La face positive de la philosophie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

§ 1. Vue d’ensemble de la face positive de la philosophie

La face négative de la philosophie avait pour tâche de libérer la conscience des limitations qu’elle posait absolument comme entendement. Dans la mesure où, attentive à la logique de l’infini, elle remplissait cette tâche jusqu’au bout et trouvait en soi la ressource d’affronter la mort, elle parvenait au néant absolu dans lequel disparaissent aussi bien la finitude subjective — l’infini fini — que la finitude objective — le fini fini — et qui, ni subjectif ni objectif, correspond par conséquent à la pure absence de forme dans laquelle être et pensée renouent leur alliance primitive. Ainsi, au plus fort de l’abstraction et du nihilisme, dans ce que Hegel n’hésite guère à assimiler à « la Passion absolue » d’un « Vendredi saint spéculatif »1, dans ce terrible silence de Dieu qui constitue l’épreuve suprême de la pensée, celle-ci trouve non seulement la promesse d’une rédemption, mais le lieu même de son effectuation : « (...) d...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search