Version classiqueVersion mobile

Critique et dialectique

 | 
Gilbert Gérard

Première partie. L'essence et la forme : le point de vue critique

Section II. La face négative de la philosophie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

§ 1. Le malheur de l’entendement et sa fécondité

Là où il ne sombre pas dans « l’indifférence complète de l’assurance »1, l’entendement vide, qui n’expérimente et ne connaît plus guère que la manifestation isolée de sa source absolue, devient, à échéance plus ou moins brève, la proie de l’inquiétude et du malheur. Bien que confronté à l’infinie multiplicité du morcellement empirique, il ne peut, en effet, renier son essence rationnelle qui, comme nous l’avons déjà indiqué2, le pousse à unifier l’ensemble de ses limitations et à le constituer en un tout systématique. Comment pourrait-il toutefois, en tant que simple entendement, satisfaire ce besoin fondamental ? Nous avons vu ci-dessus3 quels sont les moyens dont il dispose à cet effet : d’une part, l’unité vide de la pensée réduite à son coefficient subjectif, de l’autre, la disparité chaotique du contenu empirique ; et, quel que soit celui de ces deux moments vers lequel il se tourne, il n’a finalement d’autre issue — à moins de se...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search