Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Critique et dialectique

 | 
Gilbert Gérard

Première partie. L'essence et la forme : le point de vue critique

Introduction

Texte intégral

  • 1 M. MÉRY, in G. W. F. HEGEL, Premières publications, traduction, introduction et notes, p. 15.
  • 2 H. GLOCKNER intitule le chapitre qu’il consacre aux Ecrits critiques d’Iéna : « Der Kampf gegen die (...)

1On a pu écrire à propos des Ecrits critiques d’Iéna qu’en eux « Hegel apparaît comme un lutteur qui procède en quelque sorte à un règlement de comptes, à une” explication” (Auseinandersetzung) avec ses contemporains »1. Ce constat de M. Méry qui fait écho aux appréciations plus anciennes de Glockner et de Lukács2, un simple coup d’œil jeté sur les textes concernés suffit à en attester le bien-fondé. Il doit cependant être prolongé sur deux points qui, seuls, permettent de mesurer dans toute son ampleur la portée du combat dans lequel s’engage Hegel :

    • 3 De ce point de vue, on est assurément fort loin de l’esprit et du ton des Leçons de Berlin sur l’hi (...)

    à travers le débat critique avec Kant, Fichte, Jacobi et leurs émules de moindre envergure, c’est en vérité au procès de la philosophie moderne tout entière que se livre Hegel, depuis Descartes3 qui lui a donné son impulsion première jusqu’au criticisme kantien et à l’idéalisme de Fichte qui l’accomplissent ;

  1. ce procès, que Hegel mène principalement sur le terrain philosophique, s’inscrit dans la perspective d’une critique globale de la culture occidentale moderne et des multiples formes dans lesquelles s’est investi et exprimé l’« Esprit » qui la régit.

  • 4 G. LUKÁCS, Der junge Hegel, p. 330 ; cf. aussi R. KRONER, Von Kant bis Hegel, Bd 2, pp. 143-144.
  • 5 GW 4, p. 316 (trad. Méry, p. 195).
  • 6 Id., p. 14 (trad. Méry, p. 88).
  • 7 Quelques-uns de ces thèmes seront abordés et précisés dans la suite de ce travail.
  • 8 GW 4, pp. 126-127 (trad. Fauquet, pp. 97-98).

2Autrement dit, le fond du débat n’est pas étroitement philosophique, comme le souligne à juste titre Lukacs4. La philosophie cartésienne et ses prolongements jusqu’à Kant et Fichte ne constituent qu’un moment dans la manifestation de ce que, dans Glauben und Wissen, Hegel nomme « le principe du Nord »5. Celui-ci s’est emparé de la totalité des formes de la vie des hommes, qu’il s’agisse de la politique — où tend à s’affirmer une liberté anarchique et indéterminée qu’attestent aussi bien, en dépit de leur antagonisme apparent, les suites de la Révolution française que le délabrement de l’Empire allemand — ou du registre économico-social — caractérisé par la montée de la bourgeoisie et la suprématie du droit civil —, de la religion — avec le schisme protestant et la rupture de l’authentique catholicité — ou de l’art — ignoré dans sa nature profonde, religieuse et métaphysique, et ravalé au rang « ou bien de la superstition ou bien d’un jeu divertissant »6 —, qu’il s’agisse enfin de la science et de la philosophie, l’une et l’autre réduites à n’être plus qu’un formalisme vide et/ou un empirisme grossier7. Ce principe ou cet « Esprit », qui anime d’un même souffle l’édifice entier de la culture occidentale moderne et détermine ainsi son profil essentiel, n’est autre que le dualisme. C’est lui que Hegel, qui s’attache principalement à sa manifestation dans l’ordre de la réflexion philosophique, poursuit de ses critiques, mettant en lumière et dénonçant son action mortifère sur la pensée qu’il cantonne dans la sphère anémiée des abstractions pour l’opposer absolument à une matière inerte et uniforme dont toute vie s’est échappée. Ecoutons Hegel brosser le sombre tableau de ce règne tyrannique du dualisme dont le surgissement et le développement ont coïncidé avec le « déclin de toute vie ancienne » : « Précisons : contre la philosophie cartésienne, qui a exprimé sous forme philosophique le dualisme se propageant universellement dans la culture de l’histoire moderne de notre monde du Nord-Ouest — un dualisme dont, comme du déclin de toute vie ancienne, le changement plus paisible de la vie publique des hommes aussi bien que les révolutions politiques et religieuses plus bruyantes ne sont de manière générale que des faces extérieures aux coloris variés —, (contre cette philosophie) de même que contre la culture universelle qu’elle exprime, il fallait que chaque aspect de la nature vivante, donc également la philosophie, cherche des moyens de salut ; ce que la philosophie a fait à cet égard a été, là où ce fut (fait) de façon claire et à découvert, traité avec rage ; là où cela advint de manière plus dissimulée et confuse, l’entendement s’en est emparé d’autant plus aisément et l’a converti dans l’essence dualiste antérieure ; sur cette mort se sont fondées toutes les sciences et ce qu’il y avait encore en elles de scientifique, donc au moins de subjectivement vivant, le temps l’a entièrement tué ; de la sorte, quand ce ne serait pas immédiatement l’esprit de la philosophie lui-même qui, immergé et comprimé dans cet immense océan, sent d’autant plus puissamment la force de son essor croissant, l’ennui des sciences également — cet édifice d’un entendement déserté par la raison qui, ce qui est le pire, a finalement, avec le nom d’emprunt soit d’une raison éclairée soit de la raison morale, également ruiné la théologie — devrait (en) rendre intolérable toute la plate expansion et, du moins, susciter de la part de la richesse un ardent désir d’une goutte de feu, d’une concentration de vivante intuition et, après une connaissance suffisamment longue de ce qui est mort, d’une connaissance de ce qui est vivant, laquelle est seulement possible grâce à la raison »8.

  • 9 Cf. id., pp. 7-8 (trad. Méry, pp. 81-82).
  • 10 La « vie » (Leben) constitue un des concepts fondamentaux autour desquels· s’est organisée la pensé (...)
  • 11 Cf. GW 4, pp. 503-504.

3Telle est donc, évoquée dans ses grandes lignes, la physionomie de l’adversaire à combattre. Revenons à présent à la formule de Méry que nous citions en débutant : la critique du dualisme moderne entreprise par Hegel s’exerce, pour l’essentiel, à travers une explication avec ses contemporains. Cette délimitation de son champ d’action reflète certes, tout d’abord, le souci légitime de Hegel d’être présent aux débats qui agitent le monde intellectuel de son époque. Plus profondément, toutefois, il y a chez lui la claire conscience de se trouver à un moment clé dans le développement de la culture dualiste : celui où, chez Kant et Fichte principalement, elle a reçu sa formulation la plus pure et la plus achevée, où, par conséquent, l’oppression de la vie qu’elle ne cesse de propager apparaît dans son insoutenable évidence, rendant du fait même plus sensible et impérieux le besoin de la dépasser. Ainsi, le système de Fichte n’a pu, selon la Differenzschrift9, répondre au désir d’unité et de réconciliation ancré au plus profond de l’esprit humain ; il a cependant eu le mérite, de par son échec même, de l’exacerber et de susciter ainsi un ensemble de réactions qui, toutes, témoignent d’une même requête : celle d’une philosophie où la vie, au lieu d’être méprisée et refoulée, trouverait enfin le lieu de son expression conceptuelle accomplie10. L’heure semble donc propice à la mise en chantier d’une philosophie vraie, d’une philosophie qui, loin de pratiquer les voies du déchirement absolu et de la mort, ait à cœur de réconcilier concept et vie et d’en déployer l’unité infinie. C’est d’une telle philosophie que Schelling a, pour Hegel en 1801, posé les premiers jalons dans son système de l’identité. Dans la perspective de cette mutation et de son accomplissement imminent, la fonction de la critique philosophique sera double : dénoncer le dualisme, mettre en lumière son caractère négatif, le débouter de ses prétentions à la philosophie et, de la sorte, ayant pour ainsi dire dégagé le terrain, libérer la pure essence de la philosophie des formes qui en usurpent le nom, la restituer à elle-même et lui permettre ainsi de se constituer et de s’élever paisiblement11.

Notes

1 M. MÉRY, in G. W. F. HEGEL, Premières publications, traduction, introduction et notes, p. 15.

2 H. GLOCKNER intitule le chapitre qu’il consacre aux Ecrits critiques d’Iéna : « Der Kampf gegen die Reflexionsphilosophie » (Hegel, Bd 2, p. 185) ; G. LUKACS, pour sa part, remarque : « Die ersten Jenaer Veröffentlichungen Hegels sind ausgesprochene Kampfschriften » (Der junge Hegel, p. 330).

3 De ce point de vue, on est assurément fort loin de l’esprit et du ton des Leçons de Berlin sur l’histoire de la philosophie qui célèbrent en Descartes l’instaurateur de l’authentique patrie philosophique (cf. SW 19, p. 328). De la promotion cartésienne de la subjectivité, les Ecrits critiques d’Iéna ne retiennent finalement que la mise en branle du dualisme moderne qui a abouti, surtout dans l’empirisme de Locke et de ses successeurs, à une complète dégradation de la véritable philosophie. Il est, à cet égard, significatif que la seule fois où les Ecrits critiques se réfèrent positivement à Descartes, ce n’est nullement du philosophe du cogito qu’il s’agit, mais bien de celui qui a reconnu en Dieu le point d’unification de la pensée et du réel : GW 4, pp. 231-232 (trad. Fauquet, pp. 73-74).

4 G. LUKÁCS, Der junge Hegel, p. 330 ; cf. aussi R. KRONER, Von Kant bis Hegel, Bd 2, pp. 143-144.

5 GW 4, p. 316 (trad. Méry, p. 195).

6 Id., p. 14 (trad. Méry, p. 88).

7 Quelques-uns de ces thèmes seront abordés et précisés dans la suite de ce travail.

8 GW 4, pp. 126-127 (trad. Fauquet, pp. 97-98).

9 Cf. id., pp. 7-8 (trad. Méry, pp. 81-82).

10 La « vie » (Leben) constitue un des concepts fondamentaux autour desquels· s’est organisée la pensée de Hegel à Francfort. On peut y voir une première formulation du problème qui n’a cessé de hanter sa méditation, celui de la totalité concrète. Dans la « vie », c’est en effet du tout qu’il s’agit, du lien qui parcourt et rassemble la multiplicité des vivants. Cette unité ne doit cependant pas être conçue comme simplement extérieure aux termes qu’elle relie ; elle est au contraire ce qui, suscitant elle-même leur différence, s’v produit et s’accomplit en les réconciliant. Elle est donc tout à la fois ce qui (se) scinde et ce qui unifie ce qu’elle a ainsi séparé. D’où la célèbre formule du System-fragment de 1800 qui la caractérise comme la « liaison de la liaison et de la non-liaison » (Nohl, p. 348). Pour le Hegel de Francfort, toutefois, ce n’est pas à la philosophie qu’il revient d’exprimer ce tout qu’est la vie ; seule la religion est en mesure de l’atteindre et de la manifester réellement, c’est-à-dire sans la morceler. De ce point de vue, la nouveauté de la perspective des textes d’Iéna, où il s’agit d’opérer la réconciliation du concept et de la vie, doit être avant tout comprise comme procédant d’une réévaluation fondamentale de la philosophie et de la raison, désormais distinguées de la réflexion séparatrice de l’entendement. — Pour plus de précisions sur la problématique de la vie dans les travaux de jeunesse de Hegel et, plus particulièrement dans les écrits de la période francfortoise, on pourra consulter les pages que J. TAMINIAUX consacre au Systemfragment et à L’Esprit du christianisme et son destin dans son ouvrage sur La nostalgie de la Grèce à l’aube de l’idéalisme allemand, pp. 206 sqq. ; cf. également, dans une autre perspective, les remarques suggestives de B. BOURGEOIS dans sa petite étude, Hegel à Francfort, en particulier les pp. 25 sqq. de l’introduction.

11 Cf. GW 4, pp. 503-504.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site