Version classiqueVersion mobile

Le baptême, entrée dans l’existence chrétienne

 | 
Albert Houssiau
, 
Julien Ries
, 
Jean Giblet
, 
et al.

Chapitre VI. Orientations actuelles de la pastorale du baptême

Paul De Clerck

Texte intégral

1Qui baptiser ? Comment réussir le projet baptismal décrit dans les pages précédentes, ce passage à travers la mort vers la vie, pour faire ensemble Église ? Comment lancer la dynamique baptismale et, si possible, la faire aboutir ? Ou, pour reprendre les questions d’A. Houssiau au chapitre premier, comment mettre ensemble le rite « biographique » qu’est souvent devenu le baptême et la profession de foi qui, aux yeux du théologien, y tient une place centrale ?

2Avant d’examiner ces questions, je voudrais situer mon intervention. Je ne parle pas en tant que pasteur ; je ne le suis pas, même si je suis en contact fréquent avec des pasteurs et s’il m’arrive de baptiser moi aussi. Ma parole n’est pas non plus celle de l’autorité pastorale, chargée de prendre des décisions en ces domaines. J’interviens dans cette session en tant que théologien des sacrements, et je tente de mettre en œuvre la méthode de la théologie sacramentaire décrite par A. Houssiau ; celle-ci part des faits ecclésiaux pour y réfléchir, les éclairer en les situant dans l’ensemble du mystère chrétien ; elle peut ainsi rendre service à la pastorale, en clarifiant les choix à opérer. Ces lignes se présentent donc comme les réflexions d’un théologien, qui n’a pas toutes les solutions dans ses livres ni dans sa tête, mais qui prend sa part à la recherche d’une meilleure pratique baptismale. C’est là un débat ouvert, dans lequel chacun a droit à la parole.

3Pour envisager les questions mentionnées ci-dessus, je décrirai d’abord l’évolution de la pastorale du baptême depuis une quarantaine d’années ; la description des faits comme des prises de position autorisées et des analyses théologiques permettra de situer l'état actuel des pratiques et d’en dégager les grandes orientations. Il faudra ensuite passer par une interprétation de la situation actuelle de l’Église, notamment dans son rapport à la société, pour arriver à des propositions concernant le baptême.

4Ces propositions, je les verse au dossier de la réflexion. Il ne faudrait pas vouloir les « appliquer » directement, sans passer par une réflexion pastorale qui tienne compte des situations concrètes. Jamais elles ne devraient servir à rejeter indûment des personnes ou à les écraser, fût-ce au nom de la meilleure théorie.

I. L’évolution de la pastorale du baptême depuis quarante ans

  • 1 Collection Rencontres, éd. de l'Abeille (Cerf), Paris, 1943.
  • 2 Die kirchliche Lehre von der Taufe, conférence prononcée à Gwatt lors de la 4e session des Facultés (...)

51943 est une année importante pour notre propos. H. Godin et Y. Daniel écrivent La France, pays de mission ?1. Le 7 mai, le grand théologien calviniste Karl Barth prononce une conférence2 dans laquelle il attaque la légitimité du baptême des petits enfants. Il ne se contente pas de mettre en cause son opportunité pastorale. Mais tout sacrement comportant essentiellement, pour lui, une réponse de l’homme et supposant donc l’éveil de sa conscience, il s’oppose théologiquement à ce que de petits enfants soient baptisés.

6Sa prise de position a ébranlé les certitudes. Les réactions n’ont pas manqué de suivre. Tous les travaux ultérieurs, d’une manière ou d’une autre, se situent par rapport à la mise en question de K. Barth. Je les range ici d’après le domaine auquel ils appartiennent, théologique ou pastoral, sans oublier les prises de position autorisées de l’Église.

A. Domaine théologique

  • 3 O. CULLMANN, Le baptême des enfants et la doctrine biblique du baptême, (Cahiers théologiques, 19/2 (...)
  • 4 TERTULLIEN, Traité du baptême 18, 4-6 (Sources chrétiennes 35, 92-93).
  • 5 I Cor 1, 16 ; Ac 10, 2 (cf. note j de la TOB) ; 16, 15 et 33 ; 18, 8.

71. Des recherches historiques nombreuses mirent à l’épreuve les thèses de K. Barth. Ce sont des travaux d’exégètes, de patrologues et d’historiens comme O. Cullmann. J. Jeremias, K. Aland, J.-Ch. Didier, pour citer les principaux3. En voici les résultats. Il est certain qu’à la fin du IIe siècle des petits enfants sont baptisés ; Tertullien en est témoin, lui qui personnellement préférerait qu’on les baptise à un âge plus avancé4. A la manière dont en parle cet auteur, il est presque certain que cette pratique n’était pas nouvelle à l’époque. Il est même très probable, comme Origène le dira au milieu du IIIe siècle, que le baptême des petits enfants est une pratique apostolique ; l’argument le plus fort reste à cet égard le « baptême des maisons » dont parlent les Actes et Paul5. Mais, s’il est très probable qu’on a baptisé des enfants dès les premiers temps de l’Église, il faut être très attentif aux proportions que prenait cette coutume. Pendant les premiers siècles, la majorité des baptisés étaient des adultes, auxquels se joignaient des enfants, le cas échéant. L’inversion de cette majorité en faveur des enfants se fait à l’époque d’Augustin.

8A considérer la manière dont il a ainsi été répondu aux thèses de Barth, on peut se demander si ces travaux ne provoquent pas deux courts-circuits. A l’interrogation théologique du calviniste suisse, d’abord, on répond par une enquête historique. On cherche des sécurités et des fondements. Mais de la constatation historique qu’on a toujours baptisé des enfants, on passe à l’affirmation théologique de la légitimité du baptême des petits enfants. On glisse indûment d’un niveau à un autre. Court-circuit culturel, ensuite : du constat d’existence du baptême des enfants, jadis, on passe à l’affirmation de son opportunité actuelle, sans s’interroger sur les changements culturels intervenus depuis lors, notamment dans le statut de l’enfant et dans le rôle joué par l’Église dans la société.

92. Les travaux proprement théologiques ne sont pas nombreux. Il est assez rare qu’un grand théologien consacre un ouvrage entier aux sacrements ; tout au plus en traite-t-il dans un chapitre d’un ouvrage plus général. On touche ici du doigt les conséquences négatives du compartimentage des disciplines théologiques. Je cite quatre auteurs, à titre exemplatif.

    • 6 K. BARTH, Die Taufe als Begründung des christlichen Lebens, (Kirchliche Dogmatik IV, 4), Zollikon, (...)

    D’abord Karl Barth lui-même, qui est revenu sur le sujet dans un tome de sa Dogmatique6. Ce livre fait voler en éclats toute compréhension sacramentelle, car Barth y sépare le baptême d’eau et le baptême d’Esprit. Celui-ci est une vocation divine ; le baptême d’eau est une réponse ecclésiale à l’appel reçu. Mais les deux ne sont pas liés ; le baptême d’eau n’est pas la médiation ecclésiale du baptême d’Esprit. On touche ici une question fondamentale de théologie des sacrements, qui sort du propos de cet article.

    • 7 H. URS von BALTHASAR, La Gloire et la Croix, t. 1, Paris, Aubier 1965, p. 430.
    • 8 Dans la préface à R. PANNET, Baptisez-les, Paris, 1981, p. 8 note 1.

    On connaît la page célèbre de H. Urs von Balthasar, dans laquelle il déclare lucidement : « La décision de baptiser les enfants (bien antérieure à Constantin) est peut-être la plus grosse de conséquences de toute l’histoire de l’Église »7. Cette phrase est fréquemment citée par ceux qui mettent le baptême des petits enfants en question ; ils y voient une confirmation de leur interrogation par un grand théologien peu suspect d’avant-gardisme inconsidéré. L’auteur lui-même a récemment récusé cette interprétation de sa pensée8.

    • 9 J. MOLTMANN, L'Église dans la force de l’Esprit, (Cogitatio fidei 102), Paris, Cerf, 1980.

    Dans son livre sur L’Église dans la force de l’Esprit9, J. Moltmann déclare que le baptême des petits enfants est un problème à la fois théologique et politique. Théologique, car l’Église s’y perpétue par génération plus que par appel à la foi. Politique, parce que le baptême des enfants est le pilier de la « societas christiana », le fondement de la Volkskirche : « celui qui approuve le baptême des enfants, écrit-il, quelles que soient les raisons invoquées, approuve par là en même temps cette figure publique de l’Église, c’est à dire du christianisme » (p. 300). Il est aujourd’hui nécessaire, selon le théologien allemand, de passer au baptême des adultes.

    • 10 A. KAVANAGH, The Shape of Baptism : The Rite of Christian Initiation, (Studies in the Reformed Rite (...)

    Un moine américain, A. Kavanagh10 a développé récemment comme une thèse l’idée, que l’on trouve éparse en bien des ouvrages, selon laquelle le baptême des adultes est la norme et le modèle du baptême des petits enfants. L’idée me paraît théologiquement exacte ; le baptême des enfants ne fournit pas le modèle idéal du processus sacramentel, vu l’inconscience du sujet ; il ne peut se comprendre qu’en référence à d’autres réalités. Mais il faudrait se garder d’en tirer, comme l’auteur, des conséquences pastorales immédiates, et de prendre le déroulement du rituel du baptême des adultes comme modèle de celui des enfants. N’est-on pas ici en présence d’un court-circuit psychologique ? L’enfant est considéré comme un adulte-en-petit, et la spécificité du baptême des petits enfants ne s’en trouve pas respectée.

  • 11 J.-J. von ALLMEN, Réflexion d'un protestant sur le pédobaptisme généralisé, dans La Maison Dieu 89 (...)

10Bref, les théologiens n’ont pas consacré de travaux importants au baptême. Il faut reconnaître qu’en général ils se sentent mal à l’aise devant le baptême des petits enfants, surtout devant ce que J.-J. von Allmen a appelé « le pédobaptisme généralisé »11.

B. Les décisions conciliaires et leurs suites

11Elles répondent à des questions dont on percevra l’ampleur dans la suite de cet article. Les Pères ont la conviction que le baptême doit être remis en valeur pour rester « le sacrement de la foi ». Leur décision majeure figure dans la Constitution sur la Liturgie : « On révisera le rite pour le baptême des tout-petits et on l’adaptera à la situation réelle des petits enfants » (no 67). La mise en œuvre de cette décision a mené à considérer trois situations différentes, si bien que nous disposons aujourd’hui de trois rituels du baptême, tous regroupés, avec celui de la Confirmation, sous le titre : « L’Initiation chrétienne ». Trois rituels, c’est-à-dire trois manières de célébrer le baptême en fonction des conditions concrètes de ceux qui viennent à la foi. Détaillons-les.

a) rituel du baptême des adultes par étapes, 1974

12Le livre est composé de cinq fascicules (plus un fascicule de notes) ; la manière même dont le rituel est édité veut tenir compte de la particularité du baptême d’un adulte, car la conversion d’un homme est un processus qui peut prendre du temps, et son cheminement catéchuménal des années.

13Ce rituel comporte quatre grandes étapes :

  1. Avant l’entrée en catéchuménat.

  2. Le temps de préparation à la vie chrétienne, avec :

    1. l’entrée en catéchuménat ;

    2. le temps du catéchuménat, durant lequel sont proposées des célébrations de la Parole, des prières sur les catéchumènes et les « traditions » du Symbole de la foi et du Notre Père.

  3. L’ultime préparation, au cours du Carême, qui comporte :

    1. l'appel décisif par l’évêque (ou son délégué), le premier dimanche du Carême ;

    2. les célébrations centrées sur les grands évangiles baptismaux du Carême.

  4. Les débuts de la vie chrétienne, c’est-à-dire :

    1. les sacrements de baptême, confirmation et eucharistie, célébrés normalement au cours de la Vigile pascale ;

    2. les premiers temps de la vie de baptisés.

14On le voit, ce rituel respecte le schéma de la venue à la foi tel qu’il est décrit dans les Actes des Apôtres, et il lance la dynamique baptismale.

b) rituel du baptême des enfants en âge de scolarité, 1977.

15Ce livret, encore peu connu, correspond à une situation qui devient de plus en plus fréquente, et qui a été décrite dans l’album Fêtes et Saisons de janvier 1982. En 1980, dans une paroisse de Bruxelles, 10 % des enfants qui se sont présenté à la catéchèse n'étaient effectivement pas baptisés. Situation neuve, qu’il faut saisir en sa nouveauté, sans céder à la tentation de baptiser rapidement ces enfants qui « normalement » auraient dû l’être à leur naissance. Le livre indique une voie à suivre, lorsqu’on se trouve en pareilles circonstances.

16L’esprit de ce rituel est bien résumé par le passage suivant, extrait de ses Orientations pastorales : « Pour accepter de faire d’un enfant un chrétien, elle (l’Église) ne peut plus se contenter de la simple demande des parents ou du simple désir de l’enfant, même si ceux-ci sont accompagnés de la promesse que le futur baptisé suivra une formation catéchétique. Ce serait oublier que le contexte culturel dans lequel nous vivons ne porte pas l’enfant à la foi, de sorte qu’il ne suffit plus, pour faire de lui un croyant, de le baptiser et de l’enseigner sur les vérités de la foi. Il faut, en outre, lui assurer un milieu de formation, adapté à son âge, au sein duquel il pourra se préparer au baptême par une maturation progressive de sa foi, une démarche authentique de conversion et un apprentissage véritable de la vie chrétienne » (no 3).

17Ce rituel comporte lui aussi quatre étapes :

  • l’accueil de la demande de baptême ;

  • l’entrée en catéchuménat ;

  • le scrutin ou rite pénitentiel ;

  • les sacrements de l’initiation.

c) rituel du baptême des petits enfants, 1969.

18La décision conciliaire visait particulièrement le baptême des petits enfants. Paradoxalement, la nouveauté du rituel prévu pour les enfants en âge de scolarité nous frappe davantage, et le risque est grand de considérer que pour les petits enfants rien n’a changé, hormis quelques mises à jour comme l’élimination (fort remarquée) du sel déposé sur la langue du nouveau-né. L’orientation nouvelle de ce rituel n’a pas été suffisamment mise en relief. Il vaut la peine de la saisir, avec les conséquences qu’elle entraîne pour la compréhension même de ce qu’est le baptême d’un petit enfant, sa liberté et l’engagement de ses parents. La nouveauté consiste fondamentalement, comme le Concile l’avait demandé, dans la prise en considération de la situation réelle des petits enfants. Le fait peut paraître curieux, mais c’est la première fois que l’Église propose un rituel particulièrement destiné aux petits enfants. Jusqu’en 1969, il n’existait qu’un baptême, qu’un seul rituel du baptême (avec quelques aménagements pour les enfants, il est vrai, depuis le Concile de Trente). Cette longue tradition constitue un argument de poids pour affirmer que dans la compréhension de l'Église, c’est le baptême des adultes qui offre le modèle du processus baptismal. L’importance que prenaient les parrain et marraine est une trace du même fait ; avant 1969, le prêtre s’adressait au bébé, comme à un adulte, et les parrains répondaient à sa place. Le nouveau rituel marque la fin de cette fiction, et veut tenir compte du fait que depuis le Ve siècle la majorité des baptisés sont des petits enfants.

19La conséquence apparaît immédiatement : c’est la mise en évidence du rôle des parents. Le prêtre ne s’adresse plus à l’enfant, mais à ses parents pour leur poser la question : « Que demandez-vous, pour votre enfant, à l’Église de Dieu ? » Par le fait même, le rôle substitutif des parrains passe au second plan. Ce sont les parents qui demandent le baptême de leur enfant, ce sont eux qui professent la foi.

  • 12 AUGUSTIN, Sermon 294, 12 (PL 38, 1342) ; Lettre 98 à Boniface, no 7 (PL 33, 360ss) ; citée dans DID (...)
  • 13 Somme théologique III, 71, 1 ad 3.

20Le changement de compréhension, qui n’a pas encore été perçu clairement jusqu’ici, se manifeste lorsqu’on compare les réponses données au long de l’histoire à la question portant sur la foi. Augustin, de son temps, demandait à propos de l’enfant : « Croit-il ? ». Et le parrain répondait : « Il croit », exerçant par là une fonction de substitution12. Saint Thomas signale qu’à son époque la réponse a changé ; il écrit : « Celui qui, pour l’enfant baptisé, répond « Je crois » ne prédit pas que l’enfant va devenir croyant quand il arrivera à l’âge de raison, sans quoi il dirait : « Il croira », mais il professe la foi de l’Église à la place de l’enfant (in persona pueri) »13. Pour sa part, le rituel de 1614 utilisé jusqu’en 1969 prévoit ceci, pour la profession de foi : « Le prêtre interroge l’enfant, mais c’est le parrain qui répond ». Dans le nouveau rituel, tant pour la renonciation que pour la profession de foi, le prêtre interroge les parents et les parrains (nos 14 et 15) ; mais deux monitions insistent sur le fait qu’ils professent la foi de l’Église. Ainsi, avant la renonciation, le prêtre s’adresse aux parents et aux parrains en ces termes : « Et donc, si vous êtes disposés à prendre cette responsabilité, et si vous êtes conduits par la foi (fide vestra ducti), en vous rappelant votre baptême, rejetez tout attachement au péché et proclamez la foi en Jésus Christ, proclamez la foi de l’Église dans laquelle tout enfant est baptisé » (no 13 ; c’est moi qui souligne). De même, après la profession de foi demandée aux parents et aux parrains, le prêtre et l’assemblée se joignent à cette proclamation en disant : « Telle est notre foi. Telle est la foi de l’Église que nous sommes fiers de proclamer dans le Christ Jésus notre Seigneur » (no 15).

21Comment comprendre ces textes ? Manifestement, selon le présent rituel, ce sont les parents qui demandent le baptême. Ce sont eux qui professent la foi ; non pas leur foi d’individus, avec ses particularités et ses lacunes, mais la foi de l’Église. A la limite, les parents eux-mêmes ne doivent pas nécessairement être croyants pour que leur enfant puisse être baptisé ; ce sont alors les parrains qui prennent leur place, et ceci peut se comprendre d’autant mieux que les enfants sont plus âgés. L’essentiel est donc bien l’existence d'un milieu de foi, qui puisse assurer, autant que faire se peut, la croissance ultérieure du baptisé.

22Mais si ce sont les parents qui demandent le baptême, c’est bien l’enfant qui est baptisé, c’est sur lui que coule l’eau baptismale ! Est-ce alors une « atteinte à sa liberté », comme on l’entend demander ? Le bref parcours historique que nous venons de réaliser montre que la question ne se pose plus dans les mêmes termes que dans l’Antiquité, lorsque les parrains répondaient : « Il croit ». Qui donc oserait encore donner cette réponse aujourd’hui ? Selon le nouveau rituel, ce sont les parents qui s’engagent, envers leur enfant. En rigueur de termes, l’enfant ne s’est pas engagé. Mais un avenir lui est ouvert, marqué du sceau de la Trinité, et une place lui est donnée dans l’Église. L’avenir de sa vie baptismale dépendra en majeure partie de l’éducation qu’il recevra. Cette responsabilité éducative, il faut le faire remarquer, les parents n’y échappent pas, que l’enfant soit baptisé ou non. Et concrétement, beaucoup plus que du baptême ou du non-baptême, la liberté de l’enfant dépendra du type d’éducation qu’il recevra : à la liberté et à la responsabilité, ou à la contrainte et au repliement sur lui-même.

23Si l’évolution historique permet d’éclairer la question de la liberté du petit enfant baptisé, si sensible aux yeux de nos contemporains, elle ne fournit cependant pas le dernier mot de la réponse. Car l’interrogation sur la liberté signifie le plus souvent : l’enfant sera-t-il forcé d’être chrétien, sera-t-il obligé d’être membre de l’Église, sans l’avoir voulu ? A cette question il faut répondre, fondamentalement, que jamais la foi ne peut s’imposer contre la volonté de qui que ce soit. Et si, malheureusement, l’enfant baptisé à la demande de ses parents ne découvre jamais personnellement la foi, il n’y a aucune raison de le taxer d’apostat. Mais probablement est-il plus important de remarquer à quel point cette question de la liberté est posée en termes individualistes, reflets de l’état actuel de la pastorale du baptême. Car d’où provient la question ? N’est-elle pas souvent l’expression d’un dernier scrupule de parents devant un baptême devenu chrétiennement insignifiant, comme s’ils voulaient s’assurer que, véritablement, le baptême qu’ils demandent n’aura pas de conséquence évangélique, ni pour l’enfant ni pour eux-mêmes ? La question n'est-elle pas le plus souvent sur les lèvres de parents qui ne se sentent pas concernés eux-mêmes par la vie chrétienne et qui ne veulent pas que le baptême puisse occasionner des « ennuis » à leur enfant ? S’il en est ainsi, la question se déplace de la liberté de l’enfant à la volonté des parents. L’orientation du rituel, et la manière dont il présente le baptême d’un petit enfant, permet alors de poser le problème sur des bases sérieuses, puisque ce sont les parents qui demandent le baptême de leur enfant et qui sont appelés à professer leur foi, appuyée sur la foi de l’Église. Le dialogue pastoral avec les parents peut s’en trouver éclairci.

24Dans cette perspective, le baptême d’un petit enfant se comprend bien lorsqu’il est demandé par des parents chrétiens, désireux de mettre leur enfant sur le chemin de la rencontre du Christ et de lui ouvrir les portes de l’Église, c'est-à-dire concrètement de lui donner des racines, de le situer dans une histoire, dans une tradition nourricière, dans un Peuple en marche. Un critère assez simple de la légitimité de ce désir peut être la capacité des parents de rendre compte à l’enfant de leur démarche à son égard, lorsqu'il leur en demandera raison.

25Faut-il en conclure que le baptême d’un petit enfant est un baptême en sursis ? Non, si le mot sursis veut dire surseoir, remettre à demain, comme si on faisait aujourd’hui quelque chose qui ne vaudrait que demain. N’est-il pas plus exact de dire que le baptême d’un petit enfant est une réalité en croissance ? Comme le baptême d’un adulte, il n’est jamais qu’un début, qu’une ouverture à une vie qui, comme toute réalité humaine, est une aventure, soumise à des évolutions. Mais à cette croissance liée à l’historicité humaine se joint, dans le cas de l’enfant, la croissance biologique ; personne ne sait ce que deviendra cet enfant ! Le baptême des petits enfants se caractérise ainsi par une double croissance ; le pari que constitue tout choix humain, même adulte, se conjugue à l’incertitude quant à l’évolution de l’enfant et à son orientation personnelle future. Bien mesurer le pari et le risque du baptême des petits enfants, c’est aussi se rendre compte de son aspect très naturel et très humain ; sa logique est celle de toute éducation, de toute croissance, de toute vie.

C. Recherches et prises de position dans le domaine pastoral

26Les décisions conciliaires et leur mise en œuvre dans les trois rituels que nous venons de parcourir ont été précédées et poursuivies par une série de recherches pastorales. Nous les passerons ici en revue, ce qui nous permettra de pénétrer plus avant dans la problématique actuelle.

  • 14 Paris, Bonne Presse. 1951.

271. Directoire pour la pastorale des sacrements, adopté par l'Assemblée plénière de l’épiscopat français en 195114. En ce qui nous concerne, ce document peut se résumer en deux points. « La loi de l’Église, écrivent les évêques, et sa doctrine sur l’obligation de l’ordre surnaturel font aux parents un devoir strict de demander le baptême pour leurs enfants. Le leur accorder n’est donc pas une faveur. L'absence de pratique chez les parents ne permet pas de les ranger parmi les apostats. La démarche extérieure que font les parents en demandant le baptême est une présomption qui joue en faveur de leur intention religieuse » (article 15). Mais ils ajoutent : « Si cependant les enfants précédents ont été privés de l’éducation chrétienne, on n’accordera le baptême que contre un engagement d’envoyer au catéchisme, le moment venu, l’enfant que l’on présente au baptême, et d'abord ses aînés dans la mesure du possible » (article 16).

28C'est la première mise en garde officielle. Elle a l’avantage de s’appuyer sur un critère objectif : la fréquentation du catéchisme. En l’exigeant, l’Église, comme toute bonne institution, fait confiance à ses rouages !

292. « Les sacrements livrés à l’incroyance » : le titre du no 25 de la revue Parole et Mission, en avril 1964, exprime fort bien le sentiment de pasteurs de l’époque : les réalités sacramentelles leur filent entre les doigts. Les pratiques se maintiennent, peut-être, mais leur signification s’appauvrit, leur contenu chrétien tend vers zéro. Le malaise se ressent d’autant plus qu'au même moment le Concile ravive une image plus dynamique de l’Église, Peuple de Dieu ; l'écart ne peut donc que se creuser entre les pratiques effectives et l’idéal proposé. L’inquiétude grandit ; on entend les prêtres déclarer qu’ils ne sont pas des druides chargés de bénir la religion naturelle. Beaucoup souhaitent « passer à l’évangélisation », facilement opposée à la « sacramentalisation », pour reprendre les harmonieux néologismes du jargon ecclésiastique.

  • 15 La Documentation catholique, t. 63 (1966), p. 457-466.

303. « La Pastorale du baptême des petits enfants », note publiée par l’épiscopat français le 6 décembre 196515, ne s’attache plus seulement à une garantie concernant l’avenir chrétien de l’enfant ; elle centre l’attention sur les parents. Elle précise en effet : « Il s’agit de mettre en œuvre une pastorale qui procure aux parents, à l’occasion de leur démarche, un approfondissement de leur foi, voire même, pour certains, le début d’un véritable cheminement vers la foi ». C’est le lancement, en d’autres termes, de la pastorale du délai proposé officiellement entre la naissance et le baptême et l’abandon pratique du quam primum imposé jusque-là. Des rencontres de préparation sont prévues : « On cherchera à donner un certain enseignement sur le baptême et on aura également le souci de faire rencontrer l’Église dans sa vie et sa mission. Les rencontres comporteront une grande part de dialogue : lecture de la Parole de Dieu, prière, catéchèse adaptée spécialement à partir de la liturgie, du baptême, etc., c’est-à-dire tout ce qui peut permettre aux parents une certaine expérience de la vie de l’Église ». La Note prévoit même l’éventualité d’un baptême retardé : « Si des parents, après un certain temps de réflexion, ne voulaient pas faire baptiser leur enfant ou préféraient que le baptême fût différé, le prêtre respectera leur décision, mais en même temps il aura soin dans un grand souci de charité pastorale de rester en relations avec eux. Le baptême n’est pas refusé par l’Église ; retardé, il est toujours voulu par elle ».

  • 16 H. DENIS, Ch. PALIARD, P.-G. TREBOSSEN, Le baptême des petits enfants. Histoire, doctrine, pastoral (...)
  • 17 P. ANCIAUX, Sacrement et Vie. Fondements et orientations du renouveau dans la pastorale des sacreme (...)

31De bons connaisseurs ont écrit récemment qu’« il y avait dans cette Note tous les éléments d’une « révolution copernicienne » dont nous mesurons aujourd’hui les effets »16. Elle préconise en effet le délai entre naissance et baptême, ce qui changera beaucoup les habitudes familiales en ce domaine. Elle lance aussi les « réunions de préparation » qui ont considérablement modifié la pastorale des sacrements. C’est dans sa foulée que dans le diocèse de Malines-Bruxelles, P. Anciaux, alors responsable de la formation permanente des prêtres, a stimulé cette pastorale à l’aide d’un livre préfacé par le cardinal Suenens17.

  • 18 Sur les célébrations d’accueil, voir B. REY, Que penser d'un rite d’inscription des enfants en vue (...)

324. Les « célébrations d’accueil » apparaissent dans le monde catholique vers 1970. La première question qui se pose à leur propos est de savoir de quoi il s’agit, car on range sous cette expression des réalités bien différentes. Leur dénominateur commun est d’être une célébration, différente du baptême, réalisée en vue ou à la place de celui-ci dans le contexte de la demande du baptême. Les raisons invoquées en leur faveur sont multiples. Le plus habituellement, les célébrations d’accueil sont présentées comme une manière de sortir du tout ou rien ; à des parents qui ne souhaitent pas (encore) faire baptiser leur enfant, il est proposé une célébration qui permet une forme de prière à l’occasion de la naissance de l’enfant et de la demande qu’ils ont adressée à l’Église. Au lieu du dilemme « baptême ou pas de baptême », on ouvre une troisième voie, l’accueil, qui introduit plus de souplesse dans le dispositif pastoral et permet de répondre plus adéquatement à la demande18.

33Les expressions utilisées pour les désigner manifestent les compréhensions multiples dont elles sont l’objet. On parle de présentation de l’enfant, bénédiction de l’enfant, liturgie (ou célébration, ou fête) d’accueil, accueil prébaptismal, rite d’inscription, première étape du baptême, accueil à l’église, accueil par l’Église, entrée dans l’Église, fête de la naissance, célébration de la « venue de N. dans notre foyer »... De cette liste, trois compréhensions principales se dégagent :

  1. Un rite catéchuménal, la première étape d’un baptême étalé.

    • 19 Dans la documentation dont je dispose, je ne connais qu’une proposition de fête de la naissance qui (...)

    Une fête de la naissance, avec ou sans interprétation chrétienne19.

  2. Entre ces deux pôles, une célébration dont la teneur penche vers l’un ou l’autre de ceux-ci.

  • 20 Eglise Réformée de France, Liturgie, 3e édition, Paris, Berger-Levrault 1963, p. 246-249.

34L’origine de ces célébrations se trouve chez les Baptistes, au XVIIIe siècle ; ne baptisant pas les enfants, ils ont dû éprouver la nécessité d’une forme de prière commune au moment de la naissance. En milieu protestant, les célébrations d’accueil se sont développées dans les « églises libres » (protestantisme libéral). L’Église réformée du canton de Vaud, en Suisse, l’a introduite en 1909. Le Synode du Chambon (1951) de l’Église réformée de France en a admis l’idée ; on trouve un rituel de « Présentation ou bénédiction d’un enfant » dans leur Liturgie20 où elle est explicitement désignée comme une demande de baptême ultérieur.

35Dans le catholicisme, les préliminaires du rituel du baptême des petits enfants de 1969 ouvrent des possibilités dans ce sens. « De nos jours, y lit-on, dans un nombre croissant de régions, un certain nombre de parents ne peuvent être préparés dans un délai très bref à la célébration du baptême. Certains même demandent le baptême pour leurs enfants alors que ceux-ci ne recevront pas ensuite une éducation chrétienne et souvent perdront la foi. De ce fait, il ne suffit pas que, dans le déroulement du rite, ces parents reçoivent une exhortation et soient interrogés sur la foi. Mais il appartient aux Conférences épiscopales de mettre en place, pour aider les curés, des dispositions pastorales permettant de différer la célébration du sacrement pendant un certain temps » (no 25).

36Ce point a été précisé dans une lettre de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi adressée à Monseigneur B. Hanrion, évêque de Dapango, au Togo, le 13 juillet 1970. L’évêque avait fait la proposition d’instaurer un catéchuménat pour les enfants de païens. La Congrégation a répondu qu’aux chrétiens « irréguliers », il fallait faire prendre conscience de leurs responsabilités, puis juger de la suffisance des garanties concernant l’éducation catholique des enfants ; si le jugement reste négatif, « on pourra proposer aux parents :

  1. l’inscription de l’enfant en vue d’un baptême ultérieur ;

    • 21 Cf. P.-M. GY, Un document de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi sur le baptême des petits e (...)

    le maintien de contacts pastoraux avec eux, permettant de préparer l’accueil ultérieur en vue du baptême »21.

  • 22 La documentation catholique t. 71 (1974), p. 490.
  • 23 La Documentation catholique t. 77 (1980), p. 349.

37Le Synode catholique de Suisse a autorisé le rite d’accueil dans les termes suivants : « Lorsque des parents croyants tiennent à différer le baptême jusqu’à ce que leur enfant parvienne à une décision de foi personnelle, une telle attitude ne sera certes pas recommandée, mais on la respectera. Dans de tels cas, on pourra envisager un « rite d’accueil » des petits enfants »22. Les évêques de la région apostolique Centre-Est, en France, ont écrit pour leur part : « Si les parents ne se sentent pas le droit de demander le baptême pour leur enfant, mais tiennent à une cérémonie religieuse, une célébration d’accueil de l’enfant par la communauté chrétienne leur sera proposée, avec un cheminement toujours offert vers le baptême ultérieur. Cette célébration comportera un aspect rituel (mis au point avec l’aide des Commissions de liturgie) et sera consigné dans un registre approprié et le livret catholique »23.

  • 24 « Nous avons avec elle (l’Église), aujourd’hui surtout, assez de confiance en la divine miséricorde (...)

38Que penser des célébrations d’accueil ? La première question est de savoir en quoi elles consistent, et ce n’est pas toujours clair, on l’a vu. L’accueil à l’église ou par l’Église n’est pas identique à l’accueil dans l’Église ou à l’entrée dans l’Église. Certains leur donnent un sens tellement ample et chrétiennement chargé qu’ils ne trouvent plus rien à dire du baptême ultérieur. Les inconvénients, on s’en aperçoit, sont surtout le manque de clarté théologique, et la confusion difficilement évitable dans l’opinion publique24. Certains estiment que cette proposition floue est le fait d’une Église devenue tellement libérale qu’elle n’ose même plus poser d’exigences et se contente de s’adapter à sa « clientèle ».

39Mais il faut aussi en relever les avantages. Les célébrations d’accueil introduisent plus de souplesse dans les propositions pastorales. Elles permettent de ne pas enfermer les parents dans l’alternative « baptême ou pas de baptême », alors que leur demande véhicule une signification qu’il faudrait pouvoir découvrir, et peut-être célébrer. Elles permettent surtout aux parents de se situer devant leurs responsabilités ; lorsque une célébration d’accueil est présentée à tous, les parents doivent nécessairement choisir entre elle et le baptême. Les pasteurs peuvent alors éviter de se situer eux-mêmes en juges, se demandant s’ils doivent baptiser ou refuser, attitude qui fausse toute possibilité de vrai dialogue.

  • 25 Dans les Etudes d’octobre 1970, p. 431-442.
  • 26 P. M. GY, Qu’est-ce qu'un catéchumène ?, dans La Maison-Dieu 71 (1962), p. 28-32.

405. Les alternatives au baptême des petits enfants. Plusieurs auteurs ont fait des propositions en vue de débloquer la situation. Ainsi J.-Ph. Bonnard, dans un article intitulé Le temps du baptême25, propose un baptême étalé en plusieurs étapes. Il s’agit de passer, selon lui, d’un catéchuménat des parents (les actuelles réunions de préparation) à un catéchuménat des enfants qui couvrirait toute la jeunesse. Dans l’esprit de l’auteur, c’est la démarche sacramentelle elle-même qui est distribuée en différentes étapes. D’abord, un accueil dans l’Église ; on y inscrit l’enfant, qui est dès lors « en voie de baptême ». On le marque du signe de la croix et on lui donne son nom. Conformément à l’ancienne discipline catéchuménale26, l’enfant peut être dit chrétien, mais pas encore fidèle. La deuxième étape, correspondant à la liturgie de la Parole du rituel, serait le temps de la catéchèse, « où l’enfant pourrait dire de sa propre voix son désir d’entendre la Parole de la foi ». Enfin, viendrait le rite d’eau, lorsque l’enfant (le jeune) se jugerait et serait reconnu capable d’engager son propre avenir. Ce rite serait célébré par l’évêque, la nuit pascale, en même temps que la confirmation, et couronné par l’eucharistie. « On a déjà acquis la notion de temps de préparation, écrit Bonnard ; il faudrait acquérir celle du temps de célébration ».

  • 27 J. MOINGT, Le devenir chrétien. Initiation chrétienne des jeunes. Paris, Desclée de Brouwer, 1973 ;(...)
  • 28 La transmission de la foi, 23-24.
  • 29 Présentation et critique plus développées dans Ch. PALIARD, L’initiation chrétienne des jeunes, dan (...)

41Une proposition similaire a été faite par J. Moingt en deux livres qui ne sont pas passés inaperçus27. Il y développe une analyse courageuse de la situation actuelle. Il souligne notamment que l’institution sacramentelle fonctionne souvent à rebours ; oh commence par les sacrements, le baptême et la première communion, puis on en vient à la catéchèse. Ainsi, « le but généralement assigné à la catéchèse aujourd’hui est d’amener l’enfant à la libre et consciente ratification des engagements du baptême, faute de laquelle ce sacrement prendrait la figure d’un rite vide de substance. Le moins qu’on puisse dire est que ce résultat n’est pas habituellement atteint, et on peut en fournir une explication inquiétante. La catéchèse, ainsi finalisée, fonctionne malaisément comme ouverture à l’avenir et à la liberté de la foi, mais plutôt à rebours, comme un mouvement rétrograde : pour faire avaliser aux enfants une décision prise par d’autres, pour leur faire réintégrer le passé du groupe. Il est peu probable que la foi se transmette par cette filière »28. Pour remédier à cette situation, Moingt propose de se reconvertir à une « stratégie missionnaire », dont l’itinéraire sacramentel pourrait être le suivant. Après une candidature au baptême, au cours des premiers mois après la naissance, l’enfant serait baptisé entre 6 et 12 ans, quand il commence à s’approprier le langage de la foi. Il participerait à l’eucharistie vers 10-14 ans, quand il commence à se socialiser et à « s’ecclésialiser ». L’adolescence, temps de crise et d’apprentissage au combat spirituel, serait le bon moment de l’initiation à la pénitence. Le processus serait couronné par la confirmation, située à l’entrée dans l’âge adulte, quand la liberté a atteint sa pleine stature, à l’âge des engagements définitifs29.

42Ces suggestions ont éveillé pas mal d’échos, mais je ne connais pas d’endroit où elles aient été mises en pratique sur une grande échelle.

  • 30 D. BOUREAU, L’avenir du baptême, Lyon, Chalet, 1970.

43Aux yeux de D. Boureau30, cet étalement des rites baptismaux n’est qu’une demi-mesure. Selon lui, le volontariat est indispensable, et le baptême n’est donc pas destiné aux enfants. Au lieu de se demander s’il faut en certains cas refuser le baptême des petits enfants, il faudrait se demander quand l’accepter ; on le ferait quand les parents ne pourraient pas comprendre la valeur de cette mutation.

  • 31 Op. cit. à la note 16, p. 147-148.

44De manière plus réaliste, H. Denis, Ch. Paliard et P.-G. Trebossen se déclarent partisans de la double proposition. Il faudrait annoncer aux parents, dans la clarté et la loyauté, que deux voies leur sont ouvertes. Soit le baptême dans la petite enfance, aux conditions de préparation devenues habituelles. « Le baptême d’un petit enfant doit être considéré par tous comme un acte audacieux de foi et d’espérance, qui ne brime pas la liberté de l’enfant. » Soit le baptême différé. Des parents « peuvent préférer que leur enfant ne soit pas baptisé pendant les premiers mois de son existence : soit parce qu’ils sont eux-mêmes incertains de leur propre foi et de leur appartenance à une communauté de foi, et qu’ils ne s’estiment pas en mesure de prendre la responsabilité du baptême de leur enfant ; soit parce qu’ils préfèrent pour leur enfant un baptême où celui-ci pourra professer personnellement sa foi »31. Cette seconde voie, qui ne devrait pas être considérée comme un pis-aller, pourrait être accompagnée d’une célébration d’accueil lors de la naissance.

  • 32 La documentation catholique, t. 77 (1980), p. 1107-1113.

456. L’Instruction sur le baptême des petits enfants, publiée par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, le 20 octobre 198032. Ce document est fort bien informé de l’évolution que nous venons de parcourir. Mais, écrit-il, « cette remise en cause de la pastorale sacramentelle traditionnelle ne manque pas de susciter dans l’Église la crainte légitime que soit compromise une doctrine aussi capitale que celle de la nécessité du baptême ; beaucoup de parents en particulier sont scandalisés de voir refuser ou différer le baptême qu’ils demandent pour leurs enfants dans la pleine conscience de leurs devoirs » (no 2). Aussi la Congrégation « se propose de rappeler en ce domaine les points essentiels de la doctrine de l’Église, qui justifient la fermeté de sa pratique tout au long des siècles, et en montrent la valeur permanente malgré les difficultés actuellement soulevées » (no 3). Le document rappelle la doctrine traditionnelle, répond à partir de là aux difficultés actuelles, et se termine par « quelques directives pastorales ». On y déclare d’emblée qu’« il n’est pas possible d’admettre certaines propositions actuelles, telles que l’abandon définitif du baptême des petits enfants et la liberté du choix — quels qu’en soient les motifs — entre baptême immédiat et baptême différé » (no 27). Il est donc bien probable que le livre d’H. Denis et de ses compagnons ait fourni l’occasion immédiate de cette Instruction.

46Son insistance fondamentale porte sur la nécessité du baptême ; c’est elle qui détermine la solution proposée. « Concrètement, la pastorale du baptême des petits enfants devra s’inspirer de deux grands principes, dont le second est subordonné au premier :

  1. Le baptême, nécessaire au salut, est le signe et l’instrument de l’amour prévenant de Dieu qui délivre du péché originel et communique la participation à la vie divine : de soi, le don de ces biens aux petits enfants ne saurait être différé.

  2. Des garanties doivent être assurées pour que ce don puisse se développer par une véritable éducation de la foi et de la vie chrétienne, en sorte que le sacrement atteigne sa totale « vérité ». Elles sont normalement fournies par les parents ou la famille proche, bien que diverses suppléances soient possibles dans la communauté chrétienne. Mais si ces garanties ne sont pas sérieuses, on pourra être amené à différer le sacrement, et on devra même le refuser si elles sont certainement nulles » (no 28).

47Depuis lors, le vent tourne. Autant les années 70 avaient été caractérisées par des propositions neuves, parfois hardies, autant les premières publications des années 80 esquissent une courbe rentrante. A preuve deux ouvrages.

  • 33 E. MARCUS, E. GERMAIN, J. M. HUM, A. ROUET, A. VINGT TROIS, Quand l'Église baptise un enfant, (Doss (...)

48Le premier est un collectif33. Sr E. Germain y prend la défense de la religion populaire contre les injonctions cléricales en matière sacramentelle. A. Vingt-Trois, pour sa part, s’y livre à une critique sévère des réunions de préparation au baptême. « Inconsciemment, écrit-il, le clerc s’installe en tiers dans la relation d’extériorité entre le demandeur et l’Église. Il se refuse au rôle de gérant de succursale ou de gardien de musée, mais il s’arroge le droit de juger la sincérité de ses semblables. Il ne vérifie plus les titres d’appartenance, mais il vérifie le droit à demander » (p. 118).

  • 34 R. PANNET, Baptisez-les ! Contribution au débat pastoral sur le baptême des petits enfants, Paris, (...)

49Le second est un livre de R. Pannet, l’auteur du fameux Catholicisme populaire paru en 197434. Baptisez les petits enfants, s’écrie-t-il, et vous édifierez ainsi le rempart contre l’océan d’incroyance qui nous menace. « Il ne faut pas croire que l’abandon, plus ou moins progressif, du baptême des petits enfants va grossir les listes du catéchuménat d’adultes. Quand le baptême des petits enfants cessera d’être un fait de culture, un fait majoritaire, le catholicisme populaire, le catholicisme de masse sera mort ou moribond. L’Église sera devenue, comme on le souhaite ici et là, un îlot de « volontaires de la foi », perdu dans un océan d’incroyance, un « petit reste », une réserve indienne, le parc zoologique d’une espèce en voie de disparition » (p. 66).

50Cette citation, reprise d’ailleurs d’un article paru en 1976, illustre fort bien l’enjeu du débat. Plus que du baptême lui-même, il s’agit de l’Église, et du rôle qu’elle joue dans la société ; plus précisément, les options prises par les uns et les autres à propos du baptême des petits enfants procèdent en ligne directe de l’analyse qu’ils font de la situation religieuse de nos pays. Pour Pannet, « polariser la pastorale sur la seule mission au profit de ceux qui sont détachés de l’Église conduit à minimiser la teneur encore chrétienne des attitudes et des comportements majoritaires, dans la France contemporaine, et à négliger sa capacité à être un des « terrains » de l’évangélisation » (p. 63).

51Une fois l’option prise, les questions de l’autre partie ne sont plus entendues, pire : elles sont considérées comme l’expression d’une mauvaise foi. Le livre en devient finalement désagréable, par le soupçon continuel porté sur la recherche actuelle. Tous les malheurs viennent des gens qui réfléchissent et des experts qui hantent les anti chambres des évêques. Le phénomène actuel n’est rien d’autre qu’un « néo-jansénisme néfaste ». La conclusion est donc évidente : « N’empêchez pas les petits enfants ! Ouvrez toutes grandes vos portes au Christ ! » (p. 235).

D. Conclusions de cette évolution

521. Nette mise en relief du baptême

  • 35 Ici et dans les pages qui suivent, le terme « chrétienté » ne désigne pas l’ensemble des chrétiens (...)
  • 36 Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les termes initier initiation s’entendaient de « l’état ecclésiastique (...)

53Au terme de cette évolution, le baptême apparaît bien différent de la cérémonie presque furtive qu’il était parfois devenu, réalisé quam primum après la naissance, en l’absence de la maman et de la communauté chrétienne. En fait, le baptême est en train d’acquérir un rôle tout nouveau dans l’Église. Car la chrétienté35 a entraîné l’insignifiance sociale du baptême. Si son importance théologique est restée grande, sa signification sociale tendait vers zéro : quand tout le monde ou presque était baptisé, le baptême ne marquait plus une différence. En chrétienté, la frontière ne passait pas entre l’Église et le monde, entre croyants et incroyants, mais elle traversait l’Église elle-même, séparant laïcs et clercs. Elle consistait dans « l’entrée en religion », comme on disait très significativement. Dans les ordres religieux d’ailleurs, le noviciat reproduisait le catéchuménat ; il n’est pas sans intérêt de remarquer que le novice recevait un nouveau nom, comme lors de son baptême36. Dans cette mentalité, devenir prêtre ou religieux exigeait une initiation ; ce qui n’était pas le cas lorsqu’on devenait chrétien, puisque tout le monde l’était ou était censé l’être.

54Aujourd’hui manifestement, un intérêt neuf est accordé au baptême, tant par les pasteurs que par les parents découvrant que la foi ne va plus de soi, et qu’en conséquence le baptême implique une option de leur part. C’est ce qui explique l’instauration d’un délai de préparation, et les célébrations plus festives que l’on essaie de réaliser. Sans doute n’est-ce pas un hasard que ce soit en 1982 que l’on ait songé à organiser une session sur le baptême ! Si le baptême apparaît de plus en plus comme une option de vie, si la frontière de la foi qu’il marque est de plus en plus ressentie, il faudrait encore, corrélativement, que s’estompe la fracture intra-ecclésiale entre laïcs et prêtres qui a caractérisé la chrétienté.

55Cette mise en relief du baptême s’accompagne d’un déplacement des insistances. Dans la littérature actuelle, on ne lit plus d’exhortation à baptiser tout le monde le plus vite possible, sous la pression de la nécessité du baptême pour le salut. On est préoccupé, bien plutôt, de ce que le baptême débouche sur une vie baptismale. C’est la conséquence de la situation pluraliste dans laquelle vit l’Église occidentale, situation dans laquelle il est devenu impossible de penser le salut exclusivement par la médiation ecclésiale. En réagissant vigoureusement contre l’atténuation de la nécessité du baptême, l’Instruction romaine de 1980 se fait, elle aussi, le témoin de ce déplacement d’accent.

562. Enorme effort pour résister à l’insignifiance du baptême « demandé dans l’incroyance ». Il faut souligner le travail théologique et surtout pastoral consacré à réduire l’écart entre la compréhension du baptême selon les sources de la foi et la mentalité dans laquelle il est souvent demandé. Cet effort s’est concrétisé en deux innovations, les réunions de préparation et les célébrations d’accueil. Les premières ont connu une large diffusion, les secondes en sont restées au stade expérimental. Toutes deux représentent une « hausse du prix » du baptême, avec le risque d’avantager les « possédants » ; elles ont eu comme effet de diminuer l’importance de la demande.

573. Résultats de cet effort. On ne peut nier qu’ils soient positifs, surtout pour des chrétiens devenus plus conscients du choix évangélique qu’ils font, pour eux-mêmes et pour leurs enfants. Il suffit de participer à certaines célébrations pour en être convaincu.

58Cependant, à parcourir ainsi l’évolution de la problématique baptismale depuis une quarantaine d’années, on ne peut manquer de ressentir une certaine déception. Depuis les années conciliaires notamment, une série de propositions ont été lancées pour sortir des difficultés actuelles, et bien peu ont été suivies. Pourquoi donc ? N’ont-elles pas été suffisamment diffusées et connues ? Étaient-elles irréalistes ? Ou faut-il reconnaître que dans le domaine des pratiques, les résistances sont fortes et que les habitudes ne changent pas en dix ans ?

  • 37 Sondage SOFRES publié dans Le Figaro des 5 et 6 novembre 1973. Repris dans La Documentation catholi (...)

59Jusqu’ici, le résultat le plus notable des efforts consentis est la modification de la demande. Modification plus spectaculaire en quantité qu’en qualité. Mais il ne faudrait pas croire que plus le nombre de baptêmes baisse, plus leur motivation chrétienne augmente. La baisse en nombre laisse subsister une demande peu chrétienne. J’en prends comme preuve, parmi d’autres, le sondage réalisé par la Sofres en France en 1973 ; à la question : « Si vous deviez avoir un enfant prochainement, le feriez-vous baptiser ? », 92 % des personnes interrogées répondent oui, 7 % non et 1 % ne sait pas. Lorsqu’on détaille les réponses selon les appartenances politiques et professionnelles, on constate que le baptême des enfants est « largement plébiscité par 79 % des communistes, 84 % des gens de gauche, 97 % des réformateurs et 98 % de personnes se réclamant de la majorité. C’est au parti communiste qu’on rencontre le plus grand nombre de réponses négatives (21 %) et la catégorie sociale la plus réticente est celle des industriels, cadres supérieurs, professions libérales, gros commerce avec 13 % de « non »37. Certaines personnes s’affichant communistes sont sans doute chrétiennes, mais d’autres certainement pas. Si 79 % des communistes se déclarent disposés à faire baptiser leur éventuel enfant, il faut bien en tirer la conclusion que le baptême est devenu un geste d’appartenance sociale et qu’il n’est plus perçu exclusivement comme une démarche chrétienne. Comme les personnes qui fréquentent peu les églises sont le moins touchées par ses réformes et son évolution interne, elles gardent les comportements auxquels elles ont été habituées.

60A cela s’ajoute la tendance actuelle à la privatisation du religieux. Le baptême devient une fête de famille. Celle-ci peut être profondément chrétienne, mais elle peut aussi être l’expression d’une appropriation libérale du rite, dont la signification chrétienne est négligée.

614. Lignes d’action. Les pratiques pastorales actuelles peuvent se ramener à trois.

    • 38 Cette position, qui est largement majoritaire, est volontiers renforcée par les spécialistes des sc (...)

    Évangéliser la demande, c’est-à-dire l’accueillir pour ce qu’elle est, sans en être dupe ni la suspecter a priori, mais la considérer comme une occasion ou un point de départ de cheminement dans la foi. C’est l’effort poursuivi depuis près de vingt ans38.

  1. Refuser de baptiser, vu les ambiguïtés de la situation, en vue de créer une rupture favorisant une prise de conscience. Attitude que l’on ne trouve pas à l’état pur. Là où elle a été tentée, elle a provoqué beaucoup d’agressivité, et les gens se sont adressés aux paroisses voisines. En certains endroits d’Amérique latine, cette attitude se trouve intégrée dans un plan pastoral à deux niveaux : les communautés de base ne reçoivent pas de demande de sacrement n’émanant pas de membres de la communauté, mais les paroisses se chargent de les accueillir. On a là une sorte de répartition des tâches, en des visées pastorales différentes.

  2. Reconstituer un tissu communautaire, refaire une Église, qui est le sacrement fondamental, avant de célébrer des sacrements. On veut ici centrer les efforts sur les liens à tisser, surtout en ville, sur les relations communautaires, avec l’espoir que le groupe ainsi formé sera apte à recevoir et à accompagner les demandes de baptême, et à fournir un milieu suffisamment nourrissant pour que la foi puisse s’y développer. Cette orientation, qui est toujours nécessaire, se doit d’éviter l’ecclésio-centrisme qui ferait passer les exigences du groupe avant celles de l’Évangile, et bien sûr le risque sectaire.

  • 39 Cf. supra, note 7.
  • 40 Cf. supra, note 9. K. Barth avait déjà attiré l’attention en 1943 sur le lien entre le baptême des (...)

625. La description de cette évolution laisse finalement dans la bouche un goût quelque peu amer. Sans négliger les acquis, n’est-on pas forcé de constater les résistances ? S’il en est ainsi, ne faut-il pas élargir le champ de vision, regarder plus largement que le baptême, sa préparation et sa célébration, pour examiner quelle fonction il joue effectivement dans l’Église, plus précisément quel rôle il exerce dans les rapports entre l’Église et la société ? Les écrits de R. Pannet sont lumineux à ce point de vue ; ne déclare-t-il pas tout de go que le baptême des petits enfants est « un fait de culture, un fait majoritaire » ? H. Urs von Balthasar avait sans doute raison d’écrire que « la décision de baptiser les enfants est peut-être la plus grosse de conséquences de toute l’histoire de l’Église »39, car elle tend, de par sa logique même, à faire de tous les nouveau-nés des chrétiens, et de l’ensemble de la société la « Cité de Dieu ». Le baptême des petits enfants engendre la chrétienté ; on devient chrétien de père en fils, alors que l’Évangile a relativisé les liens du sang pour ce qui concerne la venue à la foi. J. Moltmann nous en a avertis : le baptême des petits enfants est un problème politique ; il forme le pilier de la « societas christiana », la matrice de la Volkskirche40.

63La question s’impose donc : ne faut-il pas aller plus loin, envisager les choses de plus haut, d’un regard plus pénétrant, pour tenter de toucher les nerfs et non plus seulement faire fondre la mauvaise graisse ? C’est à explorer — à commencer d’explorer — cette voie que je voudrais m’employer maintenant.

II. Baptême, Église et Société

64L’hypothèse que je propose ici est la suivante. N’éclairerait-on pas le débat en situant le baptême, et particulièrement le baptême des petits enfants qui en est actuellement la forme quasi exclusive, au sein des évolutions culturelles ? Le moment n’est-il pas venu d’abandonner le réflexe apologétique provoqué par la question de Barth en 1943 ? Ce réflexe a fait chercher dans le passé la réponse à une question actuelle ; il était sous-tendu par le présupposé selon lequel est justifiée aujourd’hui une pratique qui remonte aux temps apostoliques. Il y a là un danger constant de la réflexion sur les sacrements ; la référence au passé, nécessaire pour le ressourcement, tend à faire de lui le modèle unique et à vouloir l’« appliquer » immédiatement aujourd’hui, sans prendre en compte les évolutions culturelles qui se sont produites depuis lors.

  • 41 « Un rite, ou une institution, ou un morceau de discours idéologique, qui se crée à l’intérieur d’u (...)

65C’est ce présupposé que je voudrais mettre en cause, ou du moins soumettre à la critique, en me demandant si la permanence d’un élément, ici le baptême des petits enfants, a nécessairement la même signification quelle que soit la situation, le contexte, la culture au sein de laquelle il se situe41. Avant d’envisager de front les changements actuels dans les relations entre l’Église et la société, examinons, à titre d’exemple, comment ont évolué l’importance donnée à l’enfant et la répartition des âges de la vie.

A. Le statut de l’enfant

  • 42 « Ce délai, envisagé de cette manière, à une époque où la mortalité infantile est en forte régressi (...)

66De tout temps, l’enfant a représenté un bien précieux, mais pour des raisons fort diverses. Jusqu’il y a deux ou trois siècles, dans une humanité perpétuellement confrontée au problème de sa survie, les enfants étaient désirés en grand nombre pour assurer la perpétuité de l’espèce. Parmi les enfants qui venaient au monde, nombreux étaient ceux qui mouraient ; cette mortalité infantile, de par son caractère habituel, revêtait donc un aspect beaucoup moins dramatique que lorsque des parents viennent aujourd’hui à perdre un enfant. Car l’espérance statistique a une grande influence sur l’intensité des sentiments. La mortalité infantile, d’autre part, n’est pas pour rien dans la prescription de l’Église de baptiser « quam primum » : le document des évêques français de 1965 fait explicitement allusion aux conditions médicales actuelles pour autoriser un délai, destiné à préparer le baptême42.

  • 43 Sermon 84, 6 ; éd. Morin 1, 333 ; cité par DIDIER, Tradition, p. 226.
  • 44 Voici la description d’un bon connaisseur de l’histoire des mœurs : « Un sentiment superficiel de l (...)

67D’autre part, dans l’Antiquité et au Moyen Âge, l’enfant n’est précieux qu’en espérance, en vue du moment où il deviendra adulte. Mais tant qu’il est enfant, il est inintéressant, ou du moins il n’est pas l’objet des soins angoissés de parents se demandant comment l’éduquer sans complexes. Comme une plante, il « pousse ». Il n’est pas considéré comme une subjectivité, comme un être autonome, ce qui explique à sa manière le « baptême des maisons » mentionné par les Actes ; lorsque le pater familias se convertit, l’avis des enfants compte peu ou prou : tous sont baptisés sans qu’on fasse le détail. Césaire d’Arles écrit au VIe siècle : « Je vous en prie, mes frères, quiconque désire faire baptiser son enfant ou son esclave, qu’il n’attende pas »43. Si l’on a si facilement baptisé des enfants dans l’Antiquité, n’est-ce pas parce qu’ils ne comptaient guère, en tant que personnes44 ?

68Les différentes manières de considérer l’enfant sont fort bien illustrées par l’évolution des réponses données à la question du prêtre sur la foi baptismale. Dans l’Antiquité, on l’a remarqué plus haut, le parrain répondait : « Il croit ». C’est sur cette base, et sa reprise dans le cadre d’une philosophie de l'être, que la scolastique élaborera sa théologie de la foi infuse. Aujourd’hui, ce sont les parents qui sont invités à professer leur foi, appuyée sur la foi de l’Église. La réponse de l’Antiquité n’est-elle pas un exemple éloquent, susceptible de nous faire percevoir les compréhensions diverses de ce qu’est un enfant, hier et aujourd'hui ? Quels sont les parents actuels qui répondraient de la sorte ?

  • 45 L. ROUSSEL, Le mariage dans la société française contemporaine. Faits de population, données d’opin (...)

69Aujourd’hui, A. Houssiau l’a souligné, le souci d’éducation de l’enfant vient en premier dans les enquêtes sur les motivations du baptême. Ces sentiments sont très cohérents avec l’évolution des modèles familiaux et conjugaux. Dans la famille nucléaire, plus encore dans le type de mariage qu’on appelle le « compagnonnage », l’enfant est désiré, « souvent intensément, comme une sorte de complément nécessaire du lien qui unit les conjoints. Mais il devient... un être dont on cherche à tirer le plus de gratifications possibles. On veut « profiter » affectivement de lui », écrit L. Roussel, spécialiste de l’évolution des modèles matrimoniaux dans la société contemporaine. Il poursuit : « Tout se passe, dans ce type de famille, comme si les parents avaient autant besoin de leurs enfants que les enfants de leurs parents. Cette relation de dépendance affective des parents par rapport à leurs enfants est évidemment d'autant plus forte que les parents estiment avoir échoué dans la poursuite de leurs propres objectifs, en particulier dans leur vie conjugale. Tout l’équilibre du ménage repose alors sur la tendresse que chaque conjoint attend de l’enfant. C’est par lui que le ménage « tient »45. Pas étonnant, dés lors, qu’on le gâte, ce pauvre petit, et qu’on ne tienne pas à attenter à sa sacro-sainte liberté ! N’est-ce pas ici la racine des questions posées sur la liberté de l’enfant au baptême et après ?

70Bref, s’il est vrai que l’on a toujours baptisé des enfants, il faut prendre en considération que cette pratique n’a pas toujours eu le même sens anthropologique, qu’elle n’a pas toujours eu la même portée dans l’esprit des parents. Aujourd’hui, deux courants s’entrecroisent. Le respect de la subjectivité de l’enfant, perçu dans son autonomie en devenir, incite à ne plus le baptiser dans son enfance ; on préfère qu’un acte aussi engageant soit le fait de sa propre décision. D’autre part, si l’enfant joue le rôle de ciment affectif de l’unité du couple, il n’est pas étonnant que la demande de baptême se maintienne ; toute valorisation de l’enfant tourne au bénéfice du couple. Ces appréciations n’ont rien de théologique ; mais la théologie peut difficilement en faire fl.

B. L’évolution des tranches d’âge

71A la remarque concernant le statut de l’enfant, je voudrais en joindre une autre à propos des tranches d’âge, des manières de comprendre la succession des âges de la vie, particulièrement de sa première partie. Au Moyen Âge et durant les Temps Modernes, on passait le plus souvent sans transition de l’enfance à l’âge adulte ; la formation était assurée par l’apprentissage du métier. Mais la scolarisation a bouleversé cette structuration sociale : à la séquence enfance-âge adulte s’est substitué le triptyque enfance-jeunesse-âge adulte. Aussi surprenant que cela paraisse, la « jeunesse » n’a pas toujours existé ! Les historiens situent le tournant à la fin du XVIIIe siècle ; il s’est accentué avec la scolarisation obligatoire.

72Ce changement n’a guère d’importance pour le moment où se situe la célébration du baptême, mais il en a beaucoup pour l’initiation chrétienne qui doit s’en suivre, particulièrement aujourd’hui pour la Confirmation et donc pour le baptême comme début de l’aventure de la foi. Car on peut se demander si la pastorale de l’Église a jamais pris acte de ces lentes transformations et de l’apparition de la jeunesse, pour s’y adapter. La concentration de la catéchèse à l’âge de 11-12 ans, moment traditionnel de la « communion solennelle », « profession de foi » ou Confirmation, peut importent ici les appellations, n’est-elle pas l’organe témoin de l’époque où cet âge était celui de la grande transition entre enfance et âge adulte ?

73S’il en est ainsi, ne faut-il pas, ici encore, si l’on veut sortir de nos difficultés et des interminables discussions sur l’âge de la confirmation, prendre distance par rapport à l’immédiat et analyser la situation avant de se battre à coups de slogans ? A mes yeux, il est urgent de penser le devenir chrétien sur l’ensemble de la durée de l’enfance et de la jeunesse, et d’acquérir une vue globale de l’initiation chrétienne, plutôt que de continuer à penser que « normalement » tout devrait être terminé à 12 ans, quitte à ajouter un temps de « post-catéchèse ».

C. L’évolution du rôle de l’Église dans la société

  • 46 Les pages qui suivent s’inspirent des vues de mon collègue C. Castiau.

74Mais il faut aller plus loin, et s’interroger sur le rôle de l’Église dans la société actuelle. Car le baptême, je pense l’avoir suffisamment souligné dans le chapitre précédent, est un acte ecclésial. Si donc on cherche quelle pastorale promouvoir pour réduire l’écart entre les deux courbes dessinées par A. Houssiau, si l’on veut savoir, surtout, laquelle des deux devrait rejoindre l’autre, n’est-il pas essentiel de s’interroger sur la manière dont l’Église est perçue dans la société actuelle ? Essayons de la saisir, sur fond d’une large fresque historique46.

a) Une vision de l’histoire

75Durant les premiers siècles, le christianisme a réussi une percée extraordinaire. Il constituait fonde porteuse de la culture de l’époque, attirant à lui les plus grands personnages. C’est, en 313, l’Édit de Milan et, plus importante encore, la proclamation du christianisme comme religion d’État par Théodose en 385. Au moment où l’Antiquité gréco-romaine est en train de sombrer et où les Vandales envahissent l’Occident, Augustin écrit La Cité de Dieu, confiant aux âges à venir le rêve qui ne semblait pas impossible à l’époque : établir sur terre la cité de Dieu. Il faut remarquer au passage la différence entre cette vision et l’attente eschatologique du Nouveau Testament et du IIe siècle ! On se trouve en présence d’imaginaires radicalement différents.

76Cet idéal sera repris par le Moyen Âge et les Carolingiens. Pour ne citer qu’un détail significatif, dans le Pontifical romano-germanique du Xe siècle, on trouve à la suite les unes des autres les ordinations des ordres mineurs, des sous-diacres, diacres et prêtres, et en un autre endroit du livre, l’ordination des évêques et le sacre des rois. Groupement extrêmement typique : on ne sait trop si Charlemagne est évêque ou si l’évêque est empereur ; on vit dans la symbiose, en deçà d’une distinction entre le religieux et le politique. Cette symbiose sera ébranlée par la Querelle des Investitures, mais l’Église affirmera nettement sa primauté spirituelle avec Grégoire VII et, de manière suprême, avec Innocent III et Boniface VIII, qui ouvrent et ferment le XIIIe siècle.

77La fin du Moyen Âge laisse pressentir des évolutions, mais c’est au XVIe siècle que le premier ébranlement sérieux de cette cohésion sociale offerte par le christianisme se produit. A une époque qui, non sans paradoxe, porte un nom baptismal, la « Renaissance »... ! Mais sans doute pour la première fois depuis le IVe siècle, ce qui renaît là ne surgit pas de la cuve baptismale : la source d’inspiration est l’Antiquité païenne. C’est la lente, mais dorénavant irrécusable émancipation de la culture. Celle des juristes d’abord, qui donnent leur structure aux États naissants. Machiavel proclame haut et fort l’indépendance de la politique par rapport à la morale ; elle n’a plus à se préoccuper de justification religieuse. Émancipation des arts, de la science, bientôt de la philosophie. Revendication de liberté, et cela à l’intérieur même de la religion puisque la Réforme propose la libre interprétation de l’Écriture. Il s’agit bien d’une « Renaissance » ; un autre monde est en train de naître, qui affirmera nettement sa maîtrise à la Révolution française.

  • 47 J. DELUMEAU, Le prescrit et le vécu, Leçon inaugurale au Collège de France (13 février 1975), publi (...)
  • 48 Voir L. HOFMANN, Ratiftzierung der Taufe ? Zu einer pastoralen Anregung des Erasmus von Rotterdam, (...)

78Quelle fut, face à ce mouvement, la réaction de l’Église ? L’Église, comme corps, s’est opposée à cette évolution, elle a campé dans l’opposition. Dans le domaine qui nous occupe, elle a combattu les vues des Baptistes et s’est lancée dans un énorme effort d’enseignement et de catéchèse, comme A. Houssiau l’a signalé à la fin de sa seconde contribution à ce livre. Selon l’expression de J. Delumeau, l’Église s’est alors fixé pour objectif de passer du prescrit au vécu47. Fait significatif : Érasme de Rotterdam, homme à l’esprit ouvert, avait constaté comme nous le faisons aujourd’hui l’écart entre les baptisés et les chrétiens effectifs. Pour remédier à cette situation, il proposa en 1522 d’instaurer à l’entrée de l’âge adulte une « profession de foi ». Il fut censuré par la Sorbonne en 1526, puis condamné par le Concile de Trente, car sa proposition supposait que certains baptisés auraient pu ne pas professer leur foi. Donner raison à Érasme aurait équivalu à reconnaître la liberté de conscience, à laquelle le catholicisme s’est si fortement opposé jusqu’à Vatican II48.

  • 49 Mon propos n’est aucunement de juger ici des personnes, mais de comprendre des courants de pensée.
  • 50 Le Missel quotidien de Dom B. CAPELLE, en 1947, introduit la fête dans les termes suivants : « Il a (...)

79Cette opposition de l’Église49 se manifesta nettement envers la Révolution française ; l’attitude de Monseigneur Lefèbvre à son égard est d’ailleurs très révélatrice pour notre propos. Tout au long du xixe siècle, l’Église lutta de toutes ses forces contre ce qui lui apparaissait comme une dislocation et une revendication abusive de la pensée libérale, « laïque ». Pour prendre un exemple dans le domaine des sacrements, pendant tout le xixe siècle, elle organisa le combat contre le mariage civil légalisé par le Code Napoléon. Elle s’appuyait sur ce raisonnement très simple : le mariage est un sacrement, donc il relève de l’Église et de sa juridiction ; l’État fait erreur et empiète sur nos droits en imposant un mariage civil. Ce raisonnement est développé dans l’encyclique Arcanum de Léon XIII (1880) et repris dans le Code de droit canonique (1917). Le « christianisme social » qui naît à l’époque se situe lui aussi dans cet esprit ; il faut refaire la chrétienté, restaurer la cité chrétienne. C’est la matrice de l'Action catholique, à ses débuts : « Il faut refaire chrétiens nos frères ! » Projet de reconquête, par-delà les dégâts de la Révolution française. C’est en 1925 que Pie XI instaure la fête du Christ-Roi50.

80Alors que jusqu’à la Renaissance, l’Église avait vécu dans une sorte d’indistinction avec la société, portée par un imaginaire de cité de Dieu — c’est la définition même de la chrétienté —, elle s’est depuis lors installée dans la résistance. L'unité est rompue : il y a le monde, d’une part, l’Église, d’autre part, même si l’imaginaire va toujours vers la restauration de l’indistinction fusionnelle.

81Dans cette résistance, Vatican II sonne le glas. Il parle d’ouverture au monde, d’adaptation, reconnaissant donc par là même la distinction des instances. Gaudium et Spes porte le titre significatif de « Constitution pastorale sur l’Église dans le monde de ce temps ». Finie la reconquête, même si l’Église reste définie comme Lumen Gentium, la lumière des nations.

  • 51 C’est le titre du livre de Monseigneur A. DONDEYNE paru en néerlandais en 1962 et publié en françai (...)

82De ce profond changement d’attitude, nous percevons tous les effets. C’est lui sans doute qui explique le surgissement des inquiétudes pastorales dont nous avons retracé l’évolution, et par exemple, celle qui s’exprime dans le fameux titre Les sacrements livrés à l’incroyance. Car il est fort probable que la demande de baptême ne s’était pas modifiée si fondamentalement en 1964. Mais ce qui était en train de changer, c’était la compréhension du phénomène, le regard sur les personnes venant demander le baptême pour leur enfant. Jusque-là, dans l’esprit de la chrétienté, on était content de baptiser le plus d’enfants possible ; l’imaginaire étant alors celui de la société chrétienne : peu importait que certains soient baptisés dans un environnement fort peu chrétien, car finalement ils s’adjoignaient à la Mère Église. Mais une fois abandonnée l’idée de « refaire chrétiens nos frères », à partir du moment où les meilleurs esprits demandent que « la foi écoute le monde »51, l’écart paraît trop grand entre les attentes de beaucoup de parents et le baptême du Christ, et les pasteurs se trouvent tiraillés. Jusque-là, on se préoccupait de baptiser tout le monde pour maintenir la société chrétienne ; maintenant, on en vient à s’interroger sur l’avenir chrétien de ceux que l’on baptise dans la petite enfance. Jusque-là, on souhaitait que la courbe de la pratique religieuse rejoigne celle des baptisés ; maintenant, on se demande s'il n’est pas préférable que la courbe des baptêmes rejoigne celle de la pratique. Le problème, finalement, ne serait-il pas celui d’un trop grand nombre de baptisés qui ne deviennent pas chrétiens ?

83Mais depuis Vatican II, il faut le reconnaître, l’Église cherche sa place dans le monde. Elle n’a pas trouvé du jour au lendemain la façon de s’y adapter, de passer de l’opposition au dialogue. Devant les incertitudes et les troubles provoqués par ce passage trop longtemps retardé, on comprend que certains commencent à regretter les ouvertures conciliaires, et qu’un fort vent de restauration souffle ces temps-ci à l’intérieur de l’Église.

b) Les options ecclésiologiques

  • 52 Coll. Esprit, Paris, Seuil, 1950.

84Pourquoi ce détour historique ? Parce que c’est de ce point-ci, devant ce champ nouveau ouvert par Vatican II et plus précisément encore devant l’horizon qui s’est développé depuis le Concile, que les options ecclésiologiques profondes se prennent, avec leurs conséquences pour la pastorale des sacrements. Ou bien on regrette l’évolution, on ne peut admettre que la grande majorité de notre vieille Europe se situe dans l’indifférence, sinon dans un paganisme pratique, et l’on en appelle à un pouvoir fort, qui remettra les choses en place. Ou bien on acquiesce au constat fait par E. Mounier en 1950, écrivant « Feu la chrétienté »52, on se réjouit de ce que l’Église ne soit plus habitée du rêve d’englober tout le monde, et l’on cherche comment elle peut faire retentir aujourd’hui, de manière neuve, non autoritaire, la Bonne Nouvelle de l’Évangile. De là découlent les prises de positions pastorales :

  1. Les uns crient casse-cou, en voyant la baisse actuelle du nombre de baptisés. C’est la position de R. Pannet, Baptisez-les ; il refuse de « minimiser la teneur encore chrétienne des attitudes et des comportements majoritaires, dans la France contemporaine » (p. 63). C’est dans ce sens que va l’Instruction de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (1980), son insistance sur la nécessité du baptême et son opposition à la double proposition de baptiser et dans la petite enfance et à un âge plus avancé. Là s’exprime la crainte de basculer dans une situation inédite depuis le IVe siècle, ou l’Église n'aurait plus prise sur la majorité des individus, au moins dans l’Europe toujours considérée comme le centre du monde.

    • 53 Il faut mentionner ici l’apport de J.-J. von ALLMEN qui a beaucoup contribué à clarifier le débat e (...)

    Les autres estiment qu’il faut oser voir ce qui se passe, constater la fin de la chrétienté et de la symbiose entre l’Église, la société et la culture. L’Église n’a plus les commandes de toutes choses, elle n’a même plus le monopole du sens. Pour les sacrements eux-mêmes, elle est prise dans un rapport de clientèle : l’utilisation des termes d’offre et de demande montre qu’elle n’est plus seule à définir les choses. Ne serait-il pas logique, alors, de ne plus trop tenir aux pratiques qui perpétuent la chrétienté53 ?

85Pour ma part, j’estime que nous avons tout à gagner à adopter cette seconde attitude. C’est elle qui permettra le moins mal à Dieu d’être le Dieu des hommes et aux hommes d’entendre la Parole du Christ.

86Si l’on refuse la perspective de la restauration, la question se pose alors, inédite : quel rôle l’Église est-elle appelée à jouer dans la société, quelle place neuve a-t-elle à prendre ? Si la position défensive est enfin dépassée, l’offensive ne paraît pas de mise, ni le rôle de contre-pouvoir que l’Église joue en certains pays de l’Est. Il ne paraît pas non plus qu’elle ait à camper sur le terrain de la morale, comme s’il était encore son domaine réservé. Si l’Église est aujourd'hui appelée à se situer de manière neuve dans la société occidentale, n'est-il pas indiqué qu’elle rejoigne le lieu originaire du religieux chrétien, les lieux où les hommes et les femmes font entendre un cri ? Car si « la foi n’est pas un cri », elle en procède cependant. La foi judéo-chrétienne prend corps lorsque « Dieu entend les cris de son peuple » (Ex 3, 7) et le fait sortir du pays de servitude. Dans cette perspective, la première exigence de toute pastorale consiste à ouvrir les yeux et les oreilles, à regarder et à écouter pour déceler où l’homme crie, où il ploie sous un fardeau insupportable, où il est bafoué au point de ne plus oser lever la tête. Repérer ces lieux pour non seulement y annoncer, comme de l’extérieur, mais y vivre un salut, au nom de notre Dieu.

c) Des sacrements pour faire Église

87A quoi cette perspective, trop rapidement esquissée, peut-elle mener pour le baptême ?

881. Précisément à le camper là où un passage est à faire, au lieu même de la difficulté, de la crise, du conflit ; là où, soit le salut se joue, soit au contraire la désespérance gagne comme une gangrène. Non pas seulement là où l'homme cherche une échappée, une bouffée d’air lui permettant de survivre, comme si la foi jouait avant un rôle de compensation et servait à supporter les malheurs des temps. Mais le baptême prendrait aujourd’hui tout son sens dans les situations de vie où un non est à prononcer, où un oui est espéré.

89J’avance ceci en conformité avec la structure même du baptême, notamment de sa profession de foi construite en refus et en adhésion. J’ai dit dans le chapitre précédent que la formulation de la renonciation s’exprimait dans le langage mythique de la Bible. Mais ce n’est pas une raison pour délaisser la renonciation elle-même et verser le bébé avec l’eau du bain. Dans la conjoncture liturgique actuelle, il faut savoir trouver sous des formulations surannées les structures de la liturgie, et faire jouer la force du rite.

  • 54 Cette perspective est développée tout au long du livre de G. FOUREZ, Les sacrements réveillent ta v (...)

90Concrètement, cela signifie qu’il faut s’opposer à ce que le baptême devienne purement et simplement une fête de famille, heureuse peut-être, anthropologiquement bénéfique, mais chrétiennement insignifiante. Selon la perspective ici ouverte, il s’agit de situer le baptême d’un enfant ou d’un adulte au cœur même de son existence, là où il aspire au salut, là où c’est en se confiant à Dieu qu’il peut espérer vivre, là où avec d’autres, lui-même (ou ses parents) peut faire l’expérience d’un accueil, d’une solidarité, d’une foi sur laquelle il peut construire54.

91Ouvrir cette perspective permet, me semble-t-il, d’éviter les deux écueils entre lesquels la pastorale sacramentelle se débat habituellement. L’attitude exigeante, d’une part, portée par la volonté de ne pas banaliser les sacrements ; le délai entre la naissance et le baptême est mis à profit pour proposer réunions et cheminement. Après plusieurs années d’expérience, on se rend compte aujourd’hui des risques que comporte cette attitude. Elle privilégie souvent, sans le vouloir, ceux qui maîtrisent la parole. En posant des questions portant sur les motivations de la demande et en voulant favoriser la foi personnelle, elle risque aussi de situer la démarche sacramentelle dans une perspective assez individualiste. Il est très difficile, enfin, de concrétiser l’exigence évangélique de conversion, et de ne pas la confondre avec les évidences du groupe auquel on appartient.

92Les partisans de l’autre tendance se veulent ouverts, compréhensifs et miséricordieux. Ils ne veulent pas éteindre la mèche qui fume encore. En pratique, leur attitude revient à baptiser tous ceux qui en font la demande, que ce soit par conviction ou par impossibilité de faire autrement. Ici aussi on peut, à la longue, se poser des questions. Cette pastorale ne se révèle-t-elle pas finalement laxiste ? N’est-elle pas, à la limite, récupératrice, en identifiant rapidement tout sentiment du sacré et de la transcendance avec la foi chrétienne ?

93Si la lutte entre les partisans de ces deux attitudes pastorales s’avère stérile, n’est-ce pas parce qu’elles sont trop déterminées par le seul point de vue des pasteurs, qui s’interrogent sur la manière de se comporter envers ceux qui viennent leur demander le baptême ? Si le combat mené depuis quinze ans sur ces positions semble ne mener nulle part, n’est-ce pas parce que la question est posée dans un cadre trop étroit, parce qu’on en reste au sacrement réduit à son moment de célébration ? Ne faut-il pas envisager davantage sa finalité qui est de lancer la dynamique chrétienne ? La perspective ouverte ci-dessus a l’avantage, me semble-t-il, de poser la question dans un cadre plus large, et de présenter d’abord un projet d’Église, en vue duquel le baptême acquiert un sens beaucoup plus concret et existentiel.

94Corrélativement, le baptême pourrait être présenté dans une perspective moins individualiste qu’il ne l’est actuellement. Car le sujet de la foi n’est pas une masse d’individus ni même des personnes, mais un Peuple, une Église. Venir à la foi, c’est s’y adjoindre, comme disent les Actes ; se joindre à un groupe de chrétiens, dans un mouvement qui est médiation de l’adhésion au Christ. Ce qui situe la foi de manière moins intellectuelle, moins doctrinale et moins doctrinaire.

952. Pour pouvoir situer le baptême en des lieux de passage existentiel et historique, il faut aussi, dans les circonstances présentes, donner leurs chances à plusieurs attitudes pastorales et faire éclater le quasi-monopole du baptême des petits enfants. Non pas par opposition à celui-ci. La question n'est plus aujourd’hui de savoir si l’on est pour ou contre le baptême des petits enfants ! La question nouvelle concerne l’opportunité de ne proposer pratiquement que cette forme-là du baptême.

96Le baptême des petits enfants, nous l’avons vu, est parfaitement justifiable dans des familles chrétiennes ou dans un contexte de foi. Mais dans un monde qui devient aussi pluraliste que le nôtre, est-il sage de mettre tous ses œufs dans le même panier et de poursuivre la même pastorale que pendant les siècles de chrétienté ? Si les situations sont multiples, les solutions ne doivent-elles pas être plurielles ? Ou serait-ce par pur archéologisme que l’Église propose aujourd’hui trois rituels du baptême ?

  • 55 Sacramentis non alligavit potentiam suam Deus, écrit P. Lombard, Sent. IV, dist. I, p. I, c. 5. L'a (...)

97Cette position, je le sais, privilégie les conditions socio-culturelles dans lesquelles la question du baptême est posée aujourd’hui au détriment de l’insistance sur la nécessité du baptême, encore rappelée vigoureusement par l'Instruction romaine de 1980. Mais devant l’incessante répétition de ce discours, on en vient à se demander pour qui le baptême est nécessaire. Est-ce pour les humains et leur salut ? Mais on s’accorde aussi à penser que si Dieu les a créés indépendamment de leur volonté, il ne veut pas les sauver sans elle. Est-ce pour Dieu ? Mais la tradition théologique est nette : la grâce de Dieu n’est pas liée aux seules médiations sacramentelles55. N’est-ce pas une perverse inversion théologique d’en arriver à croire que les sacrements sauvent les humains devant Dieu et son regard impitoyable ? Alors que c’est Lui qui sauve à l’aide de médiations qui sont par excellence les sacrements de son Église. Ou bien serait-ce finalement pour l’Église que le baptême des petits enfants est nécessaire, afin qu’elle puisse garder la place que feu la chrétienté lui avait donnée dans le monde ?

  • 56 BASILE DE CÉSARÉE, 13e homélie exhortant au saint baptême, PG 31, p. 424 ; citée par DIDIER, Tradit (...)

98Dans les conditions présentes de l’Église d’Occident, le temps n’est-il pas venu de laisser leurs chances à des pastorales diverses ? Les unes accompagneront les parents chrétiens demandant le baptême de leurs enfants. Les autres manifesteront que la « nouvelle naissance » n’a aucun lien nécessaire avec la venue au monde, et que la découverte de la vie évangélique et l’adhésion au Christ peuvent se faire à tout âge. Il s’agirait donc de renoncer à une pédagogie unique, qui, malgré de bonnes références traditionnelles et théologiques, est le pivot d’un type d’Église qui ne lui permet plus d’exercer sa mission dans un monde qui a changé plus vite qu’elle. On retrouverait alors la sagesse du vieux saint Basile qui, dans une perspective il est vrai différente de celle-ci, écrivait : « Il est un temps propice pour chaque chose : pour dormir et pour veiller, pour faire la guerre et faire la paix. Mais pour le baptême, toute la vie humaine offre un temps propice (...) ; ainsi donc pour obtenir le salut par le baptême, tout moment est indiqué »56.

Notes

1 Collection Rencontres, éd. de l'Abeille (Cerf), Paris, 1943.

2 Die kirchliche Lehre von der Taufe, conférence prononcée à Gwatt lors de la 4e session des Facultés théologiques suisses, et éditée dans les Theologische Studien, Zollikon-Zurich, 1943. Traduction française : La doctrine ecclésiastique du baptême, publiée dans Foi et vie, t. 47 (1949).

3 O. CULLMANN, Le baptême des enfants et la doctrine biblique du baptême, (Cahiers théologiques, 19/20), Neuchâtel, Delachaux et Niestlé 1948. J. JEREMIAS, Le baptême des petits enfants pendant les quatre premiers siècles, Le Puy, Mappus, 1967. K. ALAND, Die Säuglingstaufe im Neuen Testament und in der alten Kirche, Munich, 1961 ; Taufe und Kindertaufe, Gütersloh 1971. J.-Ch. DIDIER, Le baptême des petits enfants dans la tradition de l’Eglise, Tournai, Desclée 1959 ; cité dans la suite par Dossier ; fournit les textes en langue originale. ID., Faut-il baptiser les enfants ? La réponse de la tradition, (Chrétiens de tous les temps, 21), Paris. Cerf, 1967 ; cité dans la suite par Tradition-, ne donne que la traduction française.

4 TERTULLIEN, Traité du baptême 18, 4-6 (Sources chrétiennes 35, 92-93).

5 I Cor 1, 16 ; Ac 10, 2 (cf. note j de la TOB) ; 16, 15 et 33 ; 18, 8.

6 K. BARTH, Die Taufe als Begründung des christlichen Lebens, (Kirchliche Dogmatik IV, 4), Zollikon, 1967 ; trad. franç. Le baptême, fondement de la vie chrétienne, Genève, Labor et Fides, 1969.

7 H. URS von BALTHASAR, La Gloire et la Croix, t. 1, Paris, Aubier 1965, p. 430.

8 Dans la préface à R. PANNET, Baptisez-les, Paris, 1981, p. 8 note 1.

9 J. MOLTMANN, L'Église dans la force de l’Esprit, (Cogitatio fidei 102), Paris, Cerf, 1980.

10 A. KAVANAGH, The Shape of Baptism : The Rite of Christian Initiation, (Studies in the Reformed Rites of the Catholic Church, 1), New York, Pueblo Publishing Company, 1978.

11 J.-J. von ALLMEN, Réflexion d'un protestant sur le pédobaptisme généralisé, dans La Maison Dieu 89 (1967), p. 66-86.

12 AUGUSTIN, Sermon 294, 12 (PL 38, 1342) ; Lettre 98 à Boniface, no 7 (PL 33, 360ss) ; citée dans DIDIER, Tradition, p. 151. Même attestation en Orient chez Astérius le Sophiste, vers le milieu du ive siècle, dans son homélie sur le psaume 14, éd. M. RICHARD, in Symbolae Osloenses, fasc. suppl. XVI, Oslo, 1956 ; cité dans DIDIER, Tradition, p. 109. Sur ces questions posées à la troisième personne, cf. J.-Ch. DIDIER, Une adaptation de la liturgie baptismale au baptême des enfants dans l'Église ancienne, dans Mélanges de science religieuse 22 (1965), p. 79-90.

13 Somme théologique III, 71, 1 ad 3.

14 Paris, Bonne Presse. 1951.

15 La Documentation catholique, t. 63 (1966), p. 457-466.

16 H. DENIS, Ch. PALIARD, P.-G. TREBOSSEN, Le baptême des petits enfants. Histoire, doctrine, pastorale, (Foi chrétienne), Paris, Le Centurion 1980, p. 30.

17 P. ANCIAUX, Sacrement et Vie. Fondements et orientations du renouveau dans la pastorale des sacrements. Tournai, Casterman, 1967.

18 Sur les célébrations d’accueil, voir B. REY, Que penser d'un rite d’inscription des enfants en vue du baptême ?, dans La Maison Dieu 104 (1970), p. 46-65 ; J. BAUM GARTNER, Kinderdarbringung - Kindertaufe. Zur Diskussion um die Riten der Präsentation und Benediktion im protestantischen Raum, dans Freiburger Zeitschrift für Philosophie und Theologie, t. 18 (1971), p. 419-474 ; O. SARDA, Les recherches pastorales sur l’accueil prébaptismal des petits enfants dans les diocèses de France de 1976 à 1978 (Mémoire présenté à l’Institut Supérieur de Liturgie de l’Institut Catholique de Paris), 1979 ; Theologische Fakultàt Zürich, Stellungnahme zur Frage der Darbringung, dans Theologia Practica (Stuttgart) t. 14 (1979), p. 54-62.

19 Dans la documentation dont je dispose, je ne connais qu’une proposition de fête de la naissance qui se cantonne au plan humain ; elle est faite par le secteur rural de Feurs (diocèse de Saint-Étienne, France) qui présente une « fête de famille » dans les termes suivants : « Une fête de famille, c’est une fête à la maison avec parents et amis pour fêter la naissance de l’enfant ; ce genre de célébration reconnaît la joie humaine d’une nouvelle vie, mais n’engage pas les parents sur le plan chrétien ; ainsi les parents laissent toutes voies ouvertes à leur enfant pour qu’il choisisse plus tard le sens de sa vie ». Cité par Sarda, p. 90.

20 Eglise Réformée de France, Liturgie, 3e édition, Paris, Berger-Levrault 1963, p. 246-249.

21 Cf. P.-M. GY, Un document de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi sur le baptême des petits enfants, dans La Maison-Dieu 104 (1970), p. 42.

22 La documentation catholique t. 71 (1974), p. 490.

23 La Documentation catholique t. 77 (1980), p. 349.

24 « Nous avons avec elle (l’Église), aujourd’hui surtout, assez de confiance en la divine miséricorde et en l’universalité du plan sauveur pour pouvoir remettre sans crainte les enfants non baptisés entre les mains de Dieu, et pour ne pas avoir à inventer un rite non sacramentel (dit en France « rite d’accueil et d’inscription ») dont l’ambiguïté foncière est plus grande que celles qu’il prétend combattre » (H. Urs von Balthasar, préface au livre de R. Pannet cité note 8).

25 Dans les Etudes d’octobre 1970, p. 431-442.

26 P. M. GY, Qu’est-ce qu'un catéchumène ?, dans La Maison-Dieu 71 (1962), p. 28-32.

27 J. MOINGT, Le devenir chrétien. Initiation chrétienne des jeunes. Paris, Desclée de Brouwer, 1973 ; La transmission de la foi, Paris, Fayard, 1976.

28 La transmission de la foi, 23-24.

29 Présentation et critique plus développées dans Ch. PALIARD, L’initiation chrétienne des jeunes, dans La Maison Dieu 112 (1972), p. 96-111. Voir aussi P. DE CLERCK, L'initiation chrétienne entre 1970 et 1977. Théories et pratiques, dans La Maison Dieu 132 (1977), p. 79-102, particulièrement p. 83-86.

30 D. BOUREAU, L’avenir du baptême, Lyon, Chalet, 1970.

31 Op. cit. à la note 16, p. 147-148.

32 La documentation catholique, t. 77 (1980), p. 1107-1113.

33 E. MARCUS, E. GERMAIN, J. M. HUM, A. ROUET, A. VINGT TROIS, Quand l'Église baptise un enfant, (Dossiers libres), Paris, Cerf, 1980.

34 R. PANNET, Baptisez-les ! Contribution au débat pastoral sur le baptême des petits enfants, Paris, France-Empire, 1981.

35 Ici et dans les pages qui suivent, le terme « chrétienté » ne désigne pas l’ensemble des chrétiens répartis dans les cinq continents, mais un type de relations entre l’Église et la société, caractérisé par l’évidence d’une quasi-coïncidence entre elles.

36 Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les termes initier initiation s’entendaient de « l’état ecclésiastique ». Au XIXe siècle, pour expliquer ce qu’était l’ancien catéchuménat, Renan le compare au noviciat que ses lecteurs connaissent. Cf. P.-M. GY, La notion chrétienne d’initiation. Jalons pour une enquête, dans La Maison Dieu 132 (1977), p. 33-54, particulièrement p. 46-48.

37 Sondage SOFRES publié dans Le Figaro des 5 et 6 novembre 1973. Repris dans La Documentation catholique, t. 70 (1973), p. 1026-1027.

38 Cette position, qui est largement majoritaire, est volontiers renforcée par les spécialistes des sciences humaines, vu l’importance qu’ils attachent à la ritualité. Voici, par exemple, ce que pense à ce propos A. Vergote : « Si des personnes demandent avec insistance le baptême ou le mariage, en disant ne pas avoir la foi et ne pas pratiquer, ils demandent au fond deux sacrements qui concernent la vie humaine comme telle : la naissance et la sexualité ; ils désirent s’insérer dans la loi de la vie. Ceci est un sens presque minimal au plan théologique. Mais leur demande, presqu’au sens minimal, est, me semble-t-il, celle d’une consécration religieuse d’une dignité humaine (« je ne suis pas un chien » : on ne naît pas à la vie pas plus qu’on n’est enterré comme un animal). Dans leur démarche, ils veulent que le lien avec un certain divin consacre une certaine identité humaine. Dans toutes les civilisations d’ailleurs on a voulu que soit marqué par le sacré le moment important où l’humain et le naturel se rencontrent : la sexualité, la reproduction, la naissance.
Dans notre culture, il n’y a pas d’autre moyen de se relier au sacré que par l’Église. L’Église prend alors le sens très vague de la présence divine. Il n’y a pas d’autres instances pour remplir cette fonction importante, de représenter le sacré religieux.
Aussi, la démarche de ces personnes ne peut être réduite au souhait d’être rattaché à un groupe sociologique : j’ai toujours l’impression qu’à travers l’attachement à un groupe, on veut toujours se relier à un divin qui dépasse l’humain ; l’attachement sociologique est comme le signe d’une consécration plus ou moins religieuse de l’existence. Dès lors, si l’on refuse le baptême, il me semble que l’on refuse quelque chose d’essentiel. Mais ceci n’implique pas qu’on n’a pas le droit de refuser » (Dialogue interdisciplinaire sur l’anthropologie sacramentelle, dans La Maison Dieu 119 (1974), p. 57 58).

39 Cf. supra, note 7.

40 Cf. supra, note 9. K. Barth avait déjà attiré l’attention en 1943 sur le lien entre le baptême des petits enfants et la volonté de ne pas renoncer au « corpus christianum constantinien ». L’Église ne pourrait plus être multitudiniste, écrivait-il, si elle renonçait au baptême des enfants. Cf. La doctrine ecclésiastique du baptême, p. 40.
Pour une vue d’ensemble des problèmes ici soulevés, voir Crise des structures d’initiation, dans Concilium 142 (1979).

41 « Un rite, ou une institution, ou un morceau de discours idéologique, qui se crée à l’intérieur d’un système global peut se maintenir à l’intérieur d’un autre système, tout en ayant (partiellement ou totalement) changé de fonction et de signification. »
F. Deniau, qui propose ceci comme une thèse, en donne divers exemples empruntés à la vie politique. Il poursuit : « Enfin, pour prendre un autre exemple sacramentaire, le baptême des petits enfants remplit des fonctions différentes :
— dans une société où la communauté chrétienne est minoritaire. C’est l’intégration (dans la famille) à la communauté comme distincte de la société. Cela signifie une appartenance et une mise à part ;
— dans une société chrétienne où l’Église se confond avec la société. C’est l’intégration, du même coup, à l’Église et à la société ;
— dans une société qui n’est plus chrétienne. Le rite peut alors fonctionner :
- soit comme intégration religieuse à la société (« pour qu’il soit comme tout le monde ») : c’est le rite de passage célébrant la naissance,
- soit comme intégration à la communauté ecclésiale (appartenance et mise à part, en fonction de la foi des parents et de la communauté).

42 « Ce délai, envisagé de cette manière, à une époque où la mortalité infantile est en forte régression, ne saurait contredire l’obligation faite par l’Église de baptiser normalement quam primum moraliter » (p. 463).

43 Sermon 84, 6 ; éd. Morin 1, 333 ; cité par DIDIER, Tradition, p. 226.

44 Voici la description d’un bon connaisseur de l’histoire des mœurs : « Un sentiment superficiel de l’enfant — que j’ai appelé le « mignotage » — était réservé aux toutes premières années, quand l’enfant était une petite chose drôle. On s’amusait avec lui comme Une réflexion théologique sur le baptême des enfants qui ne tiendrait pas compte de ces diversités de fonctionnement, pour aller trop vite à la signification chrétienne (christologique) du baptême, risquerait de parler « en l’air ». Ou de plaquer une signification, qui collait avec un autre fonctionnement, sur un fonctionnement qui n’est peut-être plus capable de la supporter. Un rite est d’abord une réalité sociale, et aucune théologie sacramentaire ne peut faire abstraction de la sociologie du rite dans un système social déterminé (isoler le rite, ou l’universaliser prématurément, c’est tomber dans l’abstraction ; le concret n’est qu'au bout d’une analyse globale et historique) ». (F. DENIAU, dans Foi et sacrement de mariage. Recherches et perplexités, Lyon, Chalet, 1974, p. 91-93). avec un animal, un petit singe impudique. S’il mourait alors, comme cela arrivait souvent, quelques-uns pouvaient s’en désoler, mais la règle générale était qu’on n’y prit pas trop garde, un autre le remplacerait bientôt. Il ne sortait pas d’une sorte d’anonymat » (Ph. ARIÈS, L’enfant et la vie familiale sous l’ancien régime, nouvelle édition, (L’univers historique), Paris, Seuil, 1973, p. II). Cette thèse a été critiquée, l’auteur l’a reconnu dans l’introduction de la seconde édition. Si le passage cité doit donc être nuancé, il n’en reste pas moins que les sentiments envers l’enfant étaient autrefois différents de ce qu’ils sont aujourd’hui.

45 L. ROUSSEL, Le mariage dans la société française contemporaine. Faits de population, données d’opinion, (Institut national d’études démographiques. Travaux et documents, no 73), Paris. PUF 1975, p. 365 et 349.

46 Les pages qui suivent s’inspirent des vues de mon collègue C. Castiau.

47 J. DELUMEAU, Le prescrit et le vécu, Leçon inaugurale au Collège de France (13 février 1975), publiée dans ID., Le Christianisme va-t-il mourir ?, Paris, Hachette 1977, p. 175-211.

48 Voir L. HOFMANN, Ratiftzierung der Taufe ? Zu einer pastoralen Anregung des Erasmus von Rotterdam, dans H. AUF DER MAUR B. KLEINHEYER, Zeichen des Glaubens (Festschrift B. Fischer), Zurich-Fribourg, Benziger Herder 1972, p. 95-107. La condamnation tridentine se trouve en DS 1627 ; la censure de la Sorbonne est citée dans DIDIER, Dossier, p. 185-186 (en latin) ; Tradition, p. 265-266 (en français).

49 Mon propos n’est aucunement de juger ici des personnes, mais de comprendre des courants de pensée.

50 Le Missel quotidien de Dom B. CAPELLE, en 1947, introduit la fête dans les termes suivants : « Il a paru opportun d'opposer à l’hérésie moderne du laïcisme, qui nie la suprématie de Dieu et de son Église sur la société civile, la revendication expresse et solennelle pour le Christ de dominer sur tous les rois, tous les gouvernements, tous les peuples et toutes les nations de la terre ».

51 C’est le titre du livre de Monseigneur A. DONDEYNE paru en néerlandais en 1962 et publié en français aux éd. universitaires, Paris, 2e éd. 1964.

52 Coll. Esprit, Paris, Seuil, 1950.

53 Il faut mentionner ici l’apport de J.-J. von ALLMEN qui a beaucoup contribué à clarifier le débat en distinguant nettement la justification théologique du baptême des petits enfants et l’opportunité du pédobaptisme généralisé. Outre l’article cité à la note 11, voir son livre Pastorale du baptême (Cahiers œcuméniques, 12), Fribourg-Paris, 1978. Ses pages sur « les inconvénients du pédobaptisme généralisé » (p. 115ss) sont très lucides. Pour lui, il est « bien entendu que ce n’est pas le principe du baptême des enfants des chrétiens qui est en cause... Mais vouloir maintenir aujourd’hui une pratique motivée en partie du moins par des circonstances extérieures qui sont en train de disparaître ou qui ont déjà disparu, c’est sociologiquement anachronique et théologiquement irresponsable » (p. 115).
Lire aussi, dans le même sens, G. PINCKERS, Un seul baptême, dans La foi et le Temps 8 (1978), p. 405-443.

54 Cette perspective est développée tout au long du livre de G. FOUREZ, Les sacrements réveillent ta vie. Célébrer les joies et les tensions de l’existence, Paris, Centurion. 1982.

55 Sacramentis non alligavit potentiam suam Deus, écrit P. Lombard, Sent. IV, dist. I, p. I, c. 5. L'adage est cité plusieurs fois par saint Thomas, Somme théologique III, 64, 7, corps ; 67, 5 ad 2 ; 68, 2, corps ; 86, 2, 2.

56 BASILE DE CÉSARÉE, 13e homélie exhortant au saint baptême, PG 31, p. 424 ; citée par DIDIER, Tradition, p. 104.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search