Version classiqueVersion mobile

Le baptême, entrée dans l’existence chrétienne

 | 
Albert Houssiau
, 
Julien Ries
, 
Jean Giblet
, 
et al.

Chapitre V. Baptême et existence chrétienne

Paul De Clerck

Texte intégral

1Mon intention est de traiter de notre baptême, et de son importance dans la vie des chrétiens. Je n’envisagerai donc pas, en ce premier chapitre, les problèmes pastoraux ni la manière de présenter le baptême à d’autres personnes. Je m’adresse à des chrétiens, et à moi-même aussi qui n’ai aucune raison de me dispenser d’entendre l’appel baptismal. A des chrétiens dont le baptême reçu dans la prime enfance a réussi, lui qui comporte un aspect de pari (j’en dirai un mot dans le chapitre suivant). Mon propos consiste à développer le sens de notre vie baptismale actuelle, plus précisément de notre vie chrétienne sous son angle baptismal, en tant qu’elle est dynamisée par le baptême.

2Je ne parlerai donc pas du baptême en son moment de célébration, limité à un moment du temps ; mais je me propose de déployer le mouvement qu’il donne à la vie, de décrire son rôle dans l’existence chrétienne, dans le quotidien de la vie du chrétien. Selon le titre de la session, je traiterai du baptême comme de l’entrée dans l’existence chrétienne.

3Mon but est de développer tout ce à quoi le baptême nous appelle et nous engage, quel que soit l’âge auquel nous l’avons reçu. Je veux essayer de retrouver et de décrire l’expérience baptismale en vue de la raviver.

4D’emblée, trois objections surgissent, à l’énoncé de ce projet. Et d’abord, qui vit effectivement son baptême comme un dynamisme ? Parler de la sorte, n'est-ce pas décrire une fiction ? Mon propos ne suppose pas que tous les chrétiens vivent leur baptême de la manière dont j’en parlerai. Je ne suis pas sociologue ; mon but n’est pas de constater des faits et de les décrire au plus juste. Mon exposé comporte effectivement une critique de la pratique baptismale dans la mesure où le sacrement se trouve encore parfois réduit à une cérémonie sans relief, expédiée en quinze minutes dans un recoin d’église, sans que le poids d’humanité qu’il engage ait été soupçonné, mis en relief et estimé à son prix.

5L’objection la plus courante contre la perspective que je veux ouvrir ici est bien que, dans la pratique, ce sont des petits enfants que l’on baptise. On arguë du fait que le baptême est généralement conféré dans l’inconscience pour lui ôter toute pertinence actuelle. J’aurai à traiter du baptême des petits enfants dans le chapitre pastoral. Mais je voudrais dès maintenant réfuter l’objection.

6a) Car, selon les sources de la foi, le baptême n’est pas une affaire d’enfants ; sa portée en tout cas n’est aucunement limitée à la vie enfantine. Je tiens comme un axiome qu’il faut partir de cette affirmation fondamentale pour apprécier la légitimité du baptême des petits enfants, et non l’inverse.

  • 1 « Nul homme n’est contemporain de sa propre naissance. L’origine absolue de notre vie, son « arche (...)

7b) De plus, n’est-ce pas le paradoxe de la vie humaine de n’avoir finalement pas prise sur ses dimensions les plus essentielles et sur ce qui marque le plus profondément l’existence ? La vie elle-même en effet nous est donnée sans que nous ayons sur elle d’autre maîtrise... que de pouvoir la supprimer1. L’amour, lui aussi, nous advient, nous envahit parfois ; plus profondément que volonté délibérée d’aimer quelqu’un, n’est-il pas émerveillement, surprise de se découvrir aimé par quelqu’un qui, tel que nous sommes, nous trouve « aimable », adorable ? L’appel de Dieu lui-même, finalement, nous arrive de manière plus ou moins irrésistible. N’est-ce pas l’une des expériences religieuses fondamentales, qu’a exprimée Jérémie en avouant : « Seigneur, tu m’as séduit, et je me suis laissé séduire » ? (Jr 20, 7).

8Quel que soit donc l’âge auquel nous avons reçu le baptême, l’essentiel me paraît bien être de l’assumer, d’entrer dans sa dynamique. Tout comme l’enjeu principal de l’existence est bien de nous rendre compte qu’elle nous est donnée, que nous en sommes maîtres et qu’il s’agit donc de nous assumer, quel que soit l’âge auquel se produit cette prise de conscience. Que nous ayons été baptisés bébés ou il y a seulement trois ans, l’essentiel n’est-il pas de vivre notre baptême aujourd’hui ?

9Mais la troisième objection risque bien d’être la plus dure. Peut-on parler d’expérience baptismale et tenter de la décrire, alors que souvent le baptême apparaît comme un rite ?

  • 2 J’ai essayé de développer cette conviction dans un article intitulé Pour quelle fête chantons-nous (...)

10La question du rite et de l’expérience, celle surtout de leurs relations, est aujourd'hui au cœur des problèmes de la vie sacramentelle. Contrairement aux évidences qui courent, j’ai la profonde conviction que le rite n’exclut pas l’expérience de la réalité qu’il met en forme, mais qu’il en est le support. J’espère que tout mon exposé illustrera le bien-fondé de ce qui revêt ici la forme d’une affirmation de principe2.

  • 3 Sur la notion d’initiation chrétienne, lire La Maison-Dieu, 132 (1977). La perspective du présent (...)

11Bref, pour en terminer avec cette introduction, j’ai l’intention de parler du baptême dans une perspective d’initiation chrétienne, le terme initiation n’étant pas pris ici au sens où l’entend l’histoire des religions, mais au sens plus moderne d’un processus comportant une certaine durée, d’un acte ouvrant un avenir, d’un début supposant un cheminement ultérieur (et comprenant donc, j’y reviendrai tout à l’heure, la Confirmation), en un mot d’une « entrée dans l’existence chrétienne »3.

12L’exposé comprendra trois parties :

  1. La première se propose de décrire plus précisément la dynamique baptismale.
  2. La deuxième poussera plus avant en détaillant les relations inaugurées au baptême avec le Christ, l’Esprit et le Père, d’une part, avec l’Église, d’autre part.
  3. La troisième montrera comment chacun des autres sacrements chrétiens présuppose le baptême et comment s’y actualise à chaque fois l’engagement baptismal.

1. La dynamique baptismale

13J’utilise le terme dynamique pour désigner le mouvement que le baptême comporte et dans lequel il insère. Le baptême est un commencement, c’est-à-dire :

  1. Le départ d'une aventure, et non pas son terme ou son plein épanouissement ; le baptême n’est qu’un début.
  2. Le commencement d’une aventure, sans laquelle il n’a guère de sens.

14Tout comme le mariage est célébré en fonction de la vie conjugale dans laquelle il engage, la célébration du baptême ouvre la vie baptismale. Cette dernière expression n’est qu’une autre manière de qualifier la vie du chrétien.

15Pour décrire le mouvement auquel le baptême nous convie, je reprendrai saint Paul et le chapitre 6 de l’épître aux Romains que J. Giblet nous a lu. C’est un des premiers textes qui parlent du baptême, avec une profondeur qui n’a jamais été égalée depuis. Il nous décrit deux camps :

celui de la loi

et celui de la grâce (v. 14)

celui du péché

celui d’une vie pour Dieu (v. 10)

celui des esclaves

celui des hommes libres (v. 6-7)

le vieil homme

ceux qui marchent dans une nouveauté de vie

finalement, l’ensevelissement

la Résurrection (v. 4-5)

la mort

la vie (v. 4).

16Le passage d’un camp à l’autre, qui résume l’aventure de la foi, est marqué par le baptême. On ne peut être plus clair : pour les adultes auxquels s’adresse Paul (et que nous sommes), le baptême signifie une césure, un passage, à la fois la rupture avec une certaine manière d’être et de vivre, séparation si radicale que Paul n’hésite pas à parler de mort et d’ensevelissement, et l’introduction dans un nouveau monde, pour mener une vie renouvelée, dans une espérance de résurrection.

17Le passage se fait par adhésion au Christ, par assimilation au Christ en ce qu’il a vécu de plus caractéristique : sa mort et sa résurrection. Être baptisé, selon le témoignage de Paul, c’est donc vivre une mort à ce qui fait mourir, c’est être greffé sur une vie d’une qualité telle que la malice de la mort elle-même est vaincue. Le baptême est une mise en croix du vieil homme, une mise à mort du corps de péché pour une libération de la vie. « Ô mort, où est ton aiguillon ? ô mort, où est ta victoire ? » (I Cor 15, 55). « Si nous sommes morts avec le Christ, nous croyons que nous vivrons avec lui » (v. 8).

18Toute l’épître aux Colossiens est bâtie sur le passage que scelle le baptême ; d’un bout à l’autre elle oppose cet avant et cet après, séparés par le baptême.

192,12 : « Ensevelis avec lui dans le baptême, avec lui encore vous avez été ressuscités...

202,13 : Et vous qui étiez morts... Dieu vous a donné la vie.

212,16 : Dès lors, que nul ne vous condamne...

222,20 : Du moment que vous êtes morts avec le Christ...

233, I : Du moment que vous êtes ressuscités avec le Christ...

243, 3 : Vous êtes morts, en effet, et votre vie est cachée avec le Christ en Dieu.

253, 4 : Quand le Christ, votre vie, paraîtra, alors vous aussi vous paraîtrez avec lui en pleine gloire.

263, 5 : Faites donc mourir ce qui en vous appartient à la terre...

273, 8 : Débarrassez-vous de tout cela...

283, 9 : Vous vous êtes dépouillés du vieil homme avec ses pratiques, vous avez revêtu l’homme nouveau.

293,12 : Puisque vous êtes élus, sanctifiés, aimés par Dieu... ».

30Toute l’éthique chrétienne est fondée pour Paul sur le passage baptismal ; elle n’est pas obéissance à des lois extérieures, mais cohérence avec la mort baptismale et la résurrection en germe. Cela dans toutes les dimensions de l'existence.

31La liturgie du baptême marque ce passage de deux façons :

  1. Par la parole, puisque la profession de foi y est exprimée de manière à la fois négative et positive, en une tournure d’une force extraordinaire quand on la fait parler au cœur de notre vie : « Renoncez-vous ? », nous est-il demandé, puis : « Croyez-vous ? ». Car il n’est pas possible de servir à la fois deux maîtres : croire au Christ, adhérer à lui et s’inscrire avec lui dans le passage de la mort à la vie est une attitude qui suppose comme son corrélat logique, comme sa contrepartie évidente, la renonciation à toutes les formes de vie incompatibles avec l’évangile des Béatitudes.
  2. La liturgie marque aussi le passage par le rite d’eau, rite infiniment plus expressif, il faut le reconnaître, durant les premiers siècles de l’Église, où les baptisés descendaient nus dans l’eau, se dépouillant du mal qui colle à la peau, quittant une rive de leur existence pour aborder sur une autre. Et c’est dans l’eau, à la fois eau destructrice des déluges et des abîmes marins, et eau de la vie, de la fécondité et lieu de toute naissance, c’est dans l’eau qu’ils professaient la foi, avant d’en ressortir pour marcher dans une nouveauté de vie.

32Ce passage, la Bible l’exprime, dans l’univers mythique qui est le sien, comme un transfert. Pour citer encore l’épître aux Colossiens : « Dieu, y est-il dit, nous a arrachés au pouvoir des ténèbres et nous a transférés dans le Royaume du Fils de son amour, en qui nous avons la délivrance, le pardon des péchés » (Col 1, 13-14 ; cf. Ac 26, 18). Pour la Bible, le monde est le lieu d’un combat entre les forces du mal et Dieu, entre les démons d’une part avec Satan, leur prince, et Dieu d’autre part. La Création est une première victoire de Dieu qui, là où régnait le chaos, le tohu-bohu, impose magistralement l’ordre, la vie, la lumière. La seconde victoire, radicale celle-ci, est celle de la Croix. Apparemment, c’est la défaite ; le Fils de Dieu lui même n’y est-il pas lamentablement mis à mort, en dehors de la ville, parmi les assassins ? Mais en réalité, par la mort, Dieu a vaincu la mort. Sa vie comme sa mort, Jésus l’a donnée, il l’a livrée (« C’est ma vie, livrée pour vous »). Il s'est dessaisi de lui-même par amour, et a ainsi vaincu le péché et la mort elle-même en lui ôtant sa malice.

33Dans ces termes mythiques, le baptême est donc le passage d’un camp à l'autre, du domaine où Satan est maître à celui où règne Dieu. Ce n’est pas pour rien que la liturgie baptismale demande si nous renonçons à Satan, à ses œuvres, à ses séductions ! « Le baptême efface le péché originel » disait-on.

34Est-il possible de reprendre tout cela dans des termes plus actuels ? Je pense que dans la perspective qui est ici la nôtre, le terme qui circonscrit au mieux la réalité du baptême est le passage. Ou Pâque, en vocabulaire chrétien. Et de même qu’il n’existe qu’une Pâque, définitive, celle où le Christ est mort pour nos péchés et ressuscité pour notre vie, et que cependant nous célébrons Pâque chaque année, ainsi le baptême nous marque une fois pour toutes, et est cependant à reprendre en des passages incessants de notre existence historique où rien n’est joué d’un coup.

35Passage de la mort à la vie. Ce mouvement-là échappe probablement à l’expérience de la plupart d’entre nous qui, baptisés enfants, n’ont pas conscience d’avoir quitté un lieu pour un autre. Sans doute percevons-nous davantage notre expérience baptismale comme un passage dans la mort, ou mieux encore à travers la mort.

  • Vivre son baptême, c’est faire une croix sur tout ce qui cause la mort et la fait proliférer. C’est refuser de s’habituer à l’injustice, de se laisser entraîner sur la pente du fatalisme qui nous fait dire que depuis que le monde est monde il y a des riches et des pauvres, et que la raison du plus fort sera toujours la meilleure. C’est pouvoir se révolter devant ce qui racornit la vie, handicape l’épanouissement, tue l’espérance, et cela malgré les sombres connivences découvertes en nous avec les œuvres de mort.
  • Vivre son baptême, passer à travers la mort, c’est encore apprendre, à la suite de Jésus, à se dessaisir de sa propre vie, à ne pas mettre sa foi en soi-même mais en un Autre, à entrer dans la curieuse logique évangélique de la désappropriation, selon laquelle celui qui tient à sa vie au point de vouloir la sauver finit par la perdre, et celui qui ne s’y accroche pas la retrouve enrichie de tout ce qu’il a donné.
  • Vivre son baptême, passer à travers la mort, c’est enfin apprendre à vivre sa propre mort, sans métaphore aucune. Admettre l’existence de l’échec, d’abord, le reconnaître et l’affronter, sans quoi il n’y a pas de maturation de notre vie. Par ce constant travail de dépassement, ensuite, apprivoiser sa propre mort, lui ôter la malice par laquelle elle est séparation d’avec soi-même, les autres et Dieu, pour en renverser la logique et la faire devenir, telle la mort de Jésus, témoignage suprême de la solidarité. En ce sens, on peut le dire, le baptisé est libéré de la mort : il a sa mort derrière lui ! « Comme des vivants revenus d’entre les morts » écrivait Paul (Rom 6, 13).

36Passage à travers la mort, vers la vie, c’est-à-dire vers ce à quoi l’homme aspire — le temps de vivre ! — et qui en même temps est radicalement hors des prises de l’homme et de sa maîtrise. Le biologiste peut observer les processus vitaux ; il ne peut créer la vie. L’homme et la femme (mais déjà ne faut-il pas rester seul) peuvent transmettre la vie, mais non la faire surgir. La seule prise possible de l’homme sur la vie, c’est de la tuer. La vie est le propre de Dieu, sa caractéristique la plus essentielle. Notre vie est toujours reçue, gratuitement. C’est vrai de la vie biologique, car aucun de nous n’a demandé à vivre. C’est vrai tout autant de la vie chrétienne ; même si c’est à l’âge adulte que j’accomplis le passage baptismal, la vie que je goûte et dans laquelle j’entre m’est toujours donnée, comme un cadeau à recevoir. Personne ne se baptise lui-même ; tous autant que nous sommes, nous avons été baptisés par un autre, signe de l’œuvre de Dieu qui s’y accomplit.

37La gratuité de la vie reçue, qui n’est pas notre œuvre mais l’œuvre de Dieu en nous, pour nous, fait que le passage baptismal nous introduit à une extraordinaire liberté. C’est une des contradictions les plus flagrantes du christianisme actuel, qu’il soit perçu, et même parfois vécu comme un poids, un carcan, un asservissement, au point que s’en défaire est considéré par beaucoup comme une libération. On craint de baptiser l’enfant, pour le laisser libre, comme si le baptême était destiné à l’asservir ! Tragique malentendu, sur lequel il nous faudra revenir dans le chapitre suivant. Alors que c’est pour la liberté que le Christ nous a libérés ! (Gl 5, 1). Par le passage baptismal à travers la mort vers la vie, nous sommes libérés de nous-mêmes et de l’obsédant souci de nous justifier. Quelle énergie les humains ne dépensent-ils pas à calfeutrer les brèches, à faire bonne figure, à surtout ne jamais perdre la face, à ne jamais mourir ? A vouloir ainsi constamment vivre sur la pointe des pieds, on ne tarde pas sombrer dans la dépression. Celui qui accomplit le passage baptismal n’a plus à s’occuper de son auto-valorisation. C’est ce que saint Paul a exprimé, dans ses termes à lui, en parlant de la justification par la foi (Rm 3, 2Iss). Non par les œuvres, par lesquelles on s’exténuerait à vouloir se justifier soi-même ou à « mériter son ciel ». C’est Dieu qui fait de nous des justes ! Nous sommes donc dispensés de nous justifier nous-mêmes et nous devenons libres pour les autres et pour les tâches humaines. La « justification par la foi » exprime en termes théologiques l’expérience de l'amour ; celui-ci n’est-il pas la découverte, toujours surprenante, parfois bouleversante, d’être aimé « pour rien », simplement parce qu’on est soi ?

  • 4 Somme théologique III, 66, 12.

38Le baptême, en d’autres termes, permet le risque, qui est sans doute la marque de la liberté. Le risque est possible parce que nous n’avons plus à assurer notre vie : elle est assurée par un Autre. « La vie des justes est dans la main de Dieu » (Sg 3, 1). Risque de dévoiler la vérité, quelle que soit l’autorité qui la camoufle. Risque de dénoncer l’injustice, même si l’on en bénéficie. Risque de se fier davantage aux Béatitudes qu’à la publicité, même si la moquerie ne tardera pas à venir, parfois cinglante. En parlant ainsi, je ne fais que rejoindre la tradition lorsqu’elle présente trois formes de baptême : le baptême d’eau, le baptême de désir ou conversion intérieure, et le baptême du sang ou le martyre ; et lorsque saint Thomas se demande quel est le plus grand de ces trois baptêmes, il n’a guère de peine à mettre en première position le martyre, accomplissement de la passion du Christ, dont le baptême tient sa vertu4. Il n’y a pas de plus grand amour, en effet, que de se dessaisir de sa propre vie pour ceux qu’on aime !

  • 5 Voici comment l’exprime le récent document sur le baptême proposé par le Conseil œcuménique des Ég (...)

39On le saisit sur le vif : le baptême n’est pas confiné à un moment du temps, ni à un domaine de l’existence, que ce soit le privé, le religieux ou l’ecclésial. Le baptême est un passage qui concerne l’existence entière. Nous sommes baptisés pour faire réussir la Création5.

40Je conclus cette première partie. Le baptême, en termes classiques, est un salut ! C’est un passage salutaire, en vue de libérer la vie. Mais comment se fait-il que nos contemporains, si friands de régimes et de thérapies de tous genres, n’en aient pas encore découvert la vertu ?

II. Les relations inaugurées au baptême

  • 6 J. Giblet a mis fort en relief ci-dessus l’importance du baptême « au nom de Jésus ».

41La dynamique baptismale n’est pas une mécanique. Elle n’a d’autre moteur que la rencontre de personnes. De personnes dont la plus importante est le Christ6 qui nous insuffle son Esprit pour nous faire marcher à la rencontre du Père. De personnes qui sont aussi des gens bien concrets, car le baptême n’est pas une réalité désincarnée, purement « spirituelle ». Il faut au moins être deux pour être baptisé ; il faut au minimum une autre personne qui m’atteste la relation que le Christ désire entreprendre avec moi et qui reçoive mon adhésion. Le baptême sera donc d’autant plus signifiant qu’il sera vécu au sein d’un peuple de témoins, incarnant chacun à leur manière une réponse originale à l’appel évangélique.

1. Relations trinitaires

42Les relations inaugurées par les baptisés avec le Père, le Fils et l’Esprit étaient exprimées de manière extrêmement significative dans l’Église ancienne, dans le rite auquel j’ai déjà fait allusion ci-dessus, et qui ne comportait pas d’autre formule sacramentelle que la triple profession de foi trinitaire. Lisons-en la description donnée par Hippolyte de Rome, au début du IIIe siècle :

  • 7 Tradition apostolique, éd. B. BOTTE (1963), p. 49-51.

« Lorsque celui qui est baptisé sera descendu dans l’eau, celui qui baptise lui dira, en lui imposant la main : « Crois-tu en Dieu le Père tout-puissant ? » Et celui qui est baptisé dira à son tour : « Je crois ». Et aussitôt (celui qui baptise), tenant la main posée sur sa tête, le baptisera une fois.
Et ensuite il dira : « Crois-tu au Christ Jésus, Fils de Dieu, qui est né par le Saint Esprit... ? » Et quand il aura dit : « Je crois », il sera baptisé une seconde fois.
De nouveau il (celui qui baptise) dira : « Crois-tu en l’Esprit Saint dans la sainte Eglise ? » Celui qui est baptisé dira : « Je crois », et ainsi il sera baptisé une troisième fois »7.

  • 8 W.-F. FLEMINGTON, The New Testament Doctrine of Baptism, Londres, 1948. p. 49-50. Sur l’apparition (...)

43Ultérieurement on a fait suivre la profession de foi de la formule sacramentelle : « Je te baptise au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit ». Le rite ancien est plus unifié : c’est dans la profession de foi elle-même qu’on est baptisé ; on est baptisé dans la foi, en professant la foi. Le baptême n’est rien d'autre que la profession de foi trinitaire. Baptême et foi ne sont pas deux réalités distinctes ; comme le dit Flemington, le baptême est « the embodiment of kerygma », le kérygme qui prend corps, la foi qui s’incarne8.

a) Relation au Christ

44Le baptême est d’abord l’acte dans lequel le Christ marque son engagement envers le baptisé. Jusqu’ici le baptisé a entendu parler du Christ, sans quoi il ne serait pas venu à la foi. Il a écouté sa Parole. Maintenant, en un geste ecclésial, le Christ lui témoigne son amitié, sa fidélité. Grâce au rite de la communauté chrétienne, le baptisé ne pourra plus jamais douter des dispositions du Christ à son égard ; le Christ engage envers lui sa fidélité, il le fait entrer dans l’Alliance nouvelle (c’est le sens du « caractère » baptismal). Si le baptisé a l’audace de la foi, il expérimentera que rien ne pourra le séparer de l’amour du Christ (Rm 8, 35ss).

45Réciproquement, nous les baptisés, nous sommes voués au Christ, nous nous confions à lui, nous lui donnons notre confiance et notre foi, comme le disait splendidement la liturgie du mariage : « Je te donne ma foi de mariage », écho conjugal de la parole primordiale : « Je te donne ma foi de baptême ».

46Le baptême instaure une Alliance, une alliance qui ressemble étrangement à des noces. Dans leurs catéchèses baptismales, les Pères de l’Église n’ont cessé de citer le Cantique des cantiques ; ils ont reconnu dans ce chant d’amour la réalité profonde qui se vivait dans l’Initiation chrétienne, dans la foi amoureuse donnée au Christ par des hommes et des femmes qui le choisissent comme leur compagnon de vie. Ainsi ce passage de saint Ambroise :

  • 9 AMBROISE de Milan, Traité des Mystères, 37-39 (Sources chrétiennes, 25, p. 119-120). Sur l’utilisa (...)

« Le Christ voyant vêtue de blanc son Église... lui dit : « Que tu es belle, mon amie, que tu es belle. Tes yeux sont comme ceux d’une colombe » (Ct 4, 1) sous l’apparence de laquelle l’Esprit descendit du ciel.
« Tu es toute belle, mon amie, et il n’y a en toi aucun défaut » (Ct 4, 7) parce que la faute a été engloutie. « Tu arrives du Liban, mon épouse, tu arrives du Liban ; tu passeras, tu parviendras dès le début de ta foi » (Ct 4, 8) parce que renonçant au monde, elle a traversé le siècle, elle est parvenue au Christ. Et de nouveau le Verbe Dieu lui dit : « Que tu est devenue belle et douce, l’amour est parmi tes plaisirs. Ta taille est semblable au palmier, tes seins en sont les grappes » (Ct 7, 6-7) »9.

  • 10 D. RIMAUD, En quels pays de solitude, dans Les arbres dans la mer, Paris. Desclée, 1975, p. 117. F (...)

47Etre baptisé, c’est revêtir le Christ, comme dit encore saint Paul. Entrer dans sa peau. Etre branché sur lui, comme le fait splendidement chanter D. Rimaud : « Vos corps à son corps sont branchés : prenez à lui d’être lumière »10. L’« illumination » est d’ailleurs une des premières désignations techniques du baptême, dès le IIe siècle.

48Etre branché sur le Christ en ce qu’il a vécu de spécifique, sa mort et sa Résurrection, son passage à travers la mort jusqu’à la vie reçue en Dieu. On comprend pourquoi, dans les premiers siècles et encore fréquemment jusqu’à l’époque carolingienne, le baptême était célébré à Pâques (et à la Pentecôte), surtout durant la Vigile pascale, nuit du passage des ténèbres à la lumière.

b) Relation à l’Esprit Saint

49« Car nous avons tous été baptisés dans un seul Esprit pour être un seul corps... nous avons tous été abreuvés d’un seul Esprit » (I Cor 12, 13). Être baptisé, c'est recevoir un autre Esprit que le sien propre, être animé par l’Esprit de Dieu, et l’entendre crier en nous : « Abba, Père » (Rm 8, 15 ; Gl 3, 6). Le baptême est indéniablement le début et la source constante de la « vie spirituelle », de la vie de l’Esprit en nous.

c) Relation au Père

50Etre baptisé un jour, vivre son baptême au jour le jour, c’est être saisi par la personnalité de Jésus et régler sa vie sur la sienne. C’est risquer de se laisser animer par l’Esprit, pour être mené ainsi à la rencontre de Dieu : « Ceux-là sont fils de Dieu, qui sont conduits par l'Esprit de Dieu » (Rm 8, 14). Les relations entre Dieu et les siens sont exprimées dans le NT en termes de paternité et de filiation. Terminologie qui énerve certains, par ses relents infantilisants, sinon assujettissants. Mais utiliser pour Dieu l’image du Père, c’est mettre en relief que l’initiative vient de lui et reconnaître la structuration fondamentale de la vie chrétienne : celle-ci n’est pas projection de nos rêves et fabrication d’un dieu à l’image de nos désirs, mais reconnaissance du Dieu qui vient, acquiescement à une démarche dont l’origine n’est pas en nous, émerveillement devant un amour gracieusement proposé : « Vous n’avez pas reçu un esprit qui vous rende esclaves et vous ramène à la peur, mais un Esprit qui fait de vous des fils adoptifs et par lequel nous crions : Abba, Père. Cet Esprit lui-même atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Enfants et donc héritiers ; héritiers de Dieu et cohéritiers du Christ, puisqu’ayant part à ses souffrances, nous aurons aussi part à sa gloire » (Rm 8, 15-17).

51L’opposition n’est pas freudienne (enfants-père) ; la pointe porte sur l’adoption des enfants par le Père, qui les arrache à l’esclavage. Le baptême est une libération !

2. Relations ecclésiales11

  • 11 J’ai présenté les relations trinitaires avant de parler des liens noués avec l’Église. Certains pr (...)

52a) Les relations au Fils, à l’Esprit et au Père s’inaugurent au baptême, dans un acte bien concret célébré en présence d’hommes et de femmes. Avec ceux-ci également, de nouvelles relations s’instaurent. En d’autres termes, le baptême est un acte sacramentel ; les relations inaugurées avec Dieu y trouvent leur réalisation symbolique dans les liens qui se nouent avec des frères et des sœurs. Ou encore, reconnaître que le baptême est un sacrement, c’est croire (car il s’agit bien de la foi) que dans ce geste humain réalisé avec d'autres, c’est Dieu lui-même qui est à l’œuvre.

  • 12 On perçoit le sens profond des « baptêmes communautaires », et la méprise à laquelle cette express (...)

53Dans l’extrait du Cantique des cantiques lu tout à l’heure, le Christ s’adresse à l’Église, non à un individu. Contrairement à une opinion trop répandue, le baptême ne consiste donc pas à instaurer une relation particulière entre Dieu et un individu, mais à créer et recréer l’Église. Il est essentiellement ecclésial et communautaire12. Il révèle où l’Église trouve la source de sa vie. Être baptisé, c’est « s’inscrire dans un mouvement », au double sens de l’expression : à la fois imprimer une dynamique à son existence, et entrer dans un groupe de frères et de sœurs grâce auxquels on pourra faire l’expérience du Dieu trinitaire. C’est passer de la solitude à la solidarité. Participer à la communauté chrétienne constitue l’antidote concrète du « péché originel ».

54Acte ecclésial, le baptême est accompli par l’Église, ce qui est évident. Il l’est aussi dans une communauté d’Église, au sein d’un groupe de chrétiens avec lesquels les nouveaux baptisés auront à vivre effectivement le projet évangélique. En ce sens également, on ne se baptise pas tout seul. L’aspect théologal du baptême et sa dimension ecclésiale ne sont donc pas deux réalités différentes, juxtaposées et faisant nombre ; selon les Ac, on s’adjoint tout à la fois au Christ et à la communauté de ses disciples.

55Sous ce rapport, le titre de notre session pourrait être lacunaire, et insuffisamment explicite. Il pourrait laisser entendre que le baptême constitue mon entrée dans mon existence chrétienne. Mais il n’est d'existence chrétienne que communionnelle. Comme le dit Lumen Gentium 14, le baptême est une porte par laquelle les hommes entrent dans l’Église. J’ajouterai : il est un des actes par lesquels se fait l’Église. Car l’Église est, au plus profond, un événement, ce qui se passe lorsque des hommes et des femmes donnent leur foi au Christ, mort et ressuscité. Le baptême, et l’eucharistie qui l’actualise, font l’Église, en ce sens très fondamental.

56Le baptême est donc l’entrée dans la communion à une qualité de vie où il n'y a plus ni Juifs ni Grecs, ni esclaves ni hommes libres, ni même hommes ni femmes ! (Gl 3, 28), c’est-à-dire une vie où si ces différences subsistent, ce qui est trop évident, elles sont radicalement dépassées ; leurs bases sont ébranlées.

  • 13 On sait qu’au xvie siècle, Bellarmin définissait l’Église comme une « societas perfecta inaequalis (...)
  • 14 La participation des laïcs aux fonctions sacerdotale, prophétique et royale du Christ est développ (...)
  • 15 « L’universalité des fidèles, ayant l’onction qui vient du Saint (cf. I Jn 2, 20 et 27), ne peut s (...)
  • 16 « Agnosce, o Christiane, dignitatem tuam » s’exclamait saint Léon dans le 1er Sermon pour Noël, 3 (...)

57b) Mais je voudrais surtout insister sur le fondement de la vie ecclésiale que représente le baptême. A l’encontre d’une tradition trop ancrée qui fait du baptisé un chrétien de seconde zone, contrairement à des habitudes de faire et de penser qui coupent l’Église en deux, laïcs d’une part et prêtres d’autre part, il faut dire haut et fort, très haut et très fort, que le baptême (et la Confirmation, dans la perspective d’initiation chrétienne dans laquelle je me situe ici) sont les titres fondamentaux à la responsabilité dans l’Église. Baptisés et confirmés sont équipés de tous les dons de l’Esprit nécessaires à être des chrétiens de plein droit13. La liturgie du baptême fait accompagner l’onction (anticipation de la confirmation) de cette parole significative : « Dieu te marque de l’huile sainte pour que tu demeures éternellement membre de Jésus-Christ, prêtre, prophète et roi ». Exprimée dans le vocabulaire biblique qui est malheureusement très loin d’être limpide pour nos contemporains, cette phrase définit la participation au caractère sacerdotal, prophétique et royal du Christ. Le sacerdoce baptismal, j’en parlerai tout à l’heure. Mais déployons la signification des deux autres termes14. De par son baptême, le chrétien a vocation à devenir prophète : la prise de parole, si souvent brimée dans les faits, trouve ici sa justification sacramentelle. La dénonciation des faux dieux, comme l’annonce des Béatitudes, relèvent de plein droit de la mission baptismale. Lumen Gentium a aussi remis en relief le « sensus fidei » du Peuple de Dieu15. Je pense qu’il serait particulièrement bienvenu aujourd’hui pour les responsables d’Église d’écouter le « sens de la foi » des chrétiens, notamment à propos des questions de famille, de mariage et de morale conjugale. Si les chrétiens et les chrétiennes connaissaient mieux leurs droits de baptisés et le titre de responsabilité que le baptême confère, s’ils avaient une conscience plus fière de leur vie baptismale16, ils réagiraient peut-être davantage à la perpétuation dans l’Église de normes qui portent gravement atteinte à la crédibilité de l’Église, sinon (ce qui est beaucoup plus grave) de l’Évangile lui-même.

58Si le baptisé reçoit ainsi une vocation prophétique, il est aussi appelé à participer à la fonction royale du Christ, c’est-à-dire à prendre part à la marche du peuple de Dieu et à son rôle dans la société. La théologie du baptême met en cause la conception selon laquelle les laïcs auraient besoin d’un mandat pour prendre part à la mission de l’Église, conception qui, si elle n’est plus guère prônée, façonne encore assez profondément les mentalités. C’est de l’Esprit reçu au baptême que provient le témoignage des chrétiens, non d’une autorisation ecclésiastique, même s’il est normal, et nécessaire, que les ministres de l’Église jouent leur rôle dans la coordination des charismes de chacun et puissent finalement prendre les décisions, « afin de mettre les saints en état d’accomplir le ministère pour bâtir le corps du Christ » (Eph 4, 12).

  • 17 Voir le récent consensus proposé par le Conseil œcuménique des Églises : Baptême, Eucharistie, Min (...)

59c) Le troisième élément que je tiens à souligner dans les relations ecclésiales inaugurées au baptême, ce sont les rapports avec les chrétiens des autres Églises chrétiennes. On comprend que si le baptême scelle nos relations au Dieu trinitaire, il devienne facteur d’unité entre les chrétiens. Le baptême est le fondement de l’esprit œcuménique, car les chrétiens et les Églises reconnaissent de plus en plus aujourd’hui qu’il n’y a qu’un seul baptême, parce qu’il n’y a qu’un seul Dieu et donc une seule foi17. En Belgique, l’Église catholique a signé en 1971 avec les principales communautés protestantes une « Déclaration de reconnaissance interecclésiale du baptême » ; on y lit notamment :

« Malgré les divisions réelles dont souffre encore l’Église du Christ depuis de nombreux siècles, le baptême est un signe par lequel l’Esprit Saint rassemble déjà réellement les églises dans une même foi, une même charité et une même espérance ; elles se savent davantage unies par un lien de véritables fraternité dans le Seigneur (...). Dès lors, nous reconnaissons les baptêmes qui ont été administrés dans l’une de nos églises par un ministre reconnu de cette église. Cette reconnaissance ne peut rester sans conséquences pratiques dans la vie de nos églises » (p. 2 et 3).

60L’existence de tels documents ne fait que rendre plus scandaleux les rapports actuels entre les églises. Car si le baptême unit, l’eucharistie sépare ! Elle qui devrait être le sacrement de l’unité et mener à la communion, elle est actuellement le lieu le plus éclatant de nos divisions !

III. Reprise et actualisation du baptême dans les autres sacrements

  • 18 Cf. B. FISHER, Formes de lu commémoration du baptême en Occident, dans La Maison-Dieu 58 (1959), p (...)

61Le baptême n’est pas tout entièrement derrière nous. Comme tout rite, il est célébré en un moment de la vie, pour la marquer tout entière. Je voudrais montrer, en cette dernière partie de l’exposé, comment toute la vie chrétienne présuppose le baptême et en offre des reprises continuelles. Celles-ci sont destinées à rendre le « passage » plus effectif et plus profond ; elles visent à nous faire passer toujours plus vigoureusement à travers les forces du mal pour faire éclater la vie18.

  • 19 Cet aspect est fortement souligné dans le récent article d’H. BOURGEOIS, Que représente et que sig (...)
  • 20 Selon la formule suggestive prononcée par l’évêque : « Sois marqué de l’Esprit Saint, le don de Di (...)
  • 21 Lyon, Chalet, 1968.

621. La première reprise à laquelle on songe est bien sûr la Confirmation. Dans la perspective d’un devenir chrétien progressif, ce n’est pas un mauvais jeu de mots de l’appeler « confirmation du baptême ». La reprise qu’elle comporte n’est pas seulement pour les jeunes l’appropriation personnelle et subjective d’un baptême demandé par leurs parents19. La confirmation est achèvement du baptême (quand un adulte est baptisé, il est confirmé au cours de la même célébration) ; elle est insertion plus totale dans le mystère du Christ grâce à son Esprit, dont le confirmé est maintenant « marqué »20. J. Giblet a très heureusement souligné la compréhension ecclésiologique de l’Esprit dans les Actes. Recevoir la marque de l’Esprit, c’est donc indissociablement être intégré davantage dans la communauté chrétienne, au point que J. P. Bouhot ait pu intituler son livre « La confirmation, sacrement de la communion ecclésiale »21. C’est bien pour cela d’ailleurs que le ministre en est l’évêque (ou son délégué), lui qui est le lien de la communion ecclésiale. Communion qui débouche sur l’eucharistie. « Normalement », d’une normalité traditionnelle qui est fortement mise en cause par nos usages actuels, la confirmation devrait donc ouvrir la porte à la participation à l’eucharistie, où la communion ecclésiale se scelle pour devenir le corps du Christ.

632. On songe sans doute moins spontanément à la Vigile pascale. S’il est un moment auquel les chrétiens sont appelés à se rassembler, n’est-ce pas celui-là, quand au sein des ténèbres de la Nuit est chantée l’espérance de la Lumière ? Elle offre la reprise annuelle du baptême, stimulée par le rappel des grands moments de la tradition judéo-chrétienne et marquée dans les symboles de l’eau et de la lumière. La renonciation et la profession de foi permettent de reprendre à neuf, entourés de frères et de sœurs, les « promesses du baptême ». Elles invitent à prononcer un « non » sur le mal expérimenté aujourd’hui, à proclamer un « oui » au Christ choisi et reconnu de plus en plus comme le Seigneur de nos vies.

643. L’actualisation fondamentale du baptême, c’est bien sûr l’eucharistie ! Eucharistie pascale, eucharistie dominicale, ou quotidienne, qui sait ? Elle célèbre le même mystère de mort et de vie que le baptême (« Nous proclamons ta mort, Seigneur Jésus, nous célébrons ta résurrection »). Mais alors que celui-ci nous en marque « radicalement », à la racine de notre vie, l’eucharistie nous est donnée pour l’actualiser dans les circonstances les plus diverses de l’existence, pour réaliser plus réellement le passage, pour faire réussir la dynamique baptismale.

  • 22 Cette perspective est bien développée, avec ses implications ecclésiologiques, dans l’article de Y (...)
  • 23 « Hang igitur oblationem servitutis nostrae sed et cunctae familiae tuae » ; « nos servi tui sed e (...)
  • 24 Cf. B. BOTTE, Le Canon de la messe romaine, Louvain 1935, texte p. 34 et notes p. 55 et p. 58-59.

65Pour que cette réussite puisse s’accomplir, je voudrais insister sur le droit des fidèles à célébrer l’eucharistie, au titre de leur baptême. Je dis « célébrer » et non « participer », car le terme « participation » est ambigu, et bien souvent encore il est entendu au sens de prendre part à une réalité qui ne nous appartient pas, comme si les laïcs participaient à la « messe du prêtre ». Ainsi compris, le vocabulaire de la participation ne fait pas surmonter la fracture intra-ecclésiale entre prêtres et laïcs. Et de fait la pratique eucharistique est un des lieux où la séparation apparaît avec le plus d’évidence, renforcée bien sûr par l’architecture de la plupart des églises dans lesquelles ce qu’on nomme paradoxalement « les bancs de communion » établissent en fait une frontière entre la nef et le chœur. Cette césure n’est pas en correspondance avec la vocation baptismale. En fidélité à celle-ci, il faut affirmer que c’est toute l’Église, avant la distinction en son sein de prêtres et de laïcs, qui célèbre l’eucharistie de son Seigneur. On peut citer des centaines de textes, jusqu’à la fin du XIIe siècle et depuis Vatican II, qui affirment en toute sérénité que c’est l’Église entière qui célèbre, qui offre, et même qui consacre ; ce dernier verbe est utilisé lui aussi, parmi d’autres, pour exprimer ce que les chrétiens convoqués par le Seigneur accomplissent lors de l’eucharistie22. Cette compréhension est tellement traditionnelle qu’on la trouve à l’intérieur du Canon romain, en ces admirables expressions qui ne nous frappaient pas lorsqu’on les disait jadis en latin, tant le contexte ecclésiologique était différent d’aujourd’hui23. Il vaut la peine de rappeler ici que le texte primitif du Memento des vivants mentionnait lui aussi l’offrande par toute l’assemblée : « Souviens-toi, Seigneur, de tes serviteurs et de tes servantes, et de tous ceux qui se tiennent autour (de nous) ; tu connais leur foi et leur attachement ; ils t’offrent ce sacrifice de louange pour eux-mêmes et pour tous les leurs... ». Au IXe siècle, lorsqu’on en sera venu à multiplier les messes et que le prêtre la « dira » seul, sans assemblée qui « se tienne autour », on modifiera le texte, pour y ajouter : « Nous (prêtres) t’offrons pour eux (laïcs), ou ils t’offrent eux-même... »24. Par une des très rares interventions que l’on se soit permises au cours de l’histoire dans le texte du Canon, on l’a adapté à la situation de l’époque. On saisit le rétrécissement ecclésiologique qui en découle.

66Il nous faut aujourd’hui le surmonter. Un immense effort est à réaliser encore pour que l’eucharistie rassemble le plus habituellement des chrétiens qui, à la suite du Christ, accomplissent le passage baptismal dans les circonstances concrètes où leur vie les plonge, et apprennent à dire avec Lui : « Voici mon corps, livré pour vous ».

674. Le mariage, à son tour, présente l’actualisation nuptiale du baptême. Car le mariage sacramentel n’est autre chose, finalement, qu’un mariage vécu dans la foi, que le mariage de deux baptisés vivant en référence au Christ et à son Évangile. Dans le baptême comme dans le mariage, un mystère nuptial se joue ; rappelons-nous les textes du Cantique cités ci-dessus. Dans l’un comme dans l’autre, il s’agit de donner sa foi à quelqu’un, sa foi de baptême comme sa foi de mariage ; ne pas vivre pour soi seul ni recroquevillé sur soi-même ou enfermé dans la solitude, mais s’ouvrir, tendre la main, donner sa confiance. Avec les morts que cela suppose pour que l’autre puisse vivre, et les passages à opérer constamment.

  • 25 Le nouveau rituel écrit : « Dans l’Église, le premier signe du pardon des péchés est le baptême. N (...)

685. Le rapport du baptême au sacrement de la réconciliation est très fondamental, même s’il n’est pas immédiatement évident pour les chrétiens du XXe siècle. A. Houssiau a rappelé son appellation ancienne de « second baptême ». En effet, c’est en rapport avec le baptême que sont compris dans l’Église ancienne les textes évangéliques qui parlent de la rémission des péchés. Ainsi, quand Jean rapporte qu'au soir de Pâques, Jésus dit aux disciples : « Recevez l’Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis. Ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus » (Jn 20, 22-23), c’est du baptême qu’il parle. La mission ici confiée rejoint celle qu’on lit dans la finale de saint Matthieu : « Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit » (Mt 28, 19). Ne disons-nous pas dans le Credo : « Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés » ? Dans l’esprit du Nouveau Testament, on est baptisé pour passer du monde de péché à la vie en Christ. La surprise des chrétiens des premiers siècles, c’est que ce passage, même réalisé en pleine conscience par des adultes, ne faisait pas échapper à la condition humaine et n’évitait pas de s’enliser dans les ornières du péché. C’est en ce sens qu’ils ont parlé d’une reprise qui soit « un second baptême », une actualisation du baptême situé dans les circonstances nouvelles de l’existence. On voit comment le sacrement de la réconciliation se situe dans la ligne du baptême et y trouve son origine historique25.

69Pour avoir réalisé le passage, pour le reprendre régulièrement, le baptisé connaît l’existence de l’échec. Il n’est pas dupe de la réalité des forces du mal et de leur virulence. Il ne fuit pas le réel dans une spiritualité éthérée, comme pour compenser les difficultés de la vie. Comme il a reçu le baptême pour la rémission des péchés, il ose croire que Dieu est capable de refaire Alliance, de pardonner sans cesse, c’est-à-dire de ne pas faire payer les fautes aux hommes, de ne pas « mettre leurs fautes au compte des hommes » comme le dit saint Paul (II Cor 5, 19). Il ose le croire, et il en reçoit le témoignage dans le sacrement de la réconciliation. Faisant ecclésialement l’expérience du pardon reçu, les baptisés apprennent à se pardonner mutuellement, à risquer des attitudes de réconciliation, à créer une Église réconciliante et, qui sait, réconciliée.

706. Existe-t-il un rapport, enfin, entre le baptême et l’exercice du ministère ? C’est le moment de s’interroger sur la vocation « sacerdotale » des baptisés dont nous avons reporté l’examen, tout à l’heure, quand nous avons rencontré la parole accompagnant l’onction : « Afin que vous demeuriez éternellement membres de Jésus Christ, prêtre, prophète et roi ». Le « sacerdoce » est aujourd’hui objet d’incompréhension, car on ne voit pas comment mettre ensemble deux affirmations fréquemment répétées.

71D’une part, on insiste, et à très juste titre, sur ce que la théologie appelle « le sacerdoce baptismal ». La théologie met en relief la qualité sacerdotale des chrétiens à la suite du Nouveau Testament qui parle de l’Église comme d'un peuple de prêtres (IP 2, 5 ; Ap 1, 6 ; 5, 10). Lumen Gentium le dit explicitement : « Les baptisés, par la régénération et fonction du Saint Esprit (baptême-confirmation), sont consacrés (terme sacerdotal) pour être une demeure spirituelle et un sacerdoce saint » (no 10).

72Mais, d’autre part on souligne avec force la différence qui existe entre le sacerdoce de tous les baptisés et celui des prêtres. Quelques lignes après le passage cité, Lumen Gentium poursuit : « Le sacerdoce commun des fidèles et le sacerdoce ministériel ou hiérarchique, bien qu’ils diffèrent entre eux par l’essence et non seulement par le degré, sont cependant ordonnés l’un à l’autre : l’un et l’autre, en effet, chacun selon son mode propre, participent de l’unique sacerdoce du Christ ».

73Ces deux affirmations sont bien difficiles à harmoniser, il faut le reconnaître. On prétend que les deux sacerdoces sont d’essence différente, c’est à-dire qu’il ne s’agit pas de la même réalité ; mais on utilise cependant le même mot pour les désigner l’un et l’autre ! Tentons de percer la difficulté. Qu’est-ce donc, le sacerdoce, sinon une capacité particulière de relation à Dieu ? Quand le Nouveau Testament qualifie l’Eglise de « peuple de prêtres », il en indique précisément la particularité : elle est le peuple de Dieu, celui avec lequel Il a fait alliance et qui n’a plus besoin d’intermédiaires pour communiquer avec Lui, ni de sacrifices (cf. l’épître aux Hébreux). Les prêtres de l’Ancien Testament sont superflus ; il n’y a plus qu’un prêtre, le Christ, qui « a obtenu une libération définitive » (He 9, 12). « Nous avons là une voie nouvelle et vivante... Approchons-nous donc... » (He 10, 19-22). C’est ce que soulignent les prières liturgiques, qui adressent à Dieu la demande « par le Christ notre Seigneur ».

  • 26 Cf. la lettre apostolique Ministeria quaedam de Paul VI, 15 août 1972, dans La Documentation catho (...)

74Ceux qu’on appelle habituellement les prêtres sont, à un titre particulier, les serviteurs (ministres) du Christ, et ce n’est que par un abus de langage qu’on les nommes sans plus « prêtres ». Il est donc extrêmement souhaitable, et clarifiant, d’utiliser deux termes différents pour nommer les deux « sacerdoces ». Le « ministère » désigne le service de construction du corps du Christ que tout chrétien est appelé à rendre. Certains ministères peuvent être « institués »26. Ceux qui ont rapport à la direction de l’Église demandent à être « ordonnés » ; comme ils concernent l’Église dans sa totalité, il faut qu’ils soient « reconnus » par elle au double sens du terme : autorisés, et reçus par tous comme un don de l’Esprit. Le « sacerdoce », pour sa part, désigne la qualité foncière de tout membre du peuple de Dieu, telle qu’elle a été décrite ci-dessus.

75Cette solution a l’inconvénient de renverser l’usage habituel des mots, en attribuant à tous la qualité sacerdotale généralement réservée à certains. C’est une solution théologique qui utilise les mots dans le sens que le Nouveau Testament leur donne : elle comporte donc l’avantage de pouvoir être admise par les chrétiens des diverses confessions. Mais il n’appartient pas au théologien de régenter l’usage des mots dans l’opinion publique.

76Après cette élucidation, on peut reprendre la question du départ : existe-t-il un lien entre le baptême et l’exercice du ministère ? Tous les chrétiens, qu’ils soient clercs ou laïcs (s’il faut reprendre l’ancienne terminologie aux relents séparatistes), partagent la même vocation baptismale ; tous sont appelés à demeurer « membres de Jésus Christ, prêtre, prophète et roi ». Leurs activités à tous ont également la même finalité, qui est de faire de l'Évangile un ferment et une espérance pour la vie de tout homme et de toute femme. La différence, pour sa part, réside en ce que la vie des ministres est tout entière « ordonnée » à la vitalité de l’Église dans le monde. Et la particularité de l’Église, la manière dont elle croît dans l’écoute de la Parole et la célébration des sacrements, demande que les deux ministères ordonnés de l’épiscopat et du presbytérat comportent un aspect sacerdotal en rapport avec ces activités spécifiques.

  • 27 Mc 10, 38 : « Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire, ou être baptisés du baptême dont je va (...)

777. Le dernier passage de la vie, c’est la mort. Il n’est pas de célébration plus baptismale que les funérailles ! C’est le lieu de se rappeler que baptême signifie littéralement « plongeon » : Jésus a utilisé le mot pour évoquer sa mort, et Paul se plaît à parler d’un ensevelissement27. La mort du chrétien est la réalisation définitive du Passage. Oserait-on dire ici qu’elle peut être facilitée par l’entraînement acquis lors des passages continuels et sans cesse repris tels que nous venons de les détailler ? La foi constamment redonnée, la désappropriation inscrite plus profondément en notre être, la liberté acquise, le risque dont on a éprouvé la fécondité, toutes ces attitudes baptismales ne nous permettront-elles pas de dire, dans un dernier dessaisissement, et peut-être avec sérénité : « En tes mains, Seigneur, je remets mon esprit » ?

***

  • 28 Psaume 102, 15-16.

78L’homme est un être de passage. Créature fugace, qui passe comme la fleur des champs, dit le psaume ; qui est aujourd’hui et demain ne sera plus28. Sa vie se trouve marquée de passages successifs. Le plus troublant, au dire des psychanalystes, est bien celui de l’enfantement, accompagné des cris et des larmes qui inscrivent en lui à jamais la nostalgie du paradis dont il vient d’être éjecté pour tomber dans un monde froid, sans aucune sécurité. Passage de la croissance et de l’adolescence. Passage au travail et à la vie professionnelle. Passage à la responsabilité parentale. Passages continuels, jusqu’à ce dernier où, après avoir tout quitté, les êtres et les choses, il faut encore se dessaisir radicalement de soi-même.

79« Nul, s’il ne naît d’eau et d’Esprit, ne peut entrer dans le Royaume de Dieu » (Jn 3, 5). C’est ce passage, cette conversion radicale que scelle le baptême, nous lançant dans l’aventure d’une vie pérégrinante. A chaque passage, une nouvelle Pâque s’impose, mutation parfois douloureuse. Nouveaux enfantements, qui nous rendront un jour semblables, s’il est possible, à « l’éternelle jeunesse du vieux Dieu ».

Notes

1 « Nul homme n’est contemporain de sa propre naissance. L’origine absolue de notre vie, son « arche », appartient à notre pré-histoire. Nous avons pris une conscience réfléchie de nous-mêmes, alors que nous portions déjà en nous toute une (pré-)histoire, qui garde dans son mystère l’événement de notre origine avec lequel nous n’arrivons jamais à coïncider. Et pourtant cet événement est l’objet d’une préoccupation capitale. (Ce rapport à l’origine est aujourd’hui l’objet d’une certaine perturbation dans notre monde culturel : le baptême des enfants est mis en cause en particulier parce que la conscience moderne répugne à ce qu’un acte aussi important de l’existence appartienne à sa préhistoire et soit constitutif de son origine.) » (B. SESBOÜE, L’onction des malades, Faculté de théologie de Fourvière-Lyon, 1971, p. 14, no 10). Lire aussi les pénétrantes analyses d’A. VERGOTE intitulées Passion de l’origine et quête de l’originaire, dans Interprétation du langage religieux, Paris, Seuil 1974, 23 57. J’en extrais cette belle phrase : « Dépendre du désir des autres pour l’entrée dans l’existence, c’est radicalement s’accueillir soi-même comme étranger et accepter de faire de soi-même son prochain » (p. 41).

2 J’ai essayé de développer cette conviction dans un article intitulé Pour quelle fête chantons-nous ? Une présentation des sacrements à partir du thème de la fête, dans La Foi et le Temps, 12 (1982), p. 41 1-430.

3 Sur la notion d’initiation chrétienne, lire La Maison-Dieu, 132 (1977). La perspective du présent exposé n’est pas abondamment développée dans la littérature actuelle ; les ouvrages qui s’en approchent le plus sont ceux de P. TALEC, Le signe de la foi. Essai sur le baptême, Paris, Seuil, 1968 ; P. PAS - Ph. MURAILLE, Le baptême aujourd'hui, (L’actualité religieuse, 33), Tournai, Casterman, 1971 ; A. GANOCZY, Devenir chrétien, (Avenirs, 20), Paris, Cerf, 1973 ; H. MARTENSEN, Baptême et vie chrétienne, Paris, Cerf, 1982.

4 Somme théologique III, 66, 12.

5 Voici comment l’exprime le récent document sur le baptême proposé par le Conseil œcuménique des Églises : « En croissant dans la vie de la foi, les croyants baptisés manifestent que l’humanité peut être régénérée et libérée. Ils ont la commune responsabilité, ici et maintenant, de rendre témoignage ensemble à l’Évangile du Christ, le libérateur de tous les êtres humains. Le contexte de ce témoignage commun, c’est l’Église et le monde. Dans cette communion de témoignage et de service, les chrétiens découvrent la pleine signification de l'unique baptême comme don de Dieu à tout son peuple. De même, ils reconnaissent que le baptême en la mort du Christ a des implications éthiques, qui non seulement appellent à la sanctification personnelle, mais aussi engagent les chrétiens à lutter pour que se réalise la volonté de Dieu dans tous les secteurs de la vie (Rm 6, 9ss ; Gl 3, 26-28 ; IP 2, 21-4, 6) ». (Foi et Constitution, Baptême, Eucharistie, Ministère, Paris, Centurion-Taizé, 1982, p. 18).

6 J. Giblet a mis fort en relief ci-dessus l’importance du baptême « au nom de Jésus ».

7 Tradition apostolique, éd. B. BOTTE (1963), p. 49-51.

8 W.-F. FLEMINGTON, The New Testament Doctrine of Baptism, Londres, 1948. p. 49-50. Sur l’apparition et le sens de la formule baptismale actuelle, voir P.-M. GY, La formule « Je te baptise » (Et ego te baptizo), dans Communie sanctorum (Mélanges von Allmen), Genève, Labor et Fides, 1982, p. 65-72.

9 AMBROISE de Milan, Traité des Mystères, 37-39 (Sources chrétiennes, 25, p. 119-120). Sur l’utilisation du Cantique dans les catéchèses baptismales des Pères, lire J. DANIÉLOU, Bible et liturgie, (Lex orandi, 11), Paris, Cerf, 1951, p. 259-280.

10 D. RIMAUD, En quels pays de solitude, dans Les arbres dans la mer, Paris. Desclée, 1975, p. 117. Fiche musicale G 184.

11 J’ai présenté les relations trinitaires avant de parler des liens noués avec l’Église. Certains préfèrent inverser cet ordre de succession et partir de la description des relations communautaires pour déboucher sur les liens théologaux dont elles sont le sacrement. J'ai suivi ce chemin-ci dans une sorte de logique théologique ; mais l’appréciation pastorale reste entièrement ouverte.

12 On perçoit le sens profond des « baptêmes communautaires », et la méprise à laquelle cette expression a donné lieu ces dernières années. Car il ne suffit pas de baptiser deux enfants au lieu d'un, pour que le baptême soit « communautaire » ! Il faut se demander quels liens sont noués, et avec qui.

13 On sait qu’au xvie siècle, Bellarmin définissait l’Église comme une « societas perfecta inaequalis ». Les affirmations de Lumen Gentium s’en distancient nettement ; le no 32 notamment affirme que « quant à la dignité et à l’activité commune à tous les fidèles dans l’édification du Corps du Christ, il règne entre eux tous une véritable égalité ». Comme ces déclarations de principe ne sont pas encore entrées dans les faits, il n’est pas inutile de citer encore ce passage de la même Constitution : « Les pasteurs sacrés savent bien l’importance de la contribution des laïcs au bien de l’Église entière. Ils savent qu’ils n’ont pas été eux-mêmes institués par le Christ pour assurer à eux seuls tout l’ensemble de la mission salvifique de l’Église à l’égard du monde. Leur magnifique tâche consiste à être les pasteurs des fidèles et à reconnaître leurs services et leurs charismes de telle sorte que tous coopèrent de leur manière à l’œuvre commune, dans l’unanimité » (no 30).

14 La participation des laïcs aux fonctions sacerdotale, prophétique et royale du Christ est développée dans Lumen Gentium, respectivement aux nos 34, 35 et 36.

15 « L’universalité des fidèles, ayant l’onction qui vient du Saint (cf. I Jn 2, 20 et 27), ne peut se tromper dans la foi. Ce don particulier qu’elle possède, elle le manifeste moyennant le sens surnaturel de foi (supernaturalis sensus fidei) qui est celui du peuple tout entier, lorsque, « des évêques jusqu’au dernier des fidèles laïcs » (Augustin), elle apporte aux vérités concernant la foi et les mœurs un consentement universel. Grâce en effet à ce sens de la foi qui est éveillé et soutenu par l’Esprit de vérité, et sous la conduite du magistère sacré qui permet, si on le suit dans la fidélité, de recevoir non plus une parole humaine, mais véritablement la parole de Dieu (cf. I Th 2, 13), le peuple de Dieu s’attache indéfectiblement à la foi transmise aux saints une fois pour toutes (Jude, 3), il y pénètre plus profondément en l’interprétant comme il faut et la met plus parfaitement en œuvre dans sa vie » (no 12, § 1).

16 « Agnosce, o Christiane, dignitatem tuam » s’exclamait saint Léon dans le 1er Sermon pour Noël, 3 (Sources chrétiennes, 22bis, p. 73) : « Reconnais, ô chrétien, ta dignité ».

17 Voir le récent consensus proposé par le Conseil œcuménique des Églises : Baptême, Eucharistie, Ministère, Paris, Centurion-Taizé, 1982, p. 13-27. Ce document approuvé par la Commission « Foi et Constitution » en son assemblée de Lima (1982) est le fruit d’une recherche lancée lors de la première Conférence de cette Commission, tenue à Lausanne en 1927. Il est destiné à recevoir les réactions officielles des Églises d’ici fin 1984.

18 Cf. B. FISHER, Formes de lu commémoration du baptême en Occident, dans La Maison-Dieu 58 (1959), p. 111-134.

19 Cet aspect est fortement souligné dans le récent article d’H. BOURGEOIS, Que représente et que signifie la confirmation aujourd’hui ? dans H. BOURGEOIS, M. MICHEL, G. PINCKERS, Confirmation, sacrement pour aujourd'hui, Paris, Chalet, 1982, p. 9-44.

20 Selon la formule suggestive prononcée par l’évêque : « Sois marqué de l’Esprit Saint, le don de Dieu ».

21 Lyon, Chalet, 1968.

22 Cette perspective est bien développée, avec ses implications ecclésiologiques, dans l’article de Y. CONGAR, « L’Ecclesia » ou communauté chrétienne, sujet intégral de l'action liturgique, dans La liturgie après Vatican II, (Unam sanctam 66), Paris, Cerf 1967, p. 241-282 ; on y trouve un grand nombre de références traditionnelles.

23 « Hang igitur oblationem servitutis nostrae sed et cunctae familiae tuae » ; « nos servi tui sed et plebs tua sancta ». Le Canon romain date de la fin du IVe siècle.

24 Cf. B. BOTTE, Le Canon de la messe romaine, Louvain 1935, texte p. 34 et notes p. 55 et p. 58-59.

25 Le nouveau rituel écrit : « Dans l’Église, le premier signe du pardon des péchés est le baptême. Nous l’affirmons dans le Credo : « Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés ». Mais la vie de l’Église a conduit à reconnaître que, si tout était engagé au baptême, tout n’était pas gagné pour autant. Les baptisés peuvent encore pécher, ils ont besoin d’être réconciliés et c’est alors qu’intervient le sacrement de pénitence. Il ne fait pas double emploi avec le baptême ; il en constitue comme un déploiement tout au long de notre existence encore marquée par des ruptures, ou des replis sur soi, mais appelée à de nouveaux départs » (Célébrer ta pénitence et la réconciliation, no 10, p. 14).

26 Cf. la lettre apostolique Ministeria quaedam de Paul VI, 15 août 1972, dans La Documentation catholique, t. 69 (1972), p. 852-854 ; reprise dans le Pontifical, Les Ordinations, Paris, Desclée/Mame 1977, p. 102-104. Lire R. BERAUDY, Les ministères institués dans « Ministeria quaedam » et « Ad pascendum », dans La Maison-Dieu 115 (1973), p. 86-96 ; P. JOUNEL, Les ministères non ordonnés dans l’Église, ib. 149 (1982), p. 91-105.

27 Mc 10, 38 : « Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire, ou être baptisés du baptême dont je vais être baptisé ? ». Et Rm 6, 3ss.

28 Psaume 102, 15-16.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search