Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Narration et interprétation

 | 
Claudine Gothot-Mersch
, 
Raphaël Célis
, 
René Jongen

Troisième partie. Le récit et le temps. Problèmes de méthodologie historique

Les historiens racontent-ils encore des histoires ?

André Tihon

Texte intégral

  • 1 L. GENICOT, Simples observations sur la façon d’écrire l’histoire, Louvain-la-Neuve, 1980.

1Il est périlleux pour un historien de s’engager dans une entreprise comme celle-ci : tenir une réflexion sensée dans un colloque qui rassemble philosophes, linguistes et critiques littéraires, à propos de la narration, et proposer un sujet aussi flou que celui que j’ai risqué. Je me sens assez balbutiant dans des langages qui ne sont pas les miens et sur un terrain dont je ne connais pas les cartes, tout en sachant qu’elles existent. Je crains aussi d’être intempestif par rapport aux deux jours qui ont précédé, mais présenter une communication à ce colloque relevait pour moi d’un défi. A mi-parcours dans mes recherches, il me paraissait important, non de rédiger de Simples observations sur la façon d’écrire l’histoire comme un maître en fin de carrière1, mais de me rendre un peu mieux compte du métier que j’exerce en espérant que cela puisse en intéresser d’autres.

2Les historiens racontent-ils encore des histoires ? Une telle question peut susciter une série de réponses à cause de son ambiguïté, mais aussi des multiples facettes du travail des historiens.

  • 2 L’histoire comme récit, Le récit de fiction, La fonction narrative et Récit fictif récit historiq (...)
  • 3 P. RICOEUR, Temps et récit, t. I, Paris, Seuil, 1983.

3La lecture, postérieure à mon engagement téméraire, des chapitres de Paul Ricœur dans l’ouvrage collectif sur La narrativité2 et de son dernier livre, Temps et récit3, me font craindre le pire : ne pas ajouter grand-chose à ce qu’il a pensé et écrit beaucoup mieux que je ne puis le faire.

  • 4 T. VIII, Paris, 1970, p. 423-424.
  • 5 P. VEYNE, Comment on écrit l’histoire. Essai d’épistémologie, Paris, 1971.
  • 6 Encyclopedia universalis, Supplément, t. I, Paris, 1980, p. 31-40.

4Bien que je n’écarte pas totalement le sens de « raconter des histoires », comme récits inventés et destinés à tromper, retenant la part de la fiction dans toute œuvre d’historien comme en témoigne la masse des ouvrages condamnés par les générations successives, je me demanderai si l’histoire est toujours un « récit d’événements vrais », comme l’écrit de manière polémique Paul Veyne, abondamment repris par Ricœur, dans l’introduction à l’article Histoire de l’Encyclopedia universalis4, comme d’ailleurs dans son ouvrage sur Comment on écrit l’histoire5, même s’il souligne la métamorphose de celle-ci dans le supplément de l’Encyclopedia universalis6.

  • 7 Paris, 1983, C. Ginzburg étudie les rapports entre le peintre et ses commanditaires. Il décèle ains (...)

5Pour réaliser mon projet, je ne puis moi-même que faire une histoire ou peut-être un tableau de la pratique des historiens d’aujourd’hui. Ici encore, je ne prétends pas couvrir la totalité du champ de l’histoire. Les historiens, même si rien ne semble échapper à leur appétit, abordent rarement les territoires qui semblent réservés aux spécialistes de telle ou telle discipline. Ils hésitent à s’aventurer fort loin dans l’histoire de la philosophie, des sciences, de l’art ou de la littérature. Quand ils le font, c’est généralement dans une autre perspective : l’exemple de Carlo Ginzburg dans son Enquête sur Piero della Francesca le montre suffisamment7.

  • 8 Titre du chapitre I de la IIe partie dans P. RICOEUR, Temps et récit, p. 137.
  • 9 P. RICOEUR, Temps et récit, p. 159-172.

6La mise en question de l’histoire comme narration peut se faire à partir de plusieurs angles de vue. A la suite de Ricœur, qui constate « l’éclipse du récit »8, je voudrais prendre à titre d’exemple les différents types d’histoires pratiqués en France principalement, mais également dans le monde anglophone, à propos de la nouvelle histoire économique qui me semble correspondre au plus près au modèle nomologique de la philosophie analytique décrite par Ricœur9.

7L’histoire classique telle qu’on se la représente facilement correspond à gros traits à l’histoire narrative qui n’hésite pas à enchaîner les événements en enchâssant ceux-ci dans un environnement qui nous permet de les situer. Une telle pratique trouvait la meilleure forme d’expression dans le développement de l’histoire politique.

  • 10 G. BOURDE et H. MARTIN, Les écoles historiques, Paris, Seuil, 1983, p. 171.

8L’historiographie française, surtout depuis l’Ecole des Annales, a voulu élargir le champ de l’histoire. Comme l’écrivent Guy Bourdé et Hervé Martin dans un ouvrage sur Les écoles historiques : « Le courant novateur néglige l’événement et insiste sur la longue durée ; déplace son attention de la vie politique vers l’activité économique, l’organisation sociale et la psychologie collective ; s’efforce de rapprocher l’histoire des autres sciences humaines »10.

  • 11 Ch.-V. LANGLOIS-Ch. SEIGNOBOS, Introduction aux études historiques, Paris, 1897, p. 259.

9Il ne faut cependant pas exagérer cette nouveauté ; on pourrait même parler d’une renaissance. Dans leur survol de l’historiographie, Langlois et Seignobos voient dans le XVIIIe siècle l’ouverture d’une seconde période : « Les” philosophes” conçurent alors l’histoire comme l’étude, non plus des événements pour eux-mêmes, mais des habitudes des hommes » et ils signalent que « l’essai sur les mœurs est, à quelques égards, le chef-d’œuvre de l’histoire ainsi comprise »11.

  • 12 Paris, 1983.

10Malgré tout, l’histoire des événements se porte bien. En intégrant les acquis des nouvelles perspectives, sociales, économiques, polito-logiques ou psychologiques, elle permet, par exemple, le lancement d’une collection qui focalise l’attention sur « les trente journées qui ont fait la France ». L’étude d’événements comme Le retour de de Gaulle, analysé par René Rémond, fera toujours recette12.

  • 13 P. RICOEUR, dans La Narrativité, p. 29-36.
  • 14 P. RICOEUR, dans La Narrativité, p. 36.
  • 15 P. RICOEUR, dans La Narrativité, p. 21.

11On pourrait probablement appliquer à certains ouvrages de tendance similaire la morphologie du conte selon Propp ou les modèles actantiels de Greimas13. Ricœur esquisse ainsi une application du modèle de Greimas à l’histoire vue par l’idéologie marxiste : « l’homme-sujet désire l’objet de la société sans classe ; l’histoire en est le destinateur et l’humanité le destinataire ; la classe bourgeoise est l’opposant, la classe ouvrière l’adjuvant »14. A juste titre, Ricœur rapproche ces études historiques des récits de fiction en soulignant que ces derniers ne se contentent pas d’ajouter les épisodes les uns aux autres, mais de construire « des totalités signifiantes à partir d’éléments dispersés »15.

  • 16 P. MILZA, L’histoire, no 60, octobre 1983, p. 6-21.

12Il faudrait cependant peut-être faire une différence. Les récits de fiction sont généralement des récits d’un héros ou d’un anti-héros. Toute l’intrigue se construit autour d’un acteur (individu ou groupe principal). Beaucoup d’histoires traditionnelles ou nouvelles se constituent ainsi autour d’un grand homme, d’un peuple ou d’une classe, mais les historiens s’efforcent d’échapper à ce privilège du héros, pour mettre sur le même plan les antagonistes. Ce n’est cependant pas facile. Dans un article de L’histoire, Pierre Milza étudie la guerre du Kippour en essayant de se placer dans les deux camps. Il rappelle dans un long sous-titre que cette guerre est qualifiée de guerre du Ramadan par les Arabes, mais il n’a pas été jusqu’à donner à son exposé un titre complexe correspondant à son intention16.

13A ces événements qui semblent marquer le destin d’un peuple, l’Ecole des Annales va opposer la « longue durée » de l’histoire sociale ou économique, mais aussi de l’histoire des mentalités. Nous retrouvons ici les deux versants de l’histoire chers à Marc Bloch et Lucien Febvre.

  • 17 Paris, A. Colin, 1949, 2 vol.
  • 18 F. BRAUDEL, La Méditerranée et le monde méditerranéen, Paris, A. Colin, 1949, t. I, p. 16.

14Braudel, dans son ouvrage sur La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, thèse qui constitue l’exemple fondateur de l’Ecole17, après avoir traité de « la part du milieu » (une géo-histoire), puis des « destins collectifs et mouvements d’ensemble » (une histoire économique et sociale, mais qui traite aussi des institutions, des civilisations et des « formes de guerre »), aborde finalement « les événements, la politique et les hommes » qui ne sont « qu’une agitation de surface, les vagues que les marées soulèvent sur leurs puissants mouvements »18.

  • 19 Paris, S.E.V.P.E.N., 1960.

15Pierre Goubert, dans son Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, dont le sous-titre, Contribution à l’histoire sociale de la France au XVIIe siècle19, indique l’intention, omet totalement l’histoire politique, mais il intègre par contre l’histoire démographique. Dans une telle histoire divisée en deux volets : les structures où sont examinés les « traits dominants de la société beauvaisine au XVIIe siècle » et les conjectures qui traitent des fluctuations économiques, sociales et démographiques, les événements politiques et les individus sont presque absents.

  • 20 Paris, S.E.V.P.E.N., 1966.

16Beaucoup plus complexe, l’étude des Paysans du Languedoc20, d’Emmanuel Le Roy Ladurie embrasse la longue durée, du XVe au XVIIIe siècle, de l’histoire matérielle et quantitative, montrant le flux et le reflux de la population languedocienne, bloquée dans les limites de la production agricole, mais enfermée également dans une mentalité qui l’empêche de surmonter ces contraintes. On trouve dans cet ouvrage de nombreux récits, du Carnaval de Romans aux révoltes des fanatiques des Cévennes. Mais ces narrations d’événements illustrent les tensions d’une société ou la mentalité des acteurs, plus qu’ils ne font l’histoire.

  • 21 Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle. Les attitudes devant la mort d’ap (...)

17A côté de l’utilisation massive des sources destinées à constituer des séries de prix, de salaires, de productions agricoles ou d’arrivages des métaux précieux des bateaux d’Amérique, pour reconstituer l’évolution économique et sociale, les historiens ont dépouillé les registres paroissiaux, non seulement pour un décompte des baptêmes ou des funérailles, mais pour une reconstitution des familles dans le but de retrouver les comportements démographiques. L’histoire sérielle ainsi construite ne se limite pas aux données matérielles. A partir de l’étude statistique des testaments provençaux, Michel Vovelle essaie de percevoir les attitudes face à la mort et de mesurer leur évolution21.

  • 22 Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris, Gallimard, 1975.
  • 23 Voir l’article d’André BURGUIERE, L’anthropologie historique, dans La nouvelle histoire, s. dir. J. (...)
  • 24 La nouvelle histoire économique. Exposés de méthodologie, s. dir. R. Andreano, Paris, Gallimard, 19 (...)

18De plus en plus, les historiens sont ainsi attirés par la longue durée dans tous les domaines. Ils débouchent sur une histoire structurelle, presque immobile, ou sur une « anthropologie historique » où le récit, comme dans le Montaillou d’Emmanuel Le Roy Ladurie22, ne sert qu’à montrer le quotidien. On peut encore y trouver des récits, mais en fonction de la description d’une société23. Par une autre voie, plus écartée encore des perspectives classiques, des historiens américains ont lancé une « Nouvelle histoire économique » que Jean Heffer définit comme « la science qui s’assigne pour tâche l’étude des faits économiques passés, à la lumière de modèles explicites, testés selon les critères rigoureux de l’économétrie »24.

  • 25 Railroads and American economic Growth. Essays in econometric History, Baltimore, 1964.

19Les historiens économistes classiques s’inscrivaient dans une tradition d’économistes historiens soucieux d’examiner les faits économiques concrets pour combattre la « vieille » science économique d’Adam Smith ou Ricardo, trop éloignée selon eux de la réalité. Face au rejet de la théorie, les nouveaux historiens partent explicitement de celle-ci, opérant une révolution qu’ils jugent fondamentale. C’est l’utilisation de modèles explicites qui fait la nouveauté de leur démarche. Ils s’inscrivent dans le courant néo-positiviste : pas de science, pas d’histoire sans théorie. Il ne suffit pas d’exposer une théorie, un enchaînement rigoureux de « lois » économiques, il faut encore vérifier si la « réalité » correspond au modèle. Certains historiens classiques commençaient par décrire des mécanismes théoriques, mais la démonstration n’y était pas poussée très loin. Pour tester la valeur d’une proposition, les nouveaux historiens vont poser explicitement des hypothèses conditionnelles irréelles (ou contrefactuelles). Cette démarche a fait bondir les historiens traditionnels. Un exemple classique est fourni par l’étude du rôle des chemins de fer dans le développement économique des Etats-Unis, par R.W. Fogel25. Avant lui, les historiens insistaient sur le rôle fondamental joué par les chemins de fer dans la croissance économique américaine. Pour tester cette affirmation, Fogel construit un modèle alternatif : quelle aurait été l’évolution économique si les chemins de fer n’avaient pas existé ? Il envisage différents aspects, coûts supplémentaires des transports classiques, moindres demandes de produits métallurgiques, etc. Sa démonstration portera sur l’écart « calculable » des coûts des différents types de transport ou de la part de la demande de produits sidérurgiques provenant des chemins de fer dans la consommation globale de l’acier.

20La mission de la nouvelle histoire économique était de fournir enfin une histoire « scientifique » où chaque affirmation serait basée sur un raisonnement économique correct et testé par un calcul économétrique rigoureux. Dans une telle démarche, il semble, en effet, que le « récit » disparaît complètement, tant dans sa forme que dans son fond : l’historien teste la validité d’une formule mathématique et vérifie ainsi une relation causale. Il n’enchaîne plus des événements selon une intrigue.

  • 26 G.N. von TUNZELMANN, Trends in real wages, 1750-1850. Revisited, dans Economic history review, 2e s (...)

21Les ambitions de la nouvelle histoire économique sont grandes, de même que ses prétentions. S’il est effectivement nécessaire de préciser les hypothèses et s’il est indispensable de dépasser les bases souvent implicites des jugements des historiens antérieurs, il s’en faut de beaucoup que les réalisations correspondent aux attentes. Il faut distinguer ici deux aspects, me semble-t-il. Les réalisations en cours et les possibilités de développement. Même si l’histoire économique ou sociale classique utilisait déjà abondamment la statistique pour appréhender la réalité et synthétiser celle-ci, la nouvelle histoire économique a certainement fait faire un bond en avant à ce type de démarche. On pourrait dire que toute nouvelle étude, comme en science, pose de nouvelles questions et permet le développement d’un savoir cumulatif. Le test imposé par la nouvelle histoire économique aboutit fréquemment aussi à des conclusions sinon négatives, du moins prudentes. Il me semble que, souvent, l’enquête menée par cette histoire vient infirmer plutôt que confirmer les hypothèses de départ puisées dans la tradition de la recherche. L’étude de Fogel est exemplaire sur ce point. Sa longue enquête démontre simplement que le développement des chemins de fer aux Etats-Unis n’a pas eu l’impact qu’on croyait sur la croissance économique. Sans eux, la croissance n’aurait pas été tellement différente. Parfois, l’analyse statistique montre que la question est insoluble au niveau où on la pose. Dans le débat qui oppose depuis le XIXe siècle les optimistes et les pessimistes concernant l’impact direct de la révolution industrielle sur le niveau de vie des ouvriers au moment même des transformations dans la production, de 1750 à 1850, on aboutit partiellement à une impasse si on s’en tient à la seule vérification de ce qui est mesurable. Une des questions centrales porte sur l’amélioration ou la détérioration du pouvoir d’achat des ouvriers. De nombreuses études ont été menées, chacune montrant le caractère trop partiel ou trop peu critique des précédentes, en soulignant les lacunes de celles-ci : les références chronologiques arbitraires, les indices des prix inadéquats parce que basés sur des prix de gros, les salaires retenus non représentatifs, etc. En 1979, dans une des dernières études sur le sujet, G.N. von Tunzelmann essaie de synthétiser les données antérieures en utilisant l’analyse factorielle26. Il aboutit à la conclusion que les données ne permettent pas de départager les thèses adverses mais le débat, depuis quelque temps, s’était de plus en plus déplacé vers d’autres indices, beaucoup plus difficilement quantifiables : insalubrité des industries, de l’habitat, abondance et qualité de l’alimentation, etc.

  • 27 W. ASTHWORTH, The newest and truest economic history, ibid., 2e s., t. XXXV, 1982, p. 434-442.
  • 28 Sous la direction de R. Floud et M. Mc Closkey, Cambridge, 1981, 2 vol.

22La nouvelle histoire économique joue ainsi un rôle salubre de critique des idées reçues, mais elle ne débouche pas nécessairement sur une connaissance plus solide de l’objet qu’elle étudie. L’exemple du niveau de vie pose une autre question qui porte sur les possibilités mêmes de la nouvelle histoire économique ou surtout sur l’extension de sa démarche. Les sources disponibles pour répondre par ces méthodes aux questions qu’elles posent sont limitées, malgré les prodiges d’ingéniosité que l’historien peut déployer pour en extraire le maximum possible. Mais la méthode même, comme le faisait remarquer William Ashworth27 en 1982 dans sa critique de l’Economic History of Britain since 170028, rédigée dans la perspective de la nouvelle histoire économique, entraîne le danger que la recherche de précision concentre l’attention sur des questions limitées, parce qu’il est très difficile de définir de manière précise des relations d’influence dans des problèmes larges. De ce point de vue, l’histoire globale de la Révolution industrielle en Grande-Bretagne reste une histoire. Même si elle ne raconte plus d’abord les péripéties de James Watt inventant et perfectionnant ses différentes machines à vapeur, elle continue à esquisser de grandes évolutions, de la population, de l’agriculture, du commerce extérieur, de la production industrielle, etc... dont les liens se donnent plus sous forme d’intrication que de relations réciproques clairement définies. J’ajouterai même que le projet initial de vérifier le lien de causalité entre deux éléments, comme par exemple le développement des chemins de fer et la croissance industrielle aux Etats-Unis, relève davantage de la visée traditionnelle de la critique historique : établir des « faits » dûment vérifiés, que de la démarche des sciences de la nature : établir des « lois ».

23La perspective la plus avancée de l’histoire scientifique dans le monde anglo-saxon achoppe partiellement aux limites mêmes de ses matériaux (à cause de la rareté des sources) et de sa méthode (la complexité des relations possibles dans les phénomènes économiques) et force à maintenir une certaine « intrigue » constitutive du récit pour Ricœur.

24Dans le monde des historiens français, la percée vers de nouvelles problématiques et l’occupation de nouveaux territoires ne ruinent peut-être pas totalement la prégnance de la narration.

  • 29 P. RICOEUR, Temps et récit, p. 160.
  • 30 La nouvelle histoire, p. 166.
  • 31 Ch.-V LANGLOIS - Ch. SEIGNOBOS, op.cit., p. 236.

25Les nouvelles tendances de l’historiographie française remettaient en question l’importance de l’événement. Je ne m’appesantirai pas sur le caractère non immédiatement donné de l’événement qu’ont souligné Raymond Aron en 1938 ou Henri I. Marrou en 1954, comme le rappelle Ricœur29. Déjà P. Lacombe en 1894, F. Simiand en 1903 et H. Berr en 1921 l’affirmaient avec force30 mais même Langlois et Seignobos se posaient la question : « Comment construire la formule d’un événement ? »31.

  • 32 P. RICOEUR, Temps et récit, p. 139 et 288.
  • 33 Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieures générales au 19e siècle, Par (...)

26Il faut retenir davantage le caractère attribué implicitement à l’événement : singularité, contingence, écart par rapport à tout modèle32. Dans cette perspective, Ricœur ne retient pas la brièveté du phénomène — rappelez-vous les trente journées qui ont fait la France —, mais ses trois caractères. De ce point de vue, un ensemble de faits particuliers peut constituer un événement. Dans sa thèse qui utilise abondamment les problématiques des sciences humaines, Claude Langlois n’hésite pas à utiliser le terme « d’événement massif » pour qualifier la création de 400 congrégations religieuses en France entre 1800 et 188033.

27En histoire sérielle, on peut souligner le caractère répétitif des faits étudiés, que ce soient le nombre de baptêmes, le prix du blé ou les formules notariales de testaments, mais l’ensemble dessinera une courbe particulière qui ne se ramène strictement à aucune autre.

  • 34 L’inventaire des différences, Paris, Seuil, 1976.

28Il faut cependant peut-être aller plus loin. L’historien doit-il privilégier uniquement la différence dont il ferait l’inventaire pour reprendre le titre de la leçon inaugurale de Paul Veyne au Collège de France34 ? Lorsqu’il étudie le passé, l’historien peut s’attacher autant à ce qui n’a pas changé. Je me méfie toujours du discours courant qui marque des différences : « dans le temps, ce n’était pas comme cela » ou au contraire « ce n’est plus comme dans le temps », ou qui suppose des évolutions : l’augmentation de la violence ou la déchristianisation. L’historien ne doit-il pas traiter des permanences autant que des transformations ? Il faudrait peut-être ajouter : de ce qui n’a pas changé mais qui aurait pu le faire, gardant ainsi, à l’horizon de l’histoire, le changement.

29Ce n’est pas uniquement par rapport à l’objet de l’histoire, événement ou phénomène relativement stable, qu’il faut situer les problèmes les plus importants, mais bien dans celui de l’explication. On a vu les difficultés de la nouvelle histoire économique, il importe de creuser davantage en revenant à l’expérience française.

  • 35 Ch.-V. LANGLOIS - Ch. SEIGNOBOS, op. cit., p. 253
  • 36 O. DUCROIT - T. TODOROV, Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Paris, Seuil, 1972, p (...)
  • 37 P. RICOEUR, Temps et récit, p. 289.

30Pour des historiens comme Langlois et Seignobos, « toute l’histoire des événements est un enchaînement évident et incontesté d’accidents dont chacun est cause déterminante d’un autre »35. Nous avons ici le sens premier de l’intrigue comme enchaînement global de séquences à l’intérieur de récits36, ou comme l’écrit Ricœur « du fait qu’ils sont racontés, les événements sont singuliers et typiques, contingents et attendus, déviants et tributaires de paradigmes fût-ce sur le mode ironique »37.

31Lorsque l’historien étudie une société, ses institutions, ses mœurs comme disait Voltaire, il se situe souvent en-deçà de la narration et de l’intrigue, en se contentant de décrire, tentant parfois de déceler des inter-relations entre les différents phénomènes observés. Par ambition trop limitée ou par prudence élémentaire, il limite souvent sa tâche à suggérer des rapprochements. Cet exercice ne peut guère faire de l’histoire une science, mais peut-être un tableau où la composition joue un rôle semblable à celui de l’intrigue dans la narration.

  • 38 J. MEUVRET, Les crises de subsistance et la démographie de la France d’ancien régime, dans Populati (...)

32Le problème est parfois plus simple lorsqu’il se met à faire de l’histoire sérielle. La comparaison entre des séries de prix de blé, comme indicateur indirect de la production agricole, et des courbes de décès permet aux historiens de déceler le rôle des famines dans la mortalité aux Temps Modernes, comme ils l’ont fait fréquemment depuis l’article célèbre de Jean Meuvret sur les famines de l’Ancien Régime38.

33Il est plus difficile de donner une explication convaincante lorsqu’il s’agit de relier un événement à une évolution.

  • 39 P. RICOEUR, Temps et récit, p. 290-304.
  • 40 F. BRAUDEL, op. cit., t. I, p. 202.
  • 41 P. RICOEUR, Temps et récit, p. 297.
  • 42 P. RICOEUR, Temps et récit, p. 298.
  • 43 P. RICOEUR, Temps et récit, p. 313.

34Dans l’analyse très fine que Ricœur39 fait de l’ouvrage de Braudel sur la Méditerranée à l’époque de Philippe II, il montre bien que les trois parties (milieu géographique, structures et conjonctures économiques et sociales, événements politiques) ne se présentent pas simplement comme trois ensembles indépendants, mais qu’ils sont reliés, non par des liens de causalité, mais par l’intrigue. Alors que la plupart des critiques provenant des historiens soulignent la difficulté du passage de la longue durée au cycle puis à l’événement, Ricœur montre que c’est l’écriture même du livre qui assume des passerelles. Braudel ne peut analyser l’espace méditerranéen sans évoquer les rapports de dominance économico-politique où affleurent déjà les événements. Comme le souligne Ricœur, Braudel remet l’homme au centre : « Ce ne sont pas les espaces géographiques qui font l’histoire, mais bien les hommes, maîtres ou inventeurs de ces espaces »40. Dans son troisième volet, Braudel va « structurer son histoire des événements en les réenracinant dans les structures et les conjonctures »41. Pour Ricœur, l’ensemble des trois niveaux de l’ouvrage constitue une « quasi-intrigue »42 et le récit ne pourra que s’achever sur une « fin » : le tableau d’une mort, celle de Philippe II, à défaut de celle de la Méditerranée43.

  • 44 Paris, 1978.
  • 45 P. RICOEUR, Temps et récit, p. 305-309.
  • 46 Ph. ARIES, Essai sur l’histoire de la mort en Occident du Moyen Age à nos jours, Paris, Seuil, 1975 (...)
  • 47 Ph. ARIES, Essai..., p. 8.
  • 48 Ph. ARIES, Essai..., p. 13.
  • 49 Ph. ARIES, L’homme..., p. 599.
  • 50 Ph. ARIES, L’homme..., p. 597.
  • 51 Ph. ARIES, L’homme..., p. 597.

35Abordant ensuite l’histoire des mentalités, Ricœur analyse l’ouvrage de George Duby sur Les trois ordres ou l’imaginaire du féodalisme44 pour en souligner les aspects narratifs45. Il me semble qu’il ne faut pas pousser trop loin les ressemblances et parfois renoncer à aller jusqu’à l’explication, en essayant simplement de mettre en relief les différences sans nécessairement en expliquer la genèse. Je prendrai comme exemples les ouvrages de Philippe Ariès sur le dernier thème de ses recherches, l’histoire de la mort en Occident46. Au point de départ, la seule ambition de l’auteur était de vérifier si, dans un domaine où les attitudes semblent si profondes et si stables, il y avait un changement radical comme il l’avait constaté pour la vie familiale. Il voulait, en reffet, réagir contre « l’habitude d’attribuer des origines lointaines à des phénomènes collectifs et mentaux, en réalité très nouveaux »47. Contre l’immémorial, il va essayer de déchiffrer dans une masse de documents divers (testaments, cimetières, œuvres d’art, littérature) « l’expression inconsciente d’une sensibilité collective »48 et ses variations dans la longue durée. Il distingue ainsi cinq modèles (nous mourons tous ou la mort apprivoisée, la mort de soi, la mort longue et proche, la mort de toi, la mort inversée) qu’il va mettre en relation49 (expliquer selon le terme propre de l’auteur)50 avec les changements de quatre éléments psychologiques : la conscience de soi, la défense de la société contre la nature sauvage, la croyance dans la survie et celle de l’existence du mal51.

36Je serais tenté, ici encore, de parler non de causalité ni d’intrigue, mais de composition comme dans l’œuvre picturale. Je puis voir des tableaux successifs, mais leur enchaînement n’est pas clair.

  • 52 L’événement monstre, dans Communications, no 18, 1972, repris sous le titre Le retour de l’événemen (...)
  • 53 P. VEYNE, Comment on écrit l’histoire..., p. 26.

37Fine pointe de la recherche peut-être, l’histoire des mentalités n’évacue cependant pas l’autre histoire. En 1972, Pierre Nora pouvait saluer le retour de l’événement52. Il faut également mettre en valeur un certain retour de la biographie, combinant l’individuel et le collectif, selon une intrigue, ce « mélange de causes matérielles, de fins et de hasards » comme l’écrit Paul Veyne53.

  • 54 R. GIRAULT, L’histoire et la géographie en question, Paris, Ministère de l’Education nationale, 198 (...)
  • 55 Ch. MORAZE, La logique de l’histoire, Paris, Gallimard, 1967.

38Aux termes d’une promenade, plus que d’un parcours complet, je suis toujours plus frappé par la diversité de l’histoire. Elle peut servir partiellement à tester des hypothèses souvent venues d’ailleurs et se mettre ainsi au service d’autres disciplines, comme le rappelle le rapport rédigé par René Girault en 1983 pour le ministre de l’éducation nationale54. Proche de l’anthropologie, elle se fera description de « mœurs » passées dans laquelle les histoires racontées serviront de support à la description. Elle sera enfin récit, récit toujours partiel où l’enchaînement des événements ponctuels des séries se fera toujours en partie sous forme d’intrigues. Elle ne sera jamais un grand récit englobant. Il n’y a pas de logique de l’histoire qui soit absolue, pour reprendre le titre de l’ouvrage55 de Charles Morazé (1967), mais combinaison du possible et du certain, qui nous rassure un peu sur le monde où nous vivons, sans nous emprisonner dans un sens de l’histoire qui nous serait donné. Même si tout n’est pas possible, rien n’est joué d’avance. L’histoire n’a pas de sens, mais nous pouvons y créer du sens. La figure de Joseph évoquée hier par M. R. Célis, est pour moi préfigure de Celui qui m’y invite.

Notes

1 L. GENICOT, Simples observations sur la façon d’écrire l’histoire, Louvain-la-Neuve, 1980.

2 L’histoire comme récit, Le récit de fiction, La fonction narrative et Récit fictif récit historique, ch. I, II, III, IX de La narrativité, Paris, C.N.R.S., 1980, p. 3-67 et 251-271. Ces contributions m’ont été aimablement communiquées par Raphaël Célis.

3 P. RICOEUR, Temps et récit, t. I, Paris, Seuil, 1983.

4 T. VIII, Paris, 1970, p. 423-424.

5 P. VEYNE, Comment on écrit l’histoire. Essai d’épistémologie, Paris, 1971.

6 Encyclopedia universalis, Supplément, t. I, Paris, 1980, p. 31-40.

7 Paris, 1983, C. Ginzburg étudie les rapports entre le peintre et ses commanditaires. Il décèle ainsi, par exemple, dans la flagellation, un appel à la croisade.

8 Titre du chapitre I de la IIe partie dans P. RICOEUR, Temps et récit, p. 137.

9 P. RICOEUR, Temps et récit, p. 159-172.

10 G. BOURDE et H. MARTIN, Les écoles historiques, Paris, Seuil, 1983, p. 171.

11 Ch.-V. LANGLOIS-Ch. SEIGNOBOS, Introduction aux études historiques, Paris, 1897, p. 259.

12 Paris, 1983.

13 P. RICOEUR, dans La Narrativité, p. 29-36.

14 P. RICOEUR, dans La Narrativité, p. 36.

15 P. RICOEUR, dans La Narrativité, p. 21.

16 P. MILZA, L’histoire, no 60, octobre 1983, p. 6-21.

17 Paris, A. Colin, 1949, 2 vol.

18 F. BRAUDEL, La Méditerranée et le monde méditerranéen, Paris, A. Colin, 1949, t. I, p. 16.

19 Paris, S.E.V.P.E.N., 1960.

20 Paris, S.E.V.P.E.N., 1966.

21 Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle. Les attitudes devant la mort d’après les clauses des testaments, Paris, Plon, 1973.

22 Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris, Gallimard, 1975.

23 Voir l’article d’André BURGUIERE, L’anthropologie historique, dans La nouvelle histoire, s. dir. J. Le Goff, Paris, Retz-C.E.P.L., 1978, p. 37-61.

24 La nouvelle histoire économique. Exposés de méthodologie, s. dir. R. Andreano, Paris, Gallimard, 1977, p. 9.

25 Railroads and American economic Growth. Essays in econometric History, Baltimore, 1964.

26 G.N. von TUNZELMANN, Trends in real wages, 1750-1850. Revisited, dans Economic history review, 2e s., t. XXXII, 1979, p. 33-49. Depuis lors, des auteurs estiment pouvoir aboutir à une conclusion plus nette en faveur d’une amélioration de la situation, du moins après 1820 : P.H. LINDERT-J.G. WILLIAMSON, English worker’s living standards during the industrial revolution. A new look, Ibidem, 2e s., t. XXXVI, 1983, p. 1-25.

27 W. ASTHWORTH, The newest and truest economic history, ibid., 2e s., t. XXXV, 1982, p. 434-442.

28 Sous la direction de R. Floud et M. Mc Closkey, Cambridge, 1981, 2 vol.

29 P. RICOEUR, Temps et récit, p. 160.

30 La nouvelle histoire, p. 166.

31 Ch.-V LANGLOIS - Ch. SEIGNOBOS, op.cit., p. 236.

32 P. RICOEUR, Temps et récit, p. 139 et 288.

33 Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieures générales au 19e siècle, Paris X, 1983, p. 149.

34 L’inventaire des différences, Paris, Seuil, 1976.

35 Ch.-V. LANGLOIS - Ch. SEIGNOBOS, op. cit., p. 253

36 O. DUCROIT - T. TODOROV, Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Paris, Seuil, 1972, p. 376-382.

37 P. RICOEUR, Temps et récit, p. 289.

38 J. MEUVRET, Les crises de subsistance et la démographie de la France d’ancien régime, dans Population, t. I,1946, p. 643-650, repris dans J. MEUVRET, Etudes d’histoire économique, Paris, A. Colin, 1971, p. 271-278.

39 P. RICOEUR, Temps et récit, p. 290-304.

40 F. BRAUDEL, op. cit., t. I, p. 202.

41 P. RICOEUR, Temps et récit, p. 297.

42 P. RICOEUR, Temps et récit, p. 298.

43 P. RICOEUR, Temps et récit, p. 313.

44 Paris, 1978.

45 P. RICOEUR, Temps et récit, p. 305-309.

46 Ph. ARIES, Essai sur l’histoire de la mort en Occident du Moyen Age à nos jours, Paris, Seuil, 1975, et L’homme devant la mort, Paris, 1977.

47 Ph. ARIES, Essai..., p. 8.

48 Ph. ARIES, Essai..., p. 13.

49 Ph. ARIES, L’homme..., p. 599.

50 Ph. ARIES, L’homme..., p. 597.

51 Ph. ARIES, L’homme..., p. 597.

52 L’événement monstre, dans Communications, no 18, 1972, repris sous le titre Le retour de l’événement dans Faire de l’histoire, s. dir. J. Le Goff et P. Nora, Paris, 1974, t. I, p. 210-228.

53 P. VEYNE, Comment on écrit l’histoire..., p. 26.

54 R. GIRAULT, L’histoire et la géographie en question, Paris, Ministère de l’Education nationale, 1983,

55 Ch. MORAZE, La logique de l’histoire, Paris, Gallimard, 1967.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540