Version classiqueVersion mobile

Narration et interprétation

 | 
Claudine Gothot-Mersch
, 
Raphaël Célis
, 
René Jongen

Troisième partie. Le récit et le temps. Problèmes de méthodologie historique

Les origines et les premiers siècles de Rome. L’histoire d’une interprétation

Jacques Poucet

Texte intégral

1Les origines et les premiers siècles de Rome forment, dans l’historiographie, un sujet extraordinairement complexe qui a donné lieu à une énorme bibliographie. Comme nous ne disposons que de fort peu de temps et que par ailleurs l’auditoire est composé surtout de spécialistes de la « chose littéraire », vous comprendrez le double souci de l’historien qui vous parle.

2Souci d’abord de clarté. Refusant le jargon si courant aujourd’hui dans certains milieux et dans certaines disciplines, il voudrait tenter d’expliquer clairement des choses compliquées, au risque de voir son exposé qualifié de simple, voire de simpliste.

  • 1 Les lecteurs désireux de précisions peuvent se référer à deux articles où se trouve évoquée la per (...)

3Souci ensuite d’aller à l’essentiel, au risque cette fois d’être accusé de schématisme. C’est ainsi qu’il ne vous livrera pas une nomenclature détaillée des chercheurs et de leurs travaux1. Quel que soit le domaine où elle s’exerce, la recherche est une œuvre collective ; ceux qui y sont engagés aujourd’hui ne peuvent progresser qu’en s’appuyant sur leurs aînés, en général très nombreux. Chacun n’est qu’un maillon d’une longue chaîne.

4C’est donc une histoire anonyme et collective qu’on va tenter de retracer. Non pas l’histoire des origines et des premiers siècles de Rome, mais celle des interprétations qui ont été proposées, au fil des siècles, pour les récits antiques sur cette période. Pareil projet, espérons-le, respectera le thème central de ce colloque : « Narration et Interprétation ».

La version traditionnelle

5Il n’est pas inutile de préciser le sens de l’expression « origines et premiers siècles de Rome ». Elle recouvre la période qui, dans la tradition, s’étend de la fondation de Rome aux rois préétrusques inclus. Il n’est pas inutile non plus de rappeler l’essentiel de ce qui nous est transmis par les sources anciennes, sans entrer bien évidemment dans le détail des variantes nombreuses et multiformes.

6Pour bien comprendre la fondation de Rome, il faut remonter à la Guerre de Troie et à ses conséquences. On songera au sujet de l’Enéide de Virgile. Enée et ses compagnons troyens fuient leur ville incendiée par les Grecs en 1184 (date proposée par Eratosthène), et, après des années d’errance en Méditerranée, abordent en Italie dans le Latium, où ils doivent lutter contre les indigènes et leur roi, Latinus, avant de conclure avec eux une alliance. Pour sceller cette dernière, Enée épousera la fille du roi, Lavinia, en l’honneur de qui il fondera la ville de Lavinium. Quelques dizaines d’années plus tard, après la mort d’Enée, c’est Ascagne, son fils, qui jettera les bases d’une cité nouvelle, Albe, à quelque distance de Lavinium.

7Vient alors, pendant quelque 300 ans, la longue série des rois albains, jusqu’à Numitor, lequel nous introduit directement dans notre sujet. Avec lui en effet se termine ce qu’on pourrait appeler la préhistoire lavinate et albaine de Rome, et commence le récit des « enfances de Romulus et de Rémus ». Ainsi donc, Numitor est le dernier roi légitime d’Albe. En fait, il va être détrôné par son frère, Amulius. Et pour éviter que Rhéa Silvia, la fille de Numitor, n’ait des enfants, l’usurpateur la « mettra au couvent », entendez : en fera une Vestale. Mais une intervention miraculeuse, celle du dieu Mars, la rendra mère de deux jumeaux, Romulus et Rémus, lesquels, exposés par le méchant Amulius sur les bords du Tibre, échapperont à la mort grâce à une louve. Une fois grands, les jumeaux verront leur origine royale reconnue et réinstalleront leur grand-père Numitor sur le trône d’Albe. Cela fait, ils quitteront Albe pour aller, à leur tour, fonder une ville nouvelle quelque vingt kilomètres plus loin : Rome.

8La suite est bien connue. Au cours des cérémonies de fondation (en 754 a.C.n., selon la tradition varronienne), Rémus périra de la main même de son frère, et Romulus deviendra le premier roi de Rome. Il connaîtra une vie riche en réalisations diverses, notamment en exploits guerriers (on songera en particulier à l’affaire Sabine, nourrie d’épisodes brillants, comme l’enlèvement des Sabines, la trahison de Tarpéia, l’intervention des Sabines devenues mères et qui se jettent en pleine bataille entre leurs pères et leurs maris). Romulus disparaîtra mystérieusement. On le croira monté au ciel, et son peuple le considérera comme un dieu.

9Son successeur, Numa Pompilius, d’origine Sabine, sera profondément pacifique et religieux, la tradition le présentant comme l’institutor sacrorum des Romains, fondateur des sacerdoces, des rites, des fêtes et des cérémonies religieuses. Puis viendra Tullus Hostilius, un roi éminemment guerrier : peu porté (c’est le moins qu’on puisse dire) pour les choses religieuses, il ne sera à l’aise, pendant la plus grande partie de sa vie, que dans la guerre. C’est à lui que la tradition attribue la destruction d’Albe, la cité-mère de Rome, destruction précédée ici encore d’épisodes hauts en couleurs, comme le combat des Horaces et des Curiaces, la trahison et la mise à mort par écartèlement du dictateur d’Albe, Mettius Fufétius.

10Son remplaçant, Ancus Marcius, passe pour avoir notamment fondé Ostie, le port de Rome, et mené contre le Latium des guerres victorieuses, installant à Rome les habitants d’un certain nombre de cités latines conquises. Il est le dernier roi à nous retenir, car avec son successeur, Tarquin dit l’Ancien, qui monte sur le trône en 616 (date traditionnelle toujours), commence la dynastie «étrusque» ; «étrusque» ; c’est dire que nous sortons de notre propos.

11Voilà ce que la tradition nous rapporte sur l’histoire de Rome au sein du Latium, du XIIe siècle à la fin du VIIe siècle avant Jésus-Christ.

Essentiellement des récits

  • 2 Nos informations proviennent essentiellement des écrits des annalistes et des historiens, occasion (...)

12Le tableau qui précède repose exclusivement sur des récits, au sens le plus courant du terme2. En effet, annalistes, historiens, poètes, érudits de l’Antiquité, traitant de leurs origines, n’alignaient pas des données chiffrées ou statistiques ; ils n’accablaient pas non plus leurs lecteurs d’épuisantes réflexions méthodologiques ou épistémologiques ; ils racontaient simplement des histoires, et de belles histoires d’ailleurs : elles ont séduit des générations entières et chantent encore dans beaucoup de mémoires.

13On ajoutera que ces histoires ont constitué pendant très longtemps le seul matériel à la disposition des modernes qui s’intéressaient, en historiens, aux origines et aux premiers siècles de Rome. Pendant très longtemps, c’est-à-dire jusqu’au début de ce siècle, qui marquera l’entrée en scène, d’abord hésitante, maintenant triomphante, de l’archéologie. Mais n’anticipons pas !

Le problème du référent

14Des récits donc. Mais le thème de ce colloque lie narration à interprétation. Et le fait est que ces récits posent d’innombrables problèmes d’interprétation. A la limite, chaque motif présenté fait problème en la matière, mais soucieux d’aller à l’essentiel, nous ne retiendrons que LE problème fondamental, qui est celui du référent de tous ces récits : livrent-ils de l’histoire ? Relèvent-ils au contraire de la fiction ?

15Bien sûr, pareille question se pose pour tous les récits dits historiques de l’antiquité, mais le cas du premier livre de Tite-Live ou des premiers livres de Denys d’Halicarnasse doit être mis à part ; il n’est pas tout à fait le même que celui des Annales de Tacite, des Commentaires de César, ou du Catilina de Salluste.

16Salluste et César, par exemple, ont en partie vécu la matière de leurs récits ; Tacite et Suétone n’étaient pas tellement éloignés de Claude et de Néron ; ils avaient de toute façon accès à des sources écrites et à des témoignages de contemporains. La situation de l’historien des origines de Rome est, elle, très différente, et pour le dire en deux mots, extrêmement inconfortable.

17Ne serait-ce (et, d’une question complexe, nous n’envisagerons que cet élément capital) qu’à cause de l’énorme distance qui sépare les événements narrés des premières narrations conservées.

  • 3 Au-delà de Fabius Pictor, pompeusement baptisé parfois « le père de l’historiographie latine », c’ (...)

18On ne le sait pas toujours, ou plus exactement, on ne le dit pas toujours, mais, dans l’état présent de nos connaissances, aucun récit suivi sur les origines et les premiers rois de Rome ne semble avoir été mis par écrit dans le monde antique avant celui de Fabius Pictor, vers 200 a.C.n.3.

19En fait, ce récit de Fabius Pictor, nous ne le possédons plus. Il a disparu après avoir servi de modèle aux historiens-annalistes qui l’ont suivi, en l’adaptant, chacun à sa manière, selon les usages très particuliers de l’historiographie latine. En d’autres termes, le récit original de Fabius se cache quelque part dans les adaptations de ses successeurs. Nous pourrions essayer de le reconstruire, avec naturellement les risques d’erreurs que comporte une telle opération. Mais (nouvelle difficulté) les œuvres de ces annalistes qui, pendant deux siècles, ont suivi Fabius en s’en inspirant plus ou moins fidèlement, ont elles aussi disparu. Nous n’en avons conservé que de rares et minuscules fragments.

20En réalité, le premier récit suivi — du reste lacunaire — que nous possédions sur les origines et les premiers siècles de Rome est celui de Cicéron (Ier siècle a.C.n.). Il faudra attendre Tite-Live et Denys d’Halicarnasse pour rencontrer des récits détaillés et complets. Mais nous sommes à l’extrême fin du Ier siècle avant Jésus-Christ, au début de l’Empire.

  • 4 Le lecteur intéressé par une présentation rapide (avec bibliographie) des données archéologiques r (...)

21Or, les événements qui nous retiennent datent, eux, si l’on en croit la chronologie proposée par les Anciens, de 754 à 616 avant Jésus-Christ. Les historiens modernes, sur base de la documentation archéologique, confirment pour l’essentiel la date finale (ils situent aux environs de 630 le début d’une influence massive des Etrusques sur Rome), mais ils reculent de plusieurs siècles la « fondation » de la Ville (le Xe siècle, au lieu de 754, si on la place dans la phase latiale I)4.

22Le décalage chronologique est donc impressionnant : un événement comme la « fondation de Rome » s’est produit sept à huit siècles avant Fabius Pictor (le premier texte écrit), neuf à dix siècles avant Cicéron et Tite-Live (les premiers récits conservés). Si l’on s’intéresse à la destruction d’Albe par Tullus Hostilius, c’est un intervalle de cinq à sept siècles, selon les points de vue, qu’il faut combler.

23Et ces écarts sont d’autant plus difficiles à surmonter que l’écriture n’est apparue à Rome qu’avec les Etrusques, c’est-à-dire après la période prise pour l’instant en compte. Il faut donc supposer une tradition orale s’étendant sur plusieurs siècles, ce qui pose d’autres problèmes délicats.

24Vous voyez mieux combien particulier est le cas de l’historien des origines confronté à Fabius Pictor, à Cicéron, à Tite-Live, et à tous les autres auteurs anciens.

25Vous comprenez mieux aussi qu’en matière d’interprétation, la première question, celle qui conditionne toutes les autres, concerne le caractère même de ces récits : ont-ils un référent réel ? Relèvent-ils de l’histoire ou de la fiction ? Ou des deux ? Mais dans quelles proportions ?

26Notre projet sera de voir comment, des origines à nos jours, s’est posée et a été résolue la question de l’interprétation à donner à ces narrations antiques. Ce long voyage dans le temps comportera trois grandes étapes : d’abord, de l’Antiquité à Beaufort (1738) ; ensuite, de Beaufort jusqu’à nos jours ; en troisième lieu, les orientations actuelles. Il montrera que les interprétations ont au fil des siècles profondément varié, passant (en gros) de la crédulité au scepticisme ; il nous mettra aussi en contact avec un certain nombre de points de méthode.

De l’Antiquité à Louis de Beaufort (1738)

27Histoire ou fiction ? Faits ou fables ? La question n’est évidemment pas nouvelle. Elle se posait déjà aux auteurs anciens, mais dans une mesure très limitée.

  • 5 CIC., Rep., II, 2, 4 : ut iam a fabulis ad facta ueniamus « passons maintenant de la légende à l’h (...)
  • 6 LIV., Praef., 6 : « Quant aux événements qui ont précédé immédiatement la fondation de Rome ou ont (...)

28On rencontre effectivement chez eux un certain nombre de déclarations formelles de non-historicité. Ainsi pour Cicéron, ce ne serait qu’à partir de la réinstallation de Numitor sur le trône d’Albe qu’on pourrait parler d’événements historiques5. Tite-Live déclare formellement dans sa célèbre préface que tout ce qui précède la fondation même de Rome relève plus de la fiction poétique que de la certitude historique6.

  • 7 Cf. par exemple la savante réserve avec laquelle Tite-Live (en I, 17, 5-8) rend compte de l’épipha (...)
  • 8 Ainsi Cicéron, dans son De re publica, passe complètement sous silence l’assassinat de Rémus par s (...)
  • 9 « Victime d’une violence, écrira-t-il en I, 4, 2, la Vestale mit au monde deux jumeaux, et, soit b (...)

29Outre ces réserves nettement exprimées et qui, on le constatera, ne touchent en fait que la préhistoire lavinate et albaine de Rome, les manifestations de prudence, pour ne pas dire de doute, se rencontrent au fil des textes. Elles sont naturellement fonction de la personnalité même de chaque auteur, et s’expriment de diverses manières : tantôt de discrets fertur, traditur ou dicitur (notre « dit-on ») glissés dans le récit7 ; tantôt un « silence », parfois fort éloquent pour le lecteur initié8 ; tantôt une remarque davantage « travaillée » (ainsi Tite-Live, décidément bien voltairien, ne croit pas à la conception miraculeuse de Romulus et de Rémus)9.

  • 10 On songera à ce qu’on a pu appeler « la structure du mythe héroïque » (Ph. SELLIER, Le mythe du hé (...)

30Mais, on le soulignera, ces réserves ne portent jamais que sur des éléments relativement « secondaires », qui, pour la plupart d’ailleurs, sont tirés de la vie du fondateur. Or on sait combien, dans toutes les cultures, les vies des héros fondateurs (de cités, de religions, ou d’empires) attirent la fable10. En plus, on notera que la majorité des détails historiquement contestés relèvent du merveilleux, ce qui est significatif.

  • 11 En d’autres termes, l’Antiquité pouvait émettre des doutes sur la naissance miraculeuse de Romulus (...)

31Pour le reste, on peut dire que les Anciens n’ont pas mis en question l’historicité fondamentale des récits qu’ils avaient forgés sur les origines et les premiers siècles de Rome11. Presque tout, dans ces récits, leur apparaissait comme de l’histoire.

  • 12 Deuxième édition à La Haye en 1750 ; nouvelle édition, avec une introduction et des notes par A. B (...)

32Si l’on veut survoler les siècles et faire bref, on dira qu’il en fut ainsi jusqu’au mémoire célèbre de Louis de Beaufort (Dissertation sur l’incertitude des cinq premiers siècles de l’histoire romaine, première édition, anonyme, à Utrecht en 1738)12. C’est lui qui introduisit pour la première fois dans l’historiographie du sujet une série de réserves graves et fondamentales.

33Il avait toutefois eu quelques précurseurs ; on songera notamment à Perizonius et à ses Animadversiones Historicae (Leyde, 1685), à l’Italien Vico et à sa Scienza Nova (1725). Mais c’est le livre de Beaufort, clair, méthodique et agréable qui a ébranlé ce qu’on pourrait appeler la foi publique. Traitant du récit traditionnel des origines et des premiers siècles de Rome, il en montrait les incohérences et les contradictions, tout en dévoilant l’insuffisance des sources dont il dérive.

De Beaufort à nos jours

34L’œuvre de Beaufort toutefois était purement négative. Sur le terrain ainsi déblayé, il restait à rebâtir. C’est à quoi se sont attachés B.G. Niebuhr et ses successeurs. Mais ce travail de reconstruction était loin d’être aisé. Et cela, pour une raison simple. Beaufort avait bien jeté sur tous les récits un doute systématique, mais personne après lui n’osa franchir le pas décisif, qui eût été de décréter que, compte tenu de toutes leurs incohérences, compte tenu surtout de leurs conditions particulières de transmission, ces récits ne pouvaient pas livrer de l’histoire, qu’ils étaient à lire comme des légendes ou des mythes, en d’autres termes qu’il fallait « chercher l’histoire ailleurs ».

35C’est que « chercher l’histoire ailleurs » eût été bien difficile : la tradition littéraire (au sens large) était encore à ce moment la seule véritable source d’informations à la disposition des chercheurs. D’où le refus quasi général, et inconscient d’ailleurs, de s’en priver.

36On s’en tirera par une astuce. Ne pouvant pas concevoir qu’il n’y ait pas de l’Histoire dans tous ces récits, on mettra sur pied ce que nous appellerions volontiers le concept d’« historicité globale » de la tradition. Précisons-le en quelques mots. La tradition, comme source historique, était suspecte ; de l’Histoire véritable devait toutefois s’y dissimuler : des noyaux historiques authentiques devaient s’y cacher, un peu comme des pépites d’or dans leur gangue de terre. Tout l’art allait être de les mettre au jour. Pour ce faire, on décidera de passer la tradition au crible d’une critique sévère qui aura pour objectif déclaré de séparer les faits des fables. Politique qui paraissait sage ; qui était en réalité très dangereuse, parce qu’elle ouvrait la voie à l’arbitraire et à la fantaisie.

37De quels éléments décisifs en effet l’historien moderne pouvait-il disposer pour ce travail de critique ?

  • 13 Il était exclu d’invoquer comme critères la vraisemblance ou la cohérence de la tradition. En ce q (...)
  • 14 Cf. sur l’importance accordée aux données extra-littéraires, le bel article, fort bien documenté, (...)

38Essentiellement13 des données qu’on appellera extra-littéraires, c’est-à-dire des informations « brutes », relevant de disciplines comme la linguistique, la toponymie, la dialectologie, les institutions publiques et privées, la religion, et surtout, à partir du début de ce siècle, l’archéologie. C’est en effet une caractéristique de l’après-Beaufort que l’importance accordée à ces données extra-littéraires, tantôt pour « confirmer » (comme on disait) la tradition, tantôt pour reconstruire le passé14. Aussi importe-t-il de réfléchir sur leur utilisation, ce qui ne manque pas d’être méthodologiquement instructif, pour deux raisons.

  • 15 Pour ne citer que quelques exemples, multa « amende » serait un mot sabin (VARR., L.L., V, 107) ; (...)
  • 16 Par exemple : VARR., L.L., V, 51 ; LEST., p. 304 L ; LIV., I, 13, 5 ; D.H., II, 50, 1.

39On doit d’abord constater que, à l’exception de l’archéologie (qui n’entrera d’ailleurs en scène qu’au début du XXe siècle), la plupart de ces données proviennent en dernière analyse de la tradition littéraire : c’est Varron qui affirme l’origine sabine de tel ou tel mot latin15 ; ce sont des grammairiens, voire des historiens, qui signalent la connotation sabine de termes comme Quirites, Quirinus, Quirinal, ou l’installation de Sabins sur cette dernière colline16. Bref, beaucoup d’informations, dites extra-littéraires, sont en réalité fournies par la tradition littéraire, souvent même dans les récits sur les origines, ce qui comporte des risques graves d’interférence. On en arrive vite à vouloir prouver l’historicité de la tradition à partir d’éléments que l’on trouve dans cette tradition elle-même.

40Ce ne serait pas encore trop grave, s’il n’y avait une seconde observation à faire, beaucoup plus importante. C’est que la plupart de ces données (continuons à les appeler « extra-littéraires ») ne sont pas univoques : elles peuvent recevoir diverses interprétations.

41La chose est trop fondamentale pour ne pas tenter de l’illustrer au moyen de deux exemples, empruntés, le premier à l’archéologie, le second à la dialectologie. Ils concernent l’un et l’autre l’épisode sabin des origines.

  • 17 Pour une présentation plus détaillée de la question, cf. J. POUCET, Les Sabins aux origines de Rom (...)

42L’exemple archéologique d’abord. Les archéologues du début du siècle avaient relevé dans la Rome primordiale la présence d’un double rite funéraire, l’incinération et l’inhumation. La chose est bien connue ; elle figurait et figure encore dans beaucoup de manuels. On y a vu pendant très longtemps le signe, pour ne pas dire la preuve indiscutable, d’une dualité ethnique. En d’autres termes, on croyait avoir trouvé là une confirmation éclatante du synécisme romano-sabin des origines. En fait, aujourd’hui, plus aucun archéologue ne signera pareille interprétation. Dans le cas qui nous occupe, les archéologues ne lient plus rite funéraire et appartenance ethnique ; ils expliquent unanimement la dualité de rite par la chronologie : l’incinération, générale au départ (phase latiale I), a été, au fil des siècles, supplantée par l’inhumation. Ainsi une prétendue confirmation par l’archéologie de la dualité ethnique primordiale s’est lamentablement effrondrée17.

43Cette longue erreur pourtant s’explique fort bien, et elle est d’ailleurs riche d’enseignements. Il va évidemment de soi, si on l’étudie dans l’abstrait, qu’une dualité de rite funéraire peut s’expliquer de plusieurs manières : par des différences ethniques, mais aussi religieuses, ou philosophiques, ou chronologiques. Si les modernes, pendant tellement longtemps, n’ont même pas imaginé que la dualité funéraire de la Rome primordiale pouvait avoir une explication autre qu’ethnique, c’est d’une part (il faut le dire) parce que beaucoup de progrès restaient à faire en archéologie (cette discipline n’était pas alors en état d’apporter les précisions chronologiques dont nous disposons aujourd’hui), mais c’est aussi et surtout à cause de certains obstacles épistémologiques (pour reprendre une expression à la mode). Pour dire la chose en termes simples, l’idée que le récit traditionnel sur les origines véhiculait globalement de l’histoire envahissait tellement l’univers mental des historiens modernes, qu’au moment de la découverte par les archéologues des deux rites funéraires, ils ont littéralement bondi sur l’interprétation qui allait dans le sens du récit traditionnel, sans même envisager la possibilité d’une autre explication. « Blocage » inconscient bien sûr. Il aura fallu que la recherche archéologique nouvelle fasse entendre sa voix, une voix puissante et forte, pour que les historiens des origines admettent qu’ils s’étaient lourdement trompés.

44L’autre exemple, emprunté à la linguistique, fera appel aux informations sur la dialectologie sabine.

  • 18 T. J. CORNELL-J. MATTHEWS, Atlas of the Roman World, Oxford, 1982, p. 18.

45Nous partirons d’une citation, toute récente. Elle est puisée dans l’Atlas of the Roman World, de T. J. Cornell et J. Matthews, paru à Oxford en 1982. Dans leur exposé consacré à la fondation de Rome, les auteurs précisent que l’histoire de Titus Tatius et de ses Sabins, « fantastic though its details are, forms part of a considerable body of evidence which suggests that the population of early Rome contained a significant Sabine element ; for example the Latin language exhibits many signs of Sabine influence, most strikingly in certain basic domestic words such as bos (”ox”), scrofa (”sow”) and popina (”kitchen”) »18. Il vaut la peine de réfléchir sur ce texte court mais particulièrement instructif.

46On y rencontre d’abord l’expression nette de cette position de principe, caractéristique, avons-nous dit plus haut, de la recherche « post-beaufortienne » : l’affirmation du caractère fantaisiste de beaucoup de détails traditionnels, mais aussi la certitude d’une historicité globale. Vient ensuite (ce qui nous occupe pour l’instant) une sorte de « confirmation » de la présence d’un élément sabin dans la population romaine primitive par la linguistique, ou plus exactement par trois mots : bos, scrofa, popina.

  • 19 Sur ces trois mots, voir A. ERNOUT-A. MEILLET, Dictionnaire étymologique de la langue latine. Hist (...)

47On notera qu’il s’agit là de termes pour lesquels aucun texte ancien n’oriente vers le sabin ou les Sabins. Pourquoi alors sont-ils considérés par les deux auteurs anglais (et par bien d’autres modernes d’ailleurs) comme des exemples (et de l’exemple à la preuve, la marge est particulièrement étroite, dans certaines présentations) de l’influence Sabine aux origines ? Très simplement parce que ces mots portent la trace d’un traitement consonantique qui n’est pas typique du latin de Rome : popina correspond pour la forme au latin coquina ; scrofa, avec le/intervocalique, n’est pas un mot typiquement latin ; bos, avec le b initial, n’a pas un traitement attendu (le *gw indo-européen devrait aboutir en latin à u consonne)19. On se trouve en présence de phénomènes phonétiques qui n’appartiennent pas à ce que les linguistes appellent « le latin de Rome » et qui peuvent ou doivent s’expliquer par des influences dialectales (peut-être même osco-ombriennes d’ailleurs). Mais pourquoi les « raccrocher » ainsi aux Sabins ?

  • 20 On ajoutera que même si on parvenait à la démontrer (ce qui n’est pas le cas), l’origine sabine de (...)

48Tout simplement parce qu’ont agi les mêmes mécanismes que ceux que nous avons vus à l’œuvre dans le premier exemple. Le raisonnement implicite et inconscient des modernes est toujours le même. En l’occurrence, confrontés à des faits linguistiques qui ne s’expliquent pas ou qui s’expliquent mal par le « latin de Rome », ils ont tendance, chaque fois que rien ne s’y oppose formellement (ce n’est naturellement pas possible lorsqu’on subodore des influences étrusques ou grecques), à y voir des « sabinismes », suggestionnés qu’ils sont — c’est toujours la même chose — par les données légendaires. Les modernes ignorent presque tout du dialecte sabin (ce qui les met davantage encore à l’aise), mais, sachant par la tradition littéraire que les Sabins ont joué un grand rôle aux origines de Rome, ils n’hésitent pas à conclure à l’origine sabine de phénomènes linguistiques qui, considérés en eux-mêmes et sans parti pris, n’imposeraient ou même ne suggéreraient rien de tel20.

49La leçon de ces exemples (et on pourrait augmenter leur nombre !) est facile à tirer. Pour dire les choses brutalement, on se trouve en présence d’une « perversion » inconsciente des données extra-littéraires, qu’on utilise d’une manière méthodologiquement incorrecte. Alors que dans leur très grande majorité, elles sont en réalité « ouvertes à plusieurs interprétations », elles se voient systématiquement interprétées dans le sens de la tradition. Dès lors, le cercle vicieux guette : dans un premier temps, on interprétera une donnée, archéologique ou linguistique par exemple, dans le sens suggéré par la tradition littéraire, puis, dans un second temps, le même savant, ou plus souvent un de ses collègues, modifiera en toute bonne foi le statut épistémologique de cette donnée en la considérant et en l’utilisant comme une « confirmation extérieure » de la tradition littéraire, donc comme une preuve de l’historicité de cette dernière. Et ne croyez pas qu’il s’agisse de situations rarissimes. Les « coupables » d’ailleurs, et cela aussi il faut le dire, en ont rarement conscience.

50Tout cela explique que les jugements modernes en matière d’historicité soient si variés. Tel motif, retenu comme historique par l’un, est rejeté par l’autre. Mais généralement les critères du choix restent dans l’imprécision.

51Il serait instructif, mais fastidieux et vain, de passer en revue les positions des modernes sur l’historicité de tel ou tel point précis du récit : mises à part quelques concordances globales, la variété des jugements est très grande. Plus grave, on en retire une impression de fantaisie, voire d’arbitraire, les reconstructions proposées variant dans des proportions inquiétantes. Au fond, chacun considère comme historique ce dont il a besoin pour étayer l’idée qu’il se fait par ailleurs de l’histoire de la Rome primitive. La tradition apparaît dès lors comme une sorte de carrière où chacun vient librement prendre la pierre qui lui convient le mieux et qu’il utilise à sa meilleure convenance, compte tenu toujours de sa vision personnelle de la Rome primitive.

  • 21 Ainsi par exemple l’historicité fondamentale d’une importante présence sabine aux origines de Rome (...)

52Mais attention ! L’insistance mise ici sur la grande variété, pour ne pas dire l’arbitraire, des modernes dans leurs jugements d’historicité ou de non-historicité ne doit pas nous faire perdre de vue cette autre caractéristique fondamentale de la période d’après-Beaufort. A de très rares exceptions près, la recherche est restée fidèle au principe de l’historicité globale des récits transmis par les anciens. Cela se manifeste par un accord tacite, une sorte de consensus pourrait-on dire, portant sur ce qu’on appellerait volontiers une historicité minimale. Ainsi, sans que l’on sache très bien pourquoi d’ailleurs, certains points ont toujours été considérés comme des points forts : il en est ainsi par exemple de la dualité romano-sabine des origines21, de la destruction d’Albe, de la fondation d’Ostie. Bref, on aborde les récits avec des lunettes historicisantes. On sait qu’ils comportent beaucoup d’épisodes qui ne peuvent pas être historiques, mais on se dit, consciemment ou non, que de l’histoire authentique s’y dissimule, qu’on se trouve en présence d’une histoire embellie, transformée, enjolivée bien sûr, mais d’une histoire qui est fondamentalement, globalement, de l’Histoire (cfr mutatis mutandis le cas de la Chanson de Roland ou de l’Iliade).

53Ce type de lecture (« historiciste » ou « historicisante », peu importe l’adjectif) conduit, on vient d’y faire allusion, à d’énormes difficultés d’application. En soi, bien sûr, cela ne condamnerait pas encore la méthode. Ce qui est beaucoup plus grave, c’est que ce type d’approche repose en fait sur un postulat, dont en définitive les modernes n’ont pas toujours eu conscience.

54N’est-ce pas un postulat en effet que ce principe, rarement explicité et analysé, jamais justifié rigoureusement, selon lequel la tradition littéraire des origines et des premiers siècles doit véhiculer de l’histoire authentique ? Entendons-nous bien : non pas de simples anticipations, mais de véritables « noyaux historiques » qu’il suffirait de retrouver et d’« exhumer » pour pouvoir reconstruire l’histoire !

  • 22 Il faudrait bien sûr expliquer la permanence de ce postulat, ce qui n’est pas facile. Où en cherch (...)

55Mais est-on si sûr que cela que la tradition littéraire sur les origines, jusqu’à Ancus Marcius, le dernier roi préétrusque, doit contenir de l’histoire authentique, comme les récits de Salluste et ceux de Tacite ? Que vaut-il ce postulat (car il s’agit plus d’un postulat que d’un principe solidement démontré), qui semble avoir exercé une telle emprise sur les réflexions et les travaux des modernes22 ?

56Une phase nouvelle s’est ouverte dans la problématique du sujet le jour où on a posé cette question et où on a tenté d’y répondre sans a priori.

Les orientations récentes

57Les orientations récentes, qui se manifestent lentement depuis quelques dizaines d’années, se caractérisent par une évaluation plus rigoureuse de la valeur démonstrative des données extra-littéraires, ce qui entraîne une remise en question du principe même de l’approche historicisante.

58Certains en effet n’acceptent plus aujourd’hui, comme allant de soi, ce fameux concept de l’« historicité générale » du récit, dont il a été abondamment question plus haut. S’est fait jour un souci, méthodologiquement légitime, on en conviendra, dans le cas de récits tellement éloignés dans le temps des faits qu’ils sont censés rapporter : avant d’affirmer leur historicité, on va tenter d’en trouver des preuves.

  • 23 Nous ne pourrons pas nous étendre ici sur les données non archéologiques. Ces dernières ne sont qu (...)

59Comment ? En posant d’abord des exigences rigoureuses de méthode. On décidera par exemple de n’utiliser, comme « matériel de démonstration », que des données indépendantes de la tradition littéraire. Cela aboutit dans la pratique à laisser de côté la plupart des données religieuses, institutionnelles, linguistiques, pour privilégier l’archéologie23.

L’archéologie, pierre de touche de la tradition

60Pourquoi ? Parce que l’archéologie est en fait la seule discipline capable de fournir des données totalement indépendantes de la tradition et susceptibles par ailleurs de s’organiser en un ensemble cohérent et structuré. Dans la mesure, il faut le préciser, où ces données archéologiques sont suffisamment nombreuses et suffisamment fiables. Ce n’était pas le cas il y a quelques dizaines d’années encore, ce l’est aujourd’hui : il est maintenant devenu possible de comparer deux ensembles structurés indépendants, à savoir les données archéologiques et les données traditionnelles, et de voir dans quelle mesure ils se correspondent. Avantage de taille !

61D’où l’excellente idée d’imposer à la tradition une « contre-épreuve archéologique », à mener naturellement avec rigueur. On n’acceptera donc pas les yeux fermés toutes les données archéologiques. On les passera elles aussi au crible de la critique, afin notamment de déterminer si elles peuvent être retenues comme arguments pour ou contre la tradition.

62C’est que beaucoup de données archéologiques, on l’a montré plus haut, sont « équivoques », ouvertes à plusieurs interprétations différentes, et le danger est grand, on l’a dit aussi, de se laisser aller à la suggestion de la tradition littéraire.

63Si l’on veut sur ce point donner quelques directives plus précises, on dira qu’en gros, deux situations peuvent se présenter, à distinguer très soigneusement.

  • 24 C’est aussi le cas des tessons mycéniens des XIIIe-XIIe siècles récemment découverts en Italie cen (...)

64Le plus souvent, l’archéologie ne fournit que des rapprochements très partiels et ponctuels, de vagues indices en quelque sorte susceptibles d’être interprétés de plusieurs manières, une des interprétations possibles allant dans le sens de la tradition ; c’était le cas, développé plus haut, de la dualité du rite funéraire dans la Rome primordiale. En saine méthode, on ne peut pas parler dans ces conditions de « confirmations » de la tradition24.

  • 25 Il faut récuser bien sûr les correspondances superficielles, rapides, purement accessoires au fond (...)

65La situation est toute différente, lorsqu’on se trouve en présence d’un ensemble organisé de données archéologiques25 qui, indépendamment de la tradition, suggèrent fortement, voire imposent, une vue déterminée des choses, laquelle se trouve tantôt confirmer tantôt infirmer le récit annalistique. Ce n’est que dans ce dernier cas qu’on pourra invoquer valablement l’archéologie comme argument pour ou contre la tradition.

66Aussi ce que l’historien, en quête de confirmations (ou d’« infirmations ») archéologiques de la tradition, va demander aux archéologues, ce ne seront ni des hypothèses (aussi brillantes soient-elles), ni surtout des hypothèses d’hypothèses, mais des données matérielles claires et d’interprétation univoque.

67Or, pour la période qui nous intéresse, l’archéologie en fournit précisément quelques-unes. Elle a par exemple révélé : 1° une influence étrusque massive sur Rome dès la fin du VIIe siècle ; 2° une influence grecque importante et précoce sur Rome et le Latium, dès la phase latiale III, c’est-à-dire en gros la première moitié du VIIIe siècle ; 3° la substantielle identité culturelle de Rome, de Lavinium et des monts Albains à l’époque subapenninique et à la phase latiale I (en gros du XIIIe au Xe siècle).

68Ces trois résultats solides de l’archéologie contemporaine, qui correspondent à des données brutes, d’interprétation univoque, sont intéressants sur le plan de la méthode, car ils offrent, avec la tradition littéraire, des points de contact précis, positifs ou négatifs.

  • 26 La tradition place en effet vers 616 (chronologie livienne) le début du règne de Tarquin l’Ancien  (...)

69Ainsi on peut considérer que la tradition d’une influence étrusque à Rome dans la seconde partie de la royauté se voit confirmée au sens fort du terme par l’archéologie. Mieux encore, la confirmation ne porte pas seulement sur le fait brut d’une présence étrusque à Rome, ce qui serait somme toute assez élémentaire. Elle porte aussi, chose plus importante peut-être, sur la chronologie26.

70Les deux autres données archéologiques ne vont pas du tout dans le même sens. On a rappelé plus haut que pour la tradition littéraire, Rome est une colonie d’Albe, et Albe une colonie de Lavinium, les deux extrémités de la chaîne (Lavinium et Rome) étant séparées par un intervalle de trois ou quatre siècles, selon les versions. Rome serait ainsi plus jeune que Lavinium de 3 ou 400 ans. Ce motif traditionnel se voit en fait contredit. Alors que l’archéologie, dans l’état présent de son développement, pourrait parfaitement mettre en évidence quatre siècles d’écart entre les débuts de Rome et ceux de Lavinium, elle a révélé, d’une façon nette, que, à ces périodes anciennes, les trois zones (les monts Albains, Lavinium et Rome) suivent exactement, dans leur développement culturel, les mêmes étapes chronologiques. Aussi peut-on considérer qu’elle infirme le schéma traditionnel : Lavinium-Albe-Rome, aux fondations séparées par des siècles d’intervalle.

71Troisième point : la date des premières influences grecques. Pour l’archéologie, l’influence grecque sur Rome et le Latium a précédé de plus d’un siècle l’influence étrusque. Or, très curieusement, la tradition littéraire sur la période royale ignore tout de cette influence grecque importante et précoce. On doit enregistrer cette discordance entre le système élaboré par la tradition et celui qui se dégage des découvertes archéologiques. Ici non plus, la tradition et l’archéologie ne se rencontrent pas.

72Si, au-delà de ces exemples, on tente de généraliser les résultats de cette confrontation, rigoureusement menée, entre l’archéologie et la tradition littéraire, on devra constater que les correspondances sérieuses qu’on pourrait relever jusqu’en 630 (c’est-à-dire jusqu’à la sous-phase latiale IV B) entre les deux types de données, sont inexistantes. En d’autres termes, nous ne possédons aucune confirmation archéologique sûre de motifs précis appartenant tant à la préhistoire lavinate et albaine de Rome qu’à l’histoire traditionnelle des quatre premiers rois. Jusqu’ici, l’archéologie n’a apporté, pour la période qui nous occupe, aucune confirmation nette de l’historicité d’un point précis du récit traditionnel. Cela ne manque pas d’être inquiétant, d’autant plus que ces confirmations existent pour la seconde partie de la période royale, la période dite étrusque.

73Mais constater l’absence de confirmation archéologique véritable est une chose. En dégager la signification en est une autre. Que vaut ce silence archéologique ?

74On pourra toujours l’expliquer, si on le souhaite, par les limites mêmes de l’information archéologique, fragmentaire par définition : ce qu’on a trouvé n’est rien à côté de ce qu’on ignore. Et effectivement, malgré les progrès remarquables de ces dernières décennies en matière d’archéologie latiale, beaucoup reste à faire dans le Latium ; par ailleurs, à Rome même, le développement urbanistique portant sur deux millénaires a considérablement réduit les possibilités de découvertes. Tout cela est vrai, mais il faut faire avec ce que l’on a, en ayant bien soin de préciser que les conclusions auxquelles on arrive sont provisoires ; qu’elles ne valent que dans l’état présent de notre documentation, et qu’elles sont donc susceptibles à tout moment d’être remises en question par des découvertes nouvelles. Mais cela dit, il ne faut pas transformer du néant en arguments péremptoires, en l’espèce s’illusionner sur des confirmations archéologiques qui n’en sont pas.

75Ainsi donc, les confirmations archéologiques véritables font cruellement défaut. Leur absence n’est pas sans signification, car (il est bon de le redire) la situation sera fort différente pour la période des rois étrusques, où l’archéologie vient confirmer la tradition annalistique, globalement et sur un certain nombre de points de détail. Pour la période préétrusque, l’absence de confirmations archéologiques dignes de ce nom est donc quelque peu inquiétante. Elle rend plutôt inconfortable la situation des partisans de l’approche historiciste de la tradition, compte tenu notamment de la position privilégiée que joue l’archéologie en tant que pierre de touche de l’historicité de la tradition.

La démarche suivie

76Nous avons essentiellement parlé de l’archéologie. Mais il ne faudrait pas oublier les autres disciplines que nous avons laissées ici de côté. Elles ont, il est vrai, une force démonstrative moins nette, mais il n’est pas sans intérêt de signaler que leur utilisation aboutit également à un constat de carence (pour ne pas dire d’échec) en matière de « confirmation » de l’historicité du récit traditionnel, et ce faisceau convergent ne laisse pas d’être, tout compte fait, particulièrement significatif.

77Résumons la démarche que suivent les représentants de cette approche nouvelle du problème.

  • 27 C’est-à-dire que, dans chaque cas, il s’agit d’apprécier d’abord si les éléments invoqués sont bie (...)

78Ils décident de ne plus accepter, comme allant de soi, ce fameux postulat de l'historicité globale, mais de le soumettre à l’épreuve des faits. Et pour cela, ils décident de chercher des preuves de cette historicité, en essayant de la démontrer rigoureusement, sur des points précis. Toutefois, pour éviter le flou et l’ambiguïté, ils se donnent des règles de méthode strictes. Ils veulent notamment que la démonstration se fasse à l’aide d’arguments extérieurs à la tradition et rigoureusement analysés, sans a priori27. Ils acceptent naturellement que viennent à la barre toutes les disciplines, mais, par la force des choses, c’est l’archéologie qui reçoit un statut de témoin privilégié.

  • 28 Il serait fastidieux de citer ici les partisans actuels de ce type d’approche. On en trouvera la l (...)

79De cette longue enquête, le chercheur rentre en fait bredouille. Il n’a réussi à trouver aucune confirmation rigoureuse de l’historicité d’éléments précis de la tradition littéraire. Aussi, compte tenu de cette absence de toute confirmation externe sûre, compte tenu aussi du caractère très particulier de cette tradition, tellement éloignée dans le temps des faits qu’elle prétend rapporter, il se voit autorisé à contester la validité même de l’interprétation historiciste globale, position qui a tenu pendant des siècles « le haut du pavé » et qui est loin d’être aujourd’hui abandonnée28.

L’apport de Georges Dumézil

80On contestera d’autant plus la validité de l’approche historiciste qu’à cette absence de véritable confirmation extra-littéraire du récit traditionnel s’est ajouté, dans ces dernières décennies, un autre élément important et qui va dans le même sens : les résultats des recherches de Georges Dumézil.

81Les travaux de ce savant sont aujourd’hui suffisamment connus pour que nous puissions nous dispenser de les présenter longuement. On sait qu’au terme d’une enquête de plus de cinquante années qui l’a conduit à étudier de très près les nombreux témoins culturels (littéraires, mythologiques, religieux, etc.) des populations d’origine indo-européenne (des Irlandais aux Indo-Iraniens en passant par les Ossètes, les Scandinaves... et les Romains), Georges Dumézil a réussi à dégager un certain nombre d’éléments-clés de ce qu’il a appelé l’idéologie indo-européenne.

82Nous n’envisagerons naturellement pas ici les utilisations abusives qui ont pu être faites de ses théories, notamment par La Nouvelle Droite Française. Nous laisserons aussi de côté tous les aspects discutables et discutés de ses innombrables publications. Nous nous bornerons à évoquer, et encore en allant strictement à l’essentiel, les implications proprement romaines de ses découvertes, en tentant de les replacer dans la perspective qui a été la nôtre jusqu’ici : l’évolution, au fil des siècles, des interprétations données aux récits traditionnels sur les origines et les premiers siècles de Rome.

  • 29 Pour une présentation plus détaillée de l’œuvre de G. Dumézil et de son importance pour l’histoire (...)

83Pour dire les choses en quelques mots, les recherches de Georges Dumézil ont eu pour résultat de montrer que des morceaux entiers de cette tradition que l’on prenait souvent pour de l’histoire étaient en réalité des constructions artificielles. Pour le savant français, la tradition aurait conservé, en les transformant en pseudo-histoire, une série de conceptions indo-européennes, de mythes, sur le monde, les dieux, la société, bref, toute une idéologie29.

84Pour en venir plus directement encore à notre sujet, le comparatiste français a ainsi interprété (et il a, croyons-nous, fondamentalement raison) le récit des quatre premiers règnes comme une actualisation romaine, prenant les apparences de l’histoire ; de réflexions héritées des Indo-Européens, sur l’organisation de la société et du monde. En d’autres termes, pour la période préétrusque de la royauté romaine, ce seraient des conceptions, des mythes indo-européens prenant les couleurs de l’histoire, qui seraient à la base, non seulement de motifs isolés du récit, mais aussi du schéma fondamental de la tradition. Il est en effet important de souligner que l’apport de Georges Dumézil en la matière concerne en fait, moins les détails, que la construction d’ensemble, l’organisation même de la geste des quatre rois préétrusques.

85On saisira mieux l’importance de cette « dimension nouvelle », lorsqu’on aura rappelé en quelques mots l’évolution de la recherche. Si la phase « post-beaufortienne » n’a jamais contesté le caractère globalement historique du récit traditionnel, elle s’accordait toutefois à reconnaître que de nombreux motifs de ce récit ne pouvaient pas appartenir à l’histoire. Le problème crucial était bien sûr (nous y avons suffisamment fait écho) que les analystes modernes ne s’entendaient absolument pas sur la « distribution des étiquettes » : l’historique de l’un était le légendaire de l’autre, et vice-versa. Mais — il faut insister sur ce point — les modernes ne discutaient jamais que le statut exact des détails ; pour eux, l’ensemble du récit renfermait de l’histoire ; les traits essentiels étaient historiques.

86C’est sur ce point précis que G. Dumézil entre en scène, modifiant profondément la situation. Après son passage et au vu des résultats de la comparaison indo-européenne, ce qui apparaît désormais comme relevant de la légende ou du mythe (on hésite sur le terme à employer, et ce serait l’objet d’un tout autre débat), disons ce qui apparaît désormais comme frappé de non-historicité, ce ne sont plus seulement, comme jadis, des détails isolés, c’est le schéma d’ensemble, le squelette même de tout le récit.

  • 30 En dernière analyse, l’apport de Georges Dumézil est comparable, en importance et en originalité, (...)

87L’intervention dumézilienne est donc lourde de conséquences, car elle va dans le sens suggéré déjà par l’absence de correspondances entre la tradition annalistique et l’archéologie, et plus largement par l’absence de confirmations extra-littéraires de l’historicité du récit des Anciens30.

  • 31 La précision est importante. On ne prétendra pas que la tradition sur la royauté préétrusque n’a p (...)

88Le résultat le plus clair de tout cela est une modification radicale des perspectives d’approche de la tradition. Depuis quelques dizaines d’années, on est vraiment entré dans une nouvelle phase, à notre sens beaucoup plus saine méthodologiquement parlant. Le « postulat de l’historicité globale » est abandonné. C’est, en quelque sorte, la tabula rasa historique. L’historicité, totale ou partielle, des récits n’est plus posée au départ. Sans la nier ni l’exclure a priori31, on est maintenant décidé à ne plus l’accepter que sur base de « preuves », au terme d’une « démonstration » en bonne et due forme. Mais force est de constater que ces « preuves » rigoureuses d’historicité font cruellement défaut.

Le travail de l’historien

89Quel sera, dans ces conditions, le travail de l’historien des origines et des premiers siècles ?

90Il est clair qu’il ne pourra plus utiliser la tradition comme une source historique véhiculant des informations sur la période envisagée. Ainsi par exemple il ne pourra plus écrire, comme s’il s’agissait de faits historiques, que Rome a été fondée au milieu du VIIIe siècle par des colons albains ; qu’avant l’arrivée des Etrusques à la fin du VIIe siècle, la Ville a connu quatre rois successifs, nommés Romulus, Numa Pompilius, Tullus Hostilius et Ancus Marcius ; que sous Romulus un conflit violent avec les Sabins a introduit dans la cité nouvelle un très important contingent sabin responsable de transformations considérables dans les domaines linguistique, religieux, juridique, politique ; que Numa, roi éminemment pacifique, préoccupé essentiellement de questions religieuses, a été le fondateur du calendrier, des grands sacerdoces et des fêtes les plus importantes ; que son successeur, Tullus, a détruit Albe, la cité-mère de Rome, intégrant la population albaine à la population romaine ; qu’Ancus, entre autres activités, a soumis à Rome le Latium voisin et orienté vers l’extérieur le commerce romain, notamment en fondant Ostie, etc, etc.

91Toutes ces données transmises par la tradition littéraire, l’historien ne pourra donc plus les intégrer dans sa reconstruction du lointain passé romain. Il faudrait pour cela qu’elles aient reçu leur « visa d’historicité », en d’autres termes que leur historicité soit confirmée par des témoignages extérieurs, en l’espèce fournis par des disciplines indépendantes de la tradition. Malheureusement, dans l’état présent des choses, on l’a vu, ces confirmations (au sens fort du terme) manquent encore. Aussi ces données traditionnelles devront-elles être laissées « de côté », « en réserve », jusqu’à plus ample informé.

92Cette epoche admise, le travail de l’historien devra s’effectuer dans deux directions principales : d’une part l’étude approfondie de la tradition, dans ses multiples aspects ; d’autre part la reconstruction historique des origines et des premiers siècles.

93Le rôle de l’historien de la tradition se définira facilement. Si l’ensemble des récits ainsi que les motifs qui les composent ne peuvent pas être considérés comme rapportant de l’histoire authentique, ils doivent néanmoins être expliqués. Que représentent ces motifs ? Comment sont-ils arrivés là ? Quand ont-ils été introduits dans la tradition ? Et si l’on veut élargir le débat, de quoi est constituée la tradition ? En d’autres termes quels sont les éléments qui la composent ? Quand, comment, pourquoi s’est-elle constituée ? Les réponses (à supposer bien sûr qu’on les trouve) seront riches en informations historiques, non pas sur les premiers siècles évidemment mais sur les mentalités et les objectifs de ceux qui ont savamment construit cette tradition et qui l’ont développée.

94Tel sera le travail de l’historien de la tradition. Quant à l’historien des origines, il devra s’atteler à une reconstruction plausible du lointain passé de Rome, en s’aidant pour cela de toutes les sources disponibles, prenant son bien partout où il le trouvera : dans l’archéologie, la religion, l’anthropologie, la linguistique, les institutions publiques et privées, les comparaisons indo-européennes. Toutes ces disciplines en effet, si elles n’apportent aucune confirmation sûre des données traditionnelles, peuvent fournir de nombreux éléments à une reconstruction historique. On ne se dissimulera toutefois pas que c’est l’archéologie qui se taillera la part du lion, et que, dans l’état présent des choses, toute histoire un peu sérieuse des origines et des premiers siècles ne pourra avoir qu’une base archéologique. Le tableau ainsi proposé sera bien évidemment différent de celui qui a été esquissé au début de cet exposé et qui prenait appui sur le récit traditionnel.

95Il est naturellement exclu de vous présenter ici les origines et les premiers siècles de Rome, vus par la critique contemporaine, exclu aussi de vous entretenir des résultats obtenus par l’historien de la tradition. Ces questions complexes devraient être traitées en un autre moment et en un autre lieu.

96Il reste à vous remercier de l’aimable attention, que vous avez bien voulu prêter à un historien, qui vous a raconté, non pas des histoires, mais une histoire : à savoir l’histoire des interprétations diverses, qui, au fil des siècles, de l’Antiquité à nos jours, ont été apportées aux narrations des historiens anciens.

97Cette histoire, vous l’avez vu, est également riche en enseignements sur le statut épistémologique de l’Histoire, sur la nature même de notre esprit, et sur l’impossibilité qui est la sienne de travailler sur les faits sans une idéologie consciente ou inconsciente pour les lire, les décoder et les classer. Mais ce sont là des sujets complexes et délicats que nous n’avons pu qu’effleurer.

98Peut-être êtes-vous déçus ; peut-être allez-vous traiter de sacrilèges ou d’iconoclastes ceux qui osent ainsi s’attaquer à de si beaux récits, qui enlèvent une seconde fois les Sabines, qui arrachent à l’histoire Romulus et Rémus, Tarpéia, les Horaces et les Curiaces, tous ces personnages hauts en couleurs, membres à part entière du capital littéraire de l’Occident. Mais il faut bien s’entendre : ce n’est pas parce que ces textes n’apparaissent pas, dans l’état présent de nos connaissances, comme des documents historiques authentiques qu’ils en perdent toute leur richesse littéraire et humaine. Cette dernière est intacte. Et puis, après tout, quelle que soit la position des historiens, chacun reste libre, dans son cœur et dans son esprit, de préférer le Mythe à l’Histoire.

Notes

1 Les lecteurs désireux de précisions peuvent se référer à deux articles où se trouve évoquée la perspective historique qui est la nôtre ici : J. POUCET, Les Sabins aux origines de Rome. Orientations et problèmes, dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, herausgegeben von H. TEMPORINI, Berlin-New York, I, 1, 1972, p. 48-135 ; et J. POUCET, Georges Dumézil et l’histoire de la Rome royale, dans Georges Dumézil, Aix-en-Provence, 1981, p. 187-214 (Cahiers pour un temps. Centre Georges Pompidou). La matière du présent exposé a été développée en février-mars 1983 dans un enseignement à l’Ecole Normale Supérieure de Paris (rue d’Ulm). On la retrouvera, avec l’appareil démonstratif qu’elle exige, dans un livre de publication prochaine.

2 Nos informations proviennent essentiellement des écrits des annalistes et des historiens, occasionnels ou de métier, de la fin de la République et du début de l’Empire (les principaux sont Cicéron, Tite-Live, Denys d’Halicarnasse, Plutarque). Mais des poètes, dont les mobiles n’étaient pas exactement ceux des historiens, ont eux aussi retravaillé les données « historiques » pour en proposer des récits (l’Enéide de Virgile est une longue épopée ; qu’on songe au traitement de l’épisode d’Hercule et de Cacus chez Properce, à celui de nombreux épisodes de la vie d’Evandre, d’Enée, de Romulus, de Numa dans l’œuvre d’Ovide). Nous pouvons également glaner nombre de renseignements précieux chez des érudits, des « antiquaires » comme on dit, qui ne revendiquaient pas le statut d’historien. Il peut s’agir de polygraphes comme Varron, de philologues comme Ateius, de lexicographes comme Verrius Flaccus ou Festus, de juristes comme Iunius Gracchanus, pour ne citer que quelques exemples. Souvent, ces « antiquaires » nous fournissent de simples informations, des précisions ponctuelles (portant par exemple sur un rite ancien, ou sur l’origine dialectale d’un mot latin), mais souvent aussi ils nous livrent des données strictement narratives, sous forme de courts récits. On trouve donc des récits aussi bien dans la veine dite érudite, que dans la veine poétique ou dans la veine historico-annalistique.

3 Au-delà de Fabius Pictor, pompeusement baptisé parfois « le père de l’historiographie latine », c’est, du côté romain, le noir absolu. Il existe bien quelques faibles lumières du côté grec, mais leur éclat, loin de nous aider, risquerait facilement, si nous n’y prenions garde, de nous induire en erreur.

4 Le lecteur intéressé par une présentation rapide (avec bibliographie) des données archéologiques récentes pourra se référer à J. POUCET, Le Latium protohistorique et archaïque à la lumière des découvertes archéologiques récentes, dans L’Antiquité classique, t. 47, 1978, p. 566-601, et t. 48, 1979, p. 177-220 ; et J. POUCET, La Rome archaïque. Quelques nouveautés archéologiques. S. Omobono, le Comitium, la Regia, dans L’Antiquité classique, t. 49,1980, p. 286-315. Pour une synthèse plus rapide : J. POUCET, Archéologie, tradition et histoire : les origines et les premiers siècles de Rome, dans Les Etudes classiques, t. 47, 1979, p. 201-214, et 347-363. Pour les découvertes et les travaux postérieurs à ces articles de synthèse, on se reportera aux derniers volumes parus d’Archeologia Laziale. Incontro di studio del Comitato per l’archeologia laziale, Rome (publication annuelle depuis 1978 ; le tome 5 date de 1983), ainsi qu’à un numéro spécial de la revue La Parola del Passato. Rivista di studi antichi,t. 36, fasc. 196-198, janvier-juin 1981, 192p. (Lazio arcaico e mondo greco). Il faut également signaler l’important ouvrage de C. FAYER, Aspetti di vita quotidiana nella Roma arcaica dalle origini all’età monarchica, Rome, 1982, 317 p. et 50 pl. (Studia archaeologica, 22).

5 CIC., Rep., II, 2, 4 : ut iam a fabulis ad facta ueniamus « passons maintenant de la légende à l’histoire » (trad. E. Bréguet, Budé).

6 LIV., Praef., 6 : « Quant aux événements qui ont précédé immédiatement la fondation de Rome ou ont devancé la pensée même de sa fondation, à ces traditions embellies par des légendes poétiques plutôt que fondées sur des documents authentiques (poeticis magis decora fabulis quam incorruptis rerum gestarum monumentis), je n’ai l’intention ni de les garantir ni de les démentir » (trad. G. Baillet, Budé).

7 Cf. par exemple la savante réserve avec laquelle Tite-Live (en I, 17, 5-8) rend compte de l’épiphanie de Romulus. On sait que ce dernier, après sa montée au ciel, est apparu à Julius Proculus et l’a chargé de rassurer son peuple.

8 Ainsi Cicéron, dans son De re publica, passe complètement sous silence l’assassinat de Rémus par son frère, ce « péché originel » de Rome : Cicéron connaissait pourtant bien ce meurtre, qu’il juge « blâmable » dans le De officiis (III, 10, 41). Le traité cicéronien ne mentionne pas davantage l’asile romuléen, qui risquait de donner une image peu reluisante du premier peuplement de Rome.

9 « Victime d’une violence, écrira-t-il en I, 4, 2, la Vestale mit au monde deux jumeaux, et, soit bonne foi (seu ita rata), soit désir d’ennoblir sa faute en la rejetant sur un dieu (seu quia deus auctor culpae honestior erat), elle attribua à Mars cette paternité suspecte (Martem incertae stirpis patrem nuncupat) » (trad. G. Baillet, Budé).

10 On songera à ce qu’on a pu appeler « la structure du mythe héroïque » (Ph. SELLIER, Le mythe du héros ou le désir d’être dieu, Paris, 1970, 208 p.). Les traits caractéristiques de ce mythe ont fait l’objet de plusieurs études approfondies, menées, tantôt d’un point de vue psychologique ou psychanalytique (O. Rank, Ch. Baudouin, p. ex.), tantôt d’un point de vue simplement comparatif ou ethnographique (p. ex. G. Binder, pour l’exposition de l’enfant royal).

11 En d’autres termes, l’Antiquité pouvait émettre des doutes sur la naissance miraculeuse de Romulus et de Rémus, sur le caractère animal de la louve nourricière, sur la réalité de l’ascension de Romulus, ou sur d’autres détails de ce genre. Par contre, pour elle, étaient historiques l’existence même des jumeaux fondateurs, les réalisations de Romulus, l’épisode sabin des origines, avec l’enlèvement des Sabines, le combat entre les gendres et les beaux-pères, la fusion romano-sabine ; de même étaient historiques l’existence de Numa, son rôle de fondateur des cultes et des sacerdoces, tout comme la destruction d’Albe par Tullus Hostilius, ou la fondation d’Ostie par Ancus Marcius.

12 Deuxième édition à La Haye en 1750 ; nouvelle édition, avec une introduction et des notes par A. Blot à Paris, en 1866. Beaufort était un huguenot français, précepteur du prince de Hesse-Hombourg et membre de la Société Royale de Londres.

13 Il était exclu d’invoquer comme critères la vraisemblance ou la cohérence de la tradition. En ce qui concerne l’appel à la vraisemblance, il est clair qu’un nombre limité de données, faisant trop nettement appel au merveilleux, pouvaient être facilement éliminées. Mais les Anciens avaient déjà procédé à cette « épuration », très superficielle, parce qu’elle ne concernait finalement qu’un tout petit nombre de motifs. Or, c’est devant chaque motif qu’il fallait trancher : était-on ou non en présence de l’histoire ? Et la même question revenait toujours : sur quelles bases porter pareil jugement d’historicité ou de non-historicité ? La cohérence ou l’incohérence au sein de la tradition n’étaient pas davantage des arguments pour ou contre l’authenticité d’un motif. Prenons l’exemple des féciaux (des prêtres diplomates, chargés des relations internationales). Cicéron attribue leur création à Tullus Hostilius ; Denys d’Halicarnasse à Numa ; Tite-Live à Tullus Hostilius et à Ancus Marcius. Si l’on veut « passer à l’histoire », comment départager nos sources ? Pourquoi préférer Denys à Tite-Live, par exemple, ou Cicéron à Denys ? La plupart du temps, le choix des modernes relève de la pure subjectivité. Si tel historien adopte la version livienne, c’est simplement parce que les vues de l’auteur augustéen correspondent mieux que celles de Denys à l’idée que lui, le moderne, se fait du lointain passé de Rome. Son collègue, en toute bonne foi également, préférera Denys.

14 Cf. sur l’importance accordée aux données extra-littéraires, le bel article, fort bien documenté, de A. MOMIGLIANO, L’histoire ancienne et l’Antiquaire, dans A. MOMIGLIANO, Problèmes d’historiographie ancienne et moderne, Paris, 1983, p. 244-293 (Bibliothèque des histoires), traduction française d’une étude parue en anglais en 1950.

15 Pour ne citer que quelques exemples, multa « amende » serait un mot sabin (VARR., L.L., V, 107) ; creper, terme latin archaïque et rare, serait d’origine sabine, tout comme crepusculum (VARR., L.L., VI, 5, et VII, 77).

16 Par exemple : VARR., L.L., V, 51 ; LEST., p. 304 L ; LIV., I, 13, 5 ; D.H., II, 50, 1.

17 Pour une présentation plus détaillée de la question, cf. J. POUCET, Les Sabins aux origines de Rome, 1972, p. 64-66, 80-85, 112-114.

18 T. J. CORNELL-J. MATTHEWS, Atlas of the Roman World, Oxford, 1982, p. 18.

19 Sur ces trois mots, voir A. ERNOUT-A. MEILLET, Dictionnaire étymologique de la langue latine. Histoire des mots, 4e éd., Paris, 1959, respectivement p. 521 (popina), 605 (scrofa), 74 (bos).

20 On ajoutera que même si on parvenait à la démontrer (ce qui n’est pas le cas), l’origine sabine de ces trois mots ne pourrait pas servir d’argument en faveur de l’historicité d’une importante présence sabine aux origines de Rome, et cela pour une raison très simple : nous ignorons totalement la date de leur introduction dans le latin. Ils pourraient parfaitement avoir été introduits bien plus tard, ne serait-ce qu’au Ve siècle avant Jésus-Christ, lorsqu’une profonde influence sabine (historique celle-là) s’est exercée non seulement sur Rome, mais également sur l’ensemble du Latium. Voilà pour les vues des modernes. Les témoignages antiques sur les « sabinismes » du lexique latin sont, eux aussi, d’interprétation délicate, et cela pour des raisons finalement très proches de celles qui nous rendent suspectes les affirmations péremptoires de certains modernes. Nous n’insisterons pas.

21 Ainsi par exemple l’historicité fondamentale d’une importante présence sabine aux origines de Rome n’est contestée ni par Th. Mommsen à la fin du XIXe siècle, ni par notre contemporain E. Peruzzi, un siècle plus tard. Et pourtant leur attitude devant la tradition littéraire est profondément differente : défiance presque totale pour le savant allemand, crédulité presque totale aussi, proche de la naïveté même, chez le savant italien. Th. Mommsen en effet considérait l’épisode de Titus Tatius et de ses Sabins comme une simple légende. Dans sa reconstruction historique, il privilégiait un certain nombre d’éléments extra-littéraires (d’ordre religieux, topographique, linguistique) qui, interprétés à la lumière de la tradition, lui apparaissaient comme des preuves d’une présence Sabine primitive. Cent ans plus tard, E. Peruzzi est prêt, lui, à accepter l’historicité de très nombreux détails du récit (y compris les clauses du foedus romano-sabin, qui lui permettent, croit-il, de retrouver la conception que les Sabins se faisaient de la femme). A un siècle d’intervalle, et malgré une approche totalement différente de la tradition, ces deux savants acceptent l’historicité de la dualité romano-sabine primordiale.

22 Il faudrait bien sûr expliquer la permanence de ce postulat, ce qui n’est pas facile. Où en chercher les racines ? Dans des attitudes séculaires ? Depuis l’Antiquité, on a toujours considéré ces récits comme comportant une part importante d’histoire. Dans une certaine peur inconsciente du vide ? Que deviendrait l’histoire des origines et des premiers siècles si l’on supprimait toute valeur référentielle à la tradition ? Dans les usages méthodologiques des spécialistes de l’Antiquité ? N’oublions pas qu’ils ont l’habitude de travailler sur des récits qui, eux, contiennent indiscutablement de l’Histoire. En effet, les textes de Thucydide, de Polybe, de César, de Salluste, de Tacite, de Suétone, d’Ammien-Marcellin, il suffit (si l’on peut dire) de les « traiter » selon des règles « éprouvées » pour en faire surgir l’Histoire. Au fond, sans s’en rendre compte, l’historien de l’Antiquité n’aborderait-il pas le premier livre de Tite-Live ou les premiers livres de Denys d’Halicarnasse comme il aborde les ouvrages de César, de Salluste ou de Tacite ?

23 Nous ne pourrons pas nous étendre ici sur les données non archéologiques. Ces dernières ne sont qu’exceptionnellement indépendantes de la tradition littéraire et, quand c’est le cas, la critique ne permet pas de les utiliser comme de véritables confirmations de l'historicité de motifs précis du récit traditionnel. Nous renvoyons le lecteur au livre que nous terminons sur la question (cf. supra la note 1).

24 C’est aussi le cas des tessons mycéniens des XIIIe-XIIe siècles récemment découverts en Italie centrale (Etrurie) et dans lesquels certains modernes ont voulu voir une confirmation de la tradition d’une présence arcadienne (cf. Evandre) à cette lointaine époque dans le Latium et à Rome.

25 Il faut récuser bien sûr les correspondances superficielles, rapides, purement accessoires au fond, et qui ne portent que sur des points de détail.

26 La tradition place en effet vers 616 (chronologie livienne) le début du règne de Tarquin l’Ancien ; l’archéologie, pour des raisons purement archéologiques, totalement indépendantes de la tradition donc, date des environs de 630/625 le début d’une influence étrusque massive sur Rome.

27 C’est-à-dire que, dans chaque cas, il s’agit d’apprécier d’abord si les éléments invoqués sont bien indépendants de la tradition littéraire, d’examiner ensuite leur degré de pertinence et leur valeur. En d’autres termes, se trouve-t-on devant une véritable confirmation de la tradition ?

28 Il serait fastidieux de citer ici les partisans actuels de ce type d’approche. On en trouvera la liste dans notre ouvrage en préparation.

29 Pour une présentation plus détaillée de l’œuvre de G. Dumézil et de son importance pour l’histoire de la royauté romaine, cfr notre article cité dans la note 1.

30 En dernière analyse, l’apport de Georges Dumézil est comparable, en importance et en originalité, à celui des archéologues qui, depuis quelques dizaines d’années également, par leurs fouilles à Rome et surtout dans le Latium, ont eux aussi profondément bouleversé la vision classique des origines et des premiers siècles. Ainsi es sciences dites auxiliaires auront été à l’origine des progrès les plus spectaculaires de ces dernières décennies.

31 La précision est importante. On ne prétendra pas que la tradition sur la royauté préétrusque n’a pas conservé de faits historiques authentiques. On dira simplement qu’il n’est pas possible, dans l’état présent de nos connaissances, de le démontrer, et qu’en conséquence il n’est pas sain, méthodologiquement parlant, de continuer à faire comme si le postulat d’une historicité globale était défendable et s’imposait au départ.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search