Version classiqueVersion mobile

Socialisme ou Barbarie aujourd’hui

 | 
Philippe Caumières
, 
Sophie Klimis
, 
Laurent Van Eynde

Première partie. Analyses

Castoriadis et Ellul : quelle technique pour le projet d’autonomie ?

Patrick Marcolini

Texte intégral

1On le sait, Cornelius Castoriadis a toujours tenu à distinguer deux processus antinomiques à l’œuvre dans les manières de voir et dans les pratiques des protagonistes de l’histoire occidentale : d’une part l’élaboration lente, compliquée et toujours remise en question, de ce qu’il appelait un projet d’autonomie, d’autre part la fulgurante expansion d’un projet de maîtrise rationnelle de tout l’existant, nature et hommes compris.

2Il n’est peut-être pas inutile de rappeler, en préambule de notre propos, comment il a caractérisé chacun de ces deux projets antagonistes.

  • 1 Castoriadis (C.), « L’époque du conformisme généralisé » [1989] in Le monde morcelé (Les carrefours (...)
  • 2 Castoriadis (C.), La montée de l’insignifiance. Les carrefours du labyrinthe 4, Seuil, Paris, 2007, (...)
  • 3 CL 3.

3Le projet d’autonomie, tout d’abord, repose sur « l’affirmation de la possibilité et du droit des individus et de la collectivité de trouver en eux-mêmes (ou de produire) les principes qui ordonnent leurs vies1 ». Autrement dit, il présuppose une exigence de mise en question radicale et de débat raisonnable à propos de tout ce qui est socialement hérité : les doctrines, les traditions, les significations religieuses, les imaginaires, mais aussi les institutions dans lesquelles s’incarnent ces formes de discours et de pensée. Dans la mesure où ce questionnement ne se fait pas sans douleur ni conflit, il est également descriptible sous les espèces d’une « lutte pour l’émancipation de l’être humain, aussi bien intellectuelle et spirituelle qu’effective dans la réalité sociale2 ». Ce projet culmine à la fois dans l’autonomie individuelle s’appuyant sur la raison, l’esprit de libre examen et de remise en cause ou, pour le dire avec Castoriadis, un « processus ouvert de critique et d’élucidation3 », et dans l’autonomie sociale établie par les voies politiques de l’autogouvernement des collectivités humaines, c’est-à-dire leur discussion libre sur les fins et les moyens de l’existence qu’elles partagent. Historiquement, Castoriadis repère les premiers germes du projet d’autonomie dans la Grèce antique en tant qu’elle a inauguré le raisonnement philosophique et instauré la première ébauche d’une démocratie effective. Et il en voit le déploiement réel sur la scène européenne et occidentale au lendemain du Moyen-Âge, à travers ces moments forts que seront non seulement la Renaissance et le siècle des Lumières, mais surtout l’affirmation des mouvements populaires démocratiques et révolutionnaires tout au long des xixe et xxe siècles.

  • 4 Et d’ailleurs, on n’insiste pas assez sur la présence du « comme » dans la formule « comme maître (...)
  • 5 Castoriadis (C.), « Le régime social de la Russie » [1977], Domaines de l’homme. Les carrefours du (...)
  • 6 CL 4, p. 105-106.

4Pour illustrer le projet de maîtrise rationnelle, Castoriadis cite à plusieurs reprises la célèbre phrase de Descartes établissant comme programme la conquête et l’appropriation par la raison de tous les savoirs et procédés nécessaires pour que l’homme puisse se faire « comme maître et possesseur de la nature ». Mais Descartes n’est pas seul en cause4, et avec le temps ce projet est devenu « le projet capitaliste, démentiel, d’une expansion illimitée d’une pseudo-maîtrise pseudo-rationnelle » – pseudo-maîtrise en tant que cette maîtrise de la nature est en grande partie illusoire, et pseudo-rationnelle en tant que cette rationalité n’est finalement que celle de l’entendement et de l’abstraction, dissociée du raisonnable éthique et politique5. Projet de maîtrise de la nature donc, à travers le développement des techniques ou de ce que Marx appellera les forces productives, mais qui va progressivement s’élargir, comme l’explique Castoriadis, « pour devenir un projet global (et pour autant encore plus monstrueux), d’une maîtrise totale des données physiques, biologiques, psychiques, sociales, culturelles6 ». Dans le développement de ce projet de maîtrise rationnelle, Castoriadis reconnaît bien évidemment à l’économie une place centrale en tant que signification imaginaire donnant comme unique but à la collectivité l’accroissement perpétuel de la production et de la consommation, et enjoignant à tout un chacun de se comporter comme un agent égocentré calculant tout selon ses intérêts, et visant à maximiser ceux-ci à tout instant.

  • 7 Castoriadis (C.), Figures du pensable. Les carrefours du labyrinthe 6, Seuil, Paris, 1999, p. 72 (c (...)
  • 8 Cf. CL 2, p. 159-214.
  • 9 CL 3, p. 21.
  • 10 CL 3, p. 20.
  • 11 CL 2, p. 244.

5Mais l’économie n’est pas tout, et ne fait pas tout. En effet, à contre-courant de la tradition marxiste (mais pas de Marx lui-même), Castoriadis montre que le capitalisme ne peut être caractérisé de manière satisfaisante ni par la simple accumulation de richesses, ni par la simple maximisation du profit ou de la production : comme il le dit lui-même, « Marx avait saisi le noyau essentiel de l’affaire, lorsqu’il posait comme déterminants du capitalisme l’accumulation des forces productives combinée avec la transformation systématique des processus de production et de travail et ce qu’il a appelé "l’application raisonnée de la science dans le processus de production". Ce n’est pas l’accumulation comme telle, mais la transformation continue du processus de production en vue de l’accroissement du produit combiné à une réduction des coûts qui est l’élément décisif7 ». Ce qui signifie que le développement du capitalisme, et donc du projet de maîtrise rationnelle, n’a pu et ne peut se faire indépendamment d’un développement de la science et de la technique, ou pour mieux dire de la technoscience, et des idées qui l’accompagnent : l’obsession du « développement » et de la « croissance8 », « l’imaginaire du Progrès et la croyance que la puissance matérielle-technique comme telle est la cause ou condition décisive du bonheur ou de l’émancipation humains9 » ; la rationalisation réduite à « la computation mécanique et uniformisante10 » ; « le contrôle de toutes les activités ; la division de plus en plus poussée des tâches ; la quantification universelle, le calcul, la “planification” ; l’organisation comme fin en soi, etc. » Avec pour corrélats « les formes institutionnelles de l’entreprise, de l’Appareil bureaucratique-hiérarchique, de l’État et du Parti modernes, etc.11 »

  • 12 Castoriadis (C.), Fait et à faire. Les carrefours du labyrinthe 5, Seuil, Paris, 1997, p. 221 (cité(...)

6On voit donc bien en quoi ces deux projets constitutifs de l’histoire occidentale, et tout particulièrement de l’histoire moderne, sont antagonistes : « l’expansion illimitée de la "maîtrise rationnelle” ne peut que supprimer l’autonomie, laquelle, à son tour, en tant qu’autolimitation, ne saurait coexister avec une expansion illimitée de quoi que ce soit, fût-ce d’une prétendue "rationalité"12 ». Le Parti comme l’État étouffent l’esprit d’initiative et les formes d’auto-organisation des citoyens, c’est-à-dire finalement toute forme de démocratie authentique. L’industrie empêche toute intervention créatrice des travailleurs dans le processus de production, et vide le travail de son sens propre. Les entreprises en situation d’oligopole, de monopole, d’entente explicite ou tacite entre elles, empêchent le marché de fonctionner normalement et le consommateur de savoir tout ce qui lui est nécessaire pour choisir au mieux entre tous les produits qui lui sont proposés, le plaçant ainsi en situation d’éternel floué.

  • 13 Cf. Castoriadis (C.), Histoire et création. Textes philosophiques inédits (1945-1967), Seuil, Pari (...)
  • 14 CL 3, p. 79-80.
  • 15 CL 3, p. 86.
  • 16 CL 6, p. 180

7Castoriadis a inscrit la totalité de ses œuvres et de ses actes à l’intérieur de ce projet d’autonomie antagoniste au projet de maîtrise rationnelle. Cela était pour lui tout autant la conséquence de ses idées politiques que de l’activité philosophique elle-même, à laquelle il s’était très tôt consacrée13. En effet, selon lui, la philosophie, dès l’instant où elle commence à se faire, à se concevoir et à s’énoncer, pose comme principes l’interrogation et le débat raisonnable, la « rupture avec le monde des représentations instituées, traditionnellement ou autoritairement14 », par quoi commence l’autonomie elle-même. Comme il le dit lui-même de manière forte : « La décision même de philosopher n’est qu’une manifestation de la liberté : philosopher, c’est essayer d’être libre dans le domaine de la pensée » ; par conséquent, dès que nous philosophons, « nous avons décidé que nous voulons être libres – et cette décision est déjà la première réalisation de cette liberté15 ». Le métier de philosophe en tant que tel commande donc une éthique et une politique : il est du devoir du philosophe de défendre jusqu’au bout ce qui fait la prémisse et le parti pris de sa propre activité, en défendant le projet d’autonomie en général – ce qui signifie : « dévoiler, critiquer, dénoncer l’état de choses existant16 » ; mieux encore, œuvrer à la renaissance, à la clarification, éventuellement à la redéfinition et au redéploiement du projet d’autonomie à l’échelle collective.

  • 17 Cf. Coudray (J. M.) [Castoriadis (C.)], Lefort (C.) et Morin (E.), Mai 68 : la brèche. Premières r (...)
  • 18 Cf. par exemple CL 5, p. 9-81. L’originalité de ces positions explique la grande difficulté des an (...)

8Ce travail, Castoriadis l’a effectué en recherchant les diverses modalités d’un démantèlement du projet de maîtrise rationnelle, qui soit simultanément réalisation d’une autonomie effective pour tous et toutes. De là son intérêt pour la Commune de Paris, pour les Conseils ouvriers apparus au cours des révolutions du xxe siècle, puis, plus tard, pour toutes les formes de démocratie directe et d’assemblées autonomes de citoyens, depuis les comités d’action de Mai 68 jusqu’aux coordinations apparues dans les années 1980 en réaction à la bureaucratisation des syndicats17. De là aussi son insistance sur le rôle crucial de l’existence d’un marché réellement libre, qui ne soit contrôlé ni par les États ni par les entreprises, permettant ainsi une véritable concurrence entre les producteurs et un choix authentique pour les consommateurs. Ou encore sa méfiance radicale vis-à-vis de l’État, son émergence et son développement équivalant dans la pratique à un « devenir-privé de la sphère publique », puisqu’il est toujours entre les mains d’un groupe social donné qui le fait servir à ses intérêts propres18.

9Castoriadis a donc examiné toutes les dimensions de l’hétéronomie instituée, et passionnément exploré toutes les formes de déploiement possible du projet d’autonomie dans les champs de la pensée, de la politique et de l’économie... mais aussi de la technique.

  • 19 Rappelons que Castoriadis a notamment participé au volume Religion, société et politique. Mélanges (...)

10En effet, toute une partie de la pensée de Castoriadis, injustement laissée dans l’ombre à l’heure actuelle, a été consacrée à attirer l’attention sur la question de la technique, et à insérer celle-ci dans l’approfondissement du projet d’autonomie. Ce faisant, Castoriadis a rencontré sur son chemin l’œuvre et la personne de Jacques Ellul, pour lequel il concevait, il faut ici le rappeler, la plus grande admiration, en dépit de certaines divergences de fond, notamment sur la question religieuse19.

I. Le débat Ellul-Castoriadis sur la question de la technique

  • 20 Cf. Roy (C.), « Aux sources de l’écologie politique : le personnalisme “gascon” de Bernard Charbon (...)
  • 21 Cf. Ellul (J.), La Pensée marxiste. Cours professé à l’Institut d’études politiques de 1947 à 1979 (...)

11Bien que le retour des problématiques écologiques et de la question du risque technologique ait récemment suscité un regain d’intérêt pour son œuvre, Jacques Ellul reste encore assez méconnu dans l’Université française. A l’instar de Castoriadis, il était un penseur atypique, ayant lié très tôt son travail intellectuel à un engagement politique révolutionnaire. Dès le début des années 1930, tout jeune homme, il avait rejoint le mouvement personnaliste, emmené à l’époque par les jeunes non-conformistes d’Esprit, rassemblés autour d’Emmanuel Mounier, et par la revue-groupe Ordre Nouveau fondée par Alexandre Marc, Robert Aron et Arnaud Dandieu. Avec son ami Bernard Charbonneau – à qui il devait, disait-il, la plupart de ses idées – Ellul anima la frange la plus libertaire du personnalisme, écologiste avant l’heure, enracinée dans le Sud-Ouest de la France20. Après la seconde guerre mondiale et son engagement dans la Résistance, juriste de formation, il devint professeur de sciences politiques à Bordeaux, et commença à développer une œuvre abondante et multiforme, qu’on peut diviser en deux grands pans : les écrits religieux d’une part, développant une théologie de l’espérance et de la liberté ; et d’autre part les écrits sociologiques, consacrés dans leur majeure partie à démonter ce qui selon lui constituait le phénomène déterminant du xxe siècle : la suprématie de la technique, et les menaces qu’elle fait peser sur l’esprit, sur la liberté, sur la nature. Bien que théologien protestant, Ellul était un excellent connaisseur de Marx et de la tradition marxiste, et il n’hésitait pas à se revendiquer de l’anarchisme – ce qui le rapprocha d’ailleurs des situationnistes dans les années 196021. Il fut également dans les années 1970 l’un des animateurs des luttes écologistes en France, non seulement en tant que théoricien, mais en s’engageant directement sur le terrain, pour la défense de la côte aquitaine mise en péril par des projets d’aménagement touristique.

12Qu’est-ce qui a pu rapprocher Castoriadis de Jacques Ellul ? Sans aucun doute, Castoriadis a su reconnaître en lui quelqu’un qui ne se racontait pas d’histoires sur la nature du régime existant en Russie et dans les pays de l’Est, les convictions anarchistes d’Ellul l’ayant préalablement vacciné contre toute adhésion à un parti ou un État totalitaires qui pourraient se revendiquer de la classe ouvrière, du prolétariat ou du socialisme. On sait que les individus de cette espèce étaient plutôt rares dans la France des années 1950-1960... Mais Castoriadis a su reconnaître aussi en Ellul quelqu’un qui ne se racontait pas d’histoires non plus sur la révolution et sur les obstacles que la société contemporaine lui oppose, ainsi que sur les insuffisances, voire les erreurs fondamentales du marxisme à cet égard.

13En effet, pour les marxistes, le développement des forces productives est la condition sine qua non du passage au socialisme puis au communisme : les bases en ont été posées à travers l’essor de la grande industrie, la prodigieuse accumulation des moyens matériels et techniques à laquelle a procédé le capitalisme. Par conséquent, dans l’esprit des militants révolutionnaires formés à l’école marxiste, la révolution verra le prolétariat arracher aux accapareurs bourgeois l’ensemble des techniques modernes, pour les mettre au service de la libération de l’homme. Toutes les conceptions marxistes partagent donc le postulat selon lequel le développement des forces productives représente en dernière analyse un progrès dont la valeur apparaîtra dans la société communiste : il est la condition préalable à toute émancipation de l’humanité.

  • 22 Ellul (J.), La technique ou l’enjeu du siècle [1954], Paris, Economica, 1990, p. 277.

14Pour Jacques Ellul, il n’en va pas de même. Décrivant dans le développement des techniques modernes un processus d’auto-accroissement infini sur lequel l’homme n’a plus aucune prise, il annonçait dès 1954, date de la parution de La technique ou l’enjeu du siècle, la subordination complète et définitive de l’homme aux moyens qu’il s’était donné pour se libérer des contraintes naturelles : « Il faut bien admettre, si l’on regarde sans verres idéalistes, que notre société est technicienne. Mais ce qui paraît plus impressionnant, c’est que ce caractère de la technique la rend indépendante de l’homme lui-même. Nous ne voulons pas dire par là que la machine tend à remplacer l’homme, ce qui est bien connu, mais que l’homme n’a pratiquement plus aucun moyen pour agir sur la technique. Il ne peut plus ni la limiter, ni même l’orienter. [...] L’homme n’a plus rien dans la société qui puisse le servir, car tout sert la technique. Celle-ci est réellement indépendante de l’homme, qui se trouve seul et désarmé devant elle. Il n’a en apparence qu’une voie raisonnable : se soumettre et profiter autant que faire se peut de ce que la technique lui donne d’ailleurs libéralement.22 »

  • 23 Les deux versions sont reproduites in Castoriadis (C.), Le contenu du socialisme, Paris, Union gén (...)
  • 24 CS, p. 127.
  • 25 Cf. CS, p. 221, notes 22 et 23. Ellul ayant insisté sur la bureaucratisation de l’État moderne et (...)

15La lecture de ce livre de Jacques Ellul, La technique ou l’enjeu du siècle, a exercé une influence déterminante sur Castoriadis, en ce moment de sa trajectoire intellectuelle où il était en train de remettre en cause de plus en plus radicalement les postulats hérités de la théorie marxiste. Cette influence se vérifie d’abord dans la différence existant entre la première version du texte intitulé Sur le contenu du socialisme, publiée dans le numéro 17 de Socialisme ou Barbarie en juillet 1955, et la deuxième version du même texte, publiée deux ans plus tard dans le numéro 22 de la même revue23. Alors que dans la première version du manuscrit la question de la technique n’est pas réellement thématisée en tant que telle, dans la deuxième version, Castoriadis en vient à poser comme « noyau de l’aliénation » « la structure technologique du travail, de ses objets, de ses instruments et de ses modalités, qui font qu’obligatoirement le travail domine les producteurs au lieu d’être dominé par eux24 ». Entre-temps, Castoriadis a lu Ellul, auquel il se réfère d’ailleurs explicitement, notamment sur la question de l’État25. Implicitement, il reconnaît donc avec lui le rôle central de la technique dans l’hétéronomie des sociétés contemporaines.

16Mais là où Castoriadis ne peut plus suivre Ellul, c’est lorsque ce dernier va jusqu’à soutenir que la technique n’est plus dirigée ni orientée par quiconque, parce qu’elle est devenue un mécanisme pur qui prend dans son engrenage toutes les classes sociales. Castoriadis, pour sa part, reste malgré tout attaché à une certaine grille de lecture marxiste des phénomènes sociaux, qui lui enjoint de repérer leurs lignes de clivage internes opposant dominants et dominés. Et même s’il tend à abandonner l’ancienne opposition marxiste entre la bourgeoisie et le prolétariat en montrant qu’elle est surdéterminée par l’opposition entre dirigeants et exécutants, il ne peut que manifester son opposition à la théorie ellulienne, qui affirme sans ambages que la technique n’est plus maîtrisée par personne – que ce soit la bourgeoisie, la bureaucratie ou même une hypothétique technocratie –, parce qu’elle est désormais devenue totalement autonome vis-à-vis de la formation sociale dans laquelle elle était insérée, se retournant même contre celle-ci pour la transformer en une « société technicienne ».

  • 26 CS, p. 221, note 23.
  • 27 CS, p. 135-136. Ici, Castoriadis reprend explicitement – pour le réfuter – le concept d’autonomie (...)
  • 28 CS, p. 130.
  • 29 CS, p. 129.

17C’est pourquoi Castoriadis, dans Le contenu du socialisme, prend la liberté de dire avec sévérité que l’optique du livre d’Ellul est « fondamentalement fausse », en ce qu’elle fait de la technique un « asservissement se développant de lui-même, indépendamment de tout contexte social26 ». Au contraire, pour Castoriadis, « il n’y a pas de développement autonome de la technique appliquée à la production27 » : la technique moderne est prise dans le jeu des rapports de production et de la lutte des classes, et l’on ne peut en livrer qu’une analyse matérialiste, qui la relie à la formation sociale dont elle est à la fois le produit et le support. Il n’y a donc pas « la technique », mais « une technologie capitaliste, en entendant par ce terme, dans le “spectre” des techniques possibles d’une époque (déterminé par le développement de la science), la “bande” des procédés effectivement appliqués » : « A partir du moment, en effet, où le développement de la science et de la technique permet un choix entre plusieurs procédés possibles, une société choisira infailliblement les procédés qui ont pour elle un sens, qui sont “rationnels” dans le cadre de sa logique de classe », affirme Castoriadis28. Or, comme nous l’avons dit plus haut, la logique de classe de la société capitaliste, c’est la subordination des exécutants aux ordres des dirigeants, ceux qui sont aux commandes de l’appareil de production. Le sens réel de la technologie capitaliste n’est donc pas de développer la production pour le profit – analyse marxiste orthodoxe – ou de développer la production pour la production – analyse ellulienne – mais « en premier lieu de se subordonner et de dominer les producteurs29 ».

  • 30 CS, p. 136.
  • 31 CS, p. 129-130.

18Ce que Castoriadis décrit, c’est donc un processus de sélection des techniques par lequel, à l’intérieur de toutes les techniques permises par le développement technoscientifique en un moment donné, seules sont retenues et effectivement appliquées celles qui permettent au capital de mieux lutter contre le travail30, autrement dit celles qui permettent de maintenir et de renforcer la domination de l’appareil de direction sur le travailleur. Les techniques « qui correspondent au besoin fondamental du capitalisme d’avoir affaire à un travail mesurable, contrôlable, remplaçable sont préférées aux autres et sont seules ou en majorité appliquées31 ».

  • 32 Castoriadis reprend les mots d’Ellul lui-même dans sa postface (cf. Ellul (J.), La technique ou l’ (...)
  • 33 CS, p. 127-128.

19Dès lors, contrairement à une vision fataliste que Castoriadis prête peut-être un peu trop vite à Ellul, et selon laquelle, du fait de l’autonomie de la technique, « il est parfaitement vain de prétendre soit enrayer cette évolution, soit la prendre en main et l’orienter32 », Castoriadis reformule le projet socialiste en tant que « gestion ouvrière », c’est-à-dire en tant que projet de réappropriation par les travailleurs des fonctions de direction de la production, en lien avec « la transformation de la nature et du contenu du travail, ce qui signifie : la transformation consciente de la technologie héritée de façon à subordonner pour la première fois dans l’histoire cette technologie aux besoins de l’homme non seulement en tant que consommateur, mais en tant que producteur. La révolution socialiste signifiera le début de cette transformation, et sa réalisation marquera l’entrée de l’humanité dans l’ère communiste. [...] La liberté des hommes sera une illusion ou une mystification si elle n’est pas liberté dans leur activité fondamentale – l’activité productive. Et cette liberté n’est pas un cadeau de la nature, ni ne surgira d’elle-même, par surcroît, d’autres développements : les hommes auront à la créer consciemment. En dernière analyse, c’est cela le contenu du socialisme33. »

II. Une réconciliation progressive

  • 34 Ellul (J.), La technique ou l’enjeu du siècle [1954], Economica, Paris, 1990, p. VI.
  • 35 Ellul (J.), Autopsie de la révolution [1969], La Table Ronde, Paris, 2008, p. 333.
  • 36 Cf. le chapitre V, précisément intitulé « La révolution nécessaire », du livre Autopsie de la révo (...)
  • 37 Ellul (J.), Changer de révolution. L’inéluctable prolétariat, Seuil, Paris, 1982, p. 223.
  • 38 Cf. le chapitre 6 de Changer de révolution, intitulé « Vers la fin du prolétariat ? » (op. cit., p (...)

20Pourtant, la signification des analyses elluliennes était loin d’être aussi univoque que le supposait Castoriadis. Si les conclusions de La technique ou l’enjeu du siècle étaient des plus pessimistes, Ellul espérait toutefois provoquer avec cet ouvrage « une prise de conscience, à la fois concrète et fondamentale, du phénomène technique dans son ensemble34 ». Or, comme il l’écrira quinze ans plus tard, dans le chemin qui mène les individus vers une transformation révolutionnaire de leur milieu social, « la prise de conscience est indispensable ; sans elle, rien ne peut être fait, mais elle est un point de départ, elle doit aboutir à une action volontaire35 ». Et de fait, c’est bien à une « révolution nécessaire » que Jacques Ellul finit par en appeler en 1969, renouant ainsi avec les mots d’ordre de sa jeunesse personnaliste36. Révolution « globale », dirigée certes contre l’État et la société technicienne, mais dont la résultante doit être l’établissement d’un régime socialiste libertaire. En effet, comme il le réaffirme en 1982 : « Le socialisme est la seule orientation politique possible, parce qu’elle est la seule où expressément il est dit, déclaré que l’objectif est la fin du prolétariat, la fin de l’aliénation, la libération de l’homme37 ». Pour expliciter ces convictions, Ellul renvoie aux analyses des situationnistes, mais aussi directement à celles de Castoriadis, y compris dans Le contenu du socialisme38.

  • 39 Ellul (J.), La technique ou l’enjeu du siècle [1954], Economica, Paris, 1990, p. 18-19.

21Cela signifie-t-il pour autant qu’Ellul a été amené à reconnaître la vérité des critiques que Castoriadis lui avait adressées après lecture de La technique ou l’enjeu du siècle ? Non. En fait, c’est plutôt le contraire : ces critiques partaient d’un malentendu de Castoriadis luimême sur ce qu’Ellul entendait par « la technique ». Ellul n’entendait pas par ce terme l’ensemble des machines ou des outils. Il entendait d’abord et avant tout « la recherche du meilleur moyen dans tous les domaines », « la préoccupation de tous les hommes de notre temps de rechercher en toutes choses la méthode absolument la plus efficace39 » : une volonté de rationalisation et d’organisation s’emparant de toutes les activités au nom de l’adaptation à la machine, et visant l’effectivité, le rendement, la productivité. Une volonté qui se donne tous les moyens de transformer les hommes, les milieux naturels et sociaux, pour les adapter, les artificialiser, les rendre homogènes au système technicien – mais aussi pour en maîtriser le fonctionnement dans le détail comme dans la totalité. En ce sens, la technique au sens où l’entend Ellul englobe aussi bien les procédés et les manières de faire que la volonté qui leur préside, les formes de pensée et les manières de voir, les idéologies, l’imaginaire et les croyances qui leur sont liées. Lorsqu’il parlait de la suprématie de la technique à l’ère moderne, Ellul désignait en somme quelque chose de très proche de ce que Castoriadis nommera plus tard « imaginaire de la maîtrise rationnelle », à savoir l’imaginaire fondateur du capitalisme moderne.

  • 40 Castoriadis (C.), Les carrefours du labyrinthe 1 [1978], Seuil, Paris, 1998, p. 300-301 (cité CL 1) (...)
  • 41 CL 3, p. 120.
  • 42 Ellul (J.), La technique ou l’enjeu du siècle, op. cit., p. 88.
  • 43 CL 3, p. 89.
  • 44 CL 3, p. 119-120.

22Ce malentendu une fois éclairci, il apparaît plutôt que ce sont les idées d’Ellul qui ont en quelque sorte infusé dans la pensée de Castoriadis tout au long des années 1960 et 1970. Ainsi, alors qu’il refusait encore en 1973 de « faire de la technique un facteur absolument autonome », préférant voir en elle « une expression de l’orientation d’ensemble de la société contemporaine40 », en 1987, dans un texte intitulé « Voie sans issue », Castoriadis finit par dénoncer « la fantastique autonomisation de la techno-science – que Jacques Ellul a eu l’imprescriptible mérite de formuler dès 194741 ». Il reprend également la plupart des catégories forgées par Ellul pour rendre compte de cette autonomisation. Ainsi de ce que ce dernier appelait l’« insécabilité de la technique » : Ellul avait montré dès 1954 que toutes les techniques d’une époque font système, qu’elles forment un tout dont il est impossible de séparer tel ou tel élément. Il était ainsi conduit à réfuter la plupart des analyses de la technique existant à son époque : « La grande tendance de tous ceux qui pensent aux techniques est de distinguer : distinguer entre les divers éléments de la technique, dont les uns pourraient être maintenus, les autres écartés ; distinguer entre la technique et l’usage qu’on en fait. Ces distinctions sont rigoureusement fausses et prouvent que l’on n’a rien compris au phénomène technique, dont toutes les parties sont ontologiquement liées et dont l’usage est inséparable de l’être42. » En 1987, Castoriadis reprend le même raisonnement, et dénonce l’illusion consistant à croire « que les "bons" et les "mauvais" côtés de la science et de la technique contemporaines sont parfaitement séparables et qu’il suffirait pour les séparer d’une plus grande attention, de quelques règles d’éthique techno-scientifique, de l’élimination du profit capitaliste ou de la suppression de la bureaucratie gestionnaire43 ». Or, par exemple, « la médecine moderne et la physique nucléaire (théorique et appliquée) ne sont pas des plants différents, mais deux branches du même arbre pour ne pas dire deux substances contenues dans le même fruit. L’existence et le développement de l’une comme de l’autre présupposent le même type anthropologique, les mêmes attitudes à l’égard du monde et de l’existence humaine, les mêmes modes de pensée, de technicité et d’instrumentation44. »

  • 45 « On n’essaie pas de faire ce qu’"il faudrait" ou ce que l’on pense "souhaitable". De plus en plus (...)
  • 46 Comparer par exemple Jacques Ellul, La technique ou l’enjeu du siècle, op. cit., p. 79-87, et CL 3(...)
  • 47 Cf. Ellul (J.), Le bluff technologique, op. cit., p. 107, 148 et 156.
  • 48 Ellul (J.), La technique ou l’enjeu du siècle, op. cit., p. 384. Dans un ouvrage publié au début de (...)
  • 49 CL 6, p. 179. Déjà en 1974, il faisait remarquer : « La grande majorité des hommes actuels, y comp (...)

23De la même manière, Castoriadis valide dans ce texte les analyses elluliennes sur l’« automatisme du choix technique », ce choix étant effectué non plus selon des critères rationnels, mais uniquement en fonction d’une règle qu’on pourrait formuler de la manière suivante : c’est faisable donc cela doit être fait – sans qu’on se pose la question des besoins réels, quitte à fabriquer ces besoins de toutes pièces pour pouvoir répandre après coup les objets techniques ou les innovations auxquelles on est parvenu45. Il reprend également le constat fait par Ellul d’une imprévisibilité structurelle de la technique moderne, c’est-à-dire d’un système dont les conséquences sur la société et la nature sont devenues impossibles à prévoir et à contrôler, du fait de la complexité et de l’intrication des techniques qu’il met en contact en permanence, et des innovations qu’elles produisent ainsi de manière de plus en plus rapide46. Nombreux sont les autres motifs de la critique ellulienne de la technique qui sont ainsi repris par Castoriadis les uns après les autres, et il n’est guère étonnant que ce texte ait été ensuite salué par Ellul47. Cet accord culmine d’ailleurs dans un champ où tout semblait pourtant les opposer : celui du religieux. Ellul notait ainsi en 1954 que « la technique satisfait pleinement la volonté magique de possession, domination, utilisation. Il n’est pas nécessaire de chercher à user des puissances spirituelles lorsque l’emploi des machines donne de bien meilleurs résultats.48 » Cette remarque trouve chez Castoriadis un développement assez provocateur, lorsqu’il déclare en 1990 : « On peut se demander jusqu’à quel point sociologiquement, l’attitude superstitieuse de l’homme contemporain devant la technoscience est essentiellement différente de l’attitude des primitifs devant la magie : certes, il y a différence quant à l’objet, mais qu’en est-il des attitudes et des modes d’adhésion ? En sait-il plus sur ce qu’elle affirme, les raisons pour lesquelles elle l’affirme et lui y croit ? Le mélange d’espoir et de terreur avec lequel il la regarde a-t-il des effets différents ?49 »

  • 50 Sortie dont le premier acte a été marqué symboliquement par la mise en question systématique du ma (...)
  • 51 CL 2, p. 171.

24En définitive, cette reprise des motifs elluliens, Castoriadis la doit à sa sortie progressive hors du schéma matérialiste déterministe50 : l’aliénation sociale lui apparaissant finalement enracinée dans un lot de significations imaginaires, il est conduit à voir dans la technoscience un système autonomisé, inséré plus généralement dans un cadre capitaliste, mais tout à fait déterminant en tant que tel. Selon lui, il importe peu, d’ailleurs, de savoir dans quelle mesure c’est le capitalisme ou le progrès technique qui ont initié le processus historique conduisant au déclin du projet d’autonomie dans les sociétés contemporaines. Capitalisme et technoscience se révèlent co-déterminés, consubstantiels, en tant qu’ils relèvent tous deux du même projet de maîtrise rationnelle du monde. De ce point de vue, comme l’affirme Castoriadis, il n’y aurait pas de sens à essayer d’expliquer causalement l’essor du capitalisme par le développement technoscientifique, ou l’inverse : « L’émergence de la bourgeoisie, son expansion et sa victoire finale marchent de pair avec l’émergence, la propagation et la victoire finale d’une nouvelle "idée", l’idée que la croissance illimitée de la production et des forces productives est en fait le but central de la vie humaine51 ».

  • 52 CL 3, p. 121.

25Et si Castoriadis continue de soutenir que la science est aux mains des pouvoirs militaires, économiques et politiques, le fait de dire que « scientifiques et techniciens servent des Appareils de pouvoir existants » et à la rigueur en font partie, ce que Jacques Ellul était tout à fait prêt à reconnaître, ne contredit en rien l’affirmation d’une autonomie de la technique, puisque « ces Appareils exploitent, certes, et oppriment presque tout le monde, mais ne dirigent vraiment rien52 ».

III. Quelles perspectives politiques ?

  • 53 CS, p. 130.
  • 54 CS, p. 128.

26La résolution de ce problème, selon Ellul et Castoriadis, résidait comme on sait dans un processus révolutionnaire passant par la destitution des dirigeants, une transformation radicale dans l’exercice du pouvoir de telle sorte qu’il passe aux mains des gens ordinaires, et donc la formation d’organes d’autogouvernement de la population au sein desquels soit supprimée la distinction fondamentale entre dirigeants et exécutants, au profit d’une capacité de chacun à être à la fois gouvernant et gouverné. Toutefois, que la collectivité humaine retrouve sa souveraineté sur ses outils et machines, sur ses instruments de production, est insuffisant si ces outils et instruments sont les produits d’une domination sociale passée, s’ils en sont comme la cristallisation matérielle : créés à l’intérieur d’un certain rapport de domination et d’exploitation, ils ont aussi été conçus pour maintenir ce rapport dans l’espace et dans le temps, et ils tendront fatalement à le reconstituer par leur seul usage. Une collectivité autonome ne pourra donc pas utiliser tel quel l’ensemble des techniques léguées par le capitalisme ; après tout Castoriadis lui-même l’avait affirmé : « la modification consciente de la technologie sera la tâche centrale d’une société de travailleurs libres53 », et cela nécessitera « une réorientation de l’ensemble du développement technique et de son application à la production54 ». Mais la question politique qui se pose alors est : comment réorienter ce développement technique, et dans quelle direction ?

  • 55 CS, p. 128.
  • 56 CS, p. 134.
  • 57 CS, p. 135.
  • 58 CL 3, p. 211-212.
  • 59 « Il doit être clamé que le socialisme n’est pas une terrasse de loisirs sur la prison industriell (...)

27Castoriadis nous a donné quelques pistes dans Le contenu du socialisme. Selon lui, il faut « accorder au développement des capacités et des facultés proprement humaines des producteurs l’importance primordiale55 ». L’idéal consisterait dans « la libre détermination par chacun de la nature et de la durée de son travail56 ». D’une façon générale, « le problème est de [...] permettre à la liberté concrète de s’incarner dans l’activité créatrice. Le problème est de mettre la poésie dans le travail. (Poésie signifie très exactement création.)57 » Beaucoup plus tard, il évoquera en outre la nécessité d’« une gestion de bon père de famille des ressources de la planète, un contrôle radical de la technologie et de la production, une vie frugale58 ». Castoriadis ne cachait pas que ce programme allait assez loin, puisqu’il allait en fait jusqu’à « la destruction de la prison industrielle elle-même59 ». Mais cette expression doit être interrogée dans toutes les significations qu’elle recouvre. Détruire la prison industrielle, est-ce détruire l’industrie elle-même dans sa structure technique, et par conséquent revenir à une société pré-industrielle ? Ou bien seulement détruire ce qui fait de l’organisation industrielle du travail un système coercitif ?

  • 60 CL 1, p. 322.
  • 61 CL 2, p. 187.
  • 62 CL 1, p. 322-324.

28Réfléchissant en 1973 à ce que pourrait être la technique dans une société post-révolutionnaire, Castoriadis reconnaissait que « le modèle idéal reste, malgré tout, le "sauvage" qui fabrique son outil ou son arme à la mesure de son corps et de ses dextérités propres60 ». La transposition de ce modèle consisterait donc à en revenir à une fabrication artisanale des biens de première nécessité, à l’image de ce que tentaient, dans l’après-68, les partisans d’un « retour à la terre » qui partaient s’installer en milieu rural pour y pratiquer l’agriculture, l’élevage, la poterie ou la menuiserie. Toutefois, Castoriadis estimait que cette solution devait être écartée : « Malgré la sympathie que l’on peut éprouver pour les mouvements "naturalistes" d’aujourd’hui, et pour ce qu’ils tentent d’exprimer, il serait évidemment illusoire de penser que nous pourrions rétablir une société "pré-industrielle", ou que ceux qui aujourd’hui détiennent le pouvoir l’abandonneraient spontanément s’ils se trouvaient confrontés avec une hypothétique désertion grandissante de la société industrielle61. » Castoriadis se prononçait donc plutôt pour une reconversion du système industriel qui maintienne en fonction des unités de production à grande échelle, mais qui autorise simultanément une adaptation des objets produits aux besoins spécifiques des utilisateurs (par exemple en imaginant des gammes limitées de modules compatibles dont les éléments pourraient être montés différemment selon les personnes et les usages)62.

  • 63 C’est la faiblesse du projet d’« usine du plan » proposé par Castoriadis dès 1957, et dont il rest (...)

29Cette solution entre toutefois en contradiction avec les réquisits que Castoriadis avait lui-même formulés. En effet, l’idéal d’indépendance individuelle défini comme « la libre détermination par chacun de la nature et de la durée de son travail » n’est guère conciliable avec la production de masse en usine, quand bien même celle-ci serait autogérée. À moins de penser une coordination complexe et à grande échelle des modes de travail individuels... et donc une planification généralisée de la production et de la consommation, réintroduisant immanquablement une organisation de type bureaucratique : le retour en force de la technique, au sens ellulien du terme63. En revanche, « la libre détermination par chacun de la nature et de la durée de son travail » peut effectivement trouver à s’épanouir dans une activité de petite production artisanale, moyennant la possession par chacun d’un bon registre de connaissances techniques, de gestes et de savoir-faire. De même, l’abandon de toute visée d’efficacité et de puissance (c’est-à-dire du fantasme de maîtrise rationnelle) et la réintroduction dans le processus de fabrication de la poïéticité intrinsèque à l’acte de création sont peu compatibles avec une production de masse, sérielle et standardisée (même si elle inclut une modularité de ses composants). En revanche, cela devient possible dans le cadre d’une activité artisanale non orientée vers l’accumulation de plus-values, mais visant une autonomie dans le sens le plus concret, le plus matériel de ce mot.

  • 64 Cf. Karl Marx, L’idéologie allemande, in Karl Marx, Œuvres philosophiques, tome 2, trad. J. Molito (...)
  • 65 Cf. Ellul (J.), Changer de révolution. L’inéluctable prolétariat, Seuil, Paris, 1982.

30Par conséquent, une contradiction doit être pointée dans le discours même de Castoriadis du point de vue de la question technique – une contradiction analogue à celle de Marx lui-même faisant du communisme la conséquence du développement des sciences et de l’industrie, mais prenant comme exemples d’activités libres en régime communiste la chasse, la pêche et l’élevage, c’est-à-dire une gamme d’activités spécifiquement artisanales64. Sans doute Ellul était-il plus cohérent lorsqu’il proposait l’« éclatement de la société technicienne » elle-même, sur les ruines de laquelle cohabiteraient de petites unités de production autogérées de type industriel, adaptées aux besoins locaux, basées sur des technologies douces, intermédiaires, appropriées, et, partout où ce serait possible et souhaitable, un large secteur d’activités artisanales, pour lesquelles on reviendrait aux outils simples des travailleurs traditionnels, parfaitement maniables et maîtrisables parce qu’issus d’une longue évolution civilisationnelle65.

  • 66 Marx (K.), Le Capital, livre I, chapitres xiv et xv, trad. J. Roy, Flammarion, Paris, 2004, p. 250- (...)
  • 67 CL 4, p. 92.

31Déterminer les moyens d’une maîtrise et d’une transformation concrètes de la technique en vue de l’autonomie de tous demande peut-être de faire, en guise de conclusion, un petit détour par l’analyse marxienne du machinisme. Revenons un instant aux chapitres du Capital consacrés à la manufacture et à la grande industrie66 : ce qu’en retire une lecture préoccupée du fait technique, c’est que la machine a littéralement dépossédé ouvriers et artisans de leurs savoir-faire, ceux-ci étant incorporés dans son propre fonctionnement, et qui plus est transformés en technologies de domination. Comme le dit Marx, avec l’outil, c’est la virtuosité dans son maniement qui est passée de l’ouvrier à la machine. Dans la machine, l’ouvrier contemple donc son propre savoir-faire technique autonomisé, qui lui est devenu étranger et qui le domine implacablement. Pour reprendre encore les mots de Marx, l’habileté de l’ouvrier apparaît chétive devant la science prodigieuse incorporée au système mécanique. Et ce qui vaut pour l’ouvrier vaut pour chacun d’entre nous. C’est pourquoi en l’état actuel des choses, la destruction immédiate de la prison industrielle signifierait aussi bien la destruction de tous ceux qui y sont enfermés, la mort de tous ceux qui sont devenus dépendants du système technicien pour leur vie comme pour leur survie. C’est ce que toute catastrophe technique aujourd’hui se chargerait cruellement de nous rappeler. La seule sortie possible hors de la prison industrielle avant son effondrement définitif serait donc de se réapproprier ces savoir-faire dont les producteurs ont été dépossédés, ces connaissances et ces gestes qui sont les moyens d’une autonomie matérielle immédiate, sans laquelle une autonomie politique n’est pas envisageable. Cette réappropriation ne peut commencer autrement que par la mise à l’épreuve de nos corps et de nos intelligences dans l’expérimentation d’alternatives pratiques – en attendant mieux – et la mise en circulation des savoirs nécessaires entre personnes intéressées à la construction d’une autonomie polymorphe. En somme, se mettre à l’œuvre, avec patience et obstination. Mais comme disait Castoriadis, « il y a des moments dans l’histoire où tout ce qui est faisable dans l’immédiat est un lent et long travail de préparation67 ».

Notes

1 Castoriadis (C.), « L’époque du conformisme généralisé » [1989] in Le monde morcelé (Les carrefours du labyrinthe 3), Seuil, Paris, 2000, p. 20 (cité CL 3).

2 Castoriadis (C.), La montée de l’insignifiance. Les carrefours du labyrinthe 4, Seuil, Paris, 2007, p. 105 (cité CL 4).

3 CL 3.

4 Et d’ailleurs, on n’insiste pas assez sur la présence du « comme » dans la formule « comme maître et possesseur », qui montre combien est encore tenu à distance le fantasme d’une domination totale – distance qui tend précisément à s’annuler avec l’évolution des sociétés occidentales au cours des siècles suivants.

5 Castoriadis (C.), « Le régime social de la Russie » [1977], Domaines de l’homme. Les carrefours du labyrinthe 2, Seuil, Paris, 1999, p. 244 (cité CL 2), et CL 3, p. 79.

6 CL 4, p. 105-106.

7 Castoriadis (C.), Figures du pensable. Les carrefours du labyrinthe 6, Seuil, Paris, 1999, p. 72 (cité CL 6).

8 Cf. CL 2, p. 159-214.

9 CL 3, p. 21.

10 CL 3, p. 20.

11 CL 2, p. 244.

12 Castoriadis (C.), Fait et à faire. Les carrefours du labyrinthe 5, Seuil, Paris, 1997, p. 221 (cité CL 5).

13 Cf. Castoriadis (C.), Histoire et création. Textes philosophiques inédits (1945-1967), Seuil, Paris, 2009.

14 CL 3, p. 79-80.

15 CL 3, p. 86.

16 CL 6, p. 180

17 Cf. Coudray (J. M.) [Castoriadis (C.)], Lefort (C.) et Morin (E.), Mai 68 : la brèche. Premières réflexions sur les événements, Fayard, Paris, 1968 (réédité en 1988 aux éditions Complexe, suivi d’un retour sur les analyses de 1968, intitulé Vingt ans après), et la « Préface » écrite en 1994 au livre de Denis (J. M.), Les Coordinations. La recherche désespérée d’une citoyenneté, Paris, Syllepse, 1996, p. 9-13.

18 Cf. par exemple CL 5, p. 9-81. L’originalité de ces positions explique la grande difficulté des analystes à situer sur l’échiquier politique le deuxième Castoriadis, celui de la période postérieure à Socialisme ou Barbarie. De même qu’il a été un socialiste dénonçant le « socialisme réellement existant », on pourrait dire de lui qu’il a été un libéral dénonçant le libéralisme réellement existant. Dans tous les cas, il est resté partisan d’une transformation sociale émancipatrice, ce qui l’a rendu proche du mouvement libertaire, comme le montrent ses nombreuses participations à des initiatives ou des publications venues de celui-ci : participation au colloque organisé en 1981 par l’UTCL (Union des travailleurs communistes libertaires), intitulé « De Cronstadt à Gdansk, soixante ans de résistance au capitalisme d’État » ; réédition en 1982, avec son accord, du « Régime social de la Russie » par la publication anarchiste Les Cahiers du Vent du ch’min ; entretien intitulé « Marx aujourd’hui » accordé en 1983 à Lutter !, la revue de l’UTCL, en 1983 ; apparition dans Informations et réflexions libertaires, revue anarchiste lyonnaise, la même année ; entretien accordé en 1988 à Iztok, « revue libertaire sur les pays de l’Est » ; etc.

19 Rappelons que Castoriadis a notamment participé au volume Religion, société et politique. Mélanges en hommage à Jacques Ellul, publié aux Presses universitaires de France en 1983, avec le texte intitulé « Institution de la société et religion » (repris in CL 2, p. 455-480).

20 Cf. Roy (C.), « Aux sources de l’écologie politique : le personnalisme “gascon” de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul », Canadian Journal of History/Annales canadiennes d’histoire, XXVII, avril 1992, p. 67-100 ; Loubet de Bayle (J.L.), « Aux origines de la pensée de Jacques Ellul. Technique et société dans la réflexion des mouvements personnalistes des années 1930 », in Patrick Troude-Chastenet (dir.), Sur Jacques Ellul, L’Esprit du temps, Le Bouscat, 1994, p. 19-35 ; ROY (C.), « Entre pensée et nature : le personnalisme gascon », in Jacques Prades (dir.), Bernard Charbonneau : une vie entière à dénoncer la grande imposture, Erès, Ramonville, 1997, p. 35-49 ; Troude-Chastenet (P.), « Christianisme, personnalisme et fédéralisme dans l’œuvre de Jacques Ellul », L’Europe en formation, no 315-316, hiver 1999 - printemps 2000, p. 239-260.

21 Cf. Ellul (J.), La Pensée marxiste. Cours professé à l’Institut d’études politiques de 1947 à 1979, La Table Ronde, Paris, 2003, et Les successeurs de Marx. Cours professé à l’Institut d’études politiques de Bordeaux, La Table Ronde, Paris, 2007 ; ainsi que, du même auteur : Anarchie et christianisme [1988], La Table Ronde, Paris, 1998.

22 Ellul (J.), La technique ou l’enjeu du siècle [1954], Paris, Economica, 1990, p. 277.

23 Les deux versions sont reproduites in Castoriadis (C.), Le contenu du socialisme, Paris, Union générale d’éditions, coll. « 10/18 », 1979, p. 67-221 (cité CS).

24 CS, p. 127.

25 Cf. CS, p. 221, notes 22 et 23. Ellul ayant insisté sur la bureaucratisation de l’État moderne et sur le fait qu’il tend à étendre sur tous les hommes un réseau de contrôle et de contrainte de plus en plus serré afin de les mettre au service du fonctionnement le plus efficace possible du système, Castoriadis lui reconnaît notamment « le mérite d’analyser certains de ces aspects essentiels de l’État moderne, joyeusement ignorés par la plupart des sociologues et écrivains politiques, “marxistes” ou non ».

26 CS, p. 221, note 23.

27 CS, p. 135-136. Ici, Castoriadis reprend explicitement – pour le réfuter – le concept d’autonomie de la technique développé par Ellul précisément à partir des exemples du taylorisme et de la production en usine (cf. Ellul (J.), La technique ou l’enjeu du siècle [1954], Paris, Economica, 1990, p. 121-134).

28 CS, p. 130.

29 CS, p. 129.

30 CS, p. 136.

31 CS, p. 129-130.

32 Castoriadis reprend les mots d’Ellul lui-même dans sa postface (cf. Ellul (J.), La technique ou l’enjeu du siècle [1954], Paris, Economica, 1990, p. 389).

33 CS, p. 127-128.

34 Ellul (J.), La technique ou l’enjeu du siècle [1954], Economica, Paris, 1990, p. VI.

35 Ellul (J.), Autopsie de la révolution [1969], La Table Ronde, Paris, 2008, p. 333.

36 Cf. le chapitre V, précisément intitulé « La révolution nécessaire », du livre Autopsie de la révolution (op. cit., p. 273-352). C’était également le titre de l’ouvrage publié par les personnalistes Aron et Dandieu en 1933 (Aron (R.) et Dandieu (A.), La révolution nécessaire, Grasset, Paris, 1933, réédité aux éditions Jean-Michel Place en 1993). Ellul y fait explicitement référence.

37 Ellul (J.), Changer de révolution. L’inéluctable prolétariat, Seuil, Paris, 1982, p. 223.

38 Cf. le chapitre 6 de Changer de révolution, intitulé « Vers la fin du prolétariat ? » (op. cit., p. 221-291). En 1988, Ellul se revendique encore d’« un socialisme révolutionnaire de la liberté (qui n’a rien à faire ni avec le PS ni avec le communisme, il faudrait revenir aux idées de Proudhon, de Bakounine, prendre au sérieux celles de Castoriadis) » (Ellul (J.), Le bluff technologique [1988], Hachette, Paris, 2004, p. 21).

39 Ellul (J.), La technique ou l’enjeu du siècle [1954], Economica, Paris, 1990, p. 18-19.

40 Castoriadis (C.), Les carrefours du labyrinthe 1 [1978], Seuil, Paris, 1998, p. 300-301 (cité CL 1). Toutefois, Castoriadis reconnaît dans cet article le fait que « La technique ou l’enjeu du siècle anticipait avec profondeur sur beaucoup d’idées devenues depuis courantes » (ibidem).

41 CL 3, p. 120.

42 Ellul (J.), La technique ou l’enjeu du siècle, op. cit., p. 88.

43 CL 3, p. 89.

44 CL 3, p. 119-120.

45 « On n’essaie pas de faire ce qu’"il faudrait" ou ce que l’on pense "souhaitable". De plus en plus, on fait ce que l’on peut faire, on travaille à ce que l’on estime faisable à plus ou moins courte échéance. De façon encore plus aiguë : ce que l’on croit pouvoir atteindre techniquement, on le poursuit, quitte à inventer après des "utilisateurs”. Personne ne s’est demandé s’il y avait un véritable "besoin" d’ordinateurs familiaux ; on pouvait les fabriquer à un prix non prohibitif pour certaines tranches de revenu, on les a donc fabriqués, l’on a en même temps fabriqué le "besoin" correspondant – et maintenant, on est en train de les imposer [...]. De même, les transplantations d’embryons, fécondations in vitro, interventions chirurgicales sur les fœtus, etc., ont été réalisées dès que la technique en a été maîtrisée. » (CL 3, p. 94.) Ellul écrivait pour sa part : « L’opération chirurgicale que l’on ne pouvait pas faire et que maintenant on peut faire n’est pas discutable, n’est pas l’objet d’un choix : elle est. Nous tenons ici le premier aspect de l’automatisme technique : c’est maintenant la technique qui opère le choix "ipso facto", sans rémission, sans discussion possible, entre les moyens à utiliser. L’homme n’est absolument plus l’agent du choix. » (La technique ou l’enjeu du siècle, op. cit., p. 74).

46 Comparer par exemple Jacques Ellul, La technique ou l’enjeu du siècle, op. cit., p. 79-87, et CL 3, p. 90-93.

47 Cf. Ellul (J.), Le bluff technologique, op. cit., p. 107, 148 et 156.

48 Ellul (J.), La technique ou l’enjeu du siècle, op. cit., p. 384. Dans un ouvrage publié au début des années 1970, Ellul reviendra plus longuement sur cette question des rapports entre technique et religion (Cf. Ellul (J.), Les Nouveaux Possédés [1973], Mille et une nuits, Paris, 2003).

49 CL 6, p. 179. Déjà en 1974, il faisait remarquer : « La grande majorité des hommes actuels, y compris les scientifiques, n’ont pas à l’égard de la science une attitude rationnelle : ils y croient ; il s’agit effectivement d’une sorte de foi. » (CL 2, p. 198).

50 Sortie dont le premier acte a été marqué symboliquement par la mise en question systématique du marxisme dans le grand texte de 1964-1965, « Marxisme et théorie révolutionnaire » (Cf. Castoriadis (C.), L’institution imaginaire de la société [1975], Seuil, Paris, 1999, p. 11-248).

51 CL 2, p. 171.

52 CL 3, p. 121.

53 CS, p. 130.

54 CS, p. 128.

55 CS, p. 128.

56 CS, p. 134.

57 CS, p. 135.

58 CL 3, p. 211-212.

59 « Il doit être clamé que le socialisme n’est pas une terrasse de loisirs sur la prison industrielle, ni des transistors pour les prisonniers, mais la destruction de la prison industrielle elle-même. » (Castoriadis (C.), « Le mouvement révolutionnaire sous le capitalisme moderne » [1960-1961], Capitalisme moderne et révolution, tome II, Paris, Union générale d’éditions, coll. « 10/18 », 1979, p. 185-186.

60 CL 1, p. 322.

61 CL 2, p. 187.

62 CL 1, p. 322-324.

63 C’est la faiblesse du projet d’« usine du plan » proposé par Castoriadis dès 1957, et dont il restera partisan au moins jusqu’en 1989 (cf. CS, p. 157-180, et CL 5, p. 72).

64 Cf. Karl Marx, L’idéologie allemande, in Karl Marx, Œuvres philosophiques, tome 2, trad. J. Molitor, Champ Libre, Paris, 1981, p. 92.

65 Cf. Ellul (J.), Changer de révolution. L’inéluctable prolétariat, Seuil, Paris, 1982.

66 Marx (K.), Le Capital, livre I, chapitres xiv et xv, trad. J. Roy, Flammarion, Paris, 2004, p. 250-363.

67 CL 4, p. 92.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search