Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Socialisme ou Barbarie aujourd’hui

 | 
Philippe Caumières
, 
Sophie Klimis
, 
Laurent Van Eynde

Première partie. Analyses

Retour critique sur Socialisme ou Barbarie. Repenser la perspective d’émancipation

Fabien Delmotte

Texte intégral

  • 1 Désormais cité SouB.
  • 2 Castoriadis (C.), La société bureaucratique, Christian Bourgois, 1990, p. 7.
  • 3 Ibidem, p. 21.

1Une manière de rattacher à l’actualité l’histoire du groupe et de la revue Socialisme ou Barbarie1 cofondée principalement par Cornelius Castoriadis et Claude Lefort en 1949, consiste à en sonder les ressources pour une critique adaptée à notre temps. Cependant, la différence de contexte ne peut que jouer un rôle important dans l’appréhension de ses activités et de ses analyses. La publication s’est arrêtée en 1965 et le groupe en 1967. Au moment de rééditer, en 1990, des textes de cette époque, Castoriadis estimait que la période à laquelle ils appartenaient était « pour l’essentiel, close2 ». Provenant d’un auteur qui revendiquait de « s’interroger sur la relation entre les écrits et l’évolution effective3 », cette qualification ne peut guère laisser indifférent.

  • 4 Merleau-Ponty revient sur cet épisode dans Les aventures de la dialectique, repris in Merleau-Pont (...)
  • 5 Voir Castoriadis (C.), « Sartre, le stalinisme et les ouvriers » in L’expérience du monde ouvrier, (...)

2Essayer de déceler dans SouB des apports positifs pour une réflexion contemporaine, c’est d’abord éviter les anachronismes et prendre conscience de la distance qui nous en sépare. Pour s’en convaincre, il suffit d’abord de se rapporter aux présentations les plus courantes que son existence peut inspirer. Il est commode d’évoquer le groupe à travers la lucidité, dans les années cinquante, de ses positions « antitotalitaires » ou sa critique de « gauche » des intellectuels qui, comme Sartre, se rapprochaient du PCF et du régime russe. De fait, la création même de SouB a été suscitée par la question de l’URSS. Initialement membres du Parti communiste internationaliste (PCI, trotskiste), Castoriadis et Lefort animèrent, de 1946 à 1949, une tendance interne qui finit par faire scission avec cette organisation, à partir d’une analyse du caractère exploiteur du régime stalinien. Le refus de tout compromis à son égard fut suivi d’un rejet du trotskisme et du léninisme. En outre, Lefort participa dès 1945 aux Temps modernes, sous la protection de Merleau-Ponty, avant d’en être évincé après une polémique contre Sartre en 19534. La revue SouB publia alors des articles réfutant les positions politiques de Sartre et même de Merleau-Ponty, et plus généralement, pour reprendre une formule de Lefort, des “intellectuels progressistes” gravitant autour des Temps modernes5. Mais, si intéressants soient-ils, ces faits nous renvoient à une configuration historique révolue depuis l’effondrement du régime soviétique et de ses satellites. Leur actualité, pour la critique sociale, ne va pas du tout de soi.

3Les régimes qui se réclamaient naguère du communisme sont aujourd’hui largement discrédités et leur remise en cause, devenue banale, ne comporte plus aucune espèce de risque. D’aucuns pourraient conclure au triomphe des idées défendues par SouB, à la victoire d’un combat qui ne réclame plus d’être mené. Ce serait commettre une méprise. Les intentions fondamentales du groupe, son projet de transformation sociale sans rapport avec notre présent, n’ont pas aboutis et se sont soldés par un échec. Cette situation, ainsi que le changement des temps, peuvent aujourd’hui contribuer à une interrogation sur la possibilité même d’une critique sociale émancipatrice.

  • 6 Voir Castoriadis (C.), « Les rapports de production en Russie » in La société bureaucratique, Chri (...)

4La revue SouB se présentait elle-même à l’aide de la mention « organe de critique et d’orientation révolutionnaire ». Le sens et le contexte de sa critique de l’URSS se rapportaient à une volonté de transformer la société et de combattre le capitalisme sous toutes ses formes. De ce point de vue, Castoriadis joua un rôle moteur dans les premières analyses du groupe, à travers la caractérisation du régime soviétique comme capitalisme bureaucratique. De l’étude des « rapports de production en Russie6 » résultait le diagnostic d’une société de classes.

5Les rapports de production, suivant Marx, sont les rapports concrets d’homme à homme, qui se constituent au cours de la production des conditions matérielles d’existence. Un contenu de classe des rapports de production est défini par la gestion de la production par la classe dominante ainsi que par la répartition du produit social en sa faveur, grâce à son monopole sur les conditions matérielles de production (moyens de production, objets de consommation). La classe exploitée, ravalée au rôle d’exécutant, subordonnée aux besoins de la classe dominante, est extorquée de la différence entre le coût de sa force de travail et le produit de ce travail (plus-value). Or, selon Castoriadis, le rapport entre l’ouvrier russe et l’Etat traduisait, tout en la masquant, une exploitation de classe. Pour comprendre la thèse, il importe d’observer les rapports concrets avec les hommes qui constituent l’appareil étatique dans ses différentes ramifications, c’est-à-dire ce que Castoriadis nomme la bureaucratie. Cette bureaucratie gère le procès de production et l’oriente en fonction de ses intérêts, répartit le produit social en sa faveur et dispose, de fait, des moyens de production. Ces traits la caractérisent comme classe à part entière. Le régime stalinien pouvait donc être caractérisé comme un capitalisme bureaucratique où la planification autorisait la coordination d’une exploitation sans entraves, tandis que le prolétariat était ravalé au rang de simple exécutant.

  • 7 Voir « Socialisme ou Barbarie » in La société bureaucratique, op. cit.

6Cette critique s’articulait d’emblée à une remise en question du capitalisme occidental. D’abord, Castoriadis considérait que la tendance à la bureaucratisation était inhérente au capitalisme de son temps, par le biais du processus de concentration des forces productives. L’apparition d’un capitalisme de monopole avait déjà accentué l’organisation et l’effort de rationalisation de la production ainsi que le rôle des directeurs, administrateurs et techniciens. En outre, Castoriadis considérait comme une tendance destinée à s’accentuer le rôle directif croissant de l’Etat dans l’économie nationale. Dans les premières années de SouB, il allait plus loin encore, à tort, puisqu’il y voyait une évolution probable vers un « capitalisme bureaucratique » s’identifiant fondamentalement au régime russe, y compris dans l’aspect policier, et l’imminence d’une troisième guerre mondiale7. Quoiqu’il en soit, SouB ne réservait donc pas sa critique du capitalisme et de la bureaucratie à la seule URSS.

  • 8 Ibidem, p. 139.

7Plus fondamentalement, le groupe entendait tirer de cette expérience des conclusions, au moins minimales, en terme d’objectif programmatique. Le but révolutionnaire ne pouvait plus être simplement la suppression de la propriété privée, réduite à une nationalisation des moyens de production. Il devait comprendre « l’abolition de la distinction fixe et stable entre dirigeants et exécutants dans la production et dans la vie sociale en général8 », qui est la source rendant possible l’exploitation. SouB adhéra durant toute son existence au projet d’une gestion directe de l’économie et de la vie sociale par la collectivité et comptait sur l’initiative autonome des masses, l’auto-organisation des travailleurs pour porter cette alternative émancipatrice.

8Interroger cette histoire de SouB implique de questionner le sens et l’actualité de cet engagement. Aujourd’hui, la possibilité même de donner un contenu concret à une critique visant une transformation importante de la société, articulée à un projet d’émancipation, semble susciter des doutes et des difficultés. De telles considérations enjoignent à aborder le travail du groupe à partir des problèmes qu’il essayait, à cette époque, de surmonter pour donner une orientation et une crédibilité à sa perspective émancipatrice. C’est cet effort, ou si l’on veut ce geste, qui peut, si on y prête attention, trouver une résonnance instructive ou questionnante pour notre temps. Mais aussi, par conséquent, c’est cette démarche, ou tout du moins son contenu, qui peuvent s’exposer particulièrement à la critique présente.

  • 9 Voir la préface de Daniel Blanchard à l’anthologie Socialisme ou Barbarie, Ed. Acratie, 2007. Phil (...)

9Un tel questionnement est d’autant moins arbitraire qu’il s’est naturellement posé à certains protagonistes de cette histoire. Un retour critique sur SouB peut donc gagner à s’arrêter sur les réflexions ultérieures des principaux concernés, pour peu qu’elles paraissent pertinentes. Dans le cas de SouB, une difficulté vient de ce qu’il est assez courant d’aborder l’histoire du groupe à travers le nombre de futures figures intellectuelles qu’il a au final compté dans ses rangs. Effectivement, outre Lefort et Castoriadis, Jean-François Lyotard, Jean Laplanche, Gerard Genette, Guy Debord ou Vincent Descombes participèrent à un moment donné aux activités du groupe. Mais on voit que, pris tel quel, ce fait peut brouiller l’identité de SouB aux yeux de l’observateur mal informé. Comme l’a noté, par exemple, Daniel Blanchard, cela peut avoir pour effet de noyer la vocation « militante », pour employer ce terme, du groupe et de la revue, à partir d’une vision retrospective qui l’inscrirait à tort dans une démarche, si ce n’est académique, du moins simplement réflexive. Un deuxième inconvénient étant que la dimension collective des réflexions et de leur élaboration peut devenir, dans cette perspective, par trop invisible9.

  • 10 Castoriadis (C.), « Recommencer la révolution » in L’expérience du mouvement ouvrier, tome 2, Union (...)
  • 11 Castoriadis (C.), L’institution imaginaire de la société, Seuil, coll. « Pointsessais », 1999, p. 1 (...)

10Il est possible de dire, d’une manière plus philosophique, que SouB inscrivait son ambition dans l’héritage « marxien » de la « praxis », au sens d’une « union indissoluble » d’une « recherche théorique constamment renouvelée qui éclaire la réalité changeante » et d’une « pratique qui constamment transforme le monde en étant transformée par lui10 » On pourrait ajouter, pour reprendre la définition de Castoriadis de la praxis, que le groupe se serait aussi reconnu dans l’objectif d’un « faire dans lequel l’autre ou les autres sont visés comme êtres autonomes et considérés comme l’agent essentiel du développement de leur propre autonomie.11 ». Mais il faut aussitôt se demander si le groupe a pu se hisser à la hauteur de ces ambitions ou s’il y a échoué et pourquoi.

11De ce point de vue, si cela ne déforme pas les principaux traits de son histoire, expliciter et interroger les soubassements philosophiques des analyses socio-politiques du groupe et de son action peut parfois permettre d’identifier des présupposés injustifiables. C’est pourquoi il n’est pas nécessaire d’absolutiser une séparation stricte entre cette expérience à vocation militante et la réflexion développée à un plus haut niveau d’abstraction par certaines figures du groupe, si cela doit empêcher le débat et la remise en question. Mais inversement, il importe de ne pas considérer SouB sous un angle exclusivement théorique et de comprendre l’articulation de ses analyses concrètes avec les résultats pratiques qu’il a visé, si l’on veut restituer la complexité de ses intentions.

  • 12 D. et G. Cohn-Bendit cités par Castoriadis dans La montée de l’insignifiance, Seuil, coll. « La co (...)
  • 13 Selon Philippe Gottraux, le pic des ventes de la revue se situe au début des années soixante et se (...)

12SouB ne faisait pas dépendre l’accomplissement de ses options politiques de la simple diffusion de ses idées par la revue ni même de la seule activité du groupe. Certes, en 1988, Castoriadis s’est plu à citer les propos de Daniel et Gabriel Cohn-Bendit considérant comme filiations idéologiques du mouvement de Mai 68 des « textes publiés dans Socialisme ou Barbarie, L’internationale situationniste, Informations et correspondances ouvrières, Noir et rouge, Recherches libertaires et, dans un moindre degré, dans les revues trotskistes12 ». Ce fait n’est effectivement pas insignifiant... Dans le cas précis, cette influence concerne un secteur déterminé et limité de la société, la frange la plus radicale du milieu étudiant, qui joua le rôle que l’on sait dans les événements. Mais, de manière générale, la revue et le groupe eurent une audience confidentielle13. Logiquement, ils touchèrent majoritairement, quoique de façon très restreinte, des secteurs entretenant un rapport privilégié à la théorie, étudiants et travailleurs intellectuels, pour qui la revue était le plus accessible.

13Dans ces conditions, supposer que la dynamique révolutionnaire pesait toute entière sur les épaules du groupe aurait été ridicule, ou tragique. Dès le départ, un des enjeux des analyses de SouB était de repérer des conditions sociales rendant pensable la transformation visée, en pointant les tendances concrètes de la société permettant d’appuyer la possibilité de ce projet. Il s’agissait en somme de savoir, assez classiquement, partant d’un héritage marxiste, comment et si le capitalisme pouvait entretenir en son sein des luttes qui puissent déboucher sur l’objectif révolutionnaire. Ce n’est qu’en lien à celles-ci que SouB envisageait de se définir un rôle.

  • 14 Lyotard (J.-F.), La guerre des Algériens. Écrits 1956-1963, Galilée, coll. « Débats », 1989, p. 35 (...)

14En l’occurrence, cette tâche fut accomplie différemment au cours des différentes périodes de l’histoire du groupe. En outre, elle suscita des discordes ou des différences de perspective entre ses membres, qui aboutirent même à deux scissions, en 1958 et 1963. Comme l’écrivait Jean-François Lyotard en 1989, dans une présentation de ses textes de SouB sur la guerre d’Algérie, ces divisions eurent « pour motif la manière d’entendre les luttes en cours et la façon dont il convenait de s’y associer14 ».

15Cette expression de Lyotard participe d’une image psychanalytique qui attribue au travail du groupe une « éthique de l’anamnèse politique », impliquant une « libre écoute, l’écoute flottante des luttes contemporaines vives ». L’ambition de SouB, selon Lyotard, était de « reconstituer à neuf le tissu des idées directrices de l’émancipation des travailleurs », c’est-à-dire de « réélaborer en profondeur le motif de l’autonomie(ou de la désaliénation) », mais « en se tenant au plus près de ce qui s’invente dans leurs luttes – afin de le leur restituer ». Nulle ambition de diriger ces luttes, mais plutôt celle de « leur apporter les moyens de déployer la créativité qui s’y exerce et d’en prendre conscience pour qu’elles se dirigent elles-mêmes ».

16Lyotard, qui rejoignit SouB en 1954, en exprime ici, sans aucun doute, quelques-uns des thèmes fondamentaux. Il faut toutefois rappeler que ces positions furent le fruit d’élaborations progressives, parfois discordantes. Elles ne se trouvent pas, en l’occurrence, telles quelles dans les premières années du groupe. De ce point de vue, restituer les commencements de cette histoire permet également de mettre en relief ses enjeux.

17On l’a évoqué, les débuts de SouB, dans l’après-guerre, anticipaient l’avènement proche d’une troisième guerre mondiale entre puissances bureaucratiques totalitaires, sorte de catastrophisme auquel le groupe doit en partie son nom. Or, de cette perspective, qui entretient avec la barbarie un rapport qu’il n’est pas trop difficile d’identifier, il n’est pas évident de déduire une possibilité socialiste dans le sens défini par le groupe. SouB, notamment sous la plume de Castoriadis, s’attendait à une situation de crise majeure qui poserait objectivement aux yeux des masses la nécessité de leur intervention ou les conduirait à la soumission et au déclin. Pourtant, il s’agit là d’une occasion, non d’un facteur suffisant en soi pour anticiper de manière crédible l’auto-organisation révolutionnaire des travailleurs.

  • 15 Par exemple, la concentration et la prolétarisation des travailleurs par les exploiteurs ainsi que (...)
  • 16 Dans cette veine, Castoriadis s’essaya même à composer une « phénoménologie de la conscience prolé (...)

18Pour répondre à ce problème et asseoir ses prévisions, SouB recourait, outre des références classiques à Marx15, à l’hypothèse d’une maturation historique de l’expérience du prolétariat. Grâce à celle-ci, une large prise de conscience de la voie à suivre pour supprimer l’exploitation s’avérait probable. Selon cette idée, la conscience prolétarienne des intérêts de classe, toujours présente quoique obscurément au départ, aurait traversé historiquement différentes phases, se traduisant par des attitudes politiques différentes. Chacune d’entre elles constituait une négation mais aussi un dépassement de la précédente. Si la conscience prolétarienne n’avait pas clarifié à ce jour le contenu de son objectif émancipateur, c’est la négation de la phase bureaucratique qui pourrait l’y conduire, l’amenant à la compréhension de la nécessité de la gestion directe et de l’autonomie16.

19Parant aux objections d’idéalisme, SouB indiquait que la possibilité de ce dépassement et de cette histoire progressive ne résidaient pas dans une mémoire qui devrait, en ce cas, s’étaler sur des décennies et dont le sujet concret ne pourrait être le commun des travailleurs. Chacune de ces étapes idéologiques a modelé l’action du prolétariat qui, quant à lui, a modifié, à chaque fois, la réalité sociale. L’objectivité de la société est donc aussi le résultat de l’intégration de ces différentes phases. En conséquence, la négation concrète de la situation présente, qui perpétue l’exploitation, réalise le dépassement de toutes les étapes antérieures de ce cheminement et indique la voie. Cette idée, qui peut paraître aujourd’hui optimiste, impliquait donc que la prochaine étape de la conscience révolutionnaire conduirait enfin au socialisme.

  • 17 Voir Castoriadis (C.), « La direction prolétarienne » in L’expérience du mouvement ouvrier, tome 1 (...)

20SouB tenta, non sans mal, de définir le rôle exact qu’il pourrait jouer à l’égard de ce processus. Avant de parvenir aux développements évoqués par Lyotard, ces discussions suscitèrent dès 1951 une première opposition entre Castoriadis et Lefort, qui prit momentanément ses distances. Lefort combattait les termes même de la proposition de Castoriadis, qui voulait transformer SouB en organisation militante à part entière, en parlant dans les premiers temps d’un rôle de « direction révolutionnaire17 ». Castoriadis défendait l’idée de direction révolutionnaire car elle était inséparable dans son esprit de celle d’une avant-garde exprimant une vérité théorique, désignant en toute clarté les problèmes de l’époque et l’action à accomplir pour les résoudre. Par la théorie, le groupe était censé avoir accédé à un stade que, de fait, le prolétariat n’avait pas encore atteint par lui-même. En attendant la révolution, où les masses coïncideraient avec l’avant-garde, celle-ci devait montrer l’exemple, et diffuser son idéologie et son programme pour aider le prolétariat à prendre conscience de ses intérêts.

  • 18 Lefort (C.), « Le prolétariat et sa direction » in Eléments d’une critique de la bureaucratie, op. (...)

21Prenant au sérieux l’idée d’une expérience par laquelle le prolétariat accéderait par ses propres moyens à la maturité révolutionnaire, Lefort considérait artificielle et dangereuse l’idée de ce regroupement séparé de la classe. Revendiquant sur lui une préséance de droit, nécessairement amené à légitimer, de fait, un pouvoir futur, ce parti ne tolérerait des organismes de base, sur un mode pédagogique, que lorsqu’ils tendraient à se trouver d’accord avec lui. Lefort ajoutait que « l’histoire fait justice de ces édifices illusoires qui s’intitulent direction révolutionnaire en les ébranlant périodiquement18 ».

22La polémique aboutit en 1958 au départ définitif de Claude Lefort et d’autres membres, comme Henri Simon, en désaccord sur l’opportunité de construire, à partir de SouB, une organisation révolutionnaire plus structurée. Pourtant, ce conflit de 1958 n’était pas une simple redite de celui du début de la décennie entre Lefort et Castoriadis. Ce dernier abandonna en cours de route l’idée de « direction révolutionnaire », pour élaborer ses nouvelles positions, qu’il défendit, notamment, avec Lyotard. Le rôle d’une organisation révolutionnaire était plutôt d’aider et de faciliter la créativité ouvrière en lui présentant la perspective socialiste, inspirée de son expérience et de ses luttes. Conçue comme catalyseur, celle-ci devait favoriser la volonté et les idées des travailleurs, étant entendu qu’une fois entrés en action, ils rendraient nécessairement caduques les formulations antérieures sur le contenu de ce projet. De ce point de vue, l’organisation révolutionnaire ne pouvait se comporter en avant-garde. Plus fondamentalement, cette nouvelle position de SouB témoignait aussi d’une remise en question conséquente de ses cadres de pensée, dans le sens d’un rôle accru donné à l’autonomie et à la créativité qui s’y exerce.

23SouB s’inscrivait explicitement dans la tradition marxiste. Pourtant, il ne cessa de l’interroger et finalement de la subvertir, pour aboutir dans les années soixante à une remise en cause frontale. Dès 1952, Lefort publia par exemple « L’expérience prolétarienne », un texte très critique envers l’objectivisme économique, traduisant aussi l’influence phénoménologique de Merleau-Ponty, dont il fut l’élève puis l’ami. Lefort refusait de considérer le prolétariat comme un simple chaînon d’un système déterministe, sans que l’on puisse lui imputer en propre quoique ce soit d’imprévisible. De plus, il estimait que son idéologie ne devait pas être traitée en simple apparence trompeuse, comme si seules les conditions matérielles d’existence comptaient pour l’interprétation de la vie sociale. Au contraire, il lui importait de valoriser la description de la conscience et du vécu du prolétariat ainsi que les effets de son action dans une histoire constituée d’une pluralité de possibles.

  • 19 Castoriadis (C.), « Le contenu du socialisme, III » in L’expérience du mouvement ouvrier, tome 2, o (...)

24Dans la même optique, Castoriadis en vint à interroger les « structures logiques et épistémologiques » du marxisme, « nullement des formes neutres, indépendantes de contenu » puisqu’elles pouvaient traduire des modes de pensée hérités de l’idéologie traditionnelle. Ces structures exprimeraient en l’occurrence « de façon antagonique et contradictoire des attitudes, des comportements, des visions du sujet et de l’objet qui ont leur équivalence dialectique dans les rapports sociaux du capitalisme19 ». Il en résulte un aveuglement devant la créativité et l’imprévisibilité de la lutte des classes. Un certain marxisme a, en effet, à l’instar du mode de pensée bourgeois, besoin du postulat de la réification de la force de travail. En supposant sa transformation effective en marchandise, il peut ainsi construire sa théorie sur un modèle mathématico-physique et chercher dans l’analyse du capitalisme les lois scientifiques de son écroulement. Castoriadis s’attachait donc à montrer en détail, sur le plan de la théorie économique marxiste, que rien ne garantissait la tendance à la hausse du taux d’exploitation ou les crises de surproduction, à partir de l’idée que la lutte des classes peut peser sur la répartition du produit net entre salaires et profit.

  • 20 Castoriadis (C.), « Sur le contenu du socialisme, I » in Le contenu du socialisme, Union générale d (...)

25La libéralisation très relative du régime russe après la mort de Staline et la « détente » internationale amenèrent aussi Castoriadis, et plus généralement SouB, à rompre plus fermement avec les schémas trop déterministes et « économicistes » qui l’animaient antérieurement. L’aspect policier et totalitaire n’était par exemple pas déductible de l’infrastructure économique du capitalisme bureaucratique et l’imprévisibilité de la lutte des classes comptait aussi pour comprendre l’évolution interne et les rapports internationaux d’un régime. Cette réflexion sur la société débouchait également sur un intérêt pour l’unité caractéristique qui la constitue, à travers, par exemple, la complémentarité des types de rapports sociaux qui se font jour dans « l’usine capitaliste, la famille patriarcale, la pédagogie autoritaire, la culture aristocratique20 ».

  • 21 Ibidem, p. 81.
  • 22 Castoriadis (C.), « Sur le contenu du socialisme, I » in Le contenu du socialisme, op. cit., p. 95
  • 23 Ibidem.
  • 24 Ibid.

26Au cours de ces années cinquante, SouB affirma donc vouloir « prendre l’idée d’autonomie au sérieux, en tirer les implications à la fois théoriques et pratiques21 ». Assez rapidement, cette idée d’autodétermination, concrétisée dans le projet de gestion directe de l’économie et de la vie sociale, ne fut plus séparée de celle de créativité. Il fallait reconnaître que le contenu de l’activité révolutionnaire des masses aurait nécessairement des traits originaux et imprévisibles. Par ailleurs, l’approfondissement de la notion d’autonomie prit la forme d’une réflexion sur l’aliénation où la notion de création prenait un autre sens. L’aliénation est l’asservissement de l’homme à ses propres créations, aux produits de son activité, « objets ou institutions », voire même « attitude intérieure ». Cette domination signifie que les produits de l’activité de l’homme paraissent étrangers à ce dernier, « prennent face à lui une existence sociale indépendante22 ». Au contraire, l’autonomie instaure un rapport différent à cette création, un rapport de liberté, en tant que l’objectivation est toujours « consciemment reprise, affirmée à nouveau ou détruite23 ». Le socialisme peut donc être défini comme « la suppression de l’aliénation en tant que reprise perpétuelle, consciente et sans conflits violents, du donné social », qui est une création humaine24.

  • 25 « Sur le contenu du socialisme, II » in Le contenu du socialisme, op. cit., p. 107.

27Pourtant, le point sur lequel insista peut-être le plus SouB était l’autonomie créatrice du prolétariat, non seulement dans les périodes révolutionnaires, mais quotidiennement, au travail, dans sa lutte permanente contre la tentative du capitalisme de le transformer en objet et pur exécutant. La rationalité de la bureaucratie était dénoncée comme pseudo-rationalité, à partir notamment de témoignages de Daniel Mothé, un des rares ouvriers du groupe, ou des apports de sociologues du travail. Il s’agissait de démontrer qu’une direction qui prétendrait décider rationnellement a priori, même à partir d’une information exhaustive et de prévisions adéquates, cas impossible, était condamnée à l’échec. En effet, en tant que direction bureaucratique exploiteuse, elle se prive de la pleine adhésion des producteurs qui donnent un contenu social de lutte à son irrationalité. Freiner le rendement, masquer le travail réel, taire des informations ou même des idées d’amélioration pour éviter une augmentation de la cadence sont, par exemple, des pratiques quotidiennes dans le monde du travail, supposant une organisation informelle et une lutte implicite. Plus encore, l’incapacité de la direction, au surplus souvent divisée elle-même en cliques et clans, à parer aux erreurs et manques, l’oblige dans les faits à s’appuyer sur la créativité et l’auto-organisation des ouvriers pour s’adapter aux exigences de la situation. En ce sens, SouB considérait comme une contradiction fondamentale du capitalisme bureaucratique ce fait qu’il « crée nécessairement la tendance des hommes vers l’autonomie en même temps qu’il est obligé de la supprimer25 ». Partagé entre la transformation nécessaire des producteurs en objet et son besoin de sujets, le capitalisme n’est plus possible que dans sa propre contestation, l’existence de tendances contradictoires dont aucune ne saurait disparaître sans qu’il s’effondre.

28Evidemment, SouB ne se satisfaisait pas de ces germes de luttes antibureaucratiques, il souhaitait que celles-ci prennent la forme d’une lutte ouverte contre le capitalisme, conscient que ce passage n’avait rien d’automatique. Celles-ci étaient par contre suffisantes pour alimenter la crédibilité de l’hypothèse du groupe, selon laquelle une intensification et un élargissement des luttes, s’ils se produisaient, conduiraient les masses vers les solutions d’auto-organisation. Il s’agissait de montrer que l’idée d’une maturation des travailleurs vers l’autonomie, face à la bureaucratie, était si peu improbable qu’elle se déroulait déjà quotidiennement, sous une forme certes partielle et balbutiante. De ce point de vue, à une échelle beaucoup plus importante, les événements hongrois de 1956 galvanisèrent le groupe, puisque cette révolte contre la bureaucratie russe revendiqua l’instauration de Conseils ouvriers, semblant confirmer les prédictions du groupe, avant, malheureusement, d’être sévèrement réprimée.

29Comme on le voit, SouB a toujours essayé de nourrir sa volonté de transformation sociale de l’étude de la réalité sociale et ses analyses témoignèrent d’une originalité remarquable. Il est pourtant tout aussi certain que les formidables espoirs que le groupe a pu alimenter n’ont pas été réalisés. De ce point de vue, l’absence de luttes significatives au moment de la fin de la IVe République et de l’instauration du régime gaulliste en France, qui fournissait l’occasion d’une crise sociale et politique d’ampleur, déçut particulièrement le groupe.

  • 26 « Le parti révolutionnaire. Résolution », SouB no°2, mai-juin 1949, p. 99. Cité in Gottraux (P.), (...)

30Malgré la richesse de ses analyses et, probablement, de l’expérience pour ceux qui y participèrent, son expérience, comme organisation révolutionnaire, se solda également par un échec. Marquer avec insistance l’identité « militante » du groupe pour la distinguer d’une présentation trop étroitement intellectuelle est légitime mais ne doit pas aboutir à masquer les difficultés de SouB à être autre chose, dans les faits, qu’un groupe de discussion éditant, finalement assez classiquement, une revue de critique sociale. Castoriadis déplorait, dans les commencements, cette « ambiguïté objective » de son quotidien, qui la faisait osciller entre un « point de départ » à « la formation d’une organisation prolétarienne révolutionnaire » et « un amas d’individus servant de comité de rédaction à une revue plus ou moins académique26 ».

  • 27 Voir Gottraux (P.), « Socialisme ou Barbarie ». Un engagement politique…, op. cit., p. 103.
  • 28 Ibidem, p. 104.

31Cette situation peut sembler avoir évolué entre 1958 et 1962, après le départ des opposants à l’idée de construire une organisation politique à part entière. Un journal est créé, Pouvoir ouvrier, destiné à fédérer plus largement que la revue et à contribuer ainsi à la création et au renforcement de la nouvelle organisation, qui portera également ce nom. L’espace de deux numéros (nos 33 et 34), la revue SouB se voit même accolé le sous-titre « Revue théorique de l’organisation Pouvoir Ouvrier27 ». L’organisation a déployé une certaine activité dans les universités, par exemple autour de la contestation contre la guerre d’Algérie, dans les auberges de jeunesse et a joué un rôle dans une poignée d’entreprises par l’intermédiaire d’adhérents isolés. Mais son nombre de militants, entre une petite dizaine et une cinquantaine à Paris, plus autant à son meilleur moment dans le reste de la France, a toujours été fort restreint28. De plus, une nouvelle crise survint concernant l’orientation pratique de la dite organisation, qui aboutit à la nouvelle scission de 1963. Certains, dont Lyotard et Souyri, se réclameront désormais de Pouvoir ouvrier de façon totalement séparée de la revue SouB. Après cet épisode, la dynamique proprement organisationnelle du groupe ne fédère plus et tend même à décliner.

  • 29 « Préface à l’édition de 1990 » in La société bureaucratique, op. cit., p. 9.

32Le conflit interne débouchant sur la seconde scission fut d’abord suscité par un texte de Castoriadis intitulé « Le mouvement révolutionnaire sous le capitalisme moderne », publié en 1960 après d’assez longues querelles préalables. Il est frappant de constater qu’en 1990 Castoriadis continuait de renvoyer à cet article, initiant des analyses sur la société contemporaine qu’il approfondirait ultérieurement29. Plus généralement, ce texte peut être considéré comme le début d’une phase de radicalisation de sa mise à distance du marxisme, débouchant sur les réflexions ultérieures pour lesquelles il est connu comme philosophe et penseur critique. Après la scission de 1963, SouB se consacre d’ailleurs surtout à un travail théorique et à sa publication, en organisant des débats ou en ouvrant ses colonnes à des intellectuels extérieurs, comme Edgar Morin. C’est de cette époque, aussi, en 1964-1965, que date la rédaction par Castoriadis de la future première partie de L’institution imaginaire de la société, texte plus théorique et philosophique témoignant d’un travail approfondi de réflexion, à distance des impératifs immédiats de l’action.

  • 30 « Introduction » in La société bureaucratique, op. cit., p. 43.

33Revenant ultérieurement sur l’épisode de la scission, Castoriadis a pu s’étonner de la réaction de ses opposants, comme Lyotard, d’accord avec les critiques antérieures du marxisme traditionnel et qui, toujours selon Castoriadis, « ayant jusqu’alors accepté pas après pas les prémisses, refusaient maintenant la conclusion30 ». Au-delà de la question presque biographique de la cohérence interne de chacun, il parait pourtant compréhensible, aujourd’hui, que les positions de Castoriadis aient pu troublé d’autres membres de SouB, sans apparaître nécessairement comme la suite logique des précédentes. Les remises en causes antérieures de l’objectivisme marxiste portaient un regard neuf, finalement porteur d’espoir, sur l’imprévisibilité ou la créativité de la lutte des classes, de l’autonomie, en en dévoilant dans la réalité sociale des expressions parfois insoupçonnées. Or, l’objet de ce nouveau texte de Castoriadis partait d’un constat sombre, occasionné au départ par l’installation sans heurt du régime gaulliste, mais dont la portée n’était pas uniquement conjoncturelle.

34En ce début d’années soixante, l’auteur pointait du doigt l’apathie politique prolongée des travailleurs, élément incontournable de ce qu’il désignait comme « capitalisme moderne », en utilisant pour la première fois l’expression de « privatisation des individus ». Cette expression cherchait à témoigner de l’indifférence de la population aux affaires politiques, mais aussi plus généralement d’une nouvelle forme de socialisation, renforçant le sentiment de chacun, en dehors des nécessités du travail, de n’être qu’un individu privé, éloigné de toute vision ou action collectives. Plus particulièrement, le prolétariat semblait avoir cessé d’être une classe « pour soi », au sens où il n’apparaissait plus comme une classe cherchant explicitement à renverser la société d’après une conception propre.

35Castoriadis rattachait cette situation à des transformations profondes du capitalisme, qui réclamaient de rompre avec l’analyse marxiste. Ses analyses, très liées au contexte de cette époque, insistent sur des faits tels que la résorption relative du chômage, l’augmentation régulière des salaires ouvriers et ses conséquences pour l’instauration d’une consommation de masse. Une idée fondamentale est que le capitalisme a réglé, de façon irréversible, le problème de ses crises économiques, par les luttes ouvrières qui ont imposé, par exemple, des augmentations de salaire, mais aussi par l’expérience des classes dominantes qui les conduit à adopter une nouvelle politique. Admettant le principe d’une responsabilité générale de l’État, se donnant les moyens d’assumer les objectifs économiques de croissance et de plein emploi, le capitalisme tend, par un processus de bureaucratisation accrue, à contrôler les différentes sphères de l’activité sociale (entreprise, parti, syndicat, loisirs...). Par sa logique d’organisation et de rationalisation, la tendance profonde de ce capitalisme bureaucratique est la hiérarchisation et l’aliénation, au service d’un objectif d’expansion économique qui achète, en quelque sorte, la docilité des travailleurs par la promesse d’une augmentation du niveau de vie. Ce processus bureaucratique produit l’irresponsabilité en masse et achève la destruction des valeurs, ou significations sociales.

  • 31 « Recommencer la révolution » in Socialisme ou Barbarie, op. cit., p. 291.

36La question que posait cette situation concernait la possibilité de maintenir la crédibilité de la perspective révolutionnaire ou, dans un tel cas, le contenu éventuel qu’il importait de lui donner. Dans ses réponses, Castoriadis reprenait beaucoup d’éléments déjà acceptés par SouB. Il réaffirmait la contradiction fondamentale du capitalisme, son besoin, dans la production mais aussi ailleurs, d’empêcher et en même temps de s’appuyer sur l’auto-organisation et la créativité des travailleurs. Celles-ci étaient toujours considérées comme porteuses de potentialités plus globales pour la lutte antibureaucratique. La « rationalité » et « l’organisation » de la bureaucratie n’étaient donc toujours que pseudo-rationalité et pseudo-organisation, ce que n’aurait pas pu comprendre quelqu’un comme Max Weber, par exemple. De même, il fallait considérer la destruction des normes sociales comme un processus contradictoire, dont pourrait potentiellement émerger une aspiration plus forte à l’autonomie, contestant les valeurs capitalistes elles-mêmes. Castoriadis réaffirmait aussi que la situation rendait possible une solution socialiste, grâce à « l’accumulation des conditions objectives d’une conscience adéquate31 », c’est-à-dire l’intégration dans la réalité sociale du résultat des luttes de classe antérieures, créant les conditions de leur dépassement. Sur le plan pratique, Castoriadis estimait en conséquence qu’il fallait mettre davantage l’accent sur la contestation de la hiérarchie et de l’aliénation, puisque les revendications économiques étaient intégrées au système. De plus, le projet révolutionnaire ne devait pas s’en tenir au domaine de la production, il concernait aussi les couches sociales intermédiaires et devait inclure toutes les dimensions de l’existence, d’où un intérêt plus prononcé pour les luttes des femmes, des jeunes, relatives à l’éducation, à l’urbanisme, etc.

  • 32 Philippe Gottraux rapporte dans son livre les critiques de Philippe Guillaume, Vega et Lyotard dan (...)
  • 33 « "La rationalité" du capitalisme » in Figures du pensable, Le Seuil, coll. « La couleur des idées (...)

37L’ensemble des thèses de Castoriadis suscitèrent un malaise et essuyèrent des critiques en interne sur quelques axes, qui ne donnèrent pas lieu à des textes d’orientation dans la revue32. Aujourd’hui, il peut sembler que des traits de cette description, très liée à la période des « trente glorieuses », ont quelque peu vieilli. Depuis le milieu des années 1970, et de façon toujours plus nette au cours des décennies suivantes, les délocalisations industrielles, le chômage de masse et la précarisation des conditions de travail et de vie d’un pan significatif de la population ont reposé les conditions d’une dégradation économique, voire suscité un sentiment d’insécurité sociale très éloigné de l’« optimisme » économique des années 1960. Castoriadis lui-même sera amené, au cours des années 1990, a reconnaître que l’emprise des politiques néolibérales a rendu leur liberté aux mouvements du capital, transformant l’économie mondiale, suivant son expression, en « casino planétaire33 ». La théorie du capitalisme moderne de Castoriadis se présentait donc à tort comme une présentation de transformations irréversibles du capitalisme. Elle prenait plutôt en compte la configuration du moment.

  • 34 Boltanski (L.) et Chiapello (È.), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

38Dans ce contexte, le relatif dénigrement des revendications économiques, comme l’augmentation de salaire, au profit des revendications contre la hiérarchie et l’aliénation, peuvent paraître témoigner d’un manque de vigilance quant à un changement de politique possible des classes dirigeantes. Or, la récupération par le capitalisme et, en l’occurrence, du management des thèmes de l’auto-organisation et de créativité, transformant les modes hiérarchiques bureaucratiques et rigides par des formes plus participantes au projet de l’entreprise, ont, comme le pensent Luc Boltanski et Eve Chiapello34, peut-être servi d’écran à une remise en cause des protections salariales plus classiques. Cela n’a rien à voir, à la lettre, avec le socialisme et l’idée d’autonomie de Castoriadis, mais témoigne de difficultés que ses analyses du capitalisme moderne n’anticipaient pas, du moins sous cette forme.

  • 35 Socialisme ou Barbarie, op. cit., p. 234

39Finalement, ce qui peut frapper dans ces analyses, c’est la coexistence d’éléments assez sombres ou pessimistes, auxquels les lecteurs du Castoriadis ultérieur sont habitués, avec le maintien d’une perspective immédiate plus positive. Le pourfendeur du conformisme généralisé et de la montée de l’insignifiance attache aux idées de la maturation de la lutte des classes et à la présence des luttes pour l’autonomie dans le système une importance qu’il ne cessera de dévaluer. De fait, il n’est pas interdit de voir un providentialisme discutable dans l’affirmation que la lutte des travailleurs les conduirait à la solution de l’autonomie. Castoriadis faisait preuve d’une véritable acuité, en repérant des thèmes de contestation qui allaient exploser notamment en mai 68. Mais en en faisant une sorte d’étape ultime de la lutte anticapitaliste, il pouvait sembler réintroduire subrepticement un reste de finalisme hégélien, bien que l’objectivisme et le rationalisme soient dénoncés frontalement. Or, c’est précisément le constat que ces conceptions « optimistes » sont fausses que l’on retrouve dans la lettre de suspension, en fait d’autodissolution de SouB, en 1967. Il est rappelé que « l’expérience historique depuis un siècle, et cela à tous les niveaux, des plus abstraits aux plus empiriques, interdit de croire aussi bien à un automatisme positif de l’histoire qu’à une conquête cumulative de l’homme par lui-même en fonction d’une sédimentation du savoir » mais aussi qu’aucune garantie ne s’oppose à « l’immense capacité des hommes à se leurrer sur ce qu’ils sont et ce qu’ils veulent35 ». De fait, relève le texte, penser que les tendances gestionnaires qui s’expriment au travail pourraient progresser vers une remise en question plus générale des relations sociales s’est avérée une espérance déçue.

  • 36 Voir « La suspension de la publication de Socialisme ou Barbarie » in Socialisme ou Barbarie. Anth (...)

40Constat était donc fait d’une forme d’impasse. Évoquant les « éléments intellectuels » et les « éléments ouvriers » que le groupe a tenté d’intéresser, ce texte déplore finalement l’attitude de « consommateurs passifs d’idée » des premiers, qui serait « compatible avec le rôle et les visées d’une revue de style traditionnel » mais pas avec le projet de SouB. Quant aux seconds, ils sont décrits comme malheureusement peu réceptifs aux perspectives politiques du groupe, qui semblent leur paraitre « obscures, gratuites et démesurées ». De manière générale, si le groupe a attiré beaucoup de jeunes, la lettre soupçonne même qu’il y ait eu un « malentendu », dans la mesure où la « révolte affective » ou le « besoin de rompre l’isolement » n’auraient pas assez fait place à une adhésion ferme à son projet révolutionnaire36.

41Claude Lefort, lorsqu’il est revenu, bien plus tard, sur les motifs de son abandon des positions de SouB, a pu évoquer l’influence du livre de Merleau-Ponty, Les aventures de la dialectique, paru en 1955. Il lui semblait que, dans le marxisme, y compris le sien, s’appuyer sur le prolétariat pour délivrer la société de toute domination impliquait une conception dialectique de l’histoire injustifiable. Celle-ci donnait à l’avance au prolétariat le rôle de porteur des fins universelles de l’humanité et supposait que la négativité de son action était porteuse d’un dépassement de tout antagonisme social. La notion de révolution apparaissait dès lors comme ce point de rupture mythique où se livre le sens de l’histoire et sa fin, dans l’idée d’une pleine maîtrise de la société sur elle-même, mettant un terme définitif aux étapes successives de son aliénation. Ne prenant plus au sérieux cette conception, Lefort insistera, dans sa théorie de la démocratie moderne, sur l’indétermination et la fécondité de la conflictualité sociale, en supposant que ces divisions ne pouvaient pas être dépassées. Il voulait marquer, à l’aide notamment de Machiavel, la spécificité des régimes politiques démocratiques, qui vivent justement de l’explicitation et de la mise en scène de leurs désaccords internes, à travers les débats ou les conflits sociaux.

  • 37 Gottraux (P.), Socialisme ou Barbarie, op. cit., p. 143.
  • 38 Lyotard (J. F.), La guerre des Algériens, op. cit., p. 36.
  • 39 Ibidem, p. 38.

42Rejeter le providentialisme hégélo-marxiste n’implique certes pas nécessairement de partager les conclusions de Lefort. Il est, en tout cas, certain que se positionner par rapport aux conséquences de ce problème est un des héritages que nous oblige à affronter l’histoire de SouB. La réflexion ultérieure de Castoriadis consistera à montrer que le social-historique n’obéit pas à une logique de la nécessité quelconque, puisqu’il est le domaine créateur du collectif anonyme, de l’imaginaire instituant, ce qui n’empêche pas d’essayer de repérer les tendances provisoires d’une conjoncture ou d’une époque. Or, au prix d’une certaine orthodoxie, Lyotard avait d’abord rejeté l’idée de Castoriadis d’une privatisation des individus, car il l’a jugée opposée à l’idée de « mouvement de l’accumulation conscientielle » des travailleurs et donc oublieuse des « conditions objectives du passage au socialisme37 ». Cette mise de côté de la dialectique ne pouvait conduire, estimait-il, qu’à un simple volontarisme existentiel et à l’abandon de la perspective révolutionnaire. Elle devait donc être rejetée. Si l’on peut dire, la prise de distance ultérieure de Lyotard avec le marxisme tire des mêmes prémisses des conséquences différentes. Puisque le processus dialectique n’était qu’un « grand récit », la perspective d’émancipation qu’il portait était également sans objet. En théorisant le « postmoderne », Lyotard jugera donc que c’en est fini « de toute perspective révolutionnaire38 », mais aussi qu’il « faut que la pensée se plie à l’évidence que les grands récits d’émancipation », quels qu’ils soient « ont perdu leur intelligibilité et leur substance39 ». Il s’agissait d’établir un constat sur l’époque, parfois réconcilié avec les transformations du temps parfois guère plus optimiste que celui de Castoriadis, mais aussi de prendre une position philosophique plus fondamentale, invalidant le projet critique lui-même. Face au discours dialectique totalisant et unitaire, Lyotard, dont le parcours fut assez sinueux, s’est ultérieurement montré sensible à l’incommensurabilité, aux différends qu’occasionnent la multiplicité des jeux de langage, à l’intraitable qui s’y fait jour, mais en se dégageant de toute véritable perspective critique, sur le plan proprement social ou politique.

43Un inconvénient possible de ce type de réflexions, en laissant de côté le cas de Lyotard, serait d’entraîner, au nom de l’impuissance, un indifférentisme aux transformations sociales contemporaines, qui laisserait, par exemple, la voie totalement ouverte à une dégradation des conditions de vie dues au capitalisme. De son côté, Castoriadis a tout de même tenté d’assumer conjointement un constat peu porteur d’espoir sur l’époque et l’idée que le projet d’autonomie gardait de sa pertinence. Celui-ci pouvait continuer à animer une critique, consciente de ses limites, dans l’attente de transformations sociales plus favorables. L’autonomie ne devait pas être considérée dans son acceptation mythique d’une réconciliation universelle. Être autonome, c’est être capable de se donner sa loi, pour une société, c’est se savoir la source de ses institutions, normes, valeurs et règles, et se mettre en position de pouvoir les transformer ou en instituer d’autres, sachant que la transparence en la matière est exclue d’avance. Si le projet d’autonomie est apparu historiquement, c’est en tant que création particulière et fragile et cette signification a été décisive dans certaines phases de l’histoire, comme dans la démocratie antique grecque, la modernité européenne ou les débuts du mouvement ouvrier, entraînant des transformations considérables. Castoriadis considérait que notre époque avait été marquée par le déclin de cette signification.

44Aujourd’hui, l’échec du groupe SouB empêche, quoiqu’il en soit, d’en faire un modèle pratique. D’autres formes d’action doivent être inventées, plus pragmatiques, ce qui ne veut pas dire sans un horizon de transformation générale, ne serait-ce qu’hypothétique. Il reste pourtant de cette histoire une exigence de penser notre temps, le réflexe d’y interroger les perspectives possibles pour la critique sociale et le problème d’un projet d’émancipation à redéfinir.

Bibliographie

Bibliographie

Boltanski (L.) et Chiapello (E.), Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, coll. « NRF essais », 1999, 843 p.

Castoriadis (C.), L’expérience du monde ouvrier, tome 1. Comment lutter, Union générale d’éditions, coll. « 10/18 », 1974, 445 p.

Castoriadis (C.), L’expérience du mouvement ouvrier, tome 2, Prolétariat et organisation, Union générale d’éditions, coll. « 10/18 », 1974, 445 p.

Castoriadis (C.), Capitalisme moderne et révolution, tome 2, Le mouvement révolutionnaire sous le capitalisme moderne, Union générale d’éditions, coll. « 10/18 », 1979, 318 p.

Castoriadis (C.), Le contenu du socialisme, Union générale d’éditions, coll. « 10/18 », 1979, p. 100.

Castoriadis (C.), La société bureaucratique, Christian Bourgois, 1990, 491 p.

Castoriadis (C.), La montée de l’insignifiance, Seuil, coll. « La couleur des idées », 1996, 240 p.

Castoriadis (C.), L’institution imaginaire de la société, Seuil, coll. « Points-essais », 1999, 540 p.

Castoriadis (C.), Figures du pensable, Seuil, coll. « La couleur des idées », 1999, 302 p.

Castoriadis (C.), Histoire et création. Textes philosophiques inédits (1945-1967), Seuil, 2009, 301 p.

Collectif, Socialisme ou Barbarie. Anthologie, Acratie, 2007, 341 p.

Delmotte (F.), Autonomie, vérité et création dans la philosophie de Castoriadis. Socialisme ou Barbarie : praxis et marxisme, mémoire de maîtrise de philosophie (dir. C. Berner), Lille 3, 2003.

Delmotte (F.), Le problème de la perspective d’émancipation selon Castoriadis, Lyotard et Lefort, mémoire de DEA d’études politiques (dir. V. Descombes), EHESS, 2005.

Gottraux (P.), « Socialisme ou Barbarie ». Un engagement politique et intellectuel dans la France de l’après-guerre, Payot, 1997, 427 p.

Lefort (C.), Éléments d’une critique de la bureaucratie, Gallimard, 1979, 371 p.

Lefort (C.), Le temps présent, Belin, coll. « Littérature et politique », 2007, 1041 p.

Lyotard (J.-F.), La guerre des Algériens. Écrits 1956-1963, Galilée, coll. « Débats », 1989, 285 p.

Lyotard (J.-F.), Pérégrinations, Galilée, coll. « Débats », 1990, 133 p.

Merleau-Ponty (M.), Œuvres, Gallimard, coll. « Quarto », 2010, 1848 p.

Notes

1 Désormais cité SouB.

2 Castoriadis (C.), La société bureaucratique, Christian Bourgois, 1990, p. 7.

3 Ibidem, p. 21.

4 Merleau-Ponty revient sur cet épisode dans Les aventures de la dialectique, repris in Merleau-Ponty (M.), Œuvres, Gallimard, coll. « Quarto », 2010.

5 Voir Castoriadis (C.), « Sartre, le stalinisme et les ouvriers » in L’expérience du monde ouvrier, 1, Union générale d’éditions, 1974, « Rideau sur la métaphysique de l’histoire » in La société bureaucratique, op. cit., et Lefort (C.), « La méthode des intellectuels progressistes » in Éléments d’une critique de la bureaucratie, Gallimard, coll. « Tel », 1979.

6 Voir Castoriadis (C.), « Les rapports de production en Russie » in La société bureaucratique, Christian Bourgeois, 1990.

7 Voir « Socialisme ou Barbarie » in La société bureaucratique, op. cit.

8 Ibidem, p. 139.

9 Voir la préface de Daniel Blanchard à l’anthologie Socialisme ou Barbarie, Ed. Acratie, 2007. Philippe Gottraux insiste aussi sur la tension entre champ militant et champ intellectuel dans son livre : Gottraux (Ph.), « Socialisme ou Barbarie ». Un engagement politique et intellectuel dans la France de l’après-guerre, Payot, 1997. Castoriadis lui-même rappelle sa dette au groupe dans un « Avertissement », au début de La société bureaucratique, op. cit.

10 Castoriadis (C.), « Recommencer la révolution » in L’expérience du mouvement ouvrier, tome 2, Union générale d’éditions, coll. « 10/18 », 1974, p. 313.

11 Castoriadis (C.), L’institution imaginaire de la société, Seuil, coll. « Pointsessais », 1999, p. 112.

12 D. et G. Cohn-Bendit cités par Castoriadis dans La montée de l’insignifiance, Seuil, coll. « La couleur des idées », 1996, p. 34.

13 Selon Philippe Gottraux, le pic des ventes de la revue se situe au début des années soixante et se rapproche tout de même des 1000 exemplaires par n°.

14 Lyotard (J.-F.), La guerre des Algériens. Écrits 1956-1963, Galilée, coll. « Débats », 1989, p. 35 et s.

15 Par exemple, la concentration et la prolétarisation des travailleurs par les exploiteurs ainsi que la rapidité des changements techniques et organisationnels dans le capitalisme devaient renforcer leur unité et donner le sens de la relativité des rapports sociaux.

16 Dans cette veine, Castoriadis s’essaya même à composer une « phénoménologie de la conscience prolétarienne », avec une référence à Hegel assez transparente. La conscience typique du prolétaire y parcourt les phases successives de la conscience politique jusqu’à aboutir au stade suprême de la « conscience révolutionnaire absolue ». Celle-ci est présentée comme le terme du dépassement des contradictions des phases de la révolte, du réformisme, de l’anarchisme, du parti révolutionnaire et de la bureaucratie. Ce texte n’a pas été publié à l’époque et est repris dans La société bureaucratique, op. cit., p. 95-105.

17 Voir Castoriadis (C.), « La direction prolétarienne » in L’expérience du mouvement ouvrier, tome 1, Union générale d’éditions, coll. « 10/18 », 1974.

18 Lefort (C.), « Le prolétariat et sa direction » in Eléments d’une critique de la bureaucratie, op. cit., p. 70.

19 Castoriadis (C.), « Le contenu du socialisme, III » in L’expérience du mouvement ouvrier, tome 2, op. cit., p. 13-14.

20 Castoriadis (C.), « Sur le contenu du socialisme, I » in Le contenu du socialisme, Union générale d’éditions, coll. « 10/18 », 1979, p. 100

21 Ibidem, p. 81.

22 Castoriadis (C.), « Sur le contenu du socialisme, I » in Le contenu du socialisme, op. cit., p. 95

23 Ibidem.

24 Ibid.

25 « Sur le contenu du socialisme, II » in Le contenu du socialisme, op. cit., p. 107.

26 « Le parti révolutionnaire. Résolution », SouB no°2, mai-juin 1949, p. 99. Cité in Gottraux (P.), « Socialisme ou Barbarie ». Un engagement politique et intellectuel dans la France de l’après-guerre, Payot, Lausanne, 1997, p. 30.

27 Voir Gottraux (P.), « Socialisme ou Barbarie ». Un engagement politique…, op. cit., p. 103.

28 Ibidem, p. 104.

29 « Préface à l’édition de 1990 » in La société bureaucratique, op. cit., p. 9.

30 « Introduction » in La société bureaucratique, op. cit., p. 43.

31 « Recommencer la révolution » in Socialisme ou Barbarie, op. cit., p. 291.

32 Philippe Gottraux rapporte dans son livre les critiques de Philippe Guillaume, Vega et Lyotard dans « Socialisme ou barbarie », op. cit., p. 138-144.

33 « "La rationalité" du capitalisme » in Figures du pensable, Le Seuil, coll. « La couleur des idées », 1999, p. 65.

34 Boltanski (L.) et Chiapello (È.), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

35 Socialisme ou Barbarie, op. cit., p. 234

36 Voir « La suspension de la publication de Socialisme ou Barbarie » in Socialisme ou Barbarie. Anthologie, op. cit., p. 232-233.

37 Gottraux (P.), Socialisme ou Barbarie, op. cit., p. 143.

38 Lyotard (J. F.), La guerre des Algériens, op. cit., p. 36.

39 Ibidem, p. 38.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540