Version classiqueVersion mobile

Mélanges de littérature en hommage à Albert Kies

 | 
Claudine Gothot-Mersch
, 
Claude Pichois

III. Varia

Esthétisme, esprit nouveau, avant-garde : La Licorne d’Anvers

Raymond Pouilliart

Texte intégral

  • 1 Une coupure de journal, sans indication de titre ni de date, produit ce renseignement. Elle est con (...)
  • 2 Jean de Boschère ou le mouvement de l’attente. Étude biographique et critique, Bruxelles, Palais de (...)
  • 3 Voir le discours prononcé à l’Académie flamande de langue et littérature par P. van Tichelen le 31 (...)

1Les circonstances dans lesquelles a pris corps le projet de La Licorne. Recueil de littérature et d’art restent entourées d’obscurité. Pour avoir été brève, l’existence de cette revue n’en a pas moins dû être passionnée et passionnante : braquée sur le présent autant que sur le passé, fondamentalement moderne, elle était ouverte sur l’avenir. Au départ, trois jeunes hommes ont uni leurs ferveurs esthétiques, leurs idées, leurs ressources pécuniaires ; peut-être aussi celles de leur famille. Jean Hostie était un juriste, spécialisé dans le droit maritime. Marc S. Villiers dessinait ; était-il Français ? Belge ? un amateur ou non ? l’absence de son nom dans les dictionnaires des artistes nous inviterait à pencher pour la première hypothèse. Arriva-t-il avec un léger retard à collaborer à la direction de la revue ? Cachait-il son vrai nom sous un pseudonyme ? Une mention trop brève, peut-être erronée, parue dans La Belgique active, associe à ses deux partenaires un certain H. Schmitz1. Arthur Henry Cornette, en revanche, est mieux connu ; M. Christian Berg lui consacre plusieurs paragraphes de sa thèse substantielle sur Jean de Bosschère2. Ajoutons-y quelques éléments en forme de synthèse rapide. Né à Anvers, fils d’un peintre lettré et possesseur d’une très riche bibliothèque, Cornette a accompli ses études à l’Athénée d’Anvers, il est docteur en droit de l’Université Libre de Bruxelles ; en marge de sa profession d’avocat, il enseigne depuis 1911 à l’École des Beaux-Arts de sa ville ; il sera plus tard directeur du Musée Royal des Beaux-Arts d’Anvers, enseignera à la section d’art et d’archéologie de l’Université de Bruxelles. Il est engagé dans la lutte politique et sociale : De Week, un hebdomadaire de la libre-pensée flamande, est assuré de sa collaboration3. Nous ignorons comment ces trois jeunes hommes se sont rencontrés, et aussi le tirage de leur revue, annoncé dès le début comme « limité au nombre des souscripteurs » ; ceci laisserait entendre qu’ils n’envisagent pas une vente au numéro — aucun prix n’est signalé pour celui-ci. L’on peut imaginer que les relations de Cornette et de son père ont facilité le lancement. Les trois amis se sont adressés à Buschmann : installé à Anvers, il imprimait des volumes pour la Bibliothèque de l’Occident, de Paris, avec laquelle ils étaient en rapport ; et il œuvrait dans la tradition de la typographie élégante du Kelmscott Press anglais, inspiré de William Morris, à qui Cornette vouait de l’admiration, étant bien informé de la vie culturelle à Londres. La firme sera représentée sur la couverture arrière par sa dénomination anglaise, The Bushman Press, ornée d’une vignette, un homme des bois, nu, tenant de la main droite le tronc d’un arbre qui porte à son sommet une unique fleur ; de l’autre, un objet, fruit ou tortue.

2Le double feuillet de lancement inséré dans le premier Cahier affiche d’emblée une volonté d’élitisme :

Sans prétendre le moins du monde toucher l’intérêt de nos contemporains abondamment pourvus de manuels pratiques et d’éditions à bon marché, La Licorne se flatte de paraître pour l’agrément « of the happy few », de ces privilégiés qui ont des loisirs et dont c’est le trait d’aimer, par dessus tout, les entretiens inutiles.

3Ce dilettantisme, qui se souvient de Stendhal, se situe dans un vaste courant aristocratique, évoqué brièvement :

Que leur sort les attache à Moscou, à Londres, à Florence ou à Pesth, c’est à ces curieux qu’elle médite de s’adresser si leur goût les convie à sortir du temps présent, à disputer librement d’art et à préférer toujours au banal butin d’anthologie quelque divine médaille enfouie, dont il faut effacer avec soin la poudre et la rouille.

4Ces joyaux, les directeurs de La Licorne iront les chercher dans plusieurs pays. Le mot même de « recueil », dans le titre, indique que la priorité est accordée aux textes d’auteurs, non à des comptes rendus. Et le genre même qu’ils élisent alors doit déconcerter : ni la poésie, ni le roman, ni le théâtre ne constituent la pâture offerte en premier lieu par eux au lecteur ; l’essai requiert avant tout leur regard :

Ce mode d’expression étant mieux que tout autre susceptible de traduire par sa souple et concise élégance les plus subtiles nuances de la culture moderne [...]. On lira donc dans chacun de ces cahiers des essais variés ; on y trouvera aussi des récits, des réflexions sur le piquant des mœurs et le vif des caractères, le tout mélangé de portraits, de pointes et de menus propos ; on y verra de plus une exposition d’images d’un dessin raffiné. Des fois, la main du « connoisseur » ira toute seule retirer de l’oubli une page mémorable, dont la vertu est de ne pas vieillir, et ce sera la « Vitrine de l’amateur ».

5La revue se veut donc rhapsodique, en quelque sorte, dans le sens où cette catégorie esthétique, bien définie aujourd’hui par Wladimir Jankélévitch, suppose, dès qu’on oublie ses origines musicales populaires, l’absence de clôture imposée par une forme contraignante et régulière ; la pensée se donnera libre cours par une bigarrure délibérée. Est présente aussi une tradition anglaise : l’essai constituait Outre-Manche, plus qu’en France, un genre florissant et qui avait ses titres de noblesse. Une liberté analogue s’affirme dans le choix des langues :

La Licorne, présumant le bien de ses lecteurs, suppose que les langues leur sont familières et que, devant les classiques, ils ne boudent pas plus qu’un « graduate » d’Oxford.

6Les textes seront offerts « autant que possible » dans leur forme originelle ; rhapsodique, la revue l’est donc aussi par la juxtaposition du français, de l’anglais, de l’allemand. Elle l’affirmera par le style des illustrations, nullement passées au crible d’une école ou d’un groupe. Compte seule la qualité.

7Faut-il chercher dans cet élitisme et dans cette diversité les raisons qui feront avorter rapidement cette entreprise ? Elle n’alla pas au-delà du premier volume ; et encore est-il incomplet. Six Cahiers annuels étaient prévus. Le premier, de soixante-neuf pages, paraît le 15 mai 1911 ; la Bibliographie de Belgique le signale. Un numéro double voit le jour le 15 octobre ; il comporte cent quatorze pages ; le quatrième Cahier sort de presse plus d’un an plus tard, le 30 novembre 1912 ; c’est le dernier. Les amis des directeurs ont-ils été trop peu nombreux ? Le choix des textes, téméraire, parce qu’il était insolite, a-t-il déconcerté les lecteurs éventuels ? Le prix de l’abonnement était-il trop élevé pour un public bourgeois, conservateur dans ses goûts ? Il était fixé à vingt-cinq francs pour la Belgique et la France, à vingt marcs [sic] pour l’Allemagne, à vingt couronnes pour l’Autriche, à douze florins et demi pour la Hollande, à une guinée pour la Grande-Bretagne, à cinq dollars pour les États-Unis : cette énumération donne la mesure du rêve conçu par les trois directeurs. Et où se trouvent les dix exemplaires de grand luxe sur papier impérial du Japon, coûtant cinquante francs ?

  • 4 Cf. notre article Avez-vous lu Chalupt ? dans Marche Romane, numéro spécial Histoire littéraire, Ho (...)
  • 5 Avant tout peintre, il est rarement cité pour ses activités littéraires. Ses petits drames ont pour (...)
  • 6 Le nom de l’auteur n’est pas cité : Richard Pearse Hope.

8Le souci évident de l’élégance s’exprime dans les exemplaires courants : ils sont imprimés en caractères elzévir gras sur papier à la cuve « des manufactures royales Van Gelder Zonen », dans le format propatria in-quarto, avec des lettrines et des vignettes dessinées par Villiers, qui n’y appose pas ses initiales ; bleues dans le premier et le dernier Cahier, elles sont vertes dans le deuxième. Dû à Villiers aussi, le frontispice représente une licorne dans un double cercle ; il nous semble inspiré par celui du Recueil pour Ariane, que dirige à Paris un riche amateur, René Chalupt4 : un double cercle y entoure le « pavillon dans un parc » que nomme le sous-titre. Buschmann diffuse les deux premiers Cahiers ; imprimé par ses soins, le quatrième est disponible à la Librairie Nationale d’Art et d’Histoire G. Van Oest, place du Musée à Bruxelles ; c’est là un signe que la vente s’est avérée insuffisante. Secrétaire de la rédaction, Villiers recevait la correspondance d’abord Longue rue neuve à Anvers ; en 1912 il a son domicile à Bruxelles, avenue Henri Dietrich. Si la licorne subsiste dans le dernier Cahier à la page de titre, elle disparaît à la page de couverture, maintenant blanche, d’un papier vergé identique à celui des pages, mais entourée d’une jaquette de papier léger, à rabats, et ornée d’un dessin imprimé en forme de tapisserie ; des lignes parallèles de cœurs juxtaposés, bleugris, y sont séparées par un motif lie-de-vin et rose. La publicité se voit accorder une place : pour des raisons pécuniaires ? ou gratuite, appelée par la seule intention de signaler au lecteur quelques textes rares ? Les titres ont été évidemment triés : The Poetry Review, fondé à Londres en janvier 1912 ; Rhythm, dans la même ville ; The Mask, la revue de théâtre, éditée à Florence par Arna Goldoni ; L’Occident, que dirige à Paris Adrien Mithouard ; Le Recueil pour Ariane. Sous l’enseigne « The old curiosity shop », le dernier feuillet mentionne des publications anglaises récentes : un volume de pièces pour théâtre miniature de Jack Butler Yeats, le frère du grand poète et dramaturge irlandais5 ; de lui encore et de quelques amis A Broadsheet, illustré de dessins coloriés à la main ; un recueil de ballades étranges, orné de vingt-cinq dessins de Vernon Hill6 ; le second portefeuille de gravures du célèbre théoricien du théâtre E. Gordon Craig. Ces trois feuillets additionnels ne s’écartent pas de la ligne esthétisante de la revue ; au contraire : les œuvres ainsi signalées sont rares, leur esprit s’apparente à l’art nouveau, sauf celui de L’Occident ; et leur présentation est assurée avec une coquetterie évidente, sur un fin papier de soie, transparent et résistant, orné d’un filigrane très visible, dessinant des échassiers en plein vol. Même près de quitter la scène, la revue ne concède presque rien sur le chapitre de l’élégance.

  • 7 On consultera sur lui l’essai d’Antonio Mor, Christian Beck (Roma, Editrice Studium, [1953]).
  • 8 Mentionné dans l’encart, un nom appelle un petit commentaire. Le Freiherr von Gebsattel, annoncé· c (...)

9Des amis, écrivains, artistes, ont été pressentis ou semblent avoir promis leur collaboration, si l’on en croit le texte de l’encart de lancement. Ainsi Christian Beck, qui vient de publier à Liège, à quarante exemplaires, Le papillon, Journal d’un romantique7 ; en outre, Charles Bernard, anversois, critique d’art. Connu pour ses cartons de vitraux, l’Américain Selwyn Image, alors âgé de soixante ans, vit à Londres et y a publié, entre autres, Poems and carols en 1894. Né à Saint-Pétersbourg en 1860, Constantin Somoff est peintre et réside à Londres depuis 1905 : la revue cherche non pas à lancer de jeunes talents, mais à faire connaître des artistes trop peu connus. Les littératures flamande et hollandaise auront leur place : en témoignent, dans l’énumération des projets, les noms d’Ary Delen, de Jan Greshoff, de Geerten Gossaert. Du côté des peintres et des graveurs, voici Valerius de Saedeleer, George Minne, Jan Toorop, Gustaaf van de Woestijne ; ils seront célèbres ; Verpilleux, P. N. van Eyck, Henry Thaon n’acquerront pas la notoriété. Les ballets russes constituent depuis 1909 un des grands événements parisiens ; pourquoi ne reproduirait-on pas un extrait ou un commentaire de De nieuwe danskunst de Lily Green et Andreas Pavley ? Point n’est besoin de commenter les noms d’Alfred Douglas, de Lawrence [sic] Sterne, de Geo Brummel esq. : l’on entrevoit les pistes prévues pour les articles. Certains thèmes sont clairs, d’autres énigmatiques. Que représente celui des Pirates ? Celui des Dandys évoque immédiatement le nom de Byron, de Barbey d’Aurevilly, de Brummel ; et Robert de Montesquiou vient de publier Les Paons avec une couverture signée Lalique. The Great Plague of London renvoie à Daniel Defoe. Avec un article sur Novalis ou un extrait de ses œuvres, La Licorne aurait pris place dans le mouvement qui, depuis Maeterlinck, portait en pleine lumière le grand romantique allemand. Si l’on perçoit mal les lignes de force du thème « Grenade au XVIe siècle », celui des « Voyages imaginaires » anticipait de quelque quarante ans sur la collection que lancera Stock en 1947, avec Gulliver, les Aventures de Gordon Pym, L’île au trésor, Alice au pays des merveilles, le Vathek de Beckford, Niels Klim de Holberg, outre Cervantès et Cyrano de Bergerac : le tirage est limité ; les illustrateurs sont de qualité ; pour Alice, il s’appelle Jean de Bosschère ; serait-ce un hasard ? Enfin, inscrire à son programme, en 1911, une étude sur Soren Kierkegaard et sur Stefan George, ou la publication d’un extrait de leur œuvre, c’était s’affirmer prophète8.

10Les réalisations confirment que ces projets reposaient sur une base solide et sur une information très vaste touchant l’Europe de l’intelligence et de l’art. Les joueurs de James Ensor, datant de 1883, annoncent par leur facture un expressionnisme qui prend forme après 1900. Malgré de nettes différences de style, cet art s’apparente à celui du dessin du peintre américain Joseph Pennell, un ami de Whistler ; sous le titre bigarré La sierra del fuego. The lake of fire Charleroi est proposée à notre regard l’image puissante de l’usine moderne en action ; c’est l’équivalent graphique des visions que Verhaeren projette dans ses poèmes récents ; tel critique du temps a très bien perçu le rapport. Les lecteurs cultivés connaissaient les illustrations d’Emil Preetorius publiées dans le célèbre Simplicissimus allemand ; La Promenade, en jaune et noir sur fond blanc, caricature la bourgeoisie, à la limite du « bon goût ». Villiers confie au deuxième Cahier ses Jeux de cirque, au style très simple et linéaire ; les teintes sont uniformes, jouant sur le contraste du blanc — les visages et la licorne, qui remplace le cheval de l’arène — avec le noir des sabots de l’animal et du haut-de-forme des dresseurs, et le vert de leur habit. Son Pégase, au Cahier IV, donne une version moderniste de l’animal mythologique : sur le tracé filiforme de l’animal et de l’amazone se détache l’unique petite tache rouge de la pommette ; même le soleil est blanc. Les gravures de Jean de Bosschère illustrent deux « métiers divins », L’horloger et Le potier, dans le premier Cahier ; le suivant offre quatre bois, en ocre et noir, pour Le petit livre d’images, dans le style hiératique ancien.

  • 9 Auteur de deux romans publiés en volumes, d’une pièce de théâtre en un acte, d’un petit essai sur G (...)

11La rubrique « La Vitrine de l’amateur » a deux fois sa place. René Boylesve évoque le souvenir de Pierre de Querlon9 ; centré sur l’homme, non sur son œuvre, le témoignage est assez traditionnel ; une longue phrase conclut sur le regret de voir moquer en ce temps l’art pour l’art et de voir ravaler la littérature au « rôle de servante d’une sociologie ou d’une morale ». Un article du premier Cahier, plus provocateur, avait attiré l’attention du lecteur sur la « fascinante figure de Thomas Griffith Wainewright, essayiste, amateur de camées et assassin » ; ce dilettantisme anarchisant s’apparente à celui d’Oscar Wilde, la source d’information sur ce personnage inconnu.

12Eût-elle connu une large audience, La Licorne aurait contribué à la renommée de Jean de Bosschère : le volume des Métiers divins verra le jour trois ans plus tard à Paris. Proche d’Adrien Mithouard par sa pensée, Edmond Pilon consacre au Décor français du Poussin un essai bien informé et passionné ; L’Occident y laisse une trace dans l’idéologie qui l’empreint, par l’insistance sur l’enracinement du peintre dans les sites normands qui, contemplés dans son enfance, seraient perceptibles jusque dans les tableaux qu’il a peints en Italie ; on reconnaît la nette réticence d’Adrien Mithouard à l’égard de la péninsule. Parmi les disciples inconnus de Barrès, il faudra compter Jean Hostie. Au contact du site ibérique, campagne ou cité, François Dampierre, le personnage de l’Essai sur l’Espagne, réagit d’une manière qui ne trompe pas : « L’Espagne possède la propriété d’exalter au degré de sa propre intensité les âmes en quête d’émotions ». L’Imitation est utilisée par lui dans un but de formation tout humaine : sur celui qui a été « un petit garçon trop nerveux et hautain » l’emprise du « culte du moi » est évidente. En revanche, Les prophètes de Myriam Lacy ne sont guère qu’un tableautin de la vie moderne à Londres, Hyde Park et ses orateurs laïcs qui discourent de religion.

  • 10 L’œuvre de Franz Blei est considérable. Alors âgé de quarante ans, il avait traduit en allemand des (...)

13Deux articles atteignent le niveau philosophique. Cornette et ses amis font œuvre de pionniers en reproduisant un fragment de Franz Blei, Aus einer Einleitung zu einem ungedrückten Buche. Réputé aujourd’hui encore dans les pays germaniques, cet écrivain n’a pas pénétré dans les terres de culture latine10. Il se dresse contre la conception et la pratique positivistes de l’histoire : elles ne peuvent mener qu’à une « contribution à la chrestomathie de l’habituel ». S’attachant à l’esprit des époques, Blei souligne le rôle exercé par le XVIIIe siècle, par Rousseau surtout, pour la formation de la mentalité du XIXe et du début du XXe siècle. Sans qu’on s’en aperçût alors, La Licorne se révèle plus prophétique encore en publiant un long extrait de Georg von Lukacs sur Charles-Louis Philippe, repéré dans Die Seele und die Formen, paru en 1910. D’une pierre Cornette fait deux coups : le nom de l’essayiste hongrois, alors dans sa phase idéaliste, était inconnu en Occident, celui du romancier français émergeait à peine du cercle restreint de La Nouvelle Revue Française, tout récemment fondée.

14Le contraste est net entre ces articles substantiels et celui d’Edmond de Bruyn, De la jupe divisée et de l’idéal grec : sa longueur, son érudition sont insolites dans la revue. Le directeur du Spectateur catholique, lui aussi Anversois, aurait-il été sollicité pour « meubler » le Cahier double II-III ? Ses cinquante-cinq pages, étayées de références, allèguent abondamment les autorités, historiens, archéologues célèbres, Schliemann, Reinach ; l’illustration, dessin et photographie, joue un rôle non d’ornementation, mais de démonstration. Mais l’ironie vient compenser cette science : s’amusant à comparer le vêtement féminin de la Grèce archaïque et la juge-pantalon récemment lancée par la mode, de Bruyn insère dans son étude un grain de fantaisie ; il rejoint ainsi la catégorie de l’essai.

  • 11 Né en 1869, ancien étudiant d’Oxford, il a publié Lyric Poems (1894), London Visions (1896), Porphy (...)

15Plus discrète, la place réservée à la poésie n’en est pas moins originale, sans qu’elle constitue l’objectif principal des directeurs. L’amitié et le titre d’Anversois n’expliquent pas seuls la présence de Jean de Bosschère dans ces pages : la qualité comptait avant tout. Les poètes français ici présentés se recrutent parmi les auteurs du second rayon : Rimbaud n’est pas cité. Edmond Pilon consacre à Dolorine et les ombres un des très rares articles qui saluèrent ce volume : il en perçoit la qualité poétique profonde. Ce lui est une occasion de rapprocher cette œuvre et le Livre qui fut la hantise de Mallarmé : il cite le poète du Faune et mentionne sa traduction du Corbeau illustrée par Manet : la parenté profonde entre la lettre et le graphisme a été très bien perçue tant chez Mallarmé que chez Bosschère. Le Catalpa de Mithouard offre encore du charme aujourd’hui : proche de L’Adieu à l’adolescence, ce poème est épicé d’un petit grain d’ironie qui ne cache pas la nostalgie profonde de l’enfance. Les vers de Jean-Marc Bernard se situent eux aussi dans le registre intime ; ils auront bientôt leur place dans Sub tegmine fagi. Dédié à son ami Chalupt, mélomane comme lui, G. Jean-Aubry apporte un poème en prose, Le sortilège, avec une épigraphe d’Arthur Symons, un des poètes aimés de Cornette ; l’hymne d’amour s’adresse simultanément à la femme et à la musique, indissociées ; un fil intertextuel le sous-tend, formé des titres des œuvres musicales préférées. Three poems from the Japanese, traduits en anglais par Laurence Binyon11, contrastent fortement avec ce registre tout intérieur : brefs, allusifs à l’extrême, ils se situent dans la ligne de la poésie objective. Nos dilettantes ne pouvaient pas deviner que, un an plus tard, en 1913, Stravinski composerait les Trois poèmes de la lyrique japonaise, au lendemain du Sacre du printemps. Pour être fortuite la coïncidence n’en est pas moins pleine de sens : l’esprit nouveau est à l’affût des textes qui correspondent à son attente, en quelque pays et dans quelque langue que ce soit.

16Issue de milieux lettrés, européens, polyglottes, ouverts à de larges horizons, La Licorne contient un témoignage précieux sur la vie culturelle d’Anvers au début de ce siècle. Davantage : ouverte au monde, elle est en avance, par plus d’un trait, sur le goût de la collectivité, même lettrée : son regard est braqué sur Paris, Londres, Berlin, Vienne, New York. Dernière rencontre, ultime hasard, prémonition involontaire : son titre et une partie de son projet se retrouveront dans la revue que Susana Soca dirigera en 1947-1948 à Paris. Dépourvue d’illustrations certes, La Licorne récente révèle à ses lecteurs des textes de pays divers et d’époques variées, présentés par d’excellents traducteurs : Jean Paulhan y commente Groethuysen qui disserte de Montaigne, Gongora voisine avec Hawthorne, Tertullien avec Moravia. Elle aussi eut la vie brève. Sua fata habent tituli ?

Notes

1 Une coupure de journal, sans indication de titre ni de date, produit ce renseignement. Elle est conservée à l’Archief en Museum voor Vlaamsch Cultuurleven d’Anvers. Le nom de Schmitz n’apparaît pas dans la revue. — Nos plus vifs remerciements vont à M. Ludo Symons, conservateur à la Bibliothèque de la ville d’Anvers, et à Madame S. Vervliet, secrétaire de la même institution, pour l’extrême obligeance avec laquelle ils nous ont proposé leur aide.

2 Jean de Boschère ou le mouvement de l’attente. Étude biographique et critique, Bruxelles, Palais des Académies, 1978. Lire surtout pour notre propos la fin du chapitre I et le chapitre II. Nous adoptons la graphie « Bosschère », la seule qui figure dans La Licorne.

3 Voir le discours prononcé à l’Académie flamande de langue et littérature par P. van Tichelen le 31 janvier 1945 à l’occasion du décès de Cornette et repris dans Koninklijke Vlaamsche Academie voor Taal-en Letterkunde. Verslagen en Mededelingen, 1945, p. 13 et suiv. ; en outre, la brochure sur les éditions Buschmann publiée par celles-ci et signalée par M. Berg.

4 Cf. notre article Avez-vous lu Chalupt ? dans Marche Romane, numéro spécial Histoire littéraire, Hommage à André Vandegans, t. XXIX, 1979, 1-2, p. 117-132.

5 Avant tout peintre, il est rarement cité pour ses activités littéraires. Ses petits drames ont pour titres : James Flaunty or the terror of Western Sea, The scourge of the gulf, The treasure of the garden. Cornette ne devait pas ignorer qu’il avait illustré en 1895 une édition du Journal de la peste à Londres de Defoe.

6 Le nom de l’auteur n’est pas cité : Richard Pearse Hope.

7 On consultera sur lui l’essai d’Antonio Mor, Christian Beck (Roma, Editrice Studium, [1953]).

8 Mentionné dans l’encart, un nom appelle un petit commentaire. Le Freiherr von Gebsattel, annoncé· comme un futur collaborateur de La Licorne, se prénomme, probablement, Viktor Emil. Né en 1883, cet anthropologue est l’auteur de Moral in Gegensätze. Dialektische Legenden, qui, paru en 1911, a dû frapper immédiatement l’attention de Cornette. Blei cite, sans commentaire, le nom de Gebsattel dans l’extrait que publie de lui La Licorne.

9 Auteur de deux romans publiés en volumes, d’une pièce de théâtre en un acte, d’un petit essai sur Gourmont, Querlon était mort en 1904 à vingt-quatre ans.

10 L’œuvre de Franz Blei est considérable. Alors âgé de quarante ans, il avait traduit en allemand des œuvres de Claudel, de Suarès, de Marcel Schwob, de Wilde ; on lui doit une étude sur Félicien Rops et une sur Novalis en 1904 et, cette même année, Die galante Zeit und ihre Ende. Venait de paraître en 1911 Das Rokoko. Variationen über ein Thema.

11 Né en 1869, ancien étudiant d’Oxford, il a publié Lyric Poems (1894), London Visions (1896), Porphyrion (1898). Ses connaissances approfondies dans le domaine de l’art oriental lui feront confier en 1913 la direction du département des manuscrits orientaux du British Museum.

Auteur

Professeur émérite de l’Université catholique de Louvain

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search