Version classiqueVersion mobile

Mélanges de littérature en hommage à Albert Kies

 | 
Claudine Gothot-Mersch
, 
Claude Pichois

III. Varia

Rousseau et Flaubert : une source de L’Éducation sentimentale dans les Confessions1

Claudine Gothot-Mersch

Texte intégral

  • 1 Pour la facilité, nous citons Flaubert dans l’édition des Œuvres complètes en deux volumes, Paris, (...)

1Jean-Jacques Rousseau est mentionné une vingtaine de fois dans la Correspondance de Flaubert. En octobre 1838, celui-ci — qui n’a pas encore dix-sept ans — écrit à son ami Chevalier qu’il est en train de lire les Confessions — , en avril 1880, un mois avant sa mort, travaillant au Xe chapitre de Bouvard et Pécuchet, il se fonde sur une phrase de la Botanique de Rousseau pour réclamer obstinément à ses informateurs, non seulement le nom d’une famille de plantes qui n’ait pas de calice, mais aussi, dans cette famille, « une exception à l’exception ».

  • 1 Ce passage figure à la dernière page du chapitre 4 de la IIIe partie (Œuvres complètes, t. I, p. 66 (...)
  • 2 Voir la note de Jean Bruneau dans la Correspondance, Pléiade, t. II, p. 1121 (note 2 de la page 204 (...)
  • 3 Voir René ROUAULT de la VIGNE, L’inventaire après décès de la Bibliothèque de Gustave Flaubert, Rou (...)

2Pour le même chapitre, il relit l’Émile, qu’il avait lu déjà en mai 1855 et qui lui avait fourni immédiatement quelques lignes pour le chapitre de Madame Bovary qu’il était alors en train de rédiger : « Moi », dit M. Homais, « je trouve que les mères doivent instruire elles-mêmes leurs enfants. C’est une idée de Rousseau, peut-être un peu neuve encore, mais qui finira par triompher, j’en suis sûr, comme l’allaitement maternel et la vaccination »1. Quelques mois plus tard, en octobre 1855, Flaubert avait lu (« rude lecture ») La Nouvelle Héloïse. Si l’on excepte ce qui est probablement une citation approximative de la Lettre à d’Alembert2 (« mais il fallait faire rire le parterre, comme dit Rousseau »), toutes les autres références sont aux Confessions. Il est évident que Flaubert a lu aussi d’autres textes de Rousseau, dont il possédait d’ailleurs les œuvres complètes dans sa bibliothèque3 : les premières pages de Novembre évoquent irrésistiblement les Rêveries d’un promeneur solitaire, et L’Éducation sentimentale comme Bouvard et Pécuchet impliquent la lecture du Contrat social. Mais les Confessions occupent, dans la Correspondance, une place privilégiée.

  • 4 Correspondance, Conard, t. V, p. 337. Lettre de novembre 1867.

3Sur le style de Rousseau, Flaubert n’a jamais varié : « voilà la vraie école du style » déclare-t-il à Ernest Chevalier quand il lui recommande, en 1838, les Confessions ; en 1855, tout en trouvant l’Émile un « baroque bouquin comme idées », il reconnaît que « c’est écrit » ; et en 1867, proclamant qu’il n’a pas les défauts du citoyen de Genève, il ajoute : « ni son style, hélas ! »4. Mais pour le reste, son attitude évolue du tout au tout.

  • 5 Les débuts littéraires de Gustave Flaubert, 1831-1845, Paris, Armand Colin, 1962, p. 33-34.
  • 6 Correspondance, Pléiade, t. I, p. 32-33. Lettre du 30 novembre 1838.
  • 7 Ibid., p. 233. Lettre du 26 mai 1845.
  • 8 Voir Jean Bruneau dans Correspondance, Pléiade, t. I, p. 961 (note 3 de la page 233). On trouvera l (...)
  • 9 Correspondance, Conard, supplément I, p. 14 et note 2. Lettre du 7 novembre 1856.
  • 10 Œuvres complètes, t. II, p. 125.
  • 11 Gustave FLAUBERT, Souvenirs, notes et pensées intimes, Paris, Buchet-Chastel, 1965, p. 67. Voir aus (...)

4Adolescent, Flaubert, comme le dit Jean Bruneau5, fait dans Rousseau et quelques autres la découverte du mal du siècle. Il reconnaît en Jean-Jacques une âme fraternelle, une sensibilité qui provoque la sienne : « C’est [dans les Confessions] que son âme s’est montrée à nu. Pauvre Rousseau, qu’on a tant calomnié, parce que ton cœur était plus élevé que celui des autres, il est de tes pages où je me suis senti fondre en délices et en amoureuses rêveries6. » Quelques années plus tard, de passage à Genève, il va faire un pèlerinage à la statue du grand homme, au pied de laquelle se donne justement un concert : « J’ai frissonné ; le son des trombones et des flûtes m’allait aux entrailles. » Et il ajoute : « J’ai pensé au théâtre, à l’orchestre, aux loges pleines de femmes poudrées, à tous les tressaillements de la gloire et à ce paragraphe des Confessions : ’Jean-Jacques tu doutais, toi qui quinze ans plus tard, haletant, éperdu...’7. » La citation n’est pas littérale, mais il s’agit du passage où Rousseau, racontant le concert désastreux de Lausanne, y oppose la gloire que devait connaître plus tard Le Devin de village « devant le roi de France et toute sa cour »8. Cette représentation triomphale racontée dans les Confessions restera pour Flaubert l’image du bonheur suprême auquel peut atteindre un écrivain ; lors de la première de Madame de Montarcy, tout enfiévré par le succès de son cher Bouilhet, il fait savoir à un ami commun que « les belles pleureuses des premières loges, comme dit Jean-Jacques, n’ont pas manqué9 » — et la même formule se retrouve dans L’Éducation sentimentale, parmi les pensées qui viennent à Frédéric lorsqu’il visite Fontainebleau10. Or, toute sa vie, depuis l’époque où il jouait la comédie sur le billard de ses parents jusqu’à celle du Château des cœurs et du Candidat, Flaubert a désespérément souhaité être un auteur dramatique à succès. Un passage des Souvenirs, notes et pensées intimes est parfaitement clair là-dessus : « Quand j’avais dix ans, je rêvais déjà de gloire — [...] je songeais à une salle pleine de lumière et d’or, à des mains qui battent, à des cris, à des couronnes. On appelle l’auteur — l’auteur c’est bien moi, c’est mon nom, moi-moi-moi — on me cherche dans les corridors, dans les loges, on se penche pour me voir — la toile se lève, je m’avance, — quel enivrement ! on te regarde, on t’envie, on est près de t’aimer !11. »

5Dans ces lignes, qui datent des années 1838-1841, il n’est pas difficile de déceler, mêlé aux fantasmes personnels de Flaubert, un souvenir assez net des Confessions (passage au tutoiement comme dans l’évocation du concert ridicule, finale attendrie : « on est près de t’aimer »). Si Gustave est transporté par certaines pages de Jean-Jacques, c’est sur lui-même qu’il s’émeut : lecture d’identification.

  • 12 Correspondance, Pléiade, t. II, p. 359. Jean Bruneau signale que l’expression de Rousseau est « cot (...)
  • 13 Ibid., p. 594.

6La même remarque peut être faite quand la Correspondance évoque, à deux reprises, une « conjuration d’Holbachique » à propos de Melaenis : parce que Bouilhet n’a pas été payé par la Revue de Paris puis, deux ans plus tard, parce que La Presse refuse un article de Flaubert sur le livre de son ami. Si Rousseau avait tort de se croire persécuté de parti pris, lit-on la première fois, il l’était en quelque sorte naturellement : « comme Rousseau devait bien heurter tout ce XVIIIe siècle de beaux messieurs, de beaux esprits, de belles dames et de belles manières ! Quel ours lâché en plein salon ! Chaque mouvement qu’il faisait lui faisait tomber un meuble sur la tête, il dérangeait. Or tout ce qui dérange est meurtri par les angles des choses qu’il déplace. Et je ne compte pas les coups de pied au cul donnés au pauvre ours, ni les chaînes, ni la bastonnade, et les sifflets, et le rire des enfants12. » Et, à la seconde occasion : « Je tourne au Rousseau. Nous finirons par croire à une conjuration d’Holbachique, tu verras13. » Raillant en lui-même, comme en Rousseau, la manie de la persécution, Flaubert voit assez juste — lui, l’éternelle victime de la bêtise humaine. Et lorsqu’il décrit longuement un Rousseau dérangeant, ours des salons, il n’est évidemment pas sans penser à son propre personnage.

  • 14 Ibid., p. 508-509. Lettre du 15 janvier 1854.
  • 15 Ibid., p. 856. Lettre du 28 décembre 1858.

7Dès 1854 cependant, des réticences se manifestent, et en termes fort vifs. Reprochant à Louise Colet d’avoir gâté La Servante par un ton moralisateur, Flaubert ajoute : « Ne sens-tu pas que tout se dissout, maintenant, par le relâchement, par l’élément humide, par les larmes, par le bavardage, par le laitage. La littérature contemporaine est noyée dans les règles de femme. Il nous faut à tous prendre du fer pour nous faire passer les chloroses gothiques que Rousseau, Chateaubriand et Lamartine nous ont transmises14. » Quelques mois plus tôt, stigmatisant de même les prétentions morales, les écrivains « qui ont voulu être utiles et qui ont chanté pour une cause », il réglait déjà leur compte à Chateaubriand, Lamartine et Béranger ; en 1858, il écrit à Ernest Feydeau, à propos de Daniel : « Tu tiens à établir tes idées et tu prêches souvent. Tu me diras que c’est exprès, tu as tort, voilà tout ; tu gâtes l’harmonie de ton livre, tu rentres dans la manie de presque tous les écrivains français, Jean-Jacques, G. Sand15. »

  • 16 Ibid., p. 584.
  • 17 Correspondance, Conard, t. V, p. 335.
  • 18 Ibid., t. IV, p. 364.
  • 19 Ibid., t. V, p. 344. Lettre du 15 décembre 1867.
  • 20 Ibid., p. 348-349. Lettre de décembre 1867.

8Ce que Flaubert reproche alors à Rousseau, c’est donc de faire la morale, c’est-à-dire de s’attendrir, de s’amollir. Ce défaut, il le stigmatise aussi, et peut-être plus précisément, par les termes de sensibilité et de sentiment. Dès 1855 il raille Bouilhet de ce qu’il est sensible à la manière de Rousseau16. Mais c’est en 1867, au moment où il écrit L’Éducation sentimentale, qu’il développe largement ce point de vue. Remerciant Michelet pour le dernier volume de son Histoire de France, il marque son accord avec le jugement sévère de l’historien sur l’auteur du Contrat social : « Bien que je sois dans le troupeau de ses petits-fils, cet homme me déplaît. Je crois qu’il a eu une influence funeste. C’est le générateur de la démocratie envieuse et tyrannique. Les brumes de sa mélancolie ont obscurci dans les cerveaux français l’idée de droit17. » Il y revient à deux reprises, avec un parallèle Voltaire-Rousseau (« J’aime le grand Voltaire autant que je déteste le grand Rousseau18 », écrivait-il dès 1859-1860) : « Si on avait continué par la grande route de M. de Voltaire, au lieu de prendre par Jean-Jacques, le néo-catholicisme, le gothique et la fraternité, nous n’en serions pas là19 » ; « au lieu de suivre la grande route de M. de Voltaire, c’est-à-dire celle de la Justice et du Droit, on a pris les sentiers de Rousseau, qui, par le sentiment, nous ont ramenés au catholicisme. Si on avait eu souci de l’Equité et non de la fraternité, nous serions haut. Mais je m’arrête sur cette matière que je commence à connaître, car je l’ai étudiée à fond pour mon livre20. »

  • 21 Dans L’Éducation sentimentale, la fraternité est invoquée par Sénécal, Dambreuse, la Vatnaz, Deslau (...)

9Ainsi, aux yeux de Flaubert, la démocratie héritière de Rousseau, en choisissant pour guide non pas le droit et la justice mais le sentiment, s’est trouvée engagée dans la voie du despotisme, moyen d’imposer ses valeurs idéologiques ; elle n’a donc en rien servi la liberté — retrouvant au contraire l’esprit à la fois moralisateur et normatif du catholicisme. De plus, une fois affaiblie la notion d’équité, le gouvernement populaire ne pouvait être dirigé que par l’envie (encore un sentiment) ; la fraternité tant prônée21 n’était qu’un mythe sans avenir.

  • 22 « Passion et politique dans L’Education sentimentale », dans Flaubert, la Femme, la Ville (Paris, P (...)

10Cette analyse du rôle néfaste de Rousseau est menée, Flaubert l’annonce lui-même, en vue de L’Éducation sentimentale. Comme l’a montré Michel Crouzet dans ce qui est sans doute la meilleure étude sur la signification de ce roman22, l’idée centrale de l’Education est en effet que toute l’époque s’explique par l’hypertrophie du sentiment.

  • 23 Ceux qui figurent dans le Carnet 19, publié par Marie-Jeanne Durry dans Flaubert et ses projets iné (...)
  • 24 Le titre du livre prend dès lors une signification fort ambiguë : éducation du sentiment, mais auss (...)
  • 25 Que l’on compare avec Bouvard et Pécuchet :
    ... ils prirent le Contrat social de Rousseau.
    Pécuchet (...)
  • 26 Il est nommé à trois reprises « le socialiste », et deux fois « le républicain ».

11Dès les premiers scénarios23, alors que ceux-ci développent seulement l’histoire privée du héros à l’exclusion de la partie politique qui prendra ensuite tant d’importance, une note de dernière minute annonce, on le sait, cette thèse : « Montrer que le sentimentalisme (son développement depuis 1830) suit la Politique et en reproduit les phases ». Sentimentalisme : « manie de faire du sentiment » selon le Bescherelle24. Les chapitres 2 et 3 de la IIe partie du roman ne seront parfois que l’amplification des brèves remarques de la Correspondance. L’exposé théorique passe par deux personnages (mais de façon très différente ; dans L’Éducation sentimentale Flaubert est encore un romancier au sens plein du terme25 : Sénécal incarne le type même du socialiste nourri d’idéologie rousseauiste26, Deslauriers devient, le temps d’une tirade, le porte-parole de l’auteur.

12Sénécal :

  • 27 Œuvres complètes, t. II, p. 57. Pour l’analyse de ce passage, on se reportera également à la commun (...)

Il avait annoté le Contrat social. Il se bourrait de la Revue indépendante. II connaissait Mably, Morelly, Fourier, Saint-Simon, Comte, Cabet, Louis Blanc, la lourde charretée des écrivains socialistes, ceux qui réclament pour l’humanité le niveau des casernes, ceux qui voudraient la divertir dans un lupanar ou la plier sur un comptoir ; et, du mélange de tout cela, il s’était fait un idéal de démocratie vertueuse, ayant le double aspect d’une métairie et d’une filature, une sorte de Lacédémone américaine où l’individu n’existerait que pour servir la Société, plus omnipotente, absolue, infaillible et divine que les Grands Lamas et les Nabuchodonosors. Il n’avait pas un doute sur l’éventualité prochaine de cette conception ; et tout ce qu’il jugeait lui être hostile, Sénécal s’acharnait dessus, avec des raisonnements de géomètre et une bonne foi d’inquisiteur. Les titres nobiliaires, les croix, les panaches, les livrées surtout, et même les réputations trop sonores le scandalisaient, — ses études comme ses souffrances avivant chaque jour sa haine essentielle de toute distinction ou supériorité quelconque27.

13On remarquera d’abord que cette longue évocation des idées de Sénécal est entièrement présentée du point de vue d’un narrateur interventionniste, derrière lequel se profile ouvertement l’auteur ; contrairement à l’usage flaubertien, pas l’ombre — par exemple — d’une formule de style indirect libre qui pourrait créer une certaine ambiguïté en introduisant le point de vue du personnage.

  • 28 Bibliothèque Nationale, ms N. A. F. 23671, fo 138 recto.

14La première référence est au Contrat social — tout commence avec Rousseau, « générateur », rappelons-le, « de la démocratie envieuse et tyrannique ». Le paragraphe entier apparaît comme le développement de cette formule, et la hiérarchie même des deux adjectifs (l’un souligné, l’autre pas) se trouve respectée : la dernière phrase est consacrée à l’envie, le reste à la tyrannie. La référence à l’Inquisition parle d’elle-même ; pour le lecteur de La Tentation de saint Antoine, le nom de Nabuchodonosor également : celui-ci représente, aux yeux de l’ermite, la « folie du pouvoir »28.

  • 29 Œuvres complètes, t. II, p. 26-27.
  • 30 Ibid., p. 144.

15Flaubert a chargé de sens le moindre détail qui concerne Sénécal — dont le nom, déjà, évoque à la fois la vertu et l’intransigeance (c’est le couple rousseauiste : moralisme et tyrannie). Dans la conversation chez Frédéric qui suit la page qu’on vient de lire, Sénécal cite Rousseau (« A l’instar de Rousseau, il faisait plus de cas de la femme d’un charbonnier que de la maîtresse d’un roi ») et dénigre Voltaire (« il n’aimait pas le peuple »). S’il n’est pas d’un néo-catholicisme virulent, contrairement à certains membres du Club de l’Intelligence, Flaubert multiplie tout de même à son propos les allusions religieuses : sur la Révocation de l’Édit de Nantes et la Saint-Barthélemy, Sénécal déclare qu’on a « calomnié les pages » ; la Ligue, pour lui, était « l’aurore de la Démocratie, un grand mouvement égalitaire contre l’individualisme des protestants » ; la mention du Grand Lama, la comparaison de Sénécal à un inquisiteur ou celle, moins agressive et plus malicieuse, qui accompagne son entrée dans les appartements de Frédéric (« Sénécal se rembrunit, comme les cagots amenés dans les réunions de plaisir »), imposent plus ou moins discrètement le rapprochement socialisme-catholicisme. De sa première apparition dans le récit (où le répétiteur, dont le costume « sentait le pédagogue et l’ecclésiastique », affirme que l’Art a pour but « la moralisation des masses »29) à son entrée dans la police impériale, peu avant laquelle il s’est déclaré pour l’Autorité, allant jusqu’à s’écrier : « Vive la tyrannie, pourvu que le tyran fasse le bien !30 », Sénécal est le vivant témoignage des effets pernicieux du Contrat social.

  • 31 Ibid., p. 72-73.

16Quant à Deslauriers, sa grande tirade du chapitre suivant31 (trop longue pour qu’on la reproduise entièrement ici) commence, elle aussi, sur une évocation de Rousseau, présenté comme celui qui a arrêté le mouvement lancé par « les vieux du XVIIIe siècle », en traitant la politique par « la philanthropie, la poésie et autres blagues, pour la plus grande joie des catholiques » ; celui à cause de qui la république n’est qu’une monarchie déguisée, où s’exerce le même esprit tyrannique (le mot y est), dont Deslauriers fournit alors une série d’exemples : le Code civil, par lequel on a voulu modeler la société au lieu de « régulariser la coutume », la censure, l’intervention à l’étranger, etc. Et de conclure que dans le journal qu’il ambitionne de diriger, il faudrait attaquer toutes les institutions ; c’est le vieux fond anarchiste de l’auteur qui se manifeste là.

  • 32 Bibliothèque Nationale, ms N. A. F. 17611, fo 119 recto et 138 recto.

17Si l’on en vient au héros lui-même, la « manie de faire du sentiment » est évidemment caractéristique de sa personnalité ; Deslauriers le lui dit d’ailleurs dans l’épilogue, après avoir constaté qu’ils ont manqué leur vie tous les deux : « J’avais trop de logique, et toi de sentiment ». Mais les manuscrits du roman (qui ne sont accessibles que depuis quelques années, et n’ont guère été exploités jusqu’ici) nous font retrouver Rousseau, de façon inattendue, comme une source importante des aventures sentimentales de Frédéric. Car à deux reprise32 les scénarios font référence, « pour les deux amours simultanées » du héros, aux « Confessions de J. J. Rousseau, Mlle Vulson et Mlle Goton ».

18Au livre I des Confessions, Rousseau raconte en effet qu’à l’âge de onze ans il était devenu le « galant » attitré d’une demoiselle de Vulson, qui l’utilisait comme paravent ; à la même époque, il entretenait avec une enfant de son âge, la petite Goton, des relations fort différentes.

  • 33 Œuvres complètes, t. I, p. 129-130.

Je connais deux sortes d’amours très distincts [...] Tout le cours de ma vie s’est partagé entre ces deux amours de si diverses natures, et je les ai même éprouvés tous les deux à la fois ; car, par exemple, au moment dont je parle, tandis que je m’emparais de Mlle de Vulson si publiquement et si tyranniquement que je ne pouvais souffrir qu’aucun homme approchât d’elle, j’avais avec une petite Mlle Goton des tête-à-tête assez courts mais assez vifs, dans lesquels elle daignait faire la maîtresse d’école, et c’était tout [...]
J’étais tout entier pour ainsi dire à chacune de ces deux personnes, et si parfaitement qu’avec aucune des deux il ne m’arrivait jamais de songer à l’autre. Mais du reste, rien de semblable en ce qu’elles me faisaient éprouver. J’aurais passé ma vie entière avec Mlle de Vulson sans songer à la quitter ; mais en l’abordant ma joie était tranquille et n’allait pas à l’émotion [...] Absent d’elle, j’y pensais, elle me manquait ; présent, ses caresses m’étaient douces au cœur, non aux sens [...] Je l’aimais en frère, mais j’en étais jaloux en amant.
Je l’eusse été de M11 Goton en Turc, en furieux, en tigre [...] J’abordais de Vulson avec un plaisir très vif, mais sans trouble ; au lieu qu’en voyant seulement Mlle Goton, je ne voyais plus rien ; tous mes sens étaient bouleversés33.

  • 34 « Du nouveau sur Flaubert et son œuvre », Mercure de France, 1er mai 1952, p. 54, note 29.
  • 35 Voir Flaubert et ses projets inédits, p. 125 (Carnet 19, fo 33 recto).
  • 36 Bibiothèque Nationale, ms N. A. F. 17611, fo 93 recto : « (souper aux Provençaux. Lagier. Gisette)  (...)
  • 37 Bibliothèque Nationale, ms N. A. F. 17611, fo 134 recto : » La Mle enfance et antécédents de Mlle t (...)

19Depuis toujours on sait que les amours de Frédéric et de Mme Arnoux sont inspirées de la passion conçue par Flaubert pour Elisa Schlesinger. Quelques doutes se sont bien manifestés peu à peu au sujet du parfait parallélisme entre deux idylles platoniques auquel rêvait Gérard-Gailly : la publication du Carnet 19 a révélé par exemple qu’à l’origine Flaubert avait eu l’intention de faire consommer l’adultère par ses héros ; Jean Pommier et Claude Digeon ont fait remarquer que le célèbre « Ce fut comme une apparition » qui marque l’entrée en scène de Mme Arnoux est repris à Maxime Du Camp, chez qui il introduit la courtisane Koutchouk-Hanem34... Mais on reste d’accord pour penser que le personnage de Mme Arnoux s’inspire largement d’Elisa Schlesinger. De même, certains modèles de Rosanette sont connus : l’actrice Suzanne Lagier35 ; Gisette Desgranges (la femme de l’auteur dramatique Dennery)36 ; d’autres noms encore figurent dans les manuscrits37.

  • 38 Carnet 19, fos 35 verso, 35 recto, 36 recto, 37 verso. Flaubert et ses projets inédits, p. 137 et s (...)

20Le Carnet 19, d’autre part, nous fait assister à la construction progressive de deux intrigues parallèles et antithétiques. A côté de la Future Mme Arnoux, d’abord seule héroïne, Flaubert imagine de faire figurer une lorette ; puis de mettre en rapport ces deux femmes sur toutes sortes de plans : leur attitude à l’égard de Frédéric (repoussé le même jour des deux côtés) et du futur Arnoux (qui « possède à la fois la Lorette et sa femme »), leurs rêves secrets (« désir de la femme honnête d’être lorette — désir de la lorette d’être femme du monde »), la société où vit chacune, et jusqu’à leur mobilier (bibelots qui passent d’un appartement à l’autre)38.

21Le passage des Confessions alimente un autre aspect encore des « deux amours simultanées » : les sentiments et les réactions du jeune homme. Le partage qui s’effectue entre les deux femmes est le même chez Flaubert que chez Rousseau : à la femme respectable et plus âgée, le cœur ; à la fille de son âge, et qui accepte — comme on dit — un rôle que la morale réprouve, les sens. La complexité des réactions devant la femme aimée (amour platonique, mais jalousie d’amant) se retrouve dans L’Éducation sentimentale comme dans les Confessions.

  • 39 Œuvres complètes, t. II, p. 60.

22Certes les différences sont grandes également. Rousseau déclare : « avec aucune des deux il ne m’arrivait jamais de songer à l’autre » ; si le Carnet 19 ne présentait déjà — on vient de le voir — une mise en rapport systématique des deux aventures, on pourrait croire que c’est en prenant le contrepied de cette affirmation que Flaubert a inventé ce qui fera l’intérêt, la complexité et l’originalité de la situation romanesque comme de la psychologie de son héros : « La fréquentation de ces deux femmes faisait dans sa vie comme deux musiques : l’une folâtre, emportée, divertissante, l’autre grave et presque religieuse ; et, vibrant à la fois, elles augmentaient toujours, et peu à peu se mêlaient ; — car, si Mme Arnoux venait à l’effleurer du doigt seulement, l’image de l’autre, tout de suite, se présentait à son désir, parce qu’il avait, de ce côté-là, une chance moins lointaine ; — et, dans la compagnie de Rosanette, quand il lui arrivait d’avoir le cœur ému, il se rappelait immédiatement son grand amour »39. Et d’autre part, Frédéric ne sera que le pâle reflet du jeune Jean-Jacques : il n’a rien d’un « furieux » ni d’un « tigre ». Fidèle à la tonalité du récit, Flaubert a décoloré son héros.

  • 40 Ibid., p. 20.
  • 41 Correspondance, Pléiade, t. I, p. 24-25. Lettre du 24 juin 1837.
  • 42 Dans une communication encore inédite, intitulée : « L’Histoire dans L’Éducation sentimentale, rech (...)

23Mais ce qui intéresse surtout notre propos, c’est le jeu qui se joue entre Rousseau, Flaubert et Frédéric. Après avoir aimé Rousseau dans sa jeunesse, après s’être retrouvé en lui, et précisément sur le plan des émotions, Flaubert, à l’âge mûr, jette sur lui un autre regard, et le dénonce comme le responsable du sentimentalisme (dont il a été, lui aussi, la victime). Frédéric, de son côté, est un « portrait de l’auteur en jeune homme » — un Flaubert qui n’aurait pas été sauvé par l’art. Le romancier donne notamment à son héros les goûts littéraires de sa propre jeunesse : dans la bibliothèque de Frédéric se trouvent — seuls auteurs cités — Victor Hugo et Lamartine40, c’est-à-dire ceux que Flaubert présentait lui-même comme les plus grands dans une lettre de 183741. Rousseau crée entre l’auteur et le personnage un lien supplémentaire, quoique occulté par le texte. Est-ce avec ironie ou par un souvenir attendri que Flaubert rattache aux Confessions les amours de son héros? Bien malin qui le dira, et sans doute, comme dans tout le livre, l’intention est-elle ambiguë. Reste que Rousseau apparaît de plus en plus comme une des grandes figures qui hantent L’Éducation sentimentale42 ; il concrétise en sa personne — de façon plus précise qu’on ne pouvait l’imaginer jusqu’ici — l’unité des deux séries romanesques de la vie publique et de la vie privée, sur laquelle on n’a sans doute pas encore fini de s’interroger.

Notes

1 Ce passage figure à la dernière page du chapitre 4 de la IIIe partie (Œuvres complètes, t. I, p. 662). Les renseignements fournis par Flaubert dans la lettre du 23 mai 1S55 — celle où il annonce qu’il lit l’Émile — permettent de déduire qu’il en est, ce jour-là, aux premières pages du chapitre 5.

2 Voir la note de Jean Bruneau dans la Correspondance, Pléiade, t. II, p. 1121 (note 2 de la page 204). Lettre du 9 décembre 1852.

3 Voir René ROUAULT de la VIGNE, L’inventaire après décès de la Bibliothèque de Gustave Flaubert, Rouen, Lecerf, s.d., p. 10.

4 Correspondance, Conard, t. V, p. 337. Lettre de novembre 1867.

5 Les débuts littéraires de Gustave Flaubert, 1831-1845, Paris, Armand Colin, 1962, p. 33-34.

6 Correspondance, Pléiade, t. I, p. 32-33. Lettre du 30 novembre 1838.

7 Ibid., p. 233. Lettre du 26 mai 1845.

8 Voir Jean Bruneau dans Correspondance, Pléiade, t. I, p. 961 (note 3 de la page 233). On trouvera le texte de Rousseau dans ses Œuvres complètes, Paris, Édition du Seuil, « L’Intégrale », t. I, p. 177, et sa relation de la représentation du Devin de village p. 266-267.

9 Correspondance, Conard, supplément I, p. 14 et note 2. Lettre du 7 novembre 1856.

10 Œuvres complètes, t. II, p. 125.

11 Gustave FLAUBERT, Souvenirs, notes et pensées intimes, Paris, Buchet-Chastel, 1965, p. 67. Voir aussi cette lettre du 15 juillet 1839 où Flaubert rêve « aux splendeurs du théâtre, à [sa] rampe illuminée, à ses femmes parées qui battent des mains, à ses triomphes qui enivrent, à ses joies qui sont de l’orgueil » (Correspondance, Pléiade, t. I, p. 47, et la note de Jean Bruneau p. 867, qui fait le rapprochement avec le texte des Souvenirs et avec un extrait des Mémoires d’un fou).

12 Correspondance, Pléiade, t. II, p. 359. Jean Bruneau signale que l’expression de Rousseau est « coterie holbachique » (p. 1180, note 4 de la p. 359).

13 Ibid., p. 594.

14 Ibid., p. 508-509. Lettre du 15 janvier 1854.

15 Ibid., p. 856. Lettre du 28 décembre 1858.

16 Ibid., p. 584.

17 Correspondance, Conard, t. V, p. 335.

18 Ibid., t. IV, p. 364.

19 Ibid., t. V, p. 344. Lettre du 15 décembre 1867.

20 Ibid., p. 348-349. Lettre de décembre 1867.

21 Dans L’Éducation sentimentale, la fraternité est invoquée par Sénécal, Dambreuse, la Vatnaz, Deslauriers. Seul le père Roque en parle ironiquement.

22 « Passion et politique dans L’Education sentimentale », dans Flaubert, la Femme, la Ville (Paris, P. U. F., 1982, p. 39-71). P. 61-62, Michel Crouzet analyse déjà les idées politiques que développe la Correspondance à propos de Rousseau, et signale que pour Flaubert l’auteur du Contrat social est « la cause de tout ».

23 Ceux qui figurent dans le Carnet 19, publié par Marie-Jeanne Durry dans Flaubert et ses projets inédits (Paris, Nizet, 1950).

24 Le titre du livre prend dès lors une signification fort ambiguë : éducation du sentiment, mais aussi éducation manquée, parce qu’elle s’est faite dans une atmosphère de sentimentalisme. On sait que Flaubert a fort hésité à reprendre le titre du roman de 1845, et qu’il ne s’y est résigné que faute de mieux.

25 Que l’on compare avec Bouvard et Pécuchet :
... ils prirent le Contrat social de Rousseau.
Pécuchet alla jusqu’au bout — puis fermant les yeux, et se renversant la tête, il en fit l’analyse.
— « On suppose une convention, par laquelle l’individu aliéna sa liberté. Le Peuple, en même temps, s’engageait à le défendre contre les inégalités de la Nature et le rendait propriétaire des choses qu’il détient. »
— « Où est la preuve du contrat ? »
— « Nulle part ! et la communauté n’offre pas de garantie. Les citoyens s’occuperont exclusivement de politique. Mais comme il faut des métiers, Rousseau conseille l’esclavage. Les sciences ont perdu le genre humain. Le théâtre est corrupteur, l’argent funeste; et l’État doit imposer une religion, sous peine de mort. »
Comment, se dirent-ils, voilà le dieu de 93, le pontife de la démocratie !
(Œuvres complètes, t. II, p. 257; texte revu sur l’édition Gallimard, « Folio »).
C’est ouvertement là un résumé (une « analyse ») du Contrat social qui est présenté au lecteur, la seule concession au genre romanesque étant de le mettre dans la bouche d’un personnage, et de créer un semblant de dialogue à l’aide d’une question posée par le comparse.

26 Il est nommé à trois reprises « le socialiste », et deux fois « le républicain ».

27 Œuvres complètes, t. II, p. 57. Pour l’analyse de ce passage, on se reportera également à la communication d’Henri Mitterand au colloque de Cerisy : « Discours de la politique et politique du discours dans un fragment de L’Éducation sentimentale  », et à la discussion qui a suivi (La production du sens chez Flaubert, Paris, 10/18, 1975, p. 125-154).

28 Bibliothèque Nationale, ms N. A. F. 23671, fo 138 recto.

29 Œuvres complètes, t. II, p. 26-27.

30 Ibid., p. 144.

31 Ibid., p. 72-73.

32 Bibliothèque Nationale, ms N. A. F. 17611, fo 119 recto et 138 recto.

33 Œuvres complètes, t. I, p. 129-130.

34 « Du nouveau sur Flaubert et son œuvre », Mercure de France, 1er mai 1952, p. 54, note 29.

35 Voir Flaubert et ses projets inédits, p. 125 (Carnet 19, fo 33 recto).

36 Bibiothèque Nationale, ms N. A. F. 17611, fo 93 recto : « (souper aux Provençaux. Lagier. Gisette) ». Ceci confirme la lecture d’Alan Raitt (édition de l’Imprimerie Nationale, 1979, t. I, Introduction, p. 19), et révèle le caractère erroné de celle de Marie-Jeanne Durry, qui avait déchiffré « Mme Des Genettes », le Carnet 19 ne fournissant qu’une initiale : « la Des G » (Carnet 19, fo 30 verso, Flaubert et ses projets inédits, p. 123 et 132).

37 Bibliothèque Nationale, ms N. A. F. 17611, fo 134 recto : » La Mle enfance et antécédents de Mlle theric, = la mère Ronno » (les trois derniers mots sont d’une lecture incertaine).

38 Carnet 19, fos 35 verso, 35 recto, 36 recto, 37 verso. Flaubert et ses projets inédits, p. 137 et suivantes.

39 Œuvres complètes, t. II, p. 60.

40 Ibid., p. 20.

41 Correspondance, Pléiade, t. I, p. 24-25. Lettre du 24 juin 1837.

42 Dans une communication encore inédite, intitulée : « L’Histoire dans L’Éducation sentimentale, recherches sur la signifiance » (ITEM, C. N. R. S., 1983), Jeanne Bern a montré brillamment qu’une autre de ces figures est celle de Napoléon Ier.

Notes de fin

1 Pour la facilité, nous citons Flaubert dans l’édition des Œuvres complètes en deux volumes, Paris, Éditions du Seuil, « L’Intégrale ». La Correspondance dans l’édition de Jean Bruneau, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », pour les deux volumes parus; dans l’édition Conard en treize volumes pour la suite.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search