Version classiqueVersion mobile

Mélanges de littérature en hommage à Albert Kies

 | 
Claudine Gothot-Mersch
, 
Claude Pichois

III. Varia

Péguy dans l’histoire du vocabulaire français

André Goosse

Texte intégral

1Avant d’examiner la place qu’un écrivain occupe dans l’histoire du vocabulaire français, il convient de voir les choses d’un peu plus haut.

2Si on parcourt un dictionnaire qui donne la date où sont apparus les mots et qui précise la référence de cette première attestation, on constate que le premier témoin est souvent un écrivain ; parmi les noms qui reviennent le plus, on trouve Rabelais et les Goncourt, notamment. Un observateur superficiel en conclurait, par exemple, que les mots balafré, fat, expiatoire, explorer ont été pour la première fois employés en français par Rabelais et que c’est lui qui les a fait passer dans l’usage général. Il est incontestable que Rabelais a créé des mots et que le succès de son œuvre a pu vulgariser certaines de ces créations, les imposer en quelque sorte à l’usage. Mais ne généralisons pas, et ne confondons pas premier témoin et créateur. Parmi les mots dont Rabelais est ce premier témoin, un bon nombre avaient été employés avant lui par des auteurs plus obscurs, dont les œuvres n’ont pas été dépouillées par les lexicographes ; d’autres appartenaient à la langue parlée, que, naturellement, nous ne connaîtrons jamais pour les siècles révolus. Et, si ces nouveautés ont connu le succès, c’est parce qu’elles appartenaient déjà à un usage assez général, et non parce que Rabelais s’en est servi.

3Nos ignorances diminuent à mesure que nous nous rapprochons de notre époque, mais la prudence reste de mise.

***

  • 1 Le vocabulaire, la syntaxe et le style des poèmes réguliers de Charles Péguy, Paris, Berger-Levraul (...)
  • 2 P. GORIS, La dérivation suffixale dans la prose de Charles Péguy de 1897 à 1908, Louvain, 1965 (dac (...)

4Pour apprécier la place de Péguy dans l’histoire du vocabulaire français, j’ai utilisé, outre des dépouillements et des recherches personnels, la thèse de Joseph Barbier portant sur les poèmes réguliers de Péguy1 et deux mémoires inédits rédigés à Louvain sous ma direction par Anne Ducas et Paul Goris ; ils concernent les œuvres en prose publiées dans la Pléiade, chacun prenant un volume, mais selon des points de vue différents2.

5Deux domaines peuvent être considérés : les procédés et les mots.

  • 3 Voir notamment Jean DUBOIS in Étude sur la dérivation suffixale en français moderne et contemporain (...)

6Quels sont les procédés favoris de Péguy ? D’après les travaux que je viens de citer, on distingue quatre suffixes : -isme et -iste, -ment comme suffixe adverbial et -ement comme suffixe nominal ; un préfixe : in- négatif ; l’emploi comme substantifs des adjectifs et des participes passés. Les suffixes -isme et -iste sont en pleine vitalité aujourd’hui, mais le mouvement est antérieur à Péguy. Pour le préfixe in- et le suffixe adverbial -ment, ils ont chez Péguy une fréquence particulièrement élevée, mais cela n’est pas tellement caractéristique, car ces deux éléments ont toujours été disponibles en français et n’ont pas de véritables concurrents : on peut tirer assez facilement un adverbe d’un adjectif, et un antonyme d’un adjectif, d’un substantif, parfois d’un verbe. Il en va de même pour la substantivation des adjectifs. Reste le suffixe nominal -ement, pour lequel Péguy va plutôt à contre-courant de l’usage : ce suffixe est sans doute loin d’être improductif, mais la langue contemporaine lui préfère -age et -ation3. Ce dernier n’est pas dédaigné par Péguy ; en revanche, il ne paraît pas apprécier le suffixe -age. Ce qui est remarquable, et original, c’est l’importance respective de -ement et de -age.

7Ce premier point se solde donc par un constat négatif : là où il y a coïncidence entre l’usage de Péguy et les tendances actuelles de la langue, Péguy ne fait que suivre un mouvement général ; là où il n’y a pas coïncidence, Péguy n’a pas modifié ce mouvement. Le contraire eût été surprenant. Dans des phénomènes comme ceux que je viens de décrire, des écrivains peuvent, naturellement, se singulariser par rapport à leur temps ; mais, pour qu’ils agissent vraiment sur leurs contemporains, pour qu’ils infléchissent en quelque sorte le cours de l’histoire, il faudrait des conditions qui semblent rarement réalisées. Le collectif l’emporte sur l’individuel lorsqu’il s’agit de procédés généraux, et cela d’autant plus facilement que, pour bien des locuteurs, ces procédés ne viennent pas jusqu’à la conscience.

8Les choses se présentent différemment lorsqu’il s’agit de mots. Un individu peut avoir une influence sur l’usage quand ses écrits ou ses discours ont un grand retentissement. Le général de Gaulle en est un exemple bien connu. C’est aussi un domaine où les locuteurs sont assez souvent conscients des moyens qu’ils utilisent.

9Les relevés de Joseph Barbier me seront ici peu utiles. En effet, il n’a consulté systématiquement que quatre dictionnaires antérieurs à Péguy, ne se servant du Robert que de façon sporadique et ignorant tout à fait le grand dictionnaire de Walther von Wartburg, le Französisches etymologisches Wörterbuch, selon une habitude, hélas ! très courante en France. Il en résulte que pas mal de mots qu’il cite sont attestés avant son auteur et ne peuvent donc entrer en ligne de compte pour les observations que je vais faire. Il faut écarter par exemple fripouille, que relèvent déjà le Nouveau Larousse illustré et le Bescherelle de 1887 (avec des textes de Daudet et de Zola) ; raidissement, qui est dans Littré ; l’adjectif cocardier et coquebin, qui sont dans le Nouveau Larousse illustré (le second à ranger d’ailleurs parmi les archaïsmes : cf. Wartburg, t. II, p. 862, ou Dauzat, Dict. étym., suppl. lexicologique) ; consternement, attesté dans le journal des Concourt en 1871 (Wartburg, t. II, p. 1083) ; puruler, déjà chez Huysmans en 1891, selon Wartburg dans un fascicule paru après le livre de Joseph Barbier (t. IX, p. 620), mais le renseignement vient de la thèse de Marcel Cressot, laquelle est dans la bibliographie de Barbier ; etc.

10Pour donner une idée de l’importance du néologisme chez Péguy, je reprendrai les chiffres d’Anne Ducas, fondés sur les cinq cents premières pages des Œuvres en prose 1909-1914 : elle y a trouvé 304 emplois propres à Péguy et 48 dont Péguy fournit le premier témoignage. Mais la première catégorie, les mots propres à Péguy, est établie d’après les indications des dictionnaires. Pour certains mots, ce critère est insuffisant. Péguy emploie l’adjectif bourgeonneux dans le Porche du mystère de la deuxième vertu (éd. citée, p. 125) :

Mais une couronne aussi a été faite, une mystérieuse couronne [...]. Toute faite [...]. De rameaux bourgeonneux, de rameaux de fin mars.

11Ce mot manque dans Bescherelle, dans Littré, dans Guérin, dans les quatre grands Larousse encyclopédiques, dans Robert, dans Wartburg. On conclurait donc que c’est un hapax de Péguy. Mais le mot est déjà employé par Maupassant en 1883 dans un sens figuré :

Chicot, au contraire, rouge et bourgeonneux, gros, court et poilu, avait l’air d’un bifteck cru caché dans un bonnet de sapeur (Contes et nouvelles, t. II, Paris, A. Michel, 1970, p. 374, L’âne).

12Après Péguy, on le trouve au sens propre (comme chez Péguy) chez Maxence Van der Meersch et au figuré chez Saint-Exupéry :

Un jardin nu et mouillé, fouillis de branches noires bourgeonneuses et tout empierrées des diamants ruisselants de la pluie (Van der Meersch, L’empreinte du dieu, A. Michel, 1936, p. 157). Des collégiens bourgeonneux (Saint-Exupéry, Lettres à l’amie inventée, Paris, Plon, 1953, p. 22).

13Le mot n’a pris place que dans des dictionnaires plus récents : le Grand Larousse de la langue française, avec le même exemple de Van der Meersch et un autre exemple de Maupassant ; le Trésor de la langue française, avec les exemples de Maupassant et de Van der Meersch, que j’avais moi-même relevés. Le modèle de bouton - boutonneux était-il assez efficace pour que ces quatre auteurs réinventent le mot chacun de leur côté ? Sinon par quel cheminement mystérieux est-il passé de l’un à l’autre ? Cela rend aléatoires les recherches de paternité.

14Pour sous-jacence, absent de tous les dictionnaires, je puis citer, outre Péguy, Marcel Aymé et un journaliste du Figaro :

Comment formuler [...] toutes les sous-jacences et tous les souterrainements que nous avons tâché de respecter (Péguy, Œuvres en prose 1898-1908, p. 189-190, d’après Goris). Ayant appris qu’il menait une vie plutôt désordonnée, Sabine, avec une ferveur intacte, songea qu’il poursuivait quelque formule d’art goyesque mariant les jeux de la lumière et les impures sous-jacences du masque féminin (M. Aymé, Le passe-muraille, « Le Livre de poche », p. 34). Le décor, donc, a cette légèreté qui fait vivre un paysage comme un doux souvenir et lui ôte son poids ; cette aisance rêveuse qu’il donne aux choses, Dignimont sait, avec ses costumes, la prêter aux êtres, qui deviennent sans heurts tendres marionnettes. Ces sous-jacences impressionnistes, l’honnête partition de Fred Barlow les expose au grand jour (Fr. Guillot de Rode, dans le Figaro littéraire du 22 juillet 1950).

15Il n’est plus besoin, semble-t-il, de s’interroger sur la filiation. Ces trois attestations sont sans doute indépendantes ; le modèle, ici, n’est pas limité à un mot, mais concerne une longue série : convalescent, convalescence ; transparent, transparence ; incontinent, incontinence ; etc.

  • 4 Péguy emploie aussi le mot en 1901 (Œuvres en prose 1898-1908, p. 400, d'après Goris), mais sans l’ (...)

16Les quelques exemples français que j’ai, pour entièreté, ne doivent sans doute rien à l’ancienne langue, ni rien au français de Belgique (où le mot est florissant), ni non plus rien l’un à l’autre. Péguy n’a vraisemblablement joué aucun rôle. Il est intéressant de citer le passage, car il montre bien sur quel patron Péguy a formé entièreté4 :

Car il y a dans l’enfance une grâce unique. Une entièreté, une premièreté Totale (Le mystère des saints Innocents, Paris, Gallimard, 1944, p. 175). Une certaine blancheur, une certaine premièreté, Une certaine entièreté De la toute première Innocente enfance (ibidem, p. 198).

***

17Ce sont là des mots rares. On doit s’interroger surtout sur des mots entrés réellement dans l’usage.

18Des composés comme curé-doyen et prince-évêque (mentionnés par Barbier) ne sont peut-être pas dans les dictionnaires antérieurs à Péguy, mais il est évident qu’on ne peut les porter au crédit du poète. Prince-évêque n’a d’ailleurs rien d’un néologisme, et, si l’institution des curés-doyens est récente — ce que j’ignore —, Péguy n’en est sûrement pas responsable ! C’est seulement à cause des lacunes de notre documentation et donc par hasard que Péguy est le premier témoin. On pourrait raisonner de même sur comprimé comme nom masculin (mentionné aussi par Barbier), mais, pour ce cas, on prend en défaut les dictionnaires étymologiques, lesquels datent cet emploi d’un Larousse de 1922, alors qu’il est déjà dans le Nouveau Larousse illustré à la fin du siècle dernier. Ces mots appartiennent à des vocabulaires dans lesquels Péguy n’a pas de rôle.

  • 5 Le Trésor de la langue française donne Péguy comme première attestation, mais avec la date de 1910, (...)
  • 6 Le Trésor de la langue française date le mot de 1907. Pourtant, la référence concernant la date du (...)

19Dès 1900, Péguy use de dreyfusard, dreyfusiste, dreyfusisme (Œuvres en prose 1898-1908, p. 98, 100 ; 90 ; 247, etc. ; d’après Goris ; aussi dans Ducas, qui ajoute dreyfusien), pour lesquels on donne des dates d’apparition plus tardives. Le rôle que Péguy a joué dans les problèmes politiques pourrait expliquer qu’il ait lancé des mots comme ceux-là ; mais 1900, c’est déjà bien tard, et on trouverait sûrement dans des écrits d’actualité des attestations antérieures. En effet, dreyfusisme est déjà dans une lettre de Maurras en novembre 1898 (Barrès et Maurras, La république ou le roi, Paris, Plon, 1970, p. 196), et dreyfusiste dans les Cahiers de Barrès (t. II, p. 108) en avril 1899 ; les données du Trésor de la langue française permettent de remonter jusqu’à 1897 pour ces deux mots. Des recherches analogues devraient être menées sur combisme5 (1905, op. cit., p. 801, etc. ; d’après Goris) et sur bergsonien (1904, op. cit., p. 759, etc. ; d’après Goris). Toutes ces formations sont très naturelles, et Péguy n’est sans doute qu’un simple utilisateur. Dans le même ordre d’idées, on donne, anticléricalisme comme attesté pour la première fois chez Péguy (en 1903, selon le « petit Robert » ; en 1900, op. cit., p. 287, d’après Goris) ; je l’ai relevé dès 18976, à la fois chez Barrès (Les déracinés, Paris, Fasquelle, 1897, p. 322) et chez Anatole France (L’orme du mail, XVI).

  • 7 A. de VIGNY, Cinq-Mars, VII, Paris, Garnier, 1936, p. 86 ; Th. GAUTIER, Le capitaine Fracasse, XIII (...)
  • 8 J’ai relevé le mot en 1903, mais j’ai malheureusement égaré la référence.

20Parmi les mots non liés aux réalités du moment, on écartera immédiatement inclinaison « action d’incliner » (« inclinaison capitale », op. cit., p. 273, d’après Goris ; = inclination de tête) ; sans doute, cet emploi n’est pas signalé dans les dictionnaires avant Péguy, mais c’est un refus puriste, car inclinaison de tête se trouve chez bien des auteurs du XIXe siècle : Vigny, Gautier, Vallès, etc.7. Datation (en 1906 : op. cit., p. 1069, d’après Goris) doit aussi être antérieur à Péguy, mais moins nettement8.

21Dans l’état actuel de notre information, Péguy reste le premier témoin d’un certain nombre de mots, mais sans qu’on le considère nécessairement comme leur créateur. Il se sert déjà en 1901 de bafouilleur (op. cit., p. 211, d’après Goris), qui est attesté depuis le Larousse de 1906 selon les dictionnaires étymologiques. Mais on a de nouveau un dérivé tout naturel, et, d’autre part, il est douteux que le renom de Péguy ait été suffisant à cette date pour imposer le mot à l’usage. Parmi les dérivés naturels figurent les adverbes en -ment, que Péguy utilisait si volontiers. Je n’en prendrai qu’un seul, inlassablement, employé plusieurs fois (à partir de 1903, op. cit., p. 609) et qui était promis à un bel avenir, dont Péguy ne me paraît pas du tout responsable : Gide s’en sert en 1909 (La porte étroite, V) ; Colette (La vagabonde, I, 1) et l’abbé Bremond (dans le Correspondant du 27 février) en 1910 ; Apollinaire (Chroniques d’art, Paris, Gallimard, 1960, p. 359) et Barrès (La grande pitié des églises de France, Paris, Émile-Paul, p. 151) en 1914, etc. Le Larousse de 1907 est le premier dictionnaire qui l’enregistre (cf. Wartburg, t. V, p. 196).

22Un phénomène assez curieux, c’est que certains mots attestés chez Péguy ne sont entrés dans l’usage, ou du moins dans les dictionnaires, qu’après une longue période de latence : communautairement (posthume, op. cit., p. 402, d’après Ducas), anticolonialisme (1903, Œuvres en prose 1898-1908, p. 627, d’après Goris), étatique (1903, ibid., p. 571), globalisation (1904, ibid., p. 708) semblent devenus courants tous les quatre seulement après la dernière guerre. Il serait excessif d’y voir l’influence de Péguy, comme le montre cette émergence tardive. Mais cela n’en est pas moins à l’honneur de Péguy, dont les idées d’une part, les procédés lexicaux d’autre part, étaient accordés, non seulement à son époque, mais aussi à la nôtre.

***

23Après ce long inventaire, dont les conclusions sont plutôt négatives, il faut parler des cas où l’intervention de Péguy sera retenue. Quelles conditions doivent être remplies pour cela ? La première est que le mot ait été créé par Péguy ; pour qu’on en soit sûr, il faut que le terme soit dans la manière propre à cet auteur, au contraire de bien des exemples énumérés plus haut, formations toutes naturelles et pour ainsi dire nécessaires.

  • 9 Dans une traduction, naturellement : A-Fr. VILLERS, Dictionnaire wallon-français, Malmedy, Gerson, (...)

24La deuxième condition est que le mot se trouve dans les œuvres les plus populaires de Péguy et non dans celles qui sont restées en quelque sorte enfermées dans les Cahiers de la quinzaine. A fortiori écartera-t-on ce qui a été publié bien après la mort de Péguy, comme Véronique, où l’on trouve tant de premières attestations. Je voudrais en commenter deux (outre communautairement, cité plus haut). Invivable, que le Trésor de la langue française relève pour la première fois chez Paul Morand en 1927, Péguy (Œuvres en prose 1909-1914, p. 493, d’après Ducas) doit l’avoir entendu autour de lui ; on sait, par Wartburg (t. XIV, p. 579), que le mot existait au Havre vers 1903-1904 ; c’était donc un mot populaire, que Péguy n’a pas créé. Mûrissement (ibidem, p. 334 et 445, d’après Ducas) est encore un de ces dérivés naturels. Après avoir vécu au XVIe et au XVIIe siècle, il revient au jour dans le Robert. On peut parier qu’entre-temps il a dû connaître des attestations sporadiques comme celle de Péguy ou comme celle d’un dictionnaire wallon de 17939.

25La troisième condition est qu’on retrouve le mot, après Péguy, chez ceux qui se sont nourris de sa pensée. Marcel Aymé, que j’ai cité tout à l’heure, ne peut guère passer pour un disciple de Péguy.

  • 10 Il est aussi chez le philosophe catholique Gabriel Marcel dès 1914 : voir le Trésor.
  • 11 Cf. Littré, supplément.

26Le corollaire, c’est que l’influence éventuelle de Péguy, très vraisemblablement, doit concerner le christianisme et doit avoir marqué des auteurs chrétiens. Mais ici encore ne concluons pas trop vite. Péguy est le premier à employer le mot christianisation, à ma connaissance (op. cit., p. 361, d’après Ducas) ; on retrouve ce substantif10 chez Daniel-Rops (Histoire de l’Église, Le grand siècle des âmes, Paris, Fayard, 1958, p. 75). Ce biographe de Péguy est, évidemment, un familier de son œuvre, même posthume. Mais le mot n’est pas réservé aux auteurs chrétiens : Jean Guéhenno en 1956 (dans le Figaro littéraire du 17 novembre), André Siegfried en 1950 (dans Robert) l’emploient aussi. Ce qui est surtout déterminant, c’est qu’il s’agit une fois encore d’une formation absolument naturelle. Du moment qu’on avait, et depuis longtemps, le verbe christianiser, son dérivé devait fatalement naître quelque jour ; on ne peut le séparer de déchristianisation, qui, datant de 187611, est antérieur à Péguy, et de rechristianisation, qu’emploie aussi Daniel-Rops (op. cit., p. 116) et qui ne paraît pas être chez Péguy.

27Parmi les influences sûres, on distingue des influences occasionnelles et des influences durables.

28Les influences occasionnelles, c’est lorsqu’un auteur particulier se réfère directement au vocabulaire de Péguy, comme Jean Paulhan dans le texte suivant :

Comment ne voyez-vous pas que vos tricheries de justice et vos faux démentent nos paroles du temps de l’occupation, et — comme disait Péguy — déjustifient notre conduite ? (dans le Figaro littéraire du 15 mars 1952).

29Ce n’est là qu’une citation, un emprunt sans lendemain, qu’on ne retrouve dans aucun dictionnaire. Notons que Jean Paulhan non plus n’est pas considéré comme un disciple de Péguy.

30La référence n’est pas explicite dans cette phrase, où il s’agit de la poésie :

Mais elle reste de la terre, et c’est parce qu’elle est telle qu’elle nous bouleverse, nous terreux, et qu’elle nous désespère et nous console ensemble (Daniel-Rops, Où passent des anges, Bruxelles, Les Ecrits, 1942, p. 184).

31L'auteur est un familier de Péguy, je l’ai dit, et il semble légitime de voir ici un écho d’un admirable passage d’Ève (Paris, Gallimard, 1946, p. 149) :

Seigneur qui les avez pétris de cette terre,
Ne vous étonnez pas qu’ils soient trouvés terreux.

  • 12 Outre l’exemple cité plus bas, Le mystère des saints Innocents, éd. citée, p. 105 ; Suite d’Eve dan (...)

32Le plus bel exemple de l’influence durable, c’est — on pouvait s’y attendre — ressourcement, que Péguy emploie bien des fois, tant dans ses œuvres en prose que dans ses poèmes les plus célèbres12. On le retrouve surtout chez des chrétiens. Dans un recueil intitulé Problèmes de l’Église en marche et paru en 1949 (Woluwé, Éditions du Témoignage chrétien), je l’ai relevé deux fois, sous des signatures différentes : « un ressourcement à la vie évangélique » (p. 32), « ressourcement de notre sacerdoce » (p. 152). Voici le démocrate-chrétien Olivier Grégoire et notre ami Willy Bal, qui ne refusera pas, je pense, d’être appelé disciple de Péguy (et qui emploie le mot dans une application non chrétienne) :

Nous devons purifier notre civilisation de l’esprit et des œuvres du capilisme, nous devons vouloir le ressourcement de notre civilisation dans la plus pure clarté évangélique (O. Grégoire, dans la Cité du 23 janvier 1951). Quant au « français d’école », non vivifié par un ressourcement constant dans un authentique français populaire [...] (W. Bal, dans les Dialectes belgo-romans, janvier-mars 1958, p. 22).

33Le cercle des utilisateurs s’est élargi :

Y a-t-il dilemme foncier, radical, entre d’une part, l’engagement dans le monde, l’ouverture au « social-terrestre », de l’autre, le ressourcement, le renouvellement intérieur, la « conversion » ? (Georges Friedmann, La puissance et la sagesse, Paris, Gallimard, 1971, p. 207.) Heureusement, ces hypothèses restent improbables. Mais il importe de les considérer et de les prévenir pendant qu’il est temps. En s’attachant à surmonter la crise économique qui s’amorce par un sursaut politique. Par un ressourcement démocratique (R.-G. Schwartzenberg, dans le Monde du 27 novembre 1973).

34L’admission du mot dans les Robert entérine son succès. Malheureusement, l’explication étymologique proposée par ces dictionnaires (dérivé du substantif ressource) ne concorde pas avec les intentions de Péguy :

C’est la même eau recueillie qui rejaillit, qui ressource.
Dans la nouvelle fontaine, dans le rejaillissement jeune.
Dans la source et le ressourcement de l’espérance (Le porche du mystère de la deuxième vertu, éd. citée, p. 175).

35Robert ne reprend pas ressourcer, qui est aussi chez Péguy, on vient de le voir, et qu’on emploie surtout à la forme réfléchie :

[...] leur foi qui (ô scandale pour le « paysan de la Garonne » !) se ressource aux interrogations et défis constants posés par le monde (G. Friedmann, op. cit., p. 200).

36Le verbe surtout est à la mode parmi les théologiens. Que l’on serait heureux s’ils n’avaient que des modes de cette espèce !

37J’ai cru longtemps que retrouvaille avait son origine dans le vers de Péguy :

Quel chrétien n’a pleuré à cette retrouvaille ? (Le mystère des saints Innocents, éd. citée, p. 112)

38notamment parce qu’il était chez un fidèle de Péguy :

Il [Bernanos] était à quelques jours de revoir la France, et il attendait cette retrouvaille avec un tremblement (A. Rousseaux, dans le Figaro littéraire du 24 juillet 1948).

39Mais je l’ai relevé depuis chez bien des auteurs éloignés de Péguy : Gide, lettre à Aragon, 19 mai 1933, dans Littérature engagée, Paris, Gallimard, 1950, p. 31 ; Franz Hellens, Le fantastique réel, Bruxelles, SODI, 1967, p. 124 ; Roger Vailland, Écrits intimes, Paris, Gallimard, 1968, p. 334 ; Hélène Cixous, Les commencements, Paris, Grasset, 1970, p. 120 ; etc. (je ne parle pas des exemples où le mot est au pluriel). Le dictionnaire de Wartburg tranche la question (t. XIII, 2e partie, p. 321), puisque le mot est antérieur à Péguy. Celui-ci a tout au plus favorisé sa diffusion.

40Il reste un dernier mot, c’est Cahiers, comme titre de revue, comme l’a montré Anne Ducas. Dans l’état actuel de notre information, les Cahiers de la quinzaine seraient la première revue à utiliser cette dénomination (1900).

***

41Le bilan est donc réduit. Je suis sûr qu’en dépouillant des œuvres marquées par l’influence de Péguy, on trouverait d’autres traces occasionnelles. Mais je doute que soient nombreux les termes entrés dans le vocabulaire général.

42Je rappelle le début de cet article. C’est par une sorte d’illusion que nous donnons aux écrivains illustres un rôle considérable dans le développement du vocabulaire. En réalité, ils sont presque toujours de simples témoins ou, plus exactement, des témoins privilégiés. Péguy mérite sûrement ce titre. Quant aux dizaines de mots qu’il a forgés (auxquels on peut joindre quelques emprunts aux dialectes), c’était pour une destination précise, dans un contexte déterminé. Ils sont liés à Péguy, ils sont propres à Péguy. Il est assez naturel que la langue commune ou même la langue des auteurs chrétiens n’aient pas ressenti les mêmes besoins.

Notes

1 Le vocabulaire, la syntaxe et le style des poèmes réguliers de Charles Péguy, Paris, Berger-Levrault, 1957.

2 P. GORIS, La dérivation suffixale dans la prose de Charles Péguy de 1897 à 1908, Louvain, 1965 (dactyl.) ; Anne DUCAS, Les néologismes dans la prose de Charles Péguy (1909-1914), Louvain, 1966 (dactyl.).

3 Voir notamment Jean DUBOIS in Étude sur la dérivation suffixale en français moderne et contemporain, Paris, Larousse, 1962, p. 28-34. Comparez aussi, pour une période plus récente, J. Dubois, L. Guilbert, H. Mitterand et J. Pignon, Le mouvement général du vocabulaire français de 1949 à 1960 d’après un dictionnaire d’usage, dans le Français moderne d’avril 1960, p. 90-92.

4 Péguy emploie aussi le mot en 1901 (Œuvres en prose 1898-1908, p. 400, d'après Goris), mais sans l’amener de cette façon.

5 Le Trésor de la langue française donne Péguy comme première attestation, mais avec la date de 1910, tandis que, pour bergsonien, il dit : Sorel, 1908.

6 Le Trésor de la langue française date le mot de 1907. Pourtant, la référence concernant la date du « petit Robert » avait été explicitée dans le Français moderne de juillet 1970, p. 354.

7 A. de VIGNY, Cinq-Mars, VII, Paris, Garnier, 1936, p. 86 ; Th. GAUTIER, Le capitaine Fracasse, XIII, « Génie de la France », t. III, p. 16 ; J. VALLES, L’enfant, XXL

8 J’ai relevé le mot en 1903, mais j’ai malheureusement égaré la référence.

9 Dans une traduction, naturellement : A-Fr. VILLERS, Dictionnaire wallon-français, Malmedy, Gerson, 1957, p. 82.

10 Il est aussi chez le philosophe catholique Gabriel Marcel dès 1914 : voir le Trésor.

11 Cf. Littré, supplément.

12 Outre l’exemple cité plus bas, Le mystère des saints Innocents, éd. citée, p. 105 ; Suite d’Eve dans A. Barbier ; Œuvres en prose 1898-1908, p. 784 (d’après Goris) ; id., 1909-1914, p. 315 (d’après Ducas) ; La République... Notre royaume de France (dans Robert).

Auteur

De l’Académie royale de Langue et de Littérature française de Belgique, professeur à l’Université catholique de Louvain

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search