Version classiqueVersion mobile

Mélanges de littérature en hommage à Albert Kies

 | 
Claudine Gothot-Mersch
, 
Claude Pichois

III. Varia

Les Enfants, par Victor Hugo

Documents inédits

Sheila Gaudon

Texte intégral

1Le rôle joué par Pierre-Jules Hetzel dans l’histoire de la littérature pour la jeunesse et dans le développement du livre illustré est bien connu. Les principes sur lesquels s’appuyait sa conception de la littérature enfantine furent mis en œuvre dès la création de sa première collection, le Nouveau Magasin des enfants, en 1843, collection qui survécut, malgré la crise économique de 1846-1848 et malgré l’exil, jusqu’en 1857. De même son goût pour les luxueuses éditions illustrées qui l’avaient lancé sur la place parisienne, telles que Le Voyage où il vous plaira (1843) ou Le Diable à Paris (1844-1846), ne diminuera jamais. Aucune difficulté matérielle n’eut raison de cet éditeur passionné, qui survécut en se transformant en « concepteur » de livres qu’il vendait à d’autres éditeurs pour la publication, ou en intermédiaire ou agent littéraire avant la lettre. Lorsqu’il retournera en France à l’amnistie de 1859, Hetzel prendra un nouveau départ, et sa maison d’édition trouvera son orientation définitive. Ce sera, après la reprise des relations avec Jean Macé, la fondation du Magasin d'éducation et de récréation en 1864, et l’heureuse découverte de Jules Verne dont Hetzel publiera, dès 1862, le premier roman, Cinq Semaines en ballon. Ce sera aussi le retour au type de livre qu’il n’avait cessé de rêver, avec la magnifique édition des Contes de Perrault illustrée de quarante gravures par Gustave Doré qui inaugurera, en novembre 1861, sa réinstallation à Paris.

2La publication, à une période charnière, de deux éditions du livre Les Enfants de Victor Hugo — une première édition non-illustrée en 1858 et une édition illustrée en décembre 1861 — est un signe qui témoigne à la fois des possibilités matérielles de l’éditeur et de ses préférences réelles. Elles annoncent en quelque sorte l’orientation de la future activité majeure aussi bien de l’auteur Stahl que de l’éditeur Hetzel.

3Depuis le rôle décisif qu’il avait joué dans la publication de Napoléon-le-petit et de Châtiments, Hetzel jouissait, auprès de Hugo, d’un capital de confiance. Il s’occupait de ses affaires à Bruxelles. Hugo, de son côté, lui donnait la préférence, à moyens égaux, sur d’autres éditeurs. Bien que son nom ne parût pas sur la couverture, il avait à son actif Les Contemplations, auxquelles s’ajoutera, en 1859, La Légende des Siècles. Il avait aussi lancé la célèbre édition illustrée des Œuvres de Victor Hugo, l’édition Hetzel-Marescq vendue en livraisons à quatre sous, pour laquelle il avait fait appel à des dessinateurs de renom tels que Nanteuil, Gavarni, Gérard Seguin, Beaucé, etc. Cette édition populaire, si importante historiquement, provoqua entre l’auteur et l’éditeur quelques frictions. Mécontent du dépeçage de Littérature et Philosophie mêlées, utilisé comme « bouche-trous » à la fin des livraisons trop minces, Hugo réagit avec violence. Il manifesta peu d’intérêt pour les illustrations, sauf, beaucoup plus tard, lors de la réédition de Notre-Dame de Paris avec les dessins de Brion. Cette absence d’intérêt pour toutes les rééditions de ses œuvres est d’ailleurs tout à fait caractéristique de Victor Hugo pendant l’exil, et explique en partie son attitude tout au long de l’affaire des Enfants. Seuls comptent pour lui les projets nouveaux, et ceux-ci foisonnent. Tout livre terminé et publié est du passé.

  • 1 Lettre conservée à la Bibliothèque nationale, Paris, ms N. A. F. 13.364, fo 108. Cette édition « sp (...)
  • 2 « Je voudrais, disait Hetzel en 1853, en outre faire illustrer la dite légende et en faire un vol. (...)

4Le 28 avril 1855, Hugo, qui était alors en pleine composition des Contemplations, ne réagit même pas lorsque Hetzel lui annonce qu’il a publié « pour préparer une édition illustrée, Le Beau Pécopin en 1 volume à un franc »1. Pour Hetzel, ce conte extrait du Rhin peut convenir aux enfants, et il espère par une vente à bon marché rendre le livre populaire et toucher un vaste public de jeunes. Une édition illustrée, lancée sur un terrain préparé, viendrait ainsi couronner une opération déjà rentable. Le choix de Pécopin et le mode de publication prévu, signes avant-coureurs du retour d’Hetzel vers un genre de livre cher à son cœur, sont aussi pour lui l’occasion d’ajouter Hugo à cette pléiade d’auteurs célèbres — Nodier, Balzac, Musset, George Sand entre autres — qui avaient naguère contribué à assurer ses premiers succès dans le livre illustré2.

  • 3 Hachette venait de racheter à un des vendeurs d’Hetzel, Victor Lecou, son fonds de volumes de Hugo. (...)
  • 4 Lettre à Hetzel du 17 septembre 1853 (Correspondance Hugo-Hetzel I, p. 403).

5C’est à cette même époque, sans doute en mai 1855, que, se faisant le porte-parole de Louis Hachette3, Hetzel lança l’idée d’un choix de poèmes de Hugo, idée que dans un premier temps, Hugo ne releva pas. Il avait, en 1853, dit ce qu’il pensait des « œuvres choisies », à l’occasion de la mise en lambeaux de Littérature et Philosophie mêlées, éparpillé sous forme de Mélanges littéraires à la fin des volumes : « Ce livre est trop connu, particulièrement des jeunes gens, des étudiants etc. Que diront-ils lorsqu’ils le chercheront dans les 4 sous, de le découvrir çà et là sous cette forme et sous ce titre pris dans le Batteux4 ? » Au moment où il terminait ce qu’il appelait sa « grande pyramide », Les Contemplations, livre fortement architecturé, conçu comme un tout, indivisible, il ne pouvait guère être disposé à se prêter à une nouvelle opération anthologique. Une seconde demande fut donc violemment repoussée. Nous n’avons pas la lettre de refus, mais la réponse d’Hetzel, du 22 juin 1855, permet d’en deviner les termes :

Cher ami, comme tous les grands esprits vous êtes un atroce tyran. Votre jolie tirade contre les œuvres choisies est charmante, c’est tout ce qu’on peut dire contre, mais ce n’est pas tout ce qu’on peut dire pour — et il y aurait autant à dire en faveur que contre les choix.
Vous me fournissez le meilleur argument. La postérité choisit, dites-vous. Elle enterre — quelquefois elle exhume. Mais il n’y a pas qu’elle qui choisisse. L’auteur choisit — Il n’en est pas qui n’ait ses préférés parmi ses enfants — est-ce qu’il se coupe un testicule pour cela —

6Après avoir expliqué les motifs de son choix d’œuvres à paraître dans un Esprit de Voltaire en préparation, Hetzel poursuit :

  • 5 B. N., ms N. A. F. 24.804, fos 127-128, citée par A. Parménie et C. Bonnier de la Chapelle, Histoir (...)

Pour ce qui vous concerne — l’idée de Hachette est celle-ci — bonne ou mauvaise, mais bonne en tous cas d’intention.
Il y a lutte à Paris entre l’université et le clergé — entre l’esprit ancien dans l’université et l’esprit d’avenir — vous n’avez pas écrit tout ce que vous avez écrit, pas plus qu’un autre, à l’usage de tous. Vous n’avez surtout pas tout écrit à l’usage de l’éducation, de l’enseignement littéraire élémentaire — eh bien — un volume qui contiendrait l’évangile littéraire percevable pour la jeunesse dans ce que vous avez fait, et qui serait fait de façon à ce que cela pût devenir du romantique classique dans les mains des professeurs enseignant des élèves apprenant : ce volume-là ne serait pas une mauvaise affaire pour la jeunesse, elle ne serait pas une mauvaise affaire pour l’auteur, elle ne serait pas une mauvaise affaire pour le public.
Prétendez-vous que quand vous avez eu vos enfants, ou quelque jeune femme à vos côtés, un autre enfant toujours, vous n’avez pas dit à ces enfants s’il s’agissait de vous faire lire par eux lisez ceci et cela de préférence, c’est plus à votre portée, c’est plus particulièrement fait pour vous.
Si vous l’avez dit ! L’écriture vous était-il impossible après ? Vous sentiez-vous châtré ? Non, je l’espère — Ergo cher et grand ami, vos arguments sont bons en ce qu’ils ont de bon, et ne valent pas le diable en ce qu’ils ont de trop absolu...5

  • 6 Voir à ce sujet Daniel COMPÈRE, Hetzel et la littérature pour la jeunesse in Europe, novembre-décem (...)

7L’on voit que dans l’esprit des éditeurs — on devrait sans doute dire d’Hetzel —il s’agit d’un choix d’œuvres « faciles », accessibles à la jeunesse. L’argument pédagogique est un reflet des préoccupations qui étaient déjà siennes lorsqu’il écrivait sa préface aux Fables de Florian en 1842 ou le prologue à ses Nouvelles et seules véritables aventures de Tom Pouce publiées sous le pseudonyme qui deviendra célèbre, P.-J. Stahl6.

  • 7 Lettre non datée (fin novembre 1856), Maison de Victor Hugo (Μ. V. H.) α 1754.

8Rien ne pouvait laisser deviner qu’un an et demi plus tard, lorsque Hetzel lui proposera « de faire un beau livre illustré de beaux aciers de tout ce que vous avez écrit sur les Enfants »7 Hugo se déjugerait entièrement et donnerait, sans discussion, son assentiment de principe à un projet encore vague, ressemblant fort à celui qu’il avait repoussé. Hetzel n’avait pas tenté, à ce stade, d’appâter son auteur par des promesses d’un gros succès de librairie. Mais pour Hugo, à qui Les Contemplations avaient permis, disait-il, d’acheter Hauteville house, qu’il fallait meubler et aménager, la possibilité d’une publication immédiate ne demandant aucune peine n’était sûrement pas à négliger. Peut-être même la perspective de publier un livre sur les enfants prolongeait-elle en lui les vibrations et les harmonies de Pauca meae. Cette hypothèse pourrait se trouver étayée par la dédicace de l’exemplaire de la première édition, non-illustrée, des Enfants qu’il offrit à Juliette Drouet :

  • 8 L. BARTHOU, Les Amours d’un poète, Paris, Conard, 1919, p. 337 et Catalogue de la vente Barthou, t. (...)

A mon doux ange d’ici-bas, au nom de mon doux ange de là-haut. V. Guernesey, nov. 18588.

  • 9 Lettre du 2 décembre 1856 (B. N., ms N. A. F. 16.959, fo 189).

9Quelles que fussent les raisons, la réponse ne se fit pas attendre : « Un volume de ce que j’ai écrit sur les enfants serait en effet une excellente idée — avec ce titre : le Victor Hugo des enfants ou : Les Enfants par Victor Hugo. Je crois au succès. J’attends votre ouverture »9.

10La lettre persuasive de Paul Meurice, chargé de présenter le projet et de l’appuyer auprès de l’auteur, arriva après l’acceptation de Hugo, mais elle était de nature à lui enlever les doutes qui pouvaient encore le troubler. Maurice soulignait les avantages financiers d’une telle affaire et allait au devant de l’objection considérée comme majeure :

  • 10 Lettre du 4 décembre 1856 (Correspondance entre Victor Hugo et Paul Meurice, Paris, Fasquelle, Bibl (...)

C’est absolument différent de l’absurde combinaison des Œuvres choisies qui font tort aux œuvres complètes. Ici, au contraire, l’effet moral est excellent et le succès charmant aide au succès du tout [...] Si la chose est faite avec soin (et Hetzel s’entend aux éditions de luxe) vous pouvez gagner tous deux pas mal d’argent10.

  • 11 Lettre du 23 janvier 1857 (B. N., ms N. A. F. 13.364, fo 121 v°).

11Il importe de noter l’insistance d'Hetzel, secondé par Meurice, sur l’édition de luxe : il est question, et ce sera répété au début des discussions pour aboutir à un traité, d’« un volume très grand in 8° qui se vendrait 10 francs comme volume d’étrennes. Il faudrait qu’il eût l’aspect des plus beaux keepsakes »11. Pendant six mois, de janvier jusqu’en juin 1857, Hetzel fera des offres imprécises, oscillant entre diverses formules (partage des bénéfices, somme fixe sur un nombre d’exemplaires vendus), sans accéder à la requête faite par Hugo à plusieurs reprises et avec insistance, de présenter un devis en bonne et due forme. Ce sera une petite lutte de silences et de menaces de rupture des pourparlers de la part d’Hetzel, et de la part d’Hugo, d’ajournement des discussions. En somme, toutes les ruses d’un couple qui a déjà fait beaucoup d’affaires ensemble, et où chacun connaît trop bien les réactions de l’autre. De guerre lasse, Hetzel s’exécute devant une troisième demande de devis très sèche, mais non sans justifier sa résistance. Sa lettre, et la réponse de Victor Hugo que nous publions ici, sont d’admirables témoignages des relations entre auteur et éditeur à un moment encore privilégié de leur collaboration.

18 juin [1857]
r.
Cher Maître votre lettre du 14 m’arrive.
Immédiatement j’écris à Paris pour vous satisfaire — quant aux devis — j’en fais faire deux —
1° un pour une édition illustrée de dix gravures sur acier — qui se vendrait en 25 livraisons à 50 centimes —
volume de 25 feuilles — sur beau papier du très beau de 30f—

2° un autre — pour une édition illustrée de 50 gravures sur bois et qui paraîtrait en 50 livraisons à 25 centimes — avec chacune une vignette.

Je fais faire le devis de la 1ère édition — si elle était — sur acier à 2500 — celui de l’édition qui serait sur bois — à 2500 aussi et à 5000 —
Quand les deux devis arriveront comme il est probable que c’est à l’un des deux que je pourrai m’arrêter vous aurez alors ce que vous souhaitez.
Mais mon ami, mon ami et maître — vous ne m’en aurez pas moins fait pester et jurer contre l’obstination du genre.

Car quand j’aurai fait un devis, quand nous l’aurons arrêté — quand nous aurons fixé tout pour cette affaire je ne réponds pas que le désespoir ne me prenne pas, d’être enfermé dans un plan quelconque.

Je voulais pour ce livre, au cas où je ne le ferais pas avec des gravures sur acier avoir la bride sur le cou.
C’est à dire que j’aurais fait composer tout le livre d’abord et sur la composition faite et donnée aux dessinateurs j’aurais fait faire l’illustration serrant le vers, s’y mariant, s’y mêlant —
J’aurais en un mot fait un livre unique —
Mais de ce livre le devis est infaisable — c’est demander le devis du hasard — et voilà ma rage — C’est que c’est vous le poète qui tyrannisez mon inspiration qui allez retrécir mon essor et qui voulez faire d’un libraire sur le point de déployer ses ailes un chorégraphe dont tous les pas seront comptés à l’avance.
En un mot pour ce livre, j’aurais eu besoin de liberté, de licence, le tout à mes frais — Ça ne semblait pas hardi de le souhaiter.
Vous ne le voulez pas Bernique vous avez tort, vous êtes un ÉPICIER et je le dirai sournoisement dans la préface de l’édition courante que vous allez me forcer de faire.
Mais — sacristie — ai-je rage pour de bon — dont je puis jaser — mais sacristie — est-ce que vous donner les comptes après ne revient pas au même que les donner avant — du moment où je fais les avances.
Vous me donnez un exemple qui n’en est pas un — Je vous ai donné les devis d’éditions sans caprice possible. le cas était autre —
N’importe vous serez satisfait et je m’en plaindrai aux échos de Guernesey — en août —
J. Hetzel

  • 12 Il s’agit du décompte des exemplaires des Contemplations donnés par Hugo et Hetzel.
  • 13 B. N., ms N. A. F. 24.804, fos 155-156. Une dizaine de lignes de cette lettre sont publiées par Par (...)

J’écris à Paris pour avoir de Claye et de Lévy la liste des bons donnés — lère édition — s’ils l’ont encore12.
Me répondre à Ems Duché de Nassau, Bureau restant. J’y reste pendant cinq semaines — J’y conduis ma femme qui est souffrante. Je pars le 20 au matin. Je compte être dans les 8 premiers jours d’août à Guernesey — avec le fidèle Parfait, et peut-être Charras et Allix. Quant à Deschanel — le jeune chronomètre ne sera pas prêt pour cette époque, son aiguille avait marqué qu’il ferait autre chose à cette époque il ne viendra donc pas.
J. Hetzel13.

12Bien que nous ne possédions pas toute la correspondance échangée entre l’auteur et son éditeur, il semble bien que l’insistance de Hugo ait contraint Hetzel, dans cette lettre, de dévoiler ou du moins de « fixer » des alternatives qu’il aurait visiblement préféré garder en réserve. Pour la première fois il est question de gravures sur bois, moins chères que sur acier et moins luxueuses. Sa colère réelle ou feinte, mais amicale, ne l’empêche pas de glisser dans sa lettre un second élément nouveau qui ne sera pas relevé tout de suite : l’éventualité d’une « édition courante » sur le modèle du Pécopin. L’argument avancé sera le même : établir le recueil, faire sa réputation, préparer le terrain pour la vente d’une édition illustrée. Car Hetzel est réaliste. Il faut du temps et une mise de fonds considérable pour publier une édition illustrée luxueuse. En 1857 il n’est pas encore en mesure de faire les avances nécessaires.

13La réponse de Hugo, d’une logique indiscutable, n’est dans le fond, qu’une répétition adoucie de ses précédentes réclamations :

  • 14 Il s’agit du Cochon de Saint Antoine. Hetzel avait écrit à Charles, le 18 juin 1857 : « Ecris à Cad (...)
  • 15 B. N., ms N. A. F. 16.959, fos 198-199. Trois phrases de cette lettre sont publiées par Parménie et (...)

dimanche 28-juin — [1857]
Vous êtes charmant dans votre colère, ce qui n’empêche pas que j’aie raison. Jugez vous même : — vous m’offrez deux choses :
faire le livre, vous, faisant les frais, avec partage des bénéfices par moitié.
Ou
vous céder le droit pendant six ans pour 10.000 fr —
Comment voulez-vous que j’apprécie la seconde proposition sans connaître le calcul de la première ? Vous vous êtes décidé à cette offre de 10.000 fr. d’après un calcul quelconque. C’est ce calcul que je vous prie de me communiquer. Quoi de plus simple ?
Il me semble que vous êtes battu. Hein ?
Et puis, est-ce que vous ne savez pas qu’avec moi, même le traité signé, il y a toujours moyen de s’entendre sur une meilleure exécution de l’idée ? Vous pouvez donc me communiquer vos premiers calculs personnels, et, soyez tranquille, cela ne m’empêchera pas de vous laisser, le cas échéant, toute liberté, et même toute licence. Ah ! Ah ! vous convenez enfin que vous avez des ailes, cher poète ! — A bientôt. Répondez-moi. Il est bon que les affaires continuent de marcher et de mûrir. Celle-ci presse, car plus vite sera mis en train ce livre des Enfants mieux cela vaudra à tous les points de vue. Charles va faire pour l’envoi des doubles épreuves ce que vous lui demandez14. A bientôt ce beau thermidor (j’ai écrit par erreur messidor à Parfait) communiquez-lui l’erratum. Vous arriverez tous, et quelle joie ce sera ! Je vous serre la main. — Ex imo.
Ma femme qui connaît et qui aime déjà Parfait et Deschanel, se fait une fête et voir et de connaître Charras — dites-le lui bien, n’est-ce pas ?
Mes hommages les plus empressés aux pieds de Madame Hetzel15.
Adresse :
Viâ London
par Ostende
Monsieur J. Hetzel
à Ems (poste restante)
Duché de Nassau —

Timbres postaux :
Guernsey JU 29 1857
Bad Ems 2 7 1857

  • 16 Jules Claye (1806-1886) entra à l’âge de 13 ans chez Firmin Didot. Il fonda en 1846 sa propre impri (...)
  • 17 Lettre à Hetzel du 19 mars 1857 in Victor HUGO, Œuvres complètes, édition chronologique publiée sou (...)

14Le devis détaillé, établi par Jules Claye16, l’ancien camarade d’Hetzel qui venait d’imprimer l’édition française des Contemplations, fut transmis à Hugo le 16 juillet. Mais celui-ci, qui préférera toujours discuter de vive voix, remet la signature d’un traité à la venue d’Hetzel à Guernesey. Il y avait d’autres affaires importantes à mettre au point, et d’abord les dispositions à prendre pour le nouveau recueil qu’il s’était décidé depuis plusieurs mois à « intercaler [...] entre les Contemplations et les poèmes de Dieu et de Satan »17 : les Petites Epopées, qui deviendront la première série de La Légende des Siècles.

  • 18 Mis au monde à Chartres par la mère d’Hetzel, sage-femme, Noël Parfait était apprenti relieur à Par (...)
  • 19 C. F. L., X, p. 1414.
  • 20 Traité conservé à la B. N. (ms N. A. F. 16.960, fos 32-33).

15Le 8 septembre Hetzel, accompagné de Noël Parfait18, débarqua à Guernesey pour un séjour de quatre jours. Le 11, Hugo note sur son agenda : « signature du traité pour les Petites Épopées — plus le livre des Enfants plus Pécopin illustré (— ce traité assurant mon année prochaine, je paierai les nouvelles dettes de ma femme, environ 400 fr.) »19. Le traité pour Les Enfants, daté en fait du 8 septembre 1857, accordait une exploitation pour dix ans de deux éditions du livre : les bénéfices de l’édition illustrée seraient partagés par moitié après prélèvement des frais, entièrement à la charge de l’éditeur ; pour une éventuelle édition non-illustrée l’auteur recevrait les deux tiers des bénéfices nets. Le paiement de 2.500 francs en acompte le 1er janvier 1858 fut la clause la plus précise du traité, aidant, en effet, Hugo à « assurer [s]on année prochaine » et incitant Hetzel à mettre rapidement un livre en chantier. Le paragraphe concernant le contenu — illustrations et poèmes — laissait toute liberté à l’éditeur : « M. Victor Hugo autorise M. Hetzel à publier, avec illustrations, un livre intitulé : les Enfants, par Victor Hugo et composé de fragments extraits de tous les ouvrages de M. Victor Hugo et ayant pour sujet l’enfance »20.

  • 21 Tenu par le nombre de feuilles à sa disposition, Parfait envisageait, à contrecœur, d’éliminer une (...)

16La présence dans ce voyage de Noël Parfait, ami d’enfance d’Hetzel et fervent admirateur de Hugo, peut s’expliquer tout simplement par l’amitié et par un agréable précédent : il avait déjà accompagné Hetzel à Guernesey. Mais elle a une autre raison d’être. Chargé de la correction, à Bruxelles, des épreuves des Contemplations, Parfait semble avoir été ensuite employé par Hetzel à diverses tâches de librairie, et on le retrouvera en 1858 et 1859 faisant office de factotum d’Hetzel, appointé pour surveiller les impressions, corriger des épreuves, veiller sur la comptabilité et prendre des décisions pendant les absences — fréquentes — de l’éditeur. Ce sera Parfait qui fera avec Hetzel le choix des extraits qui composeront le premier recueil des Enfants, et la lettre qu’il écrivit à celui-ci le 24 juin 1858 au moment de l’achèvement de la composition du volume laisse entendre que sa part de responsabilité était grande21. Le moment venu, Parfait corrigera les épreuves.

  • 22 Lettre à Hetzel, 12 décembre [1857] (B. N., ms N. A. F. 16.959, fo 203).
  • 23 B. N., ms N. A. F. 16.959, fo 211. La partie de cette lettre consacrée aux Petites épopées et aux a (...)

17Nous n’avons aucune trace d’une manifestation d’intérêt pour le livre de la part de Hugo au cours de la fabrication. Dès l’automne 1857 il était « dans les Petites Epopées »22. Quand il apprit, en mai 1858 qu’Hetzel publiait « une édition format Charpentier », il ne répondit même pas. Ce n’est qu’après un rappel inquiet, qu’il approuva, le 6 juin, sans poser de questions, les « commencements d’exécution quant au livre les Enfants » et qu’il accéda à la demande de l’éditeur de faire courir la période d’exploitation à partir de la mise en vente de l’édition illustrée23.

  • 24 Repris dans C. F. L. X, p. 697. Nous tenons à signaler que la Table des matières reproduite p. 698- (...)

18Le livre fut imprimé à Bruxelles sur les presses de l’imprimerie Van Buggenhoudt, célèbre pour la qualité de ses livres à gravures et pour ses lithographies, et fut vendu à Paris, dans la collection Hetzel chez Louis Hachette, dont le nom figure sur la couverture. Ce joli petit volume in-12 de 264 pages, comportant « Quelques mots de préface » signés de P.-J. Stahl24, est imprimé sur beau papier et se distingue par une typographie très aérée et par une ample utilisation de titres en belle page.

19Les poèmes sont répartis en onze sections : les Têtes blondes, Berceaux, Lasciate Parvulos, Dieu les écoute, Sur le Seuil de la vie, Les Mères, Souvenirs d'enfance, les Orphelins et les Pauvres, Enfants historiques, les Deuils et les Tombes, Pauca Meae. Certains choix, il faut l’avouer, surprennent. Mêler aux poèmes deux extraits dramatiques (Triboulet, le numéro 9 de la première section, consiste en 28 vers du Roi s’amuse, Job, numéro 10, en 33 vers des Burgraves) paraît pour le moins étrange et plus qu’un peu arbitraire. La sélection, souvent, de fragments de poèmes et non de poèmes entiers choque davantage encore. Cette manière de se « mettre à la portée » du public a assurément des conséquences poétiques ruineuses. Peut-être faut-il dire tout simplement : autres temps, autres mœurs. Cette mauvaise habitude, perpétuée par les manuels scolaires, n’a d’ailleurs pas fini de faire des ravages.

  • 25 Les prodromes de l’ànthrax se manifestèrent dans la dernière semaine de juin 1858. Le livre des Enf (...)

20Hugo, devant cet attentat caractérisé à l’intégrité de ses poèmes, ne réagit pas. On peut même se demander s’il fit mieux que jeter, sur la préface et la table des matières, un coup d’œil distrait. Il faut dire que le livre était arrivé à Guernesey en plein milieu de la longue maladie qui mit la vie de Victor Hugo en danger, et qui interrompit des activités infiniment plus sérieuses, en particulier la préparation de La Légende des Siècles25. Ce n’est qu’après cette maladie — un anthrax — que Hugo, brièvement, réagit. Il apaisa Parfait qui avait pour ainsi dire perdu son latin, au contact de Dante peut-être.

  • 26 Manuscrit conservé à la John Rylands University of Manchester Library, Special collection. L’erreur (...)

Le livre des Enfants est supérieurement construit. Je vous dirai les améliorations possibles que j’y entrevois. Je me préoccupe peu de Lasciate Parvulos. Les vraies fautes d’impression pour moi, les voici :
S’emplit d’or jusqu’au bord &c
pour S’emplit d’eau dans la Prière pour tous26.

21Sa lettre à Hetzel partit le même jour :

  • 27 B. N., ms N. A. F. 16.959, fos 584-585.

Hauteville house — 10 7bre [1858]
Il m’est enfin permis d’écrire et j’en profite pour vous envoyer un bon serrement de main. Je suis encore très faible ; les dix lignes que vous trouverez ci-incluses et que je vous prie de transmettre à M. Pelvey, m’ont mis en sueur ; mais ma plaie est presque cicatrisée, et dans quelques jours je serai redevenu un être vivant. Ce clou était un anthrax ; on meurt quelquefois de ces bêtises-là ; le mien était bénin et ne m’a tenu que trois mois au lit avec une plaie large comme une assiette au milieu du dos, dix-sept jours et dix-sept nuits d’insomnie, les douleurs d’un brasier ardent sur les reins, et une suppuration telle qu’il y a un mois j’étais un squelette. Depuis j’ai repris un peu de chair, et si vous nous faites la joie d’arriver dans une quinzaine de jours, vous me trouverez presque pareil à un homme. — Le livre des Enfants est très réussi ; votre préface est une ravissante page et m’a vivement touché. Je vous ferai quelques petites indications pour l’édition illustrée ; nous en causerons ; je n’ai plus ici de place que pour vous serrer la main de toutes mes forces. J’ai de la force pour cela.
A bientôt.
V.
Adresse :
Monsieur J. Hetzel27

  • 28 Voir sa lettre à Hugo du 21 décembre 1856 dans Correspondance entre Victor Hugo et Paul Meurice, p. (...)

22Aucune référence ici — et nous n’en avons trouvé nulle part chez Hugo — à un changement au titre qu’Hetzel avait apporté de son propre chef : il avait ajouté, en petit caractère et entre parenthèses sous le titre, « Le livre des mères ». Sa préface expliquait sa hardiesse : « J’ajouterai que j’aurais appelé ce livre le Livre des mères plutôt que le livre des enfants. Les enfants n’en sont que le sujet, les mères en sont le but : c’est à elles que ce livre appartient ». Seul Paul Meurice, qui avait participé à la discussion sur le titre du volume28, protesta auprès d’Hetzel, mais sur ce seul point ;

  • 29 Lettre d’Hetzel à Parfait s.d. [juillet 1858] (B. N., ms N. A. F. 16.983, fo 307). La faute de Parf (...)

Hugo ne m’a pas écrit, mais j’ai reçu une lettre de Meurice qui trouve tout bien hormis l’ajout que j’ai fait au titre (le livre des mères) et à qui ta faute parut indifférente.
Il nous donne quelques indications de choses oubliées pour les prochaines éditions29.

  • 30 Dans une lettre du 23 janvier 1857, Hetzel mentionne un « Jérôme, [Léon Gérôme ?] qui fait d’adorab (...)
  • 31 Il s’agit vraisemblablement de Myles Birkett Foster (1825-1899), aquarelliste et dessinateur, renom (...)

23Pour Hetzel, l’édition de 1858 n’avait d’autre raison d’être que d’annoncer l’édition illustrée. C’était celle-ci qui justifiait et expliquait la totalité de l’opération. Il s’était donc mis en quête, dès le mois de janvier 1857, d’un illustrateur, et avait songé en premier lieu à Jean-Louis Hamon30. Cette idée n’eut pas de suite, peut-être parce qu’Hetzel n’était pas encore prêt à faire son livre. Une nouvelle tentative, en 1858, auprès d’un Anglais, M. Foster31, ayant échoué, Hetzel s’était tourné vers l’Allemagne et avait annoncé triomphalement à Hugo, le 10 mai 1858, qu’il avait trouvé son dessinateur :

  • 32 Ludwig Richter (1803-1884), considéré comme un précurseur des paysagistes romantiques, était profes (...)
  • 33 B. N., ms N. A. F. 24.804, fos 153-153v°.

Dresden le 10 mai [1858]
Cher Maître
Je vous écris de Dresde — J’y suis tout exprès venu pour trouver un incomparable un exquis dessinateur L. Richter32 dont j’avais vu à Bruxelles des compositions qui font de lui un homme unique pour l’illustration de notre futur livre illustré « Les Enfants ».
[...]
Il me demande une année pour faire les cinquante dessins dont se composera l’illustration des Enfants — voici bien des lenteurs nécessaires après d’autres qui ont été forcées sans être nécessaires33.

  • 34 La lettre de Hugo à Chenay, le prévenant d’un refus probable, est publiée par Jean-Luc Mercié (Vict (...)

24La réponse de Hugo avait été laconique. Décidément, il ne s’intéressait pas à ce projet. Il approuva. Il était curieux de voir les dessins... « Cher proscrit, tout ce que vous faites est bien ». Cependant, plus tard dans l’année, lorsque son beau-frère, Paul Chenay offrit ses services, Hugo transmit sa demande à Hetzel, tout en sachant qu’un engagement considéré comme formel avait été pris34.

  • 35 Hetzel à Hugo, Dresden lundi 30 [mai 1859] (B. N., ms N. A. F. 24.804, fo 190).

25Mais Hetzel n’avait pas de chance avec ses dessinateurs. Pendant un an Richter n’envoya aucun dessin, ne donna aucun signe de vie. Hetzel partit de nouveau pour Dresde, pour apprendre que son homme, « un Nodier allemand [...] doux, malin et fin comme l’ambre », souffrait depuis huit mois d’un affaiblissement de la vue et ne s’était pas encore mis au travail35. Il y renoncera.

  • 36 Eugène Froment (1844-1900) semble avoir été lancé par Hetzel quand il n’avait encore que seize ans. (...)
  • 37 La première édition de ce livre, illustré de vignettes par Gobert et Froment, publié chez Michel Lé (...)

26Près de deux ans s’écoulèrent avant que l’édition illustrée des Enfants ne fût mise en fabrication. Hugo, pour qui la grande affaire était désormais l’achèvement des Misérables et qui de toute façon avait laissé toute liberté à l’éditeur, ne s’en inquiéta pas (il n’en demanda des nouvelles qu’une seule fois, en 1860). Hetzel, qui s’était réinstallé à Paris pour de bon, avait, lui aussi, mille choses à faire. Une solution fut trouvée en février 1861. Le choix d’Hetzel se porta sur Eugène Froment36, un jeune dessinateur qui avait connu son premier succès avec ses illustrations de la Comédie enfantine de Louis Ratisbonne37 et dont Hetzel fera en grande partie la carrière, l’employant par la suite pour illustrer un certain nombre de ses propres œuvres (P.-J. Stahl) ainsi que d’autres titres qui paraissaient dans sa Bibliothèque illustrée des familles, et, en 1869-1870, pour faire les ornements de l’édition elzévirienne de l’œuvre poétique de Victor Hugo.

  • 38 Franz Robert Richard Brend’amour, graveur sur bois, né le 16 octobre 1831 à Aix-la-Chapelle, s’inst (...)
  • 39 « Donc notre livre est fait. Dieu soit béni » (B. N., ms N. A. F. 16.952, fos 294-295).
  • 40 Copie conservée à la Μ. V. H. α 4854.
  • 41 C’est le 4 janvier 1862 que sera annoncé au Journal de la librairie : Le Livre des Mères. Les Enfan (...)
  • 42 Ils séjournèrent à Guernesey du 7 au 12 novembre 1858.

27Au mois de juillet 1861, Hetzel part à Düsseldorf où il a trouvé son graveur, R. Brend’amour38. Le 24 août, Eugène Froment lui livre ses derniers dessins39 et le 5 septembre Hetzel annonce à Hugo : « Notre édition du livre des Enfants va être mon plus beau livre in 8°. Gravures, dessins et impression seront des merveilles »40. Cette proclamation triomphaliste et fanfaronne appelle un petit commentaire. Le livre qui va parvenir à Guernesey le 31 décembre 186141 n’est pas le beau livre de luxe, illustré de gravures sur acier, dont le projet semble avoir séduit Hugo cinq ans auparavant. Le vague du traité laissait à l’éditeur une liberté qui lui avait permis de réduire les frais en faisant un livre moins luxueux, le bois remplaçant l’acier. La vraie édition de luxe que préparait Hetzel au moment où il écrivait à Hugo, était celle des Contes de Perrault, illustrés par Gustave Doré, avec gravures sur acier dans le format qui leur convenait, l’in-folio. Pour le contenu, la nouvelle édition n’est pas très différente de la première. Les quelques modifications apportées à l’édition illustrée de 1862 tiennent-elles compte de suggestions de Paul Meurice et de commentaires que Hugo a pu faire lorsque Hetzel et Parfait vinrent de nouveau lui rendre visite au mois de novembre 185842 ? Dans l’ensemble ce sont les mêmes textes, à l’exception des deux fragments dramatiques, éliminés, et de l’addition de quatre pièces : « Jeune fille, la grâce emplit tes dix-sept ans » (Contemplations, III, 9) ; Regard jeté dans une mansarde (Les Rayons et les Ombres, 4, extraits) ; Lazzara (Orientales, 21, quatre strophes) ; Fantômes (Orientales, 33). En revanche, l’architecture du livre subit des changements majeurs : le nombre des sections est réduit de onze à sept, l’ordre de nombreux poèmes changé, et la section Les Mères, centrale dans l’édition de 1858 (sixième sur onze) deviendra la cinquième dans une progression plus claire. L’ensemble gagne en cohérence. Ce qu’il y a de certain, c’est que le titre choisi par Hetzel triomphe, et cela malgré les réserves de Meurice. La parenthèse de l’édition de 1858 est remplacée en 1861 par un flamboyant arc rouge qui couronne le titre Les Enfants et qui est repris dans la vignette sur une banderole tenue par deux enfants.

28La lettre de remerciements que Hugo envoya à Hetzel le 5 janvier 1862 est très modérément aimable :

  • 43 Commissionnaire à Anvers.
  • 44 Achille Pelvey était le directeur de la maison Marecq et Cie qui avait publié l’édition populaire d (...)
  • 45 B. N., ms N. A. F. 16.959, fos 580-581.

H. H. 5 janvier [1862]
Merci de votre petit mot charmant, arrivé le 1er janvier. Bonjour, bon an. Je vous le rends. Merci aussi pour l’envoi, si à propos, du livre les Enfants. Envoyez-moi, par Merruis43 quelques uns de mes exemplaires. Sans Perrault, ç’eût été votre livre du jour de l’an ; mais je comprends votre absorption dans une beaucoup plus grande affaire. — J’ai revu avec un extrême plaisir l’illustration de M. Froment ; c’est une série de petits chefs d’œuvre, dites-le-lui de ma part. Ce livre est glorieux pour le dessinateur et fâcheux pour l’imprimeur. L’imprimeur a maintenu avec soin, en les aggravant même, toutes les fautes d’impression de l’édition d’essai ; même les plus grossières, même celles que j’avais signalées à Parfait : par exemple : s’emplit d’or pour s’emplit d’eau (Prière pour tous). Si j’étais l’imprimeur, j’implorerais des cartons, pour ne pas laisser derrière moi cette édition-princeps déshonorante.
Quant à vous, vous n’en retirerez, comme M. Froment, que de l’honneur. Vous ne pouviez surveillez tous les détails. Vous avez conçu, ce n’est pas votre faute si l’on exécute mal ce que vous avez engendré bien.
Cher et charmant esprit que vous êtes, je vous envoie tous mes applaudissements, toutes mes félicitations et tous mes vœux.
Victor H.
Seriez-vous assez bon pour rappeler à M. Pelvey44 qu’il a tout à fait renoncé à nous envoyer aucun compte.
Adresse ;
Monsieur J. Hetzel45

  • 46 Sur Victor Hugo, in BAUDELAIRE, Œuvres complètes II, texte établi, présenté et annoté par Claude Pi (...)
  • 47 L’autorisation avait été donnée dans une lettre à Baudelaire du 19 juillet 1860. Il est difficile d (...)

29La déception de Hugo, à en juger par les compliments envoyés au dessinateur, ne touche pas l’illustration. Elle est tout entière dirigée contre l’éditeur. Car malgré les félicitations, malgré les formules rassurantes, c’est bien l’éditeur le responsable de « cette édition-princeps déshonorante ». C’est bien Hetzel, et non l’imprimeur, qui aurait dû surveiller la correction des épreuves, mais qui a sacrifié Hugo à Perrault. Mais cette insistance sur l’aspect du livre et sur les coquilles, n’est-elle pas, en définitive, une manière de ne pas parler de l’essentiel ? En laissant libre cours à sa mauvaise humeur à propos de détails qui ne sont ni si nombreux ni si importants, Hugo avait évité le problème principal qui était celui de l’anthologie elle-même. Il avait laissé faire, absurdement, en 1858, se rendant sans trop réfléchir aux arguments d’Hetzel. Maintenant il ne pouvait plus que se mordre les doigts. Cette anthologie, dans sa peau toute neuve, était absurde. On y lisait quelques poèmes entiers, mais beaucoup de lambeaux qui, sans le contexte, n’avaient aucun sens. Il y avait même quelques vers de la Pente de la Rêverie, ce poème dont Hugo venait de lire, sous la plume de Baudelaire, qu’il était « enivrant »46 et dont Hetzel faisait de la charpie. Hugo venait de donner à Baudelaire et à Crépet l’autorisation de publier un choix de ses poèmes47. Il eût fallu aller au fond des choses, se demander si la définition d’un sujet et d’un public n’était pas une trahison majeure, dire à Hetzel que son anthologie était imbécile, donnait de lui une image dérisoire, incompatible avec celle que les grandes œuvres de l’exil avaient édifiée. C’eût été la rupture. Hugo choisit l’amitié.

30Hetzel, lui, ne comprit pas, ou choisit de ne pas comprendre. Il se réfugia sur le terrain, moins dangereux, des ventes. A la fin de 1862, Hetzel avait à son actif quatorze livres illustrés dans sa collection pour la jeunesse, et il avait fait, dit-il, « un très gros mois d’affaires ». Mais ce ne sont pas Les Enfants qui auraient suffi à remplir ses caisses :

  • 48 Lettre à Hugo, s.d. [1er janvier 1863] (B. N., ms N. A. F. 24.804, fos 222v°-223).

Mais quel public insensé que celui du jour de l’an. Je viens de le voir de près. « Oh non — ce sont des vers et je n’ose pas donner des vers. Si c’était en prose oui — et encore un livre de Mr Hugo on ne sait pas si les opinions des gens sont de celles qui peuvent s’arranger de ce terrible nom ».
Cela m’a été dit vingt fois à propos du livre les Enfants — qui est le meilleur comme forme de tous mes livres, et qui naturellement comme fond est à cent mille pieds au-dessus de toutes les platitudes dont on s’arrange.
La rancune cléricale ou politique va surtout à l’occasion des livres d’étrennes à bêtise ouverte48.

31A la prochaine saison des étrennes, Hetzel qualifiera Les Enfants comme « une affaire qui ne va pas », et expliquera dans des termes presque identiques la mévente du livre :

  • 49 B. N., ms N. A. F. 24.804, fos 244-244v°. Lettre du 13 décembre 1863.

Savez-vous pourquoi cet admirable livre les Enfants ne va pas, c’est parce que ce livre qui se donne, les gens qui donnent n’osent pas l’offrir.
Donner du Hugo dans une famille bourgeoise, ou dans une maison qui confine à l’empire — c’est mettre en goût la jeune fille, la jeune femme, le jeune homme, de voir V. Hugo tout entier— Ce n’est pas un nom qui laisse en paix le tapis de la table du salon — il fiche le feu — c’est la guerre sur le nom seul entrant dans le salon — !
C’est cela, rien que cela — L’étrenne veut être insipide, sans accent, incolore, comme si elle sortait du magasin du confiseur, et celles qui se donnent le mieux sont celles qui signifient le moins.
Singulière physiologie du donneur et du receveur d’étrennes. Les donneurs d’eau bénite devraient leur donner la main49.

  • 50 Hetzel avait reproché à Hugo sa violence (voir notre Correspondance entre Victor Hugo et Pierre-Jul (...)

32Le diagnostic n’était pas faux. On ne dira jamais assez le rôle que la haine politique a joué dans la réception de l’œuvre de Hugo. Mais du même coup, les arguments qu’avait, autrefois, employés Hetzel, s’avéraient fragiles. Ce n’était pas en édulcorant Hugo qu’on ferait passer le message, mais en lui restituant sa dimension réelle. Le débat entre l’auteur et l’éditeur avait déjà eu lieu, au moment des Châtiments50. Sur un autre registre, le problème était le même.

  • 51 Sur Victor Hugo, édition citée, p. 130.
  • 52 Le contenu de cette édition de 268 pages est le même que celui de l’édition illustrée, mais la gros (...)

33L’affaire était trop mince pour que Hugo, qui avait cédé au moment où une partie des Contemplations le ramenait vers la thématique de l’enfance, fît un esclandre. A l’époque de L’Art d’être grand-père, Hetzel serait, sans doute, mieux tombé. Entre les deux, il n’y avait pas de place, dans les préoccupations de Hugo, pour ce livre. Baudelaire, d’ailleurs, l’a dit : « ce n’est plus [...] dans les promenades fourmillantes d’enfants qu’il [Hugo] fait errer ses pieds et ses yeux. Comme Démosthène il converse avec les flots et le vent »51. Cette petite histoire, pleine d’enseignements, a pourtant sa conclusion ironique : en 1865 Hetzel fera une nouvelle édition non-illustrée de son anthologie qu’il insérera dans la Collection Hetzel et dans sa Bibliothèque d’éducation et de récréation où elle figurera jusqu’en 190452. C’est ainsi que le choix d’Hetzel (et de Parfait) servira dorénavant de base à ce Victor Hugo de l’école primaire dont on ne sait s’il faut se réjouir ou se lamenter qu’il ait fait connaître à tous les enfants de France le nom d’un grand poète exalté et mutilé par les pédagogues.

Notes

1 Lettre conservée à la Bibliothèque nationale, Paris, ms N. A. F. 13.364, fo 108. Cette édition « spéciale pour la France », comportant un avant-propos de P.-J. Stahl, parut en 1855 dans la Collection Hetzel-Lecou et fut rééditée en 1857 (L. Hachette). L’édition illustrée (traité du 8 septembre 1857) ne fut jamais publiée par Hetzel. La première édition illustrée séparée de ce conte fut celle de Hughes et Flammarion (1890).

2 « Je voudrais, disait Hetzel en 1853, en outre faire illustrer la dite légende et en faire un vol. pour enfants comme le Torn Pouce de moi, le Trésor de Nodier et autres, le Gribouille de Sand » (lettre à Hugo du 5 mai 1853 in Correspondance entre Victor Hugo et Pierre-Jules Hetzel, I (1852-1853) Publication de « Napoléon-le-petit » et de « Châtiments », texte établi, présenté et annoté par Sheila Gaudon, Paris, Klincksieck, 1979, p. 273).

3 Hachette venait de racheter à un des vendeurs d’Hetzel, Victor Lecou, son fonds de volumes de Hugo. Hachette écrira lui-même à Hugo le 30 juin 1855 pour tenter de le fléchir (B. N., ms N. A. F. 24.794, f° 82).

4 Lettre à Hetzel du 17 septembre 1853 (Correspondance Hugo-Hetzel I, p. 403).

5 B. N., ms N. A. F. 24.804, fos 127-128, citée par A. Parménie et C. Bonnier de la Chapelle, Histoire d’un éditeur et de ses auteurs. P. J. Hetzel (Stahl), Albin Michel, s.d. [1953], p. 232-233, et faussement datée de 1854.

6 Voir à ce sujet Daniel COMPÈRE, Hetzel et la littérature pour la jeunesse in Europe, novembre-décembre 1980, p. 31-32.

7 Lettre non datée (fin novembre 1856), Maison de Victor Hugo (Μ. V. H.) α 1754.

8 L. BARTHOU, Les Amours d’un poète, Paris, Conard, 1919, p. 337 et Catalogue de la vente Barthou, t. I, n° 208.

9 Lettre du 2 décembre 1856 (B. N., ms N. A. F. 16.959, fo 189).

10 Lettre du 4 décembre 1856 (Correspondance entre Victor Hugo et Paul Meurice, Paris, Fasquelle, Bibliothèque Charpentier, 1909, p. 92). Une première lettre de Meurice avait été confisquée à la poste.

11 Lettre du 23 janvier 1857 (B. N., ms N. A. F. 13.364, fo 121 v°).

12 Il s’agit du décompte des exemplaires des Contemplations donnés par Hugo et Hetzel.

13 B. N., ms N. A. F. 24.804, fos 155-156. Une dizaine de lignes de cette lettre sont publiées par Parménie et Bonnier de la Chapelle, op. cit., p. 269.

14 Il s’agit du Cochon de Saint Antoine. Hetzel avait écrit à Charles, le 18 juin 1857 : « Ecris à Cadot [l’éditeur parisien] que tu veux qu’il m’envoie doubles bonnes feuilles de ton livre tout de suite qu’il y a des articles à faire préparer pour la Belgique, et qu’indépendamment de l’édition belge qui doit être simultanée, cela est important » (B. N., ms N. A. F. 24.804, fo 156).

15 B. N., ms N. A. F. 16.959, fos 198-199. Trois phrases de cette lettre sont publiées par Parménie et Bonnier de la Chapelle, op. cit., p. 269.

16 Jules Claye (1806-1886) entra à l’âge de 13 ans chez Firmin Didot. Il fonda en 1846 sa propre imprimerie qui devint en peu de temps une des plus réputées de Paris. Pendant vingt ans, de 1855 à 1875, Claye imprimera la plus grande partie des éditions françaises des œuvres de Victor Hugo.

17 Lettre à Hetzel du 19 mars 1857 in Victor HUGO, Œuvres complètes, édition chronologique publiée sous la direction de Jean Massin, 18 vol., Club français du livre, 1967-1970, t. X, p. 1275 (édition désignée désormais sous le sigle C. F. L.).

18 Mis au monde à Chartres par la mère d’Hetzel, sage-femme, Noël Parfait était apprenti relieur à Paris lorsqu’éclata la Révolution de 1830. Républicain depuis lors, il fut élu en 1849 à l’Assemblée législative et proscrit après le coup d’état du 2 décembre 1851. Réfugié à Bruxelles, il servit de secrétaire à Alexandre Dumas et entreprenait, pour vivre, divers travaux de librairie. Il rentra en France à l’amnistie de 1859 et devint directeur littéraire aux éditions Michel Lévy. Député de Chartres à l’Assemblée nationale de 1876 à 1893.

19 C. F. L., X, p. 1414.

20 Traité conservé à la B. N. (ms N. A. F. 16.960, fos 32-33).

21 Tenu par le nombre de feuilles à sa disposition, Parfait envisageait, à contrecœur, d’éliminer une des séries, les Enfants historiques, série qui fut cependant maintenue après son plaidoyer (B. N., ms N. A. F. 16.983, fos 213-214).

22 Lettre à Hetzel, 12 décembre [1857] (B. N., ms N. A. F. 16.959, fo 203).

23 B. N., ms N. A. F. 16.959, fo 211. La partie de cette lettre consacrée aux Petites épopées et aux autres grands projets est publiée par Parménie et Bonnier de la Chapelle, op. cit., p. 292.

24 Repris dans C. F. L. X, p. 697. Nous tenons à signaler que la Table des matières reproduite p. 698-700 est celle de l’édition de 1861, non celle de l’édition de 1858 comme pourrait le faire croire l’indication donnée à la page 695. Le texte de la préface de Stahl est le même dans les deux éditions.

25 Les prodromes de l’ànthrax se manifestèrent dans la dernière semaine de juin 1858. Le livre des Enfants dut paraître dans la seconde quinzaine de juillet. Aucune annonce ne fut insérée dans la Bibliographie de la France. L’exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale est un don.

26 Manuscrit conservé à la John Rylands University of Manchester Library, Special collection. L’erreur dans La Prière pour tous, la seule signalée, ne fut pas corrigée dans l’édition illustrée.

27 B. N., ms N. A. F. 16.959, fos 584-585.

28 Voir sa lettre à Hugo du 21 décembre 1856 dans Correspondance entre Victor Hugo et Paul Meurice, p. 94. Sa préférence, qui était aussi celle de Hugo, avait été adoptée

29 Lettre d’Hetzel à Parfait s.d. [juillet 1858] (B. N., ms N. A. F. 16.983, fo 307). La faute de Parfait est celle dont il a été question plus haut : Lasciate parvulos pour Sinite parvulos.

30 Dans une lettre du 23 janvier 1857, Hetzel mentionne un « Jérôme, [Léon Gérôme ?] qui fait d’adorables enfants ». Dans la lettre suivante, du 7 février, il est question de Hamon (1821-1874), peintre de genre, qui avait été l’élève de Gleyre. Dessinateur à la manufacture de porcelaine de Sèvres (1848-1853), il avait eu quelque succès aux salons de 1853 et 1855. Sa réputation s’était accrue grâce à un tableau de 1853, Ma Sœur n’est pas là. Il passait pour peindre avec grâce et pour bien rendre l’espièglerie des enfants.

31 Il s’agit vraisemblablement de Myles Birkett Foster (1825-1899), aquarelliste et dessinateur, renommé à cette époque pour ses illustrations de livres, gravées sur bois. Il s’était consacré exclusivement à cette activité de 1846 à 1859.

32 Ludwig Richter (1803-1884), considéré comme un précurseur des paysagistes romantiques, était professeur de paysage et de peinture d’animaux à l’Académie de Dresde depuis 1836. Il avait aussi travaillé pour la manufacture de porcelaine de Meissen. Plus connu de nos jours comme illustrateur que comme peintre, Richter avait fait son apprentissage de graveur à l’Académie des Beaux-Arts de Dresde sous la direction de son père, Carl-Auguste Richter.

33 B. N., ms N. A. F. 24.804, fos 153-153v°.

34 La lettre de Hugo à Chenay, le prévenant d’un refus probable, est publiée par Jean-Luc Mercié (Victor Hugo et Julie Chenay, Paris, Minard, 1967, p. 94). La réponse d’Hetzel ne nous est pas parvenue, mais le 4 janvier 1859 Hugo lui écrivait : « Ce que vous dites du graveur allemand me paraît juste et je m’y attendais. Je vous remercie de vos bonnes paroles pour ce brave Chenay, et j’en attends beaucoup d’effet. Je vous serai reconnaissant de tout ce que vous pourrez faire pour lui » (B. N., ms N. A. F. 16.959, fos 214-214v°).

35 Hetzel à Hugo, Dresden lundi 30 [mai 1859] (B. N., ms N. A. F. 24.804, fo 190).

36 Eugène Froment (1844-1900) semble avoir été lancé par Hetzel quand il n’avait encore que seize ans. En 1862, cet élève de Victor Texier fera les dessins pour Le Théâtre du petit château de Jean Macé. Il passa quelque temps à Londres à travailler pour des journaux anglais (The Graphic...) et en 1893 illustra la Prière sur l’Acropole de Renan.

37 La première édition de ce livre, illustré de vignettes par Gobert et Froment, publié chez Michel Lévy (Collection Hetzel) en novembre 1860, fut enlevée en un mois, et une seconde édition parut le 5 janvier 1861. Complété par les Dernières Scènes de la Comédie enfantine en 1862, il y en eut, à notre connaissance, soixante-cinq éditions au cours des trente années suivantes.

38 Franz Robert Richard Brend’amour, graveur sur bois, né le 16 octobre 1831 à Aix-la-Chapelle, s’installa à Düsseldorf en 1856, et fonda, la même année, son atelier des arts xylographiques (R. Brend’amour et Co.) qui produisit de nombreux livres illustrés entre 1860 et 1871. Parmi ses travaux les plus célèbres est la reproduction des huit fresques d’Alfred Rethel de l’Hôtel de ville d’Aix-la-Chapelle. Hetzel informa Hugo le 2 juillet 1861 qu’il partait à Düsseldorf « pour les gravures de notre livre les Enfants ».

39 « Donc notre livre est fait. Dieu soit béni » (B. N., ms N. A. F. 16.952, fos 294-295).

40 Copie conservée à la Μ. V. H. α 4854.

41 C’est le 4 janvier 1862 que sera annoncé au Journal de la librairie : Le Livre des Mères. Les Enfants par Victor HUGO, 75 vignettes par FROMENT, gravures par R. BREND’AMOUR, de Düsseldorf. Paris, Firmin Didot, Hetzel, Gr in-8, 272 pages (Bibliothèques des familles). Le prix de vente était de 15 francs.

42 Ils séjournèrent à Guernesey du 7 au 12 novembre 1858.

43 Commissionnaire à Anvers.

44 Achille Pelvey était le directeur de la maison Marecq et Cie qui avait publié l’édition populaire des Œuvres illustrées de Victor Hugo (les quatre sous). Il mourra en 1864.

45 B. N., ms N. A. F. 16.959, fos 580-581.

46 Sur Victor Hugo, in BAUDELAIRE, Œuvres complètes II, texte établi, présenté et annoté par Claude Pichois, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, s.d. [1976], p. 137. La notice que Baudelaire composa pour l’anthologie d’Eugène Crépet (t. IV, 1862) fut publié d’abord dans le numéro du 15 juin 1861 de la Revue fantaisiste.

47 L’autorisation avait été donnée dans une lettre à Baudelaire du 19 juillet 1860. Il est difficile de concilier cette complaisance avec la célèbre interdiction à ses enfants, du 9 du même mois, de permettre, après sa mort, des œuvres choisies : « Qu’ils n’autorisent pas d’œuvres choisies. Tout choix dans un esprit est un amoindrissement. L’eunuque est un homme dans lequel on a choisi » (C. F. L. XII, p. 1529).

48 Lettre à Hugo, s.d. [1er janvier 1863] (B. N., ms N. A. F. 24.804, fos 222v°-223).

49 B. N., ms N. A. F. 24.804, fos 244-244v°. Lettre du 13 décembre 1863.

50 Hetzel avait reproché à Hugo sa violence (voir notre Correspondance entre Victor Hugo et Pierre-Jules Hetzel I, p. 229 et 232-234).

51 Sur Victor Hugo, édition citée, p. 130.

52 Le contenu de cette édition de 268 pages est le même que celui de l’édition illustrée, mais la grosse faute d’impression dans La Prière pour tous a enfin été corrigée. Dans la Collection Hetzel il existe un tirage de 1909.

Auteur

Associate Professor, Wesleyan University, chargée de recherches au C. N. R. S.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search