Version classiqueVersion mobile

Mélanges de littérature en hommage à Albert Kies

 | 
Claudine Gothot-Mersch
, 
Claude Pichois

III. Varia

Banville et Janin : une amitié peu exemplaire

William Thomas Bandy

Texte intégral

  • 1 Mes souvenirs, Paris, Charpentier, 1983, p. 53-62.

1Dans Mes souvenirs, Théodore de Banville a raconté, affectueusement, les circonstances de sa première rencontre avec Jules Janin1. C’était en 1842. Il avait laissé, avec émotion, un exemplaire de son premier recueil de poésies, Les Cariatides, chez le « prince des critiques », qui répondit par une lettre de quatre pages, dans laquelle il sommait le débutant de venir lui expliquer [ses] audaces romantiques. Banville courut immédiatement rue de Vaugirard, et, selon lui, les deux hommes devinrent amis, « autant qu’un enfant de dix-neuf ans peut être l’ami d’un homme illustre, en pleine possession de la gloire ».

2Lorsque son deuxième volume, Les Stalactites, parut quatre ans plus tard, étant absent de Paris, Banville demanda à un de ses amis de déposer un exemplaire chez Janin. A son retour, il envoya au critique ce billet, inédit jusqu’ici :

  • 2 Le manuscrit se trouve au Centre W. T. Bandy d’études baudelairiennes à l’Université Vanderbilt (Na (...)

[Fin mars 1846 ?]
Monsieur,
Arrivé à Paris depuis quelques heures, j’apprends que mon ami Pierre Dupont a bien voulu vous remettre de ma part un exemplaire des Stalactites.
Tout en me privant du plaisir de vous l’offrir moi-même, il a rendu à mon petit livre un grand service en le soumettant plus vite à votre jugement, qui seul m’est précieux.
Permettez-moi, Monsieur, de vous exprimer en même temps que mes regrets tout le besoin que j’ai de votre indulgence pour ces nouvelles tentatives, et daignez recevoir l’assurance de tous les sentiments de respect et d’admiration avec lesquels j’ai l’honneur d’être
Votre tout dévoué serviteur,
Théodore de Banville2

3Cette amitié, qui commençait si bien, devait subir un choc inattendu une dizaine d’années plus tard. Banville, chargé des « Échos de Paris » au Figaro, publia dans le numéro du 27 janvier 1856, cet article étonnant :

Jules Janin vient de bouleverser toutes mes idées sur la littérature du dix-neuvième siècle !
J’avais cru jusqu’ici, avec quelques autres messieurs frivoles, que
L’ESSAI SUR L’INDIFFÉRENCE,
LE GÉNIE DU CHRISTIANISME,
LES PAROLES D’UN CROYANT,
LES MÉDITATIONS POÉTIQUES,
LES HARMONIES,
LA MARIE, de Brizeux,
LE COURS DE LITTÉRATURE, de M. Villemain,
L’HISTOIRE DE LA CONQUÊTE DE L’ANGLETERRE, et cœtera ;
J’avais cru même que JOCELYN, et que LES FEUILLES D’AUTOMNE, recueil de vers attribué à un certain poète dont le nom finit en go,
Étaient des ouvrages convenables, suffisamment honnêtes, assez bien pensés et assez bien écrits, et pouvant prétendre à l’honneur d’être feuilletés par les bourgeois considérables, n’ayant jamais subi de peine afflictive ou infamante ;
Mais Jules Janin me fait voir que je m’étais trompé.

4Ici Banville recommande à son lecteur de se procurer un exemplaire du Messager de la Charité, daté du 19 janvier 1856 et contenant une lettre de Janin à un jeune séminariste, qui lui avait demandé des conseils littéraires ; Banville en cite un extrait :

Voilà où se trouve la solide nourriture des jeunes esprits, et non pas, Dieu merci, dans les misérables et ennuyeuses futilités qui s’écrivent de nos jours. Quels livres ! Si vous saviez quels abominables corrupteurs du bon goût, des bonnes mœurs, de la civilisation, de la langue, de la belle langue française par laquelle l’Europe nous était soumise bien plus que par les armes de l’empereur Napoléon ! Rappelez-vous ce que vous avez lu : tout ce qui vient des œuvres de ce siècle est une vaine fumée, bonne tout au plus à obscurcir les intelligences honnêtes. Toute cette écrivasserie, qui vous paraît belle, vue de loin, si vous pouviez en pénétrer les tristes mystères, vous porterait à la tête et au cœur. Ce ne sont que trompeuses vanités, pauvretés, mensonges de tout genre ; et quand vous les aurez lus, rien ne vous restera, sinon un profond dégoût, un douloureux ennui, un grand mépris de vous-mêmes et des autres.
Prenez donc bien garde de tomber dans ces abîmes, imprudent que vous êtes ! Ne lisez ni moi, ni les autres ! Ne lisez pas un livre de ce siècle : JE ΝΈΝ CONNAIS PAS DEUX qui méritent les regards honnêtes d’un brave jeune homme qui a conservé la piété, la pudeur, les chastes enivrements de ses dix-huit ans…………
JULES JANIN

A vous Lamartine, Victor Hugo, Villemain, Cousin, Augustin Thierry, Guizot, à vous nos maîtres, à vous nos gloires, à vous notre immortel orgueil, ce compliment écrit à la Bossuet !
Mais je me tais. Il ne m’appartient pas à moi infime de défendre ces têtes illustres et vénérables que protège le vert laurier !
Seulement, en ma qualité de poète irritable, ce que je ne pardonnerai jamais à Jules Janin, c’est qu’il attribue au plus grand lyrique de notre siècle des vers ridicules. Cela c’est un crime !
Qu’est-ce que
La Maison sans enfants et le jardin sans fleurs ?
Et que
Vos GENOUX anguleux qui déchirent le bois ?
Eh bien ! il y a cent vers au moins de l’auteur des Orientales qui sont cités de cette façon-là dans le Cours de littérature dramatique.

5Dans le numéro du 7 février 1856, Le Figaro annonce que Janin vient d’assigner devant la police correctionnelle Banville et B. Jouvin, un des rédacteurs en chef du journal, accusés de diffamation et d’injure. Cette action ne semble pas avoir effrayé l’un des accusés, Jouvin, qui affirme que « M. Janin ne saurait nous obliger à le prendre au sérieux. C’est un gros enfant qui s’enveloppe le doigt pour faire croire qu’il a du bobo : nous le laisserons crier ».

  • 3 Boyer fait reproduire cette lettre dans Le Figaro du 14 février 1856.

6Sur ces entrefaites, un ami de Banville, Philoxène Boyer, intervient dans la querelle. En 1850, il avait publié dans un obscur journal de province un panégyrique de l’ouvrage de Janin, La Religieuse de Toulouse. Janin le remercia, dans une longue lettre, remplie de compliments et de professions de gratitude3. Il pressait aussi le jeune poète de lui envoyer au plus vite sa pièce, Sapho. Quatre mois plus tard, lorsque Sapho fut jouée, Janin, selon Boyer, persécuta son « drame en un acte dans quatre feuilletons consécutifs » du Journal des Débats. En somme, Boyer accusait Janin de lui faire une guerre à outrance. « Depuis quatre grandes années, M. Jules Janin m’attaque à tout propos avec beaucoup de partialité et de cruauté. Il cite à faux mes vers, il dénature mes intentions, il ridiculise ma personne. »

7Puisque le principal grief contre Banville avait été d’avoir publié une version tronquée de la lettre au jeune séminariste, Le Figaro, dans le numéro du 28 février 1856, donna le texte intégral. Loin de fournir un argument au plaignant, le texte complet prouvait la bonne foi de Banville.

  • 4 Numéro du 1er au 16 février 1856, p. 91-93.

8Dans Le Figaro du 2 mars 1856, Jouvin publia un article, « M. Janin jugé par lui-même », en forme de lettre à Me Lauchaud, son avocat. Il regrettait, naturellement, ce procès intenté par Janin contre « M. Théodore de Banville, — le plus doux des hommes, le plus dévoué de ses amis d’autrefois ». Il rappelle que Janin avait affirmé « qu’il ne restera rien des écrivains de ce temps-ci ; M. de Banville est d’un avis contraire, et il profite de l’occasion pour rendre hommage, en peu de mots, simples et dignes, aux maîtres de la poésie et du beau style, proscrits, à l’étourdie, par un feuilletoniste qui n’en est plus à sa première méprise en ce genre. Voilà tout le procès ». L’affaire attira l’attention d’un grand nombre de journalistes, surtout dans la petite presse. La Revue anecdotique lui a consacré plusieurs pages où on lisait : « Une véritable croisade se prêche en ce moment contre Jules Janin. Après la Biographie de Μ. E. de Mirecourt, après les Échos de Théodore de Banville, et la lettre de Philoxène Boyer dans le Figaro, voici venir la Chronique de France, représentée par Charles Monselet. [Son article] est plus sérieusement incisif que les autres. Ce qu’il reproche à Jules Janin, c’est son naturel processif et ses prétentions au respect de tous, de par la justice. [Monselet] essaye de démontrer que ’le brillant feuilletoniste’ n’a jamais eu pour autrui ce qu’il réclame avec tant d’insistance pour lui-même4. »

9Un commentaire encore plus hostile se trouvait dans les « Nouvelles à la main » de Léopold Lequesne dans Le Mousquetaire du 4 mars 1856, où le procès de Janin est qualifié de « parfaitement insensé ». Le journaliste continue : « Que M. Janin m’intente à moi aussi un procès s’il le juge convenable mais je déclare ici que le feuilleton du Journal des Débats faisait sur mon esprit un effet identique à celui que produit sur mon estomac une incommensurable quantité de galette lourde et indigeste [...] Maintenant un journaliste doux et poli [...] s’est permis de discuter, d’une façon pleine de convenance et de courtoisie, les doctrines littéraires de M. Jules Janin ! ! ![...] Est-ce donc l'arche sainte que ce critique obèse ? [...] Dans l’opinion publique, le procès est jugé d’avance, — toute la honte retombera sur celui qui l’a provoquée [...] Ce procès, je le dis hautement, me paraît un des plus tristes spectacles que puissent offrir, au monde littéraire stupéfait, un esprit impuissant et un orgueil en démence. »

10Malgré l’indignation de leurs amis, Banville et Jouvin ont été condamnés par la 6e Chambre du Tribunal correctionnel, celle-là même qui dix-huit mois plus tard condamnera l’auteur et l’éditeur des Fleurs du Mal. Comme il était interdit par la loi de rendre compte du procès, Le Figaro ne pouvait qu’enregistrer les termes du jugement. Banville et Jouvin étaient condamnés chacun à quinze jours d’emprisonnement et 500 fr. d’amende, à faire insérer le jugement dans cinq journaux, au choix de Janin, et à lui payer, à titre de dommages-intérêts, la somme de 1000 fr. En même temps, ils étaient condamnés solidairement aux frais.

11Sans mentionner l’affaire Janin, Taxile Delord, dans un article publié dans Le Charivari et réimprimé dans Le Figaro du 15 mars 1856, donne son avis sur les procès littéraires :

On pourra écrire sur moi les choses les plus terribles, par exemple que j’ai eu une tragédie refusée à l’Odéon, que j’ai empoisonné plusieurs de mes amis, ou, ce qu’on pardonne bien moins encore, que je suis un être complètement dépourvu de style ; je n’intenterai jamais de procès à mes calomniateurs [...].
Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’on te fît, dit l’Évangile ; que serait-il advenu si toutes les fois que tu as accusé, attaqué, discuté quelqu’un, on t’avait traîné sur les bancs de la police correctionnelle ?
Rentre donc chez toi et laisse là ton procès ; tu as une plume pour répondre à tes ennemis, et la meilleure façon de les réduire au silence est encore de faire de bons articles...
L’arrêt est prononcé : la prison, les dommages-intérêts, l’insertion dans une foule de journaux, tout ce que vous demandiez, on vous l’a donné ; vous sortez triomphant de la police correctionnelle, mais non pas fier...

12Le Figaro, frappé de plusieurs condamnations successives, était sur le point de disparaître, lorsque son directeur, Villemessant, à l’occasion de la naissance le 16 mars du prince impérial, fit appel à Napoléon III lui-même. La réponse à sa pétition, signée du ministre de l’Intérieur, lui accordait « grâce pleine et entière ». Il restait, cependant, les 1000 francs de dommages-intérêts à payer à Janin.

13Dans Le Figaro du 15 avril, Villemessant annonçait la publication d’un nouveau journal, la Gazette de France, qu’il accusait d’imiter Le Figaro, et de laisser supposer que Villemessant était pour quelque chose dans sa publication, ce qu’il niait formellement. Et il ajoutait : « Parmi les nombreux collaborateurs promis par la Gazette de Paris figure le nom de M. J. Janin, qui certes n’aura jamais l’honneur d’écrire dans le Figaro ou dans tout autre journal dirigé par nous. »

14Janin, sa demande d’emprisonnement contre Banville et Jouvin repoussée, n’avait pas oublié ses mille francs de dommages-intérêts. Bien que l’affaire fût toujours en litige, le 20 août 1856, il réclame le paiement immédiat. Deux jours plus tard, le 22 août, selon Le Figaro du 31 août, il fait saisir — dans les délais de l’opposition — « les meubles de son ami Banville — Théodore, — et ceux de notre collaborateur B. Jouvin ».

  • 5 J. JANIN, 735 Lettres à sa femme, publiées par Mergier-Bourdeix, Paris, Klincksieck, 1979, t. III, (...)

15On pourrait croire que l’issue de ce procès allait mettre fin à la douce amitié de Banville et Janin. Il n’en fut rien. Selon M. et Mme Mergier-Bourdeix, « après ce fameux procès, Janin ne garda pas rancune à Banville, puisque celui-ci lui adressait en octobre 1857 ces deux affectueuses lettres »5. La première lettre est datée du 2 octobre 1857 et commence ainsi : « Enfin voici une joie ; j’en ai pleuré ! Mais vous ne pouvez deviner à quel point votre amitié me manquait ! » Ensuite : « Quand je vous appelle mon maître, ce n’est pas par une vaine formule... c’est bien à vous et à M. Hugo que je dois le peu que je sais. » Enfin, ce passage surprenant : « Vous avez la bonté de songer à ma situation d’argent. Elle n’est pas brillante, hélas ! » Le toupet de Janin est incroyable. Dommage que nous n’ayons pas la lettre à laquelle Banville répondait. Il serait curieux de voir comment Janin expliquait la saisie, un an auparavant, des meubles du pauvre poète.

16C’était l’époque de la publication des Poésies complètes de Banville chez Poulet-Malassis. Selon M. et Mme Mergier-Bourdeix, Janin a donné un compte rendu du volume dans le Journal des Débats, — élogieux, sans doute, puisque Banville a chaudement remercié le critique dans une seconde lettre, du 23 octobre 1857 : « Que cet article est réellement beau !... Comme vous me comprenez et comme vous m’encouragez bien ! » Si le caractère de Banville nous était moins connu, on pourrait le soupçonner d’ironie.

  • 6 Journal des Débats, 18 novembre 1867.

17Mais ce n’est pas la fin de l’histoire. Quand Baudelaire mourut, le 31 août 1867, Janin ne trouva pas de place dans son feuilleton pour parler de ce « fait divers ». Un peu plus de deux mois après, lorsque Philoxène Boyer mourut à son tour, Janin profita de l’occasion pour assommer d’un seul coup les deux poètes6. Son article nécrologique, « Deux malheureux », débutait ainsi : « Deux malheureux ! nous dirons plus volontiers : deux misérables... Ils s’appelaient, ces deux pauvres gens, Philoxène Boyer, mort hier, enterré ce matin, et Charles Baudelaire, un terrible inventeur, dont le cerveau, plein de désordre et de confusion, avait fait un fantôme six mois avant l’heure fatale. » Et l’article se terminait ainsi :

Je me rappelle, en ce moment, une chanson [ !] de M. Baudelaire : était-elle en vers, était-elle en prose ? hélas ! je n’en sais rien ; mais voilà ce qu’elle chantait :
J’étais, dit-il, dans une foire où s’élevaient toutes sortes de baraques... A chaque baraque, un grand tableau était étalé promettant des merveilles. Les danseuses cambraient leur taille, appelant le beau Léandre ; on respirait une odeur de fricassée au milieu de mille refrains.
Cependant, à l’extrémité de la rangée des baraques, je vis un pauvre vieux saltimbanque adossé contre un des poteaux de sa cahute ; une chandelle des six qu’il avait coupées en deux éclairait cette toile où toutes les tempêtes avaient soufflé. Il n’était pas triste, il n’était pas gai ; il ne savait plus ce qu’il était venu montrer dans les ténèbres. Et moi, le suivant du regard :
Voilà, me dis-je, un spectable attristant ! Sans nul doute on trouvait... dans cette baraque à l’abandon quelque fantôme oublié des grâces et de l’esprit d’autrefois, peut-être un écrivain qu’on ne veut plus lire...
Le malheureux ! sans le savoir, c’était sa propre histoire qu’il écrivait.

  • 7 Sur les relations de Baudelaire et Janin, consulter les notes de Claude Pichois dans son édition de (...)

18Banville avait bien voulu oublier tout ce que Janin lui avait fait personnellement, le procès, les dommages-intérêts, la saisie, mais il ne pouvait pas laisser passer cette injure à son vieux camarade7. Il ne réagit pas immédiatement, mais, dans le dernier chapitre des Lettres chimériques, il a dit son dernier mot sur l’heureux académicien ;

  • 8 Lettres chimériques. Paris, Charpentier, 1885, chapitre XLVII, « Autre Académie. A Stéphane Mallarm (...)

O mon ami, le lendemain du jour néfaste où mourut le grand poète Baudelaire, je sentis une impression épouvantable en jetant les yeux sur le feuilleton de Janin. Comme un autre poète était mort aussi quelques jours auparavant, le prince des critiques (hélas ! où est sa couronne ?) avait écrit dans son sommaire ces mots dédaigneux et horribles : Deux Misérables, et il racontait la mort de Baudelaire, comme on eût pu raconter celle d’un chien crevé. C’était hier ! et malgré la pieuse réimpression de ses œuvres, le spirituel, l’ingénieux, le brillant critique, l’heureux berger qui chassait devant lui le troupeau comique, en le fouaillant, tantôt avec des verges et avec des roses, est tombé dans le noir oubli ; tandis que, chaque jour mieux compris et mieux aimés, les vers du poète sont sur toutes les lèvres et dans toutes les mémoires8.

Notes

1 Mes souvenirs, Paris, Charpentier, 1983, p. 53-62.

2 Le manuscrit se trouve au Centre W. T. Bandy d’études baudelairiennes à l’Université Vanderbilt (Nashville, Tennessee, U. S. A.).

3 Boyer fait reproduire cette lettre dans Le Figaro du 14 février 1856.

4 Numéro du 1er au 16 février 1856, p. 91-93.

5 J. JANIN, 735 Lettres à sa femme, publiées par Mergier-Bourdeix, Paris, Klincksieck, 1979, t. III, p. 507-513 (Appendice I).

6 Journal des Débats, 18 novembre 1867.

7 Sur les relations de Baudelaire et Janin, consulter les notes de Claude Pichois dans son édition des Œuvres complètes de Baudelaire, Bibliothèque de la Pléiade, 1976, t. II, p. 1087, 1089-1090, 1187-1193.

8 Lettres chimériques. Paris, Charpentier, 1885, chapitre XLVII, « Autre Académie. A Stéphane Mallarmé », p. 347.

Auteur

Emeritus Distinguished Professor of French, Université Vanderbilt

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search