Version classiqueVersion mobile

Mélanges de littérature en hommage à Albert Kies

 | 
Claudine Gothot-Mersch
, 
Claude Pichois

II. Autour de Baudelaire

Baudelaire et l’épouse chinoise

Claude Pichois

Texte intégral

1Dans l’article étonnant qu’il consacrait aux Beaux-Arts tels qu’ils étaient représentés à l’Exposition universelle de Paris en 1855, Baudelaire, qui, quelques lignes plus bas, allait définir le beau comme « toujours bizarre », demandait :

  • 1 Ch. BAUDELAIRE, Œuvres complètes, éd. Cl. Pichois, Bibliothèque de la Pléiade, t. II, 1976, p. 576.

[...] que ferait, que dirait un Winckelmann moderne [...] en face d’un produit chinois, produit étrange, bizarre, contourné dans sa forme, intense par sa couleur, et quelquefois délicat jusqu’à l’évanouissement1 ?

2Cet « échantillon de la beauté universelle » qu’il put contempler en 1855 à Paris dans la section des arts plastiques, ce n’est que sept ans plus tard qu’il en découvrira l’équivalent littéraire.

3Le 1er janvier 1863, il écrivait au commandant Lejosne, pour le remercier d’une invitation et la refuser :

  • 2 Ch. BAUDELAIRE, Correspondance, éd. CI. Pichois et J. Ziegler, Bibliothèque de la Pléiade, 1973, t. (...)

Supposez que je veuille faire une retraite de quelques jours et que je m’impose de fuir même mes amis. Je suis semblable à l’épouse chinoise qui brûle d’accepter les cadeaux d’un galant, mais qui veut rester fidèle à son vœu. Expliquez bien cela à Mme Lejosne, et dites-lui que ce n’est que difficilement que je renonce au plaisir de passer quelque temps auprès d’elle2.

4Lorsque j’éditais la Correspondance de Baudelaire, avec M. Jean Ziegler, en 1973, j’avais posé la question à deux grands connaisseurs. Voici la note qui résulta de leurs réponses :

Nous sommes reconnaissants à Etiemble et à M. Paul Demiéville d’avoir bien voulu se pencher sur cette phrase dont, à ce jour, on ne connaît pas la source, les traductions du chinois publiées au XIXe siècle et dues notamment à Abel Rémusat et à Stanislas Julien n’offrant pas d’épouse en pareille posture. Cependant, nous précise M. Demiéville, c’est là dans la littérature chinoise une attitude « vraiment passe-partout ».

5J’avais beau avoir les autorités pour moi. Restait la question, lancinante.

6La vraie réponse m’a été apportée il y a peu par M. Paul Morel, sinisant et amateur de poésie, qui la tenait lui-même de M. Hsiung Ping Ming, directeur du département de chinois à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO). Baudelaire faisait allusion à un poème de Tchang Tsi (VIIIe-IXe siècles de notre ère), de l’époque des Tang. L’humour grand-ducal autant que décanal qui caractérise notre ami Albert Kies saura se satisfaire de la référence suivante. Le poème de Tchang Tsi figure à la page 326 de l’Anthologie de la poésie chinoise classique [publiée] sous la direction de Paul Demiéville chez Gallimard, en [1962], dans la « Série chinoise » de la « Collection UNESCO d’œuvres représentatives », série publiée sous les auspices duditsco « avec la coopération des experts du Conseil international de la Philosophie et des Sciences humaines et de M. Etiemble, représentant les Éditions Gallimard ».

CHANSON DE LA FEMME FIDELE

Vous saviez bien que j’avais un mari,
Et vous m’avez donné deux perles lumineuses...
Touchée de l’affection qui s’y exprime,
Je les ai cousues à ma blouse de soie rouge.

La demeure de ma famille, au parc impérial, se dresse altière ;
Mon mari tient la hallebarde dans le palais de la Clarté brillante.
Je sais bien que votre dessein est pur comme un rayon venu du ciel ;
Mais, au service d’un mari, j’ai juré d’être en la vie et la mort.

Je vous rends les perles brillantes ; deux larmes, semblables, les accompagnent.
Pourquoi ne vous ai-je connu quand je n’avais pas encore de mari ?

7Bien entendu, Baudelaire n’a pas ressuscité pour adresser à Mme Lejosne, par le canal de son mari, cette galante excuse en une traduction du XXe siècle. Ici encore nous tenons à remercier M. Paul Morel et M. Hsiung. Au début de l’an de grâce 1862 le marquis d’Hervey-Saint-Denys, cher à André Breton pour son étonnant journal onirique, Les Rêves et les moyens de les diriger (1867), publiait chez l’éditeur Amyot, 8, rue de la Paix, à Paris, un recueil intitulé Poésies de l’époque des Thang [...] traduites du chinois pour la première fois.

8Ce recueil a été enregistré à la Bibliographie de la France le 5 avril 1862 sous le numéro 2809. Vu que nombre de nos collègues qui sont censés enseigner les rudiments de la philologie confondent encore l’enregistrement, officiel, et l’annonce, commerciale, précisons qu’au début d’avril les Poésies de l’époque des Thang étaient en vente. Voici la traduction que contient ce recueil aux pages 233-234 ; elle est précédée d’une notice de onze lignes et suivie d’une note de cinq lignes qui interprète le texte comme une réponse du poète à un chef rebelle qui lui avait « fait des ouvertures ».

UNE FEMME FIDELE A SES DEVOIRS

Seigneur, vous savez que j’appartiens à un époux ;
Cependant vous m’avez offert deux perles brillantes.
Mon cœur s’est ému, mon esprit s’est troublé ;
Et ces perles, un moment je les ai fixées sur ma robe de soie rouge.

Ma famille est de celles dont les hauts pavillons se dressent à côté du parc impérial ;
Et mon époux tient la lance dorée dans le palais de Mingkouang.
Je ne doute point que les sentiments de Votre Seigneurie ne soient purs et
élevés comme le soleil et la lune ;
Moi, je reste fidèle à celui avec qui j’ai juré de vivre et de mourir.

Je rends à Votre Seigneurie ses perles brillantes, mais deux larmes sont
suspendues à mes yeux.
Que ne vous ai-je connu au temps où j’étais libre encore !

9La traduction par Hervey-Saint-Denys (ou Hervey de Saint-Denis) a été reproduite en 1909 par Annie de Pène, amie de Colette et mère de Germaine Beaumont, dans Les plus jolies lettres d’amour, parues à la Librairie Léon Vanier, A. Messein, successeur.

10A ce qui nous a été dit en confidence, le gouvernement belge n’a pris, il y a peu, une mesure générale sur l’âge où d’excellents professeurs et administrateurs doivent jouir de leur pension de retraite que pour permettre en particulier à M. Albert Kies qui sait trois langues belgiques, l’anglaise, la plupart des langues romanes — avec un fort penchant pour le romanche — d’apprendre le chinois de l’époque des Tang et de procéder à la comparaison de ces traductions avec l’original, dûment établi par ses soins au vu des manuscrits.

Notes

1 Ch. BAUDELAIRE, Œuvres complètes, éd. Cl. Pichois, Bibliothèque de la Pléiade, t. II, 1976, p. 576.

2 Ch. BAUDELAIRE, Correspondance, éd. CI. Pichois et J. Ziegler, Bibliothèque de la Pléiade, 1973, t. II, p. 281.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search