Version classiqueVersion mobile

Mélanges de littérature en hommage à Albert Kies

 | 
Claudine Gothot-Mersch
, 
Claude Pichois

II. Autour de Baudelaire

Pauvre France et La Belgique déshabillée

André Guyaux

Texte intégral

  • 1 J’indiquerai par la simple mention de la date la référence aux lettres de Baudelaire que j’aurai l’ (...)

1Si l’on tente, à partir de la correspondance de Baudelaire1, et sans trop se soucier de la teneur du projet, de suivre le fil des titres que Baudelaire a voulu donner à son livre sur la Belgique, on observe ceci. En un premier temps, Baudelaire parle d’envoyer au Figaro des Lettres belges. Peut-être peut-on voir, dans l’emploi d’un adjectif plutôt que d’un complément du nom (belges et non de Belgique), le souvenir d’autres Lettres qui, par exemple, ne sont persanes que quand elles ne sont pas écrites par des Persans. Il faut reconnaître en tout cas, ne fût-ce que dans le mot Lettres, la récupération, déviée, d’un projet conçu cette même année 1864, avant le voyage en Belgique, de Lettres d’un atrabilaire. Enfin, le titre se justifie surtout de la forme que devait prendre la publication périodique, par livraison qui, comme les lettres d’un « correspondant » à Bruxelles, tomberait sur la table des lecteurs du Figaro, régulièrement. La première mention de ces Lettres belges est dans une lettre à Michel Lévy du 1er juin 1864, où Baudelaire envisage une publication imminente : « Si vous voyez, dans quelques jours, dans le Figaro, le commencement d’une série : Lettres belges, signées Charles de Féyis [...]. On retrouve ce même titre dans une lettre à Ancelle du [10 juin], et sous la désignation voisine, « une série de lettres », dans une lettre à sa mère du 11. L’existence de ce premier titre est brève : réticences de Villemessant, le directeur du Figaro, et craintes qu’on ne subodore l’identité de l’auteur, font que sans abandonner le projet d’une insertion dans Le Figaro, de « fragments » qui n’auraient donc pas nécessairement l’aspect de lettres envoyées de Bruxelles à Paris et pourraient prendre des formes plus aptes à camoufler l’auteur, à dépister les soupçons, Baudelaire en revient au projet, antérieur à son arrivée à Bruxelles, d’un livre. Écrivant à sa mère, le 31 juillet et le 8 août, il parle encore de « lettres », mais excluant leur publication prochaine : « [...] elles ne paraîtront pas tant que je serai ici. Ces lettres seront fort humiliantes pour la Belgique, et un homme bien autrement célèbre que moi, M. Proudhon, a été chassé d’ici à coups de pierres, pour s’être permis quelques plaisanteries très innocentes dans un journal » (L’innocence de Proudhon avait précisément consisté à croire qu’il pouvait plaisanter en Belgique, et sur la Belgique, en suggérant à l’Empereur d’annexer le royaume). Le 8 août encore, à sa mère, il parle de Lettres belges. C’est la dernière occurrence de ce titre dont les réticences susdites ont eu raison. Après un creux apparent, — un moment bref, hypothétique, où le projet aurait vécu sans titre, — caractérisé par un titre réduit à la mention du sujet : Belgique (dans une lettre à Mme Aupick du 22 août), voici venir Pauvre Belgique !

2C’est dans une lettre à Ancelle du 2 septembre 1864, que l’on voit ces mots apparaître pour la première fois, flanqués d’un point d’exclamation. Pendant près d’un an, suivant le cours velléitaire du projet, le titre Pauvre Belgique ! semble se maintenir, ou plus exactement, résister un peu mieux que le projet lui-même ne résiste. On les voit pourtant l’un et l’autre s’éloigner en février-mars 1865, et quand le projet revient, fin mars, il est doté d’un titre en périphrase, ou en euphémisme : « mon livre sur la Belgique », où seul le dernier mot est souligné. Néanmoins, Pauvre Belgique ! survit à ce désinvestissement provisoire. Les limites du pouvoir de dérision et de la rhétorique exclamative n’en sont pas atteintes, et après un bref détour vers des Considérations sur la Belgique, qui semblent réservées à Sainte-Beuve (lettre du 30 mars), revoici, pour Manet, le 11 mai, une Pauvre Belgique qui n’a plus de point d’exclamation et que l’auteur se dit « incapable » de « finir » : y aurait-il, dans le souvenir du point d’exclamation effacé, un point d’interrogation ?

3L’existence de Pauvre Belgique ! comme titre (nous ne parlons pas, je le rappelle, du livre) est désormais menacée. Nous suivons un fil qui va se rompre. Et qui se rompt, effectivement, au bout d’une série de trois lettres à Julien Lemer. On sait que Baudelaire, au début du mois de février, avait demandé à Julien Lemer d’être son agent éditorial. C’est donc à lui, d’abord, qu’il communique plans, projets, titres. Deux lettres successives à Lemer, le 4 et le [6] juillet mentionnent encore Pauvre Belgique ! La lettre du 4 est envoyée de Bruxelles ; celle du [6] de Paris, où Baudelaire a fait un voyage rapide. Revenu à Bruxelles et reparlant du projet à Lemer, le 9 août, il écrit : « Momentanément, je me fiche de la destinée de Pauvre Belgique ! (qui s’appellera, je crois, Une capitale ridicule). » On peut imaginer que la visite à Paris est intervenue dans cette hésitation, après laquelle le titre Pauvre Belgique ! va être définitivement écarté, et que, par exemple, la « répugnance de M. Garnier » (l’éditeur pressenti), que Baudelaire commente amèrement dans la lettre du 9 août, s’est exercée à l’endroit du titre, — pour ne pas s’exercer ailleurs. On trouvera encore, pourtant, une mention semblant anachronique de Pauvre Belgique ! dans le seul fragment daté du manuscrit, ce terrible feuillet (détaché, dirait-on, par effroi, du volume que classera Poulet-Malassis), où Baudelaire, le lundi 28 août 1865, appelle le choléra sur les rives de la Senne. Pauvre Belgique !

  • 2 Extrait reproduit dans l’édition Jacques Crépet-Claude Pichois de Pauvre Belgique, Paris, Conard, 1 (...)

4C’est là qu’il faut faire intervenir une lettre de Lemer à Baudelaire, dont il est important de savoir que, datant du 3 octobre, elle intervient après que Baudelaire a déjà exprimé son intention de changer son titre. Cette lettre, publiée par Jacques Crépet dans le Bulletin du Bibliophile de mars 1940, dit ceci : « Le volume sera trop gros pour comporter une enseigne ironique. J’aimerais mieux un titre simple et carré : La vraie Belgique ou La Belgique telle qu’elle est, ou La Belgique et les Belges ou La Belgique d'Aujourd'hui2. » Sans doute, s’il n’était pas décidé à modifier son titre, Baudelaire en fut-il convaincu par cette lettre. On le voit désormais, à Lemer toujours, le 13 octobre, parler à nouveau, prudemment, du « livre sur la Belgique », la périphrase à laquelle il a déjà eu recours, en période de creux ; à Manet, le 28, d’une manière elliptique ou brachylogique, il parle du « livre Belgique » ; à sa mère, le 13 novembre, du « livre sur la Belgique » ; à Ancelle, le 21 décembre, de « la Belgique » tout court (pour désigner, bien entendu, le livre à venir) ; à sa mère le 23 et à Ancelle le 26, du « livre sur la Belgique », et enfin, le 30 décembre, à Julien Lemer encore — pour ses étrennes ! — de La Belgique déshabillée. Le troisième titre est né. Après Lettres belges et Pauvre Belgique !, celui-ci va vivre les quelques mois de validité qu’il reste à vivre encore à l’auteur des Fleurs du mal.

5Jusqu’à ce que Baudelaire ne parle plus, ou n’écrive plus, c’est sous ce titre, désormais, qu’il va désigner son projet. Ce sont les derniers mois de la correspondance de Baudelaire. La Belgique déshabillée apparaît dans la lettre à Lemer du 30 décembre 1865 ; dans deux lettres à Ancelle du 30 janvier et du 18 février 1866, dans une note du 6 février destinée à Hippolyte Garnier ; dans deux lettres à Troubat, du 19 février et du 5 mars.

***

6Pauvre Belgique est le titre qu’ont adopté, en 1953, Jacques Crépet et Claude Pichois, pour la première édition critique du texte. En 1976, dans l’édition de la Pléiade, Claude Pichois le met entre crochets et couvre d’un Sur la Belgique en « chapeau » l’ensemble constitué principalement par [Pauvre Belgique !] et Amoenitates Belgicae. Pourquoi des crochets ? Le titre Pauvre Belgique ! existe bel et bien : on le trouve inscrit dans le coin gauche de quelques rares feuillets de ce qu’on appelle « le manuscrit » du livre sur la Belgique — en fait un véritable « capharnaüm » comme disait plus justement Poulet-Malassis ; et on le trouve, nous l’avons vu, dans la correspondance. Simplement, il ne figure pas, de la main de Baudelaire, ni sur un feuillet qu’il aurait destiné au titre, ni en tête du premier sommaire, celui des « Préliminaires » qui forment le chapitre 1, ni en tête de ce qu’il appelle l’« Argument du livre sur la Belgique ». Au contraire, montrant que la décision du titre n’est pas prise, et qu’il laisse à tel éditeur à qui l’argument serait soumis, une sorte de faculté d’intervention, les premières lignes dudit argument présentent un « choix de titres », cinq au total, choisis eux-mêmes parmi les huit titres énumérés en deux séries de quatre sur le feuillet [3] du dossier (parlons de « dossier » pour simplifier, désignant par là l’ensemble, classé et numéroté par Poulet-Malassis, des feuillets — notes manuscrites, coupures de presse... — à partir duquel Baudelaire eût écrit, s’il avait pu, son « livre sur la Belgique »).

7Comparons ces deux listes (ces deux choix) de titres. Celle du feuillet [3] forme une colonne, verticale, avec un blanc à mi-hauteur (comme les quatrains d’un sonnet !). Celle de l’argument, une suite horizontale, que je dispose ici en colonne, à droite, en regard de la première liste, pour bien montrer le double mécanisme de sélection, faisant du « choix de titres » de l’argument, un choix dans un choix :

ft [3]
TITRES

Argument
Choix de titres

La grotesque Belgique

La vraie Belgique

La vraie Belgique

La Belgique toute nue

La Belgique toute nue

La Belgique déshabillée

La Belgique déshabillée

Une capitale pour rire

Une capitale pour rire

Une grotesque capitale

Une capitale de Singes

La Capitale des Singes

ne capitale de Singes

8Dans le manuscrit, le « choix de titres » de l’argument figure, en fait, sur trois lignes :

La vraie Belgique. La Belgique toute nue.
La Belgique déeshabillée. Une capitale pour rire.
Une capitale de Singes.

  • 3 Par exemple : le « bon mot » belge est « généralement emprunté à un vaudevilliste français » (feuil (...)
  • 4 Ainsi « Esprit d’obéissance et de CONFORMITE. Esprit d’association » (feuillet 96). « Toujours l’es (...)

9Tout semble donc indiquer, — un simple coup d’œil suffit pour s’en rendre compte —, que Baudelaire a fait le « choix de titres » de l’argument au vu du feuillet [3] : les titres reparaissent dans le même ordre. Mais la double liste du feuillet [3] montrait mieux, en les distinguant, les deux pôles de l’hésitation de Baudelaire entre un livre sur la Belgique et un livre sur la « capitale », Bruxelles. En même temps, la première série de quatre titres met l’accent sur une idée de vérité, de révélation. La seconde, sur la thèse qui, d’après les notes qui nous sont parvenues, eût pris une large place dans le livre, selon laquelle l’esprit de singerie, de contrefaçon, d’imitation, domine en Belgique3, indissociable de l’esprit « d’obéissance » et « de conformité » dont Baudelaire trouve le signe dans le penchant belge pour les « sociétés »4. Je ne sais si l’on peut déduire du fait que Baudelaire a prélevé trois titres dans la première série, et seulement deux dans la seconde, le signe d’une préférence pour un titre comportant le mot « Belgique » plutôt que le mot « capitale ». De toute manière, cette préférence est manifeste ailleurs : on ne trouve qu’une fois, dans la correspondance, un titre où « capitale » remplace « Belgique » : dans la lettre à Lemer du 9 août 1865, citée plus haut. Dans l’esprit de Baudelaire, il prépare « un livre sur la Belgique ». Qu’eût-il fait des chapitres sur les villes de province (Malines, Anvers, Namur, Liège, Gand, Bruges), prévus à la fin du livre ? Mais il est bon de savoir que, d’une certaine manière, Baudelaire a pris en compte la différence entre la Belgique entière, dont il a aimé les villes (Anvers, la « vraie capitale » ; Malines et Namur) et Bruxelles, qu’il conçoit comme la synthèse, concentrée, de tout ce que la Belgique comporte, socialement, politiquement, d’hybride. Il a, si j’ose dire, entre Bruxelles et la Belgique, filé la métonymie de sa détestation.

10Revenons à la concurrence entre les deux principaux titres : Pauvre Belgique ! et La Belgique déshabillée. Les arguments en faveur du second sont simples : il est, comme le montre la chronologie de la correspondance, le second (le troisième si l’on compte Lettres belges) en même temps qu’il est le dernier, contemporain de l’argument, donc d’un certain état de maturité du projet, qui se trouve être son dernier état puisqu’aussitôt après, Baudelaire sombre dans le mal qui va l’emporter ; enfin, on retrouve ce titre dans les deux sélections de titres que présente le manuscrit : au feuillet [3], et dans l’argument, qui offre un choix dans le choix, un degré plus avancé de sélection.

11Cela n’empêche qu’il y ait, en faveur de Pauvre Belgique, des arguments, aussi. C’est le titre auquel Baudelaire s’est le plus longtemps tenu, pendant près d’un an, encore que le temps du dernier titre, La Belgique déshabillée, soit illimité puisqu’aucun autre titre ne lui succède ; Pauvre Belgique ! est sans doute contemporain de la plupart des notes que Baudelaire a prises pour son livre, on le rencontre occasionnellement en rubrique au coin des feuillets du « dossier », et comme pour se conformer à son habitude, Baudelaire l’inscrit encore sur un feuillet dont la date (28 août 1865 ; voy. plus haut) est postérieure à la lettre du 9 août où il semble écarter Pauvre Belgique !, mais antérieure à la lettre de Lemer, du 3 octobre, qui paraît bien avoir été dissuasive. Un autre argument en faveur de Pauvre Belgique ! serait, ainsi, que Baudelaire fût passé d’un titre à l’autre sous une pression extérieure, de Garnier, de Lemer. Mais enfin, il faut admettre que l’influence subie n’exclut pas le libre choix, et l’on a vu Baudelaire se laisser suggérer tel titre par Hippolyte Babou, ou par Edgar Poe.

12Jacques Crépet, lorsqu’il publia en 1887, parmi les Œuvres posthumes, les premiers extraits révélés au public du manuscrit d’un livre inachevé sur la Belgique (les titres des chapitres avaient été publiés par Asselineau en 1869), avait adopté le titre le plus sage : La Belgique vraie, choisi parmi les titres énumérés par Baudelaire au feuillet [3] et dans l’argument, avec variante de la place de l’adjectif : La vraie Belgique, disait Baudelaire, reprenant le premier des titres suggérés par Lemer le 3 octobre 1865.

13Le « livre sur la Belgique » n’ayant jamais été écrit, il est naturel que la décision du titre n’ait pas été arrêtée (le feuillet [3] et l’argument prouvent que le choix était resté ouvert) et que celle-ci ait un effet sur la marge de liberté d’un éditeur. J’ai donné deux arguments en faveur de La Belgique déshabillée. En voici un troisième, largement conjectural, mais qui devrait, me semble-t-il, dans un calcul de probabilités, avoir sa place, lui aussi.

***

  • 5 Éd. cit., p. 238. La Rive gauche du 17 septembre 1865 publie en effet son arrêté d’expulsion du roy (...)

14En résumé, cet argument serait le suivant : nous pourrions être d’autant plus dissuadés de choisir comme titre Pauvre Belgique ! que Baudelaire en aurait été lui-même dissuadé. « Signalons une rencontre qui peut n’être qu’une coïncidence, mais qui peut avoir procédé de la connaissance du projet de Baudelaire », écrivent Jacques Crépet et Claude Pichois, « d’autant que Rogeard était des amis de Poulet-Malassis qui donna une réédition de ses Propos de Labienus ; l’auteur de ces derniers, en novembre 1865, annonçait son pamphlet contre l’Empire sous le titre de : Pauvre France ! »5. En effet, un petit volume intitulé Pauvre France, — en vers ! — paraissait à Bruxelles en 1865, sous la signature de Louis-Auguste Rogeard.

15Le Vapereau nous donne quelques indications sur ce personnage né en 1820, entré rue d’Ulm en 1841, révoqué de l’enseignement en 1851, pour refus de prêter serment à l’Empereur, et devenu à Paris professeur libre. Il avait, en novembre 1864, fondé avec Charles Longuet La Rive gauche, où vont paraître les bonnes pages de son livre à succès, publié en 1865 aussi : Les Propos de Labienus, sous-titrés La critique historique sous Auguste, qui conquirent une notoriété européenne et eurent l’honneur d’être lus par Baudelaire. Il émigre à Bruxelles en mai 1865 et c’est là que paraît Pauvre France. Il publiera à Bruxelles encore, en 1866, une étude sur « le Deux-Décembre et la morale » accompagnant la traduction par Karcher de l’Histoire du Deux-Décembre de Kinglake. On réunira ses Pamphlets en 1868. Il sera membre de la Commune en 1871, se réfugiera ensuite à nouveau en Belgique, puis au Luxembourg, et revenu en France à l’amnistie, deviendra rédacteur du Rappel en 1880.

16Rien ne prouve que Rogeard ait connu le projet de Baudelaire et calqué son titre sur le sien. Bien sûr, les dates concordent : le 4 juin 1865, Jules Claretie annonce dans Le Figaro que Baudelaire « va publier un livre, une satire, un pamphlet [...] dont le titre est Pauvre Belgique ! ». A défaut du bref écho de Claretie, un séjour de quelques semaines à Bruxelles a dû mettre Rogeard, ami de Malassis, au parfum du projet baudelairien. Pauvre France est un recueil de poèmes satiriques qui tiennent du pastiche. Deux d’entre eux, publiés en préoriginale dans La Rive gauche, sont présentés comme « extrait[s] de Pauvre France », le 2 et le 9 juillet.

17Je m’en voudrais d’offrir à l’auteur de savoureuses Sardines à l’instar l’hypothèse suivant laquelle un douteux auteur de pastiches, polémiste en peplum dont les alexandrins sont très peu raciniens, aurait recouvert ses petits fours d’un couvercle répliquant à Baudelaire : « Pauvre France ! », comme « Pauvre Belgique ! ». Une autre hypothèse me tente, qui, je l’espère, intéressera l’éditeur et l’annotateur de la merveilleuse lettre du 3 février 1865 à Mme Paul Meurice, lettre qui peut à elle seule nous donner l’idée, l’impression de style, qu’eût donné le livre sur la Belgique s’il avait été écrit. C’est dans une autre lettre à Mme Paul Meurice, le 24 mai 1865, qu’apparaît sous la plume de Baudelaire, la seule mention qui nous soit connue du nom de Rogeard. « Il faut », écrit Baudelaire à son amie qui vient d’être souffrante, « que vous soyez bien crédule pour vous figurer que la maladie attire l’amitié. Elle peut attirer l’amitié vraie (celle qui est inspirée par mon dieu ; car, pour votre Dieu, je ne vois pas qui il est, à moins qu’il ne soit celui de MM. Rogeard, Michelet, Benjamin Gastineau, Mario Proth, Garibaldi, et de l’abbé Châtel) ». Il est impressionnant de retrouver notre Rogeard en première ligne de cette cohorte mal pensante, le premier visé dans une charge contre l’athéisme républicain qui prend soin d’impliquer en dernière ligne, un curé ! Si Rogeard est le premier nom qui vient à l’esprit de Baudelaire, c’est peut-être parce qu’il est le plus près de lui : son contemporain presque exact, — il est né en 1820, — vient, rappelons-le, d’arriver à Bruxelles, une douzaine de jours auparavant. Sans que son nom fût mentionné, Rogeard était déjà intervenu dans la correspondance de Baudelaire, comme auteur des Propos de Labienus, dans une lettre à Ancelle du 22 mars, où, prévoyant déjà le voyage à Paris qu’il fera en juillet, Baudelaire promettait au notaire de lui « rapporter Les Propos de Labienus, qui viennent de paraître », non sans joindre son jugement : « Il y a de l’esprit, mais c’est loin d’être excellent ». Les lecteurs moins contemporains que nous sommes trouveraient en vérité bien peu d’esprit dans la verve de Rogeard et de ses amis, alimentée par une opportunité fournie par l’Empereur lui-même, qui vient de préfacer une Vie de César.

  • 6 La Rive gauche, journal littéraire et philosophique paraissant le dimanche, rue Neuve-Guillemin, 15 (...)

18Donc Baudelaire connaissait Rogeard, savait du moins qui il était, et dans le complexe qu’il nourrit d’être un exilé sans être un proscrit, il n’a pu que ranger l’auteur des Propos de Labienus parmi ceux qui illustrent la complicité entre la Belgique libérale et les républicains français, deux détestations réunies sur le même sol. Or, si nous n’avons pas de preuve que Rogeard ait pu connaître le projet de Baudelaire, nous en avons une du fait que Baudelaire a eu connaissance du projet de Rogeard. Sinon une preuve certaine, du moins dont la probabilité est à un cheveu de la certitude. Parmi les articles découpés par Baudelaire dans la presse, pour constituer son dossier sur la Belgique, il en est un qui ne vient pas exactement de la presse belge puisqu’il vient de la presse française en exil : c’est l’extrait de La Rive gauche du 5 novembre 1865. L’hebdomadaire, fondé en novembre de l’année précédente (le no 1 est du 20 novembre 1864), a en effet émigré en Belgique en mai 18656. La Rive gauche est un merveilleux terrain disposé pour l’allergie baudelairienne. Il faut lire, dans le premier numéro (20 novembre 1864), le sonnet « A Edgar Quinet » de Louis-Xavier de Ricard (« L’âme de l’avenir habite en tes écrits ») ou le « Programme » signé par Charles Longuet, le rédacteur en chef, prônant « la suppression de l’armée » et « l’élimination de tout ce qui pouvait faire d’un culte l’appendice obligé d’un gouvernement », ou dans le no 7 (1er janvier 1865), la publicité pour un buste de Victor Hugo « en plâtre » ou « en albâtre stéariné », pris « d’après nature, à Guernesey » ! Articles sur le saint-simonisme, chronique d’« Entretiens et Lectures en Grand-Orient », éloges de Proudhon, pamphlets anti-impérialistes de Rogeard (qui publie ses Mots de César à partir du 27 novembre 1864), offrent à Baudelaire un amalgame de contre-exemples, exemplairement dissuasifs, où l’anti-cléricalisme, l’utilité de l’art, le socialisme et les francs-maçons font cause commune. Il ne manque que la Belgique, qui se joint à l’équipe éditoriale, pour cause de proscription, en mai 1865, apportant du même coup les numéros du journal à Baudelaire, qui n’avait probablement pas eu connaissance des livraisons parisiennes.

  • 7 La même publicité apparaît dans les numéros du 7 septembre et du 8 octobre de La Tribune du Peuple, (...)
  • 8 Éd. cit, p. 287.
  • 9 Ch. BAUDELAIRE, Œuvres complètes, éd. Claude Pichois, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, (...)

19Des publicités de grand format (la largeur de la feuille) annonçant Pauvre France de Rogeard paraissent dans les numéros du 27 août et du 10 septembre 18657. On ne peut assurer que Baudelaire les ait vus. Le volume est annoncé pour le 10 septembre. On n’assurera pas non plus que Baudelaire l’ait lu. En revanche, il ne peut pas ne pas avoir vu la publicité en bas de page figurant au verso de l’article qu’il découpe, dans le numéro du 5 novembre 1865. Jacques Crépet et Claude Pichois en avaient fait l’observation en 1953 : « Le même numéro de La Rive Gauche annonçait :’En vente chez tous les libraires de Bruxelles, Pauvre France, par A. Rogeard, auteur des Propos de Labienus’ »8. Dans son édition de 1973, au moment où il aborde les notes de Pauvre Belgique ! et justifie son titre, Claude Pichois écrit : « L’idée était’dans l’air’ : Auguste Rogeard, farouche adversaire de l’Empire, lance en 1865, un pamphlet intitulé Pauvre France, que La Rive gauche, organe’ gauchiste’, annonce le 27 août 1865 pour paraître le 10 septembre suivant et dont Gustave Millot, qu’on trouve au chevet de Baudelaire en mars 1866 [...], rend compte le 17 septembre 1865 »9. Les recoupements sont donc très nombreux : on pourrait ajouter le nom de Paul Meurice, parmi les collaborateurs de La Riche gauche, comme relais possible, oblique sans doute, entre Baudelaire et l’hebdomadaire de gauche. La coupure de presse du 5 novembre 1865 est décisive et, — c’est là mon hypothèse, — dissuasive.

20« L’idée », écrit Claude Pichois, « était dans l’air ». Mais l’idée de Rogeard et l’idée de Baudelaire ne respirent pas le même air. Et un air de ressemblance serait tout à fait pour déplaire au futur auteur d’un pamphlet sur la Belgique. Si le titre La Belgique déshabillée reprend un air connu, c’est, la personnification aidant, le souvenir de Mon cœur mis à nu. On trouvait d’ailleurs La Belgique toute nue parmi les deux listes de titres du manuscrit. Baudelaire, en 1859, disait déjà à Alphonse de Calonne : « Plus un titre est singulier, meilleur il est » (lettre du 16 décembre 1859) et il ajoutait : « pourvu qu’il ne confine pas au titre que j’appelle calembourique ou pointu ». Pauvre Belgique ! eût couru un danger bien plus grand : celui de reproduire avec variante le titre d’un best-seller anti-impérialiste, d’en être la réplique, dans un pamphlet où Baudelaire, par-dessus tout, dénonce l’esprit « de conformité ».

Notes

1 J’indiquerai par la simple mention de la date la référence aux lettres de Baudelaire que j’aurai l’occasion de citer et qu’il est aisé de retrouver dans la Correspondance de Baudelaire publiée dans la Bibliothèque de la Pléiade, en 1973, en deux tomes, par Claude Pichois et Jean Ziegler.

2 Extrait reproduit dans l’édition Jacques Crépet-Claude Pichois de Pauvre Belgique, Paris, Conard, 1953, p. 238.

3 Par exemple : le « bon mot » belge est « généralement emprunté à un vaudevilliste français » (feuillet 16) ; « L’impiété belge est une contrefaçon de l’impiété française [...] » (feuillets 187 et 357 r°) ; le républicanisme belge est une « contrefaçon du Jacobinisme » (feuillets 203 et 357 r°) ; les chansonniers sont « des singes dégoûtants des polissonneries de Béranger » et tel romancier est — au quatrième degré ! — un « imitateur des copistes des singes de Champfleury » (feuillets 151 et 356 r°).

4 Ainsi « Esprit d’obéissance et de CONFORMITE. Esprit d’association » (feuillet 96). « Toujours l’esprit de conformité. On ne s’amuse qu’en bande » (feuillet 125).

5 Éd. cit., p. 238. La Rive gauche du 17 septembre 1865 publie en effet son arrêté d’expulsion du royaume de Belgique.

6 La Rive gauche, journal littéraire et philosophique paraissant le dimanche, rue Neuve-Guillemin, 15 (près Saint-Sulpice), à Paris (du 20 novembre 1864 au 7 mai 1865) puis Montagne aux Herbes potagères, 21, à Bruxelles (du 14 mai 1865 au 5 août 1866).

7 La même publicité apparaît dans les numéros du 7 septembre et du 8 octobre de La Tribune du Peuple, journal où Baudelaire découpera un article le 10 novembre.

8 Éd. cit, p. 287.

9 Ch. BAUDELAIRE, Œuvres complètes, éd. Claude Pichois, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, t. II, 1976, p. 1476.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search