Version classiqueVersion mobile

Mélanges de littérature en hommage à Albert Kies

 | 
Claudine Gothot-Mersch
, 
Claude Pichois

I. Autour de Nodier

À propos du Dom Juan de Molière

Deux lettres inédites de Charles Nodier

Raymond Setbon

Texte intégral

1La Comédie Française conserve dans ses Archives la lettre suivante de Charles Nodier. Nous la reproduisons fidèlement en respectant les formes grammaticales.

2[s.d.]

Mon cher ami,
Je suis bien loin de mes livres, et bien distrait de mes souvenirs pour répondre à votre question d’une manière satisfaisante. Voici cependant ce que ma mémoire me fournit, et que les excellentes recherches d’Auger et d’Aimé-Martin vous permettront de rectifier à votre retour.
Avant Molière, nous n’avions guères fait que suivre pas à pas la comédie Espagnole, et Molière lui-même avoit payé ce tribut dans son triste drame de Garcie de Navarre. Scarron et Thomas Corneille n’ont peut-être pas un sujet qui ne soit pris dans ce théâtre, pour lequel nous faisions alors ce que les anglois et les espagnols font aujourd’hui pour nous. L’apparition d’une nouveauté espagnole étoit donc un appel à la verve facile de nos arrangeurs, et il faut bien l’avouer c’est à cette incroyable aptitude d’imitation, si caractéristique en France, que nous devons le Cid, Héraclius, et d’autres chefs-d’œuvre encore. Telle est l’origine du Festin de Pierre, moins improprement appelé en Espagnol le Convié de Pierre, il est évident que le Festin de Pierre ne signifie rien.
S’il y avoit alors instinct d’imitation, comme de notre temps, il y avoit aussi concurrence, comme de notre temps. C’étoit à qui des deux grands théâtres rivaux, sans compter la foire et les marionnettes, attireroit le plus vite les chalans. Aussi n’existe-t-il pas moins de trois pièces sous le titre du Festin de Pierre, l’une de Dorimond, l’autre de Rosimond, la troisième de Molière. Vous voyez que je ne classe pas ces messieurs selon l’ordre du talent, mais je ne suis pas sûr de les classer selon l’ordre de priorité. C’est un point facile à éclaircir. La pièce de Molière est la seule en prose, et il étoit alors, avec Cyrano de Bergerac et le Comte de Cramail, le seul auteur dramatique qui se fût permis cinq actes en prose. Des pièces rivales, je ne connois que celle de Dorimond qui est éxécrable. Le Sganarelle s’y nomme Briguelle, qui est un des masques de la comédie italienne.
I1 est probable que Molière, impatient de se saisir d’un sujet en vogue, n’attacha guères d’autre importance à son ouvrage. Il n’a cependant rien produit, peut-être, qui porte à un plus haut degré le sceau de son génie ; mais, soit que les acteurs oient longtemps dédaigné une composition qui les faisoit déroger au langage vulgaire, soit que la censure de ce temps-là oit daigné prendre les intérêts de Dieu avec autant de chaleur que ceux de Tartuffe, je doute que le Festin de Pierre oit été imprimé du vivant de son auteur. Il ne parût que dans l’édition de 1682, publiée par deux de ses camarades, et qui resta longtemps elle-même sous un sequestre sévère. Ce qui me le fait conjecturer, car aucun bibliographe ne rapporte cette circonstance, c’est que les imprimeurs de Hollande qui avoient succédé aux Elzévirs dans ce genre de contrefaçon, et qui publièrent un Festin de Pierre, sous le nom de Molière, en 1683, donnèrent maladroitement pour la sienne la pièce de Dorimond, ce qu’ils n’auroient certainement pas fait, si l’édition de 1682 avoit été en vente. Ils étoient trop bien servis pour cela. Il est vrai qu’avertis de leur méprise par le mécontentement public, ils s’empressèrent dès la même année de mettre au jour une édition plus légitime, mais ils annoncent qu’elle est imprimée sur une copie manuscrite, qui se trouva heureusement fort exacte.
Il est donc probable que l’édition de 1682 n’avoit point paru en 1683. Ce qui explique ce délai, c’est que les éditeurs y avoient introduit les scènes hardies du Festin de Pierre, et ce qui le prouve, c’est qu’un exemplaire s’est retrouvé où ces scènes, qu’on a remplacées dans tous les autres par des cartons, si lisent encore assez conformes à la rare copie de Hollande, qui est cependant préférable, mais qui se rencontre plus aisément. Ces variantes étoient si peu connues du temps de Voltaire, qui a bien voulu présider à une édition de Molière, que l’illustre éditeur en parle seulement sur la foi de Marcassus, dont il tenoit une copie manuscrite de la fameuse scène du Pauvre. On juge bien qu’il l’a arrangée à sa manière, et que ce n’est pas là un bon texte.
Indépendamment des deux Festin de Pierre en vers, il s’en trouve aujourd’hui un troisième, qui est le seul qu’on ait conservé à la scène, et devant lequel celui de Molière même a disparu. On le doit, comme vous savez, à Thomas Corneille, qui l’accorda sans doute aux prétentions des comédiens, et qui a executé ce travail avec un si religieux respect pour la prose de Molière, qu’il n’y a peut-être pas d’exemple d’une traduction qui reproduise aussi fidèlement les moindres agrémens du texte. La scène des paysans, écrite dans un jargon que Molière aimoit à employer, parcequ’il en avoit merveilleusement saisi toute la finesse et toutes les grâces, offroit un grand écueil à l’imitateur. Il faut la comparer avec le modèle, dans la pièce de Thomas Corneille, pour juger de la facilité avec laquelle il se joue des entraves de la rime et de la mesure. Le magnifique rôle de Dom Juan sembloit exiger l’appareil et la pompe de la versification, et il est probable que Molière, avec plus de temps, l’auroit écrit comme Thomas Corneille. Il est douteux du moins qu’il se fût mieux interprété lui-même.
J’ai pensé autrefois que le Festin de Pierre en prose, serait une innovation piquante, j’en doute beaucoup aujourd’hui. Il y a trop de vers consacrés dans Limitation de Thomas Corneille, et la versification va trop bien d’ailleurs, au sujet. Mais cet ouvrage a beaucoup à gagner, selon moi, sous le rapport de la mise en scène qui est susceptible du plus grand éclat, et qui mérite d’autant plus d’être soignée que la pièce renferme les deux rôles capitaux de deux grands emplois, le premier et le comique.
Un petit journal qui épluche les niaiseries des affiches de province, persiffloit dernièrement un pauvre directeur qui s’étoit permis d’annoncer le Festin de Pierre sous le double titre de l’Athée foudroyé. Ce titre est de Molière, et c’est avec ce double titre que la pièce fût affichée pour la première fois.

Tout à vous
Charles Nodier
[Adresse :] Monsieur Philoclès Regnier
Sociétaire de la Comédie Française
rue Ventadour, no 11, Paris.

  • 1 Journal des Débats, 27 avril 1817, c.r. Œuvres de Molière.
    Comme une note l’indique, cette initiativ (...)

3Dans un compte rendu1 de 1817, Nodier avait félicité les éditeurs de la Bibliothèque portative du voyageur d’inclure dans cette nouvelle collection les chefs-d’œuvre de Molière à une époque où ils étaient « si outrageusement défigurés par les comédiens qui exploitent ses dépouilles » ; mais les réserves suivaient aussitôt : toutes les recherches sur Molière ont-elles été faites ? L’absence du Festin de Pierre dans cette collection le prouve. Souci de bibliomane plus que de critique littéraire ! La pièce est à ses yeux « peu recommandable sur le rapport de la conception » ; Molière ne s’en servit que par condescendance pour le goût de son temps, affirme-t-il. Il n’en reste pas moins que dans l’exécution et dans les détails elle offre « des beautés qui auraient fait la réputation d’un comique de second ordre ».

4L’intérêt de la pièce ? Il se placerait précisément dans le fait que Molière lui-même ne la livra jamais à l’impression et dans toutes les conséquences qu’un tel fait implique. Nodier tente, en passant, une explication : Molière fut probablement à l’égard de sa pièce aussi sévère que ses critiques les plus rigoureux. D’autre part, n’avait-elle pas été, à un degré inconcevable, l’objet de contrariétés pour son auteur, « contrariétés aigries par des préventions encore mal fondées » ?

5Au centre de ce compte rendu, Nodier fait part de sa préoccupation : la pièce a été publiée en fin de compte dans l’édition de 1682, soit neuf ans après la mort de son auteur.

6Mais est-ce le texte original ?

  • 2 Cf. les comptes rendus de Nodier :
    Débats, 19 déc. 1814 : Manuel du libraire de Brunet
    Débats, 3 févr (...)
  • 3 Nous reproduisons ici in extenso le texte encore inédit de cette lettre : Monsieur,
    Permettez-moi de (...)

7Brunet, dans son Manuel du Libraire2, avait prétendu que cette édition de 1682 contenait déjà la scène du pauvre et que les éditions postérieures étaient conformes en tous points à cette version. Nodier rejette cette opinion en se fondant sur « plus de vingt ouvrages » qu’il a lui-même compulsés sans y trouver cette fameuse scène. Il nous reste une trace de ces recherches assidues dans une lettre inédite au Conservateur de la Bibliothèque Royale3.

8Comme il serait difficile d’admettre que Brunet ait eu entre les mains un ouvrage rarissime, Nodier en conclut : les éditions de 1682 et celles qui lui sont postérieures, à l’exception d’une seule, ne contiennent pas la scène du pauvre. Il rappelle l’existence connue de deux textes vulgaires du Festin de Pierre :

  • le texte en prose publié dans les éditions classiques ou usuelles d’alors ;

  • l’imitation littérale de Thomas Corneille qui est restée au théâtre.

9Avec le plaisir raffiné de l’amateur de livres rares, Nodier ajoute ses propres trouvailles :

10Un texte en vers (imprimé en Hollande presque du vivant de Molière) qu’on trouve le plus souvent dans les rares éditions attribuées aux Elzévirs. Nodier, qui en possédait un exemplaire daté de 1683 « postérieur d’un an à la première édition authentique du Festin de Pierre en prose », met en garde le lecteur : cette « détestable rapsodie du sieur de Villiers » est absolument étrangère à la pièce de Molière.

11En second lieu, la même année, sous le même titre, les mêmes imprimeurs donnent la quatrième version de la pièce, en annonçant qu’elle n’était semblable à aucune de celles qui avaient précédé.

12Cette édition hollandaise comporte un double intérêt :

  1. L’hypothèse de Brunet selon laquelle toutes les éditions de 1682 et postérieures à elles sont identiques se trouve définitivement anéantie.

  2. C’est dans cette version que se trouve la fameuse scène du pauvre. Nodier rappelle que Voltaire avait rapporté l’existence de cette scène sur la foi d’un fils de Marcassus. L’éditeur de 1773 l’avait copiée dans sa préface sans se porter garant de l’authenticité de l’anecdote. Nodier met fin à un doute : la scène a bel et bien été conçue par Molière et même avec « des développements que Voltaire n’a pas connus ou qu’il a rejetés à dessein ».

  • 4 Dans la conclusion de ce c.r., Nodier cite en exemple la séquence où le pauvre (à qui Don Juan a of (...)

13Ainsi, soucieux que les textes littéraires soient imprimés « dans leur pureté », Nodier avait repris pour le compte de ses lecteurs la longue démarche qui l’avait amené à découvrir la version originale d’un chef-d’œuvre4. Il note encore : la scène du pauvre ne constitue pas d’ailleurs l’unique différence entre le texte original et la version modifiée ; « plus de cinquante variantes, plus curieuses et moins connues les unes que les autres [...] sont autant de coups de pinceau qui décèlent Molière ».

  • 5 Mélanges tirés d’une petite bibliothèque ou Variétés littéraires et philosophiques, Paris, Crapelet (...)

14Ainsi la bibliomanie peut rendre service aux lettres. Cette idée, au caractère quasi obsessionnel, poussera Nodier, dans ses Mélanges tirés d'une petite bibliothèque, à communiquer au public son plaisir de posséder des livres « et le plaisir encore plus doux d’en parler ». Notes semi-bibliographiques, semi-littéraires, note-t-il, mais qui peuvent signaler aux hommes de lettres qui se sont laissé prendre par des contrefaçons des textes originaux qui leur ont échappé5.

  • 6 Dans son c.r. du Traité du choix des livres de Gabriel Peignot, Nodier notait dans les Débats du 3 (...)

15La version originale du Festin de Pierre reste pour Nodier l’exemple-type, maintes fois cité, d’un texte dont « le triste mérite de la rareté » a permis de sauver des scènes entières de l’oubli total6.

  • 7 Nous nous devons de signaler l’article de Mme Noëlle Guibert, Conservateur de la Comédie-Française  (...)

16Peut-on se hasarder à dater cette lettre ? L’allusion aux travaux d’Auger sur Molière (1814-1826) et ceux d’Aimé-Martin (1823-1824), l’absence d’allusion au fait qu’en novembre 1841 avait été donnée à l’Odéon la première représentation de la pièce dans son texte original en prose permettrait de la dater d’entre les années 1824 et 18417.

17On peut en remarquer le ton plus prudent, plus nuancé. La question de l’imitation du modèle espagnol n’avait pas été abordée plus tôt. Autres éléments nouveaux : l’hypothèse selon laquelle l’édition de 1682 avait été sous séquestre et l’abandon de l’attitude admirative à l’égard des pièces en prose (qui révèle peut-être le romantique assagi).

18Ces données permettent de conclure à un écart chronologique très grand entre l’article de 1817 et cette lettre.

Notes

1 Journal des Débats, 27 avril 1817, c.r. Œuvres de Molière.
Comme une note l’indique, cette initiative de Fournier, reprise par Desoër, avait permis, dans cette collection en format in-36, la publication, entre autres, des œuvres de Molière en 7 vol.

2 Cf. les comptes rendus de Nodier :
Débats, 19 déc. 1814 : Manuel du libraire de Brunet
Débats, 3 février 1815, idem, 2e partie
Ces c.r. ont été réédités dans Mélanges de littérature et de critique, Paris, Raymond, 1820, t. II, p. 399-415.

3 Nous reproduisons ici in extenso le texte encore inédit de cette lettre : Monsieur,
Permettez-moi de vous demander communication des volumes suivans :
1° Molière, edit. de 1682, le volume où se trouve le Festin de Pierre (ce doit être le troisième).
2° Le même auteur, et le même volume, édition de Jaques le Jeune, 1679 ou 1684.
3° Le même auteur, et le même volume, édition de Bref.
4° La vie de Molière et le jugement sur ses pièces, par Voltaire, à la tête d’une édition de Molière ou dans les Mélanges de l’auteur.
5° histoire du théâtre français de Parfait et Beauchamps, le volume relatif à Molière.
Je ne vous renouvelle pas, Monsieur, les assurances de ma reconnoissance inviolable. Elles sont devenues un lieu commun.
J’ai l’honneur d’être avec respect, Monsieur,
Votre très humble & très obéissant serviteur
Charles Nodier
[Adresse] Monsieur
Monsieur le Chevalier Van Praët
à la Bibliothèque Royale, rue
de Richelieu, Paris.
Aut., Bibliothèque Nationale, NAF 863, t. 39, f. 245.
La date de cette lettre ne peut être qu’antérieure à avril 1817.

4 Dans la conclusion de ce c.r., Nodier cite en exemple la séquence où le pauvre (à qui Don Juan a offert une pièce sous condition qu’il blasphémerait) répond qu’il aimerait mieux mourir de faim. Fort probablement, Voltaire a volontairement annulé cette réplique qui ôterait un avantage à la générosité de l’impie, note-t-il.

5 Mélanges tirés d’une petite bibliothèque ou Variétés littéraires et philosophiques, Paris, Crapelet, 1829. Cf. Préface.

6 Dans son c.r. du Traité du choix des livres de Gabriel Peignot, Nodier notait dans les Débats du 3 juin 1817 : « Il fallait observer sur les diverses éditions de Molière, qu’il n’en a pas paru en France où le texte du Festin de Pierre soit conforme à la première représentation » (c.r. réédité dans Mélanges de Littérature..., ouvr. cité, t. II, p. 382).
En 1828, dans ses Questions de Littérature légale (Paris, Crapelet, 2e éd., 1828, p. 141) il notera encore :
« Qui signala jamais avant un modeste et savant bouquiniste nommé Regnaud-Bretel, cette édition intacte du Festin de Pierre de Molière, si inconnue il y a quatre-vingts ans que Voltaire fut obligé, pour donner une idée imparfaite de la fameuse scène du Pauvre, de s’en rapporter à une copie de Marcassus ».
en note : « Cette découverte présente un peu moins d’importance, depuis qu’on s’est aperçu que la même particularité distinguoit la jolie édition de Bruxelles, G. de Backer, 1694, 4 vol. in-12, qui est ornée d’ailleurs de charmantes gravures d’Harrewyn, mais qui se seroit avisé que cette insigne rareté de Marcassus avoit été imprimée trois fois, et peut-être quatre, car toutes les comédies de Molière avoient été publiées séparément avant 1682 ? »

7 Nous nous devons de signaler l’article de Mme Noëlle Guibert, Conservateur de la Comédie-Française : Dom Juan vu par un bibliophile : Charles Nodier in Revue de la Comédie-Française, no 79, mai-juin 1979, p. 41-43, où quelques extraits de cette lettre sont cités.
Nous y relevons un important correctif aux données fournies par Nodier : « en onze années, de 1658 à 1669, quatre auteurs-comédiens — et non trois — sont directement inspirés par ce Burlador de Sevilla que l’on attribue à Tirso de Molina. Il y eut Dorimond en 1658, Villiers en 1659, Molière, bien sûr, en 1665, et Rosimond en 1669 ».
Mme N. Guibert confirme l’hypothèse sur la date d’impression de la première édition : « malgré un privilège octroyé au libraire Billaine, la pièce de Molière ne fut pas imprimée. Elle ne parut qu’en 1681 dans l’édition posthume [...]. Cette édition ne connut pas une grande diffusion dans son état premier. Elle avait été cartonnée, c’est-à-dire mutilée [...] tout spécialement la fameuse scène du pauvre [...]. De là, une méprise des contrefacteurs hollandais, qui dans leur première « édition pirate » attribuent à Molière la pièce de Dorimond [... L’édition « plus légitime » qu’ils s’empressent d’imprimer la même année] est le texte de la représentation qui paraît en 1683 chez Wetstein, sans que l’on sût comment il se l’était procuré. »
Relevons enfin deux renseignements importants à bien des égards : « la version en vers de Thomas Corneille, écrite avec l’assentiment d’Armande Béjart en 1677 [...] fut jouée à la Comédie-Française jusqu’en 1847. »
Quant au sujet des possibilités scéniques grandioses de Dom Juan, abordé dans la lettre : « ce souhait sera entendu en 1847, trop tard pour Nodier, lorsque la Comédie-Française décide de créer Dom Juan, dans sa version d’origine, pour le 225e anniversaire de la naissance de Molière. »

Auteur

Professeur à l’Université de Tel-Aviv

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search