Version classiqueVersion mobile

Mélanges de littérature en hommage à Albert Kies

 | 
Claudine Gothot-Mersch
, 
Claude Pichois

I. Autour de Nodier

L’ultime conte de Nodier devant la philologie

Jean Guillaume

Texte intégral

1Pour s’être, dans Franciscus Columna, si gentiment moqué des « infiniment petits de la biographie et de la bibliographie », le subtil Nodier s’est tout à la fois découvert et abrité. Pressentait-il certaines approches ?

  • 1 J. VODOZ, Essai sur le rôle du subconscient dans l’œuvre de Charles Nodier, Paris, Champion, 1925.

2S’il n’a pas fini de diviser la critique depuis que Jules Vodoz1 proposa une lecture psychanalytique de La Fée aux miettes, c’est sur un terrain plus modeste, celui des philologues, que nous voudrions situer l’étude du dernier écrit, Franciscus Columna.

3Le début — voire la totalité ? — en devait paraître le 5 août 1843 dans le Bulletin de l’ami des arts, aux dires de la revue elle-même : « Nous voulions donner aujourd’hui [3e livraison, 5 août] à nos lecteurs Franciscus Columna, charmante nouvelle de M. Ch. Nodier ; mais une indisposition grave du célèbre académicien nous force à retarder jusqu’au 20 août la publication de ce joli morceau » (p. 96).

4Comme promis, la livraison suivante publia le conte — du moins en sa première partie (p. 101-108). Celle-ci comprend surtout de spirituelles digressions où l’amour des livres et l’amour des amis des livres ont une large part ; mais il fallait bien finir :

Apostolo se rajusta commodément sur sa chaise, trempa sa plume dans l’encre, et écrivit ce qui suit, en commençant par ce titre dont je me suis fort éloigné dans une trop longue parenthèse :
FRANCISCUS COLUMNA, Nouvelle bibliographique.

  • 2 L’autographe, qui est conservé par M. Jean Mennessier Nodier, nous a été communiqué (sur clichés né (...)

5Sur le manuscrit2, la phrase — hormis le titre — manque. Quant au titre lui-même, il figure en tête du folio 4, qui eût très bien pu, en l’occurrence, jouer le rôle de folio 1.

6La seconde partie fut publiée dans le numéro suivant (5 septembre, p. 133-147). Elle est deux fois plus longue que la première et — si l’on excepte les quatre derniers paragraphes de la p. 147 (qui renouent avec la bibliophilie) — pourrait s’en passer.

  • 3 L’édition la plus récente a été procurée par M. Pierre-Georges Castex, Charles Nodier. Contes, Pari (...)

7Le conte3 fusionne-t-il, pour autant, deux données hétérogènes ? L’étude du personnage d’Apostolo permet une réponse au moins partielle ; en effet, des dix-sept mentions d’Apostolo seize interviennent dans les folios 1-3, et une dans le folio 9, lequel correspond rigoureusement aux quatre paragraphes de la p. 147 cités plus haut. Si l’on observe, en outre, que les quatre mentions du mot contenues dans le folio 1 interviennent après biffure, et qu’elles sont les seules, sur les dix-sept, à le faire, on sera fondé à croire que, dans la partie constituée par les folios 1-3 et 9, Nodier a d’abord rédigé le folio 1, dont il a ensuite corrigé en Apostolo quatre passages, avant de poursuivre en écrivant sans rature les treize dernières mentions du terme.

8Cette existence de deux groupes ne préjuge pas de leur chronologie de création, chacun ayant pu naître indépendant de l’autre.

  • 4 Paris, Jules Renouard.
  • 5 Paris, Antoine-Augustin Renouard, t. I, p. 29.
  • 6 Ibid., t. I, p. 51.
  • 7 Voir la Bibliographie de la France, 23 mai 1835.

9Pour la partie bibliophilique (folios 1-3 et 9), Antoine-Augustin Renouard appâtait assez l’écrivain secret en notant dans la 3e édition des Annales de l'imprimerie des Alde (1834) : « [L’Hypnerotomachia] est une source à laquelle plus d’un artiste, plus d’un littérateur, sont venus puiser sans en faire confidence au public, et où d’autres pourront puiser encore, et peut-être dans un semblable incognito » (t. I, p. 214 ; on notera que le dernier membre de phrase ne figure pas dans les deux éditions précédentes, respectivement datées de 18035 et 18256). Nodier rendit compte de cette 3e édition dans un fascicule accompagnant, lors de la livraison d’avril 18357, le Bulletin du Bibliophile, publié par Techener avec la collaboration de Nodier ; celui-ci aura d’ailleurs en 1840 retrouvé l’Hypnerotomachia au no 601 du catalogue Techener.

10Quant à la partie sentimentale (folios 4-8), elle se fonde logiquement (avec les réserves de chronologie qu’on a dites) sur la fin du folio 3 :

— « Cela est singulier, dit à demi-voix Apostolo. Ce dominicain était amoureux. Il y a une nouvelle là-dedans. »
— « Pourquoi pas, répliqua Lowrich ? Reprends maintenant la plume, et cherchons un feuilleton, puisque tu ne peux pas t’en passer. »

11A quoi Nodier ajoute la phrase de soudure :

Apostolo se rajusta commodément sur sa chaise, trempa sa plume dans l’encre [...] (voir supra).

  • 8 Nous remercions Madame Christine Born-Boigelot, à qui nous devons cette lecture ainsi que la questi (...)
  • 9 M. Jean Ziegler a bien voulu procéder pour nous à cette recherche.

12Pour les textes cancellés au profit d’Apostolo, leur lecture, difficile, laisse toutefois deviner çà et là le nom même de Techener8. — Le conte avait-il en ses débuts un tour plus personnel, que la gravité du sujet rendit bientôt impossible ? Quoi qu’il en soit, la Bibliothèque Nationale conserve un exemplaire de l’Hypnerotomachia (Rés. Y2. 210) qui correspond à celui d’Apostolo avant l’ajout du feuillet final, sans qu’on puisse hélas fixer avec certitude9 la date d’entrée du volume : habent sua fata...

  • 10 Bévue d’autant plus vexante qu’elle s’inscrivait dans une critique de la confusion.

13Au bas de la p. 147 (Bulletin de l’ami des arts, 5 septembre 1843), un erratum signale que, dans la livraison précédente, la mort de « François Colonne » a été située, « par une faute d’impression », en 1468 au lieu de 1467. En fait, l’erreur était déjà dans le manuscrit10, que l’imprimeur avait reproduit fidèlement. — Par contre, le même imprimeur a négligé l’indication suivante, écrite en retrait par Nodier au bas du folio 4 :

[3 — Colonna

  • 11 FRANCISCUS COLUMNA, Dernière nouvelle de Charles Nodier, extraite du Bulletin de l’ami des arts, et (...)

14Seule du genre, cette note vise la famille Colonna (« certainement l’une des plus considérables de Rome et de l’Italie »), qui apparaît bien à la ligne 3 mais dans une graphie incertaine. L’édition originale ainsi que celle, en 1844, de Janin11 adopteront la forme fautive Colouna, non seulement ici mais dans les trois mentions ultérieures.

  • 12 Il aura l’honneur de passer à la postérité si c’est lui que désigne, en tête du f° 1, le nom de Zam (...)

15La même confusion entre les lettres n et u affecte le début de la nouvelle, où il est question de « huit beaux heudécasyllabes », d’autant plus normaux sans doute pour le typographe12 qu’il récidive à la ligne suivante. Le vieux Nodier n’en demandait pas tant, lui qui venait d’évoquer comme exemple de science inutile « le nom de l’imprimeur d’un méchant livre » ; l’auteur eut le bon sens de ne point protester, et le docte Janin rectifia dans l’édition posthume.

***

  • 13 Le Catalogue [rédigé par l’auteur] de la bibliothèque de feu M. Charles Nodier (Paris, J. Techener, (...)
  • 14 Voyage en Orient, Paris, Charpentier, t. I, 1851, p. LXIV.

16S’il est vrai qu’Alde engendra Nodier, celui-ci se comporta en fils très infidèle. Entre les amants de 1499 et le couple éthéré de 1843, il y a non point évolution, mais rupture, dont il serait trop simple d’affirmer que l’auteur n’eut pas conscience. Mettons qu’il s’est arrangé pour n’en rien dire ou que la mort, bientôt, l’en dispensa13. Lorsque, le 27 janvier 1844, Nodier partit vers l’autre rive, telle était bien l’image qu’il laissait à Nerval, et que celui-ci, rentré d’Orient, enchâssera dans son Voyage14 :

Que Polyphile et Polia, ces saints martyrs d’amour, me pardonnent de toucher à leur mémoire ! Le hasard, — s’il est un hasard ? — a remis en mes mains leur histoire mystique, et j’ignorais à cette heure-là même qu’un savant plus poëte, un poëte plus savant que moi avait fait reluire sur ces pages le dernier éclat du génie que recélait son front penché. Il fut comme eux un des plus fidèles apôtres de l’amour pur... et parmi nous l’un des derniers.

Notes

1 J. VODOZ, Essai sur le rôle du subconscient dans l’œuvre de Charles Nodier, Paris, Champion, 1925.

2 L’autographe, qui est conservé par M. Jean Mennessier Nodier, nous a été communiqué (sur clichés négatifs) grâce à l’obligeante entremise de M. Claude Pichois. — Le manuscrit se compose de neuf feuillets (hauteur moyenne : 26,5 cm ; largeur moyenne : 21 cm) ; tous les feuillets ont la même dimension, mais le neuvième n’est utilisé que sur 10 cm. Deux des feuillets (7 et 8) avaient été coupés aux deux tiers de la hauteur, probablement lors de la composition ; le dernier tiers a été ensuite ajouté.
Incipit des feuillets :
1. Zaman Franciscus Columna. / — / Nouvelle bibliographique. / Vous vous souvenez
2. du monde et à rétablir ma fortune
3. fortune veut que je sois en état
4. FRANCISCUS COLUMNA / Nouvelle bibiographique. / La famille Colonna
5. C’était dans le courant du mois de février
6. partie des choses que vous m’avez dites
7. l’horrible chagrin qui me consume
8. C’était le jour où Francesco
9. — / — / - « Signe maintenant cela comme tu voudras »
Pour la bibliographie, voir notre brève étude « Nerval et ses pairs » (La Voix des poètes, juillet 1979, p. 24-25) et l’article de Jean Richer et Jean Senelier, Charles Nodier. Remarques et compléments bibliographiques in Studi francesi, gennaio-aprile 1980, p. 93-102 [précisons que la publication par Le Cabinet de lecture se situe dans le deuxième tome, réservé au deuxième semestre, de 1843].

3 L’édition la plus récente a été procurée par M. Pierre-Georges Castex, Charles Nodier. Contes, Paris, Garnier, 1961 [nouveau tirage en 1979], p. 882-903.

4 Paris, Jules Renouard.

5 Paris, Antoine-Augustin Renouard, t. I, p. 29.

6 Ibid., t. I, p. 51.

7 Voir la Bibliographie de la France, 23 mai 1835.

8 Nous remercions Madame Christine Born-Boigelot, à qui nous devons cette lecture ainsi que la question suivante.

9 M. Jean Ziegler a bien voulu procéder pour nous à cette recherche.

10 Bévue d’autant plus vexante qu’elle s’inscrivait dans une critique de la confusion.

11 FRANCISCUS COLUMNA, Dernière nouvelle de Charles Nodier, extraite du Bulletin de l’ami des arts, et précédée d’une notice par Jules Janin, Paris, Galerie des Beaux-arts, J. Techener, Paulin, 1844. — Cette édition semble avoir ignoré celle du Cabinet de lecture, où Colouna devient Colonna.

12 Il aura l’honneur de passer à la postérité si c’est lui que désigne, en tête du f° 1, le nom de Zaman. Et peut-être lui devons-nous — faute de pouvoir avec certitude en créditer Nodier — la correction de six (fo 3) en seize (p. 106), correction élémentaire puisqu’elle exprime la différence entre 1483 et 1467.

13 Le Catalogue [rédigé par l’auteur] de la bibliothèque de feu M. Charles Nodier (Paris, J. Techener, 1844, no 1232) décrit ainsi le volume : Exemplaire presque grand papier, d’une conservation admirable, sauf quelques réparations aux marges inférieures d’un petit nombre de feuillets, et parfaitement relié en maroquin.

14 Voyage en Orient, Paris, Charpentier, t. I, 1851, p. LXIV.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search