Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mélanges de littérature en hommage à Albert Kies

 | 
Claudine Gothot-Mersch
, 
Claude Pichois

I. Autour de Nodier

Une lettre de Nodier

Jean Guillaume

Texte intégral

 

Paris 4 Décembre 1836.
Mon cher Alfred,
je m’empresse de vous accuser réception de votre Bon de = 450 fr. = il peut suffire au plus pressé, et je n’aurai peut-être pas besoin que vous ayez la bonté de le compléter avant le mois de Février, janvier étant mon meilleur mois de recette, comme Décembre mon plus mauvais mois de dépense.
je vous remercie donc du profond de mon cœur du service très essentiel que vous me rendez encore, et surtout de l’obligeante amabilité que vous y avez mise. il n’y a qu’un cœur comme le vôtre qui puisse chercher à se justifier de ne pas faire tout ce qu’on lui demande, quand il fait tout ce qu’il peut, et c’est moi maintenant qui me reproche d’user de votre bienveillance, quand vous me faites craindre qu’elle ne vous gêne. Croyez, mon cher Alfred, à toute ma reconnoissance, croyez à toute mon amitié qui vous est aussi acquise que si elle étoit fondée entre nous sur des souvenirs d’enfance comme elle l’étoit pour votre père.
Dites à Weiss que je lui écrirai bientôt, quand je serai un peu débarrassé de mes travaux de fin d’année que mes maladies ont laissé accumuler d’une manière accablante, et engagez-le à venir chercher ma réponse, car d’ici au mois d’Avril, c’est bien loin pour l’impatience que j’ai de le voir.
je suis à vous pour la vie
Votre compatriote et ami
Charles Nodier
de l’Institut.

1L’autographe, conservé au Centre de Recherches Nerval/Baudelaire, était adressé vraisemblablement à Alfred Marquiset. — Le 6 décembre 1836, Nodier allait écrire à Weiss : « Mille choses à Alfred et à sa famille » (Correspondance inédite de Charles Nodier [...] publiée par A. Estignard, Paris, Librairie du Moniteur universel, 1876). Le 6 novembre 1838, Nodier au même correspondant : « Je reçois à l’instant d’Alfred M une longue lettre. [...] J’arrive au fait. Il y a je ne sais combien de temps, un an ou dix-huit mois, que je me trouvai ne redevoir à M que deux ou trois billets mensuels ».

2Dans la correspondance Nodier-Weiss, le nom de Marquiset [père] apparaît notamment le 28 septembre 1826, le 8 mars 1828, le 12 octobre 1830 (« La mort de Marquiset a dû être pour toi un sujet de profonde douleur ») ; la lettre du 20 mars 1832 parle de « l’excellente famille Marquiset » ; la lettre du 3 octobre 1833, relative aux soucis financiers (« Il n’y a donc de salut pour moi que dans la bourse d’un capitaliste obligeant [...] »), cite « trois ou quatre de mes amis et des tiens, Marquiset, Vieille, Bretillot, [qui] pourraient s’arranger pour me faire entre eux cette sûre avance [...] ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/6927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site