Version classiqueVersion mobile

Mélanges de littérature en hommage à Albert Kies

 | 
Claudine Gothot-Mersch
, 
Claude Pichois

I. Autour de Nodier

Une campagne contre la peine de mort en 1820 : Charles Nodier et l’affaire Monique Sacquet

Jacques-Remi Dahan

Texte intégral

1Le 28 décembre 1820, les lecteurs de l’ultra-royaliste Drapeau blanc purent lire sous la signature de Charles Nodier un bien curieux article. Analysant une brochure consacrée à la défense d’une jeune femme condamnée à la peine capitale par les Assises du Calvados pour avoir empoisonné son mari, brochure due à un certain Dubois de Lisieux, le journaliste concluait ainsi :

A l’instant où ce récit tombe sous les yeux du lecteur, la cause de Monique, sur laquelle il n’était pas permis de prévenir une autorité nécessairement impassible, est soumise à la Cour de cassation assemblée, qui ne doit examiner que les nullités de forme, et dont la décision, fondée sur des questions tout-à-fait étrangères à celle de son innocence, est désormais le seul arbitre de sa destinée, sauf la grâce royale, qui peut effacer la peine et non pas remettre le crime. Ces deux espérances évanouies, il lui reste l’échafaud... et le Ciel.
[…]
Mon inviolable respect pour les lois et pour leurs organes les plus purs, a contraint dans cet exposé, plus difficile encore que rapide, l’expression de tous mes sentimens. Que n’ai-je pu la faire parvenir du moins à ceux que la Providence a choisis dans cette occasion pour les interprètes de ses impénétrables décrets ! Ah ! j’aurais bien employé un jour de plus dans le nombre de ceux qui me sont encore comptés !

2De quoi était-il donc question ? D’une assez pitoyable affaire de mal-mariée, comme la campagne française en connut présumablement beaucoup.

3Monique Sacquet, native du petit bourg de Méry-Corbon (Calvados) et fille d’un cultivateur aisé de cette localité, parvenait à sa vingt et unième année lorsqu’elle épousa le 27 novembre 1819, sous la pression paternelle, Pierre-Louis Othon, lui-même cultivateur à Cuverville-la-grosse-tour, dont l’âge était le double du sien. Dès l’origine, l’équilibre de ce ménage mal assorti apparaît fragile : au lieu de rejoindre après ses noces le domicile conjugal, Monique demeura sous le toit paternel, se contentant d’effectuer de temps à autre une visite à son mari. Il semblerait en outre que ses inclinations l’aient portée depuis longtemps vers un domestique de son père d’un âge analogue au sien, Victor-Louis Marie, dit Godet, en la compagnie duquel des témoins l’auraient aperçue le jour même de ses épousailles. Toujours est-il que le 4 janvier 1820, après une visite de Monique durant laquelle celle-ci avait cuisiné pour lui un bouillon de viande qu’elle se serait gardée de goûter, Pierre-Louis Othon fut pris de violentes douleurs et d’abondants vomissements. Le 13 février suivant, époque où Othon avait quitté Cuverville pour Bures, tandis que Monique assistait à la messe dominicale, il déjeuna de soupe de chaudeau préparée la veille par cette dernière. Saisi de nouvelles douleurs stomacales, il décéda dans l’après-midi de ce jour.

4La promptitude de cette mort éveilla les soupçons d’un voisin qui s’en ouvrit au maire de Bures, lequel en instruisit le juge de paix du canton de Troarn, qui ordonna l’autopsie du défunt. Or celle-ci, qui eut lieu le 14, ne révéla aucun indice suspect, bien au contraire, mais mit en lumière qu’Othon était atteint d’une grave affection pulmonaire qui aurait suffi à entraîner la mort.

5Toutefois, le Substitut du Procureur du Roi près le Tribunal de Première Instance de Caen, Lhermitte, ne s’en satisfit pas et ordonna le 15 février l’ouverture d’une information judiciaire, confiée au juge d’instruction Exupère-Nicolas Le Vasnier. Dès le lendemain, Le Vasnier faisait procéder à une nouvelle autopsie, et concluait à une mort violente par empoisonnement sans même attendre les résultats de l’analyse chimique du bol alimentaire, principalement sur la déposition du frère du mort, Jean-Pierre Othon, qui paraît avoir eu à cœur d’accabler sa belle-sœur. Le même jour, Monique Sacquet était écrouée à la Maison d’Arrêt de Caen. Le 17 février, le rapport des trois chimistes experts confirmait les soupçons, révélant la présence d’arsenic en quantité importante dans les matières recueillies lors de la seconde autopsie.

6L’instruction suivit alors son cours, aboutissant le 5 juin, après le réquisitoire de Lhermitte, à l’inculpation de Monique et de Godet, suivie le lendemain d’une ordonnance de compétence et prise de corps contre eux. Le 30 juin, la Cour Royale de Caen prenait un arrêt ordonnant leur mise en accusation ; et le 7 juillet, le Substitut du Procureur Général, agissant en lieu et place de ce dernier, rédigeait l’acte d’accusation, signifié le dix-sept aux intéressés.

7Le procès d’Assises, présidé par Regnault, Conseiller près la Cour Royale de Caen, s’ouvrit le 1er décembre ; et le lendemain, à l’issue des débats, les jurés se virent poser les trois questions suivantes :

1° L’accusée Monique Sacquet, veuve de Pierre-Louis Othon, est-elle coupable d’avoir le 3 janvier 1820 dans l’après-midi, attenté à la vie de Pierre-Louis Othon son mari, par l’effet d’une substance qui lui a causé de très graves accidents et qui pouvait lui donner la mort ?
2° La même veuve Othon est-elle encore coupable d’avoir, le 13 février de la même année, commis un nouvel attentat à la vie du dit Pierre-Louis Othon son mari en mettant dans la soupe de chaudeau qu’elle lui avait préparée & qu’il mangea à son déjeuner, une certaine quantité d’arsenic dont l’effet a été de donner la mort à ce dernier ?
3° L’accusé Louis Marie, dit Godet, est-il coupable de s’être rendu complice de ces deux attentats à la vie du dit Pierre-Louis Othon [...] ?

8Avec un illogisme qui manifeste peut-être un certain désarroi, le jury répondit par la négative aux première et troisième questions, mais déclara à la majorité simple de sept voix contre cinq Monique Sacquet coupable sur la seconde question.

  • 1 Sources : Arch. Dép. du Calvados, 2 U 19 (Registre de la Cour d’Assises du Calvados) ; 2 U 209 (Do (...)

9Ce 2 décembre, une jeune femme de vingt-deux ans fut donc condamnée à la peine capitale1.

10Il n’est guère aisé, à un siècle et demi de distance, d’émettre une opinion pertinente sur une affaire de cette espèce, et nous ne nous y risquerons pas ; néanmoins, plusieurs éléments du dossier d’instruction laissent songeur, en particulier l’imprécision de nombreuses dépositions, leurs contradictions, la part qu’y tiennent les on-dit et autres ragots incontrôlables, ainsi que l’acharnement contre Monique de la famille du défunt comme des autorités judiciaires.

11Parvenue à ce point, l’affaire déborda le terrain strictement judiciaire pour prendre une coloration nettement politique.

12Le 6 décembre, L’Observateur neustrien, organe ultra caennais, insère un compte rendu de la précédente séance des Assises pour le moins tendancieux, et en tout état de cause franchement hostile à Monique. Le lendemain 7, c’est au tour de l’autre périodique caennais, Journal politique et annonces judiciaires du département du Calvados, de rendre compte du procès. Il le fait de façon nettement plus mesurée et décerne de vifs éloges à l’avocat de Monique, Maître Bayeux, dont l’éloquence a fait venir les larmes aux yeux de l’assistance.

13Pour une quinzaine de jours, l’effervescence sembla alors se calmer. De fait, un pourvoi en cassation avait été introduit et le dossier confié à l’avocat libéral Jean-Simon Loiseau (1776-1822).

  • 2 Notice sur Monique Sacquet, veuve de P. L. Othon, condamnée à mort pour empoisonnement à Caen, le (...)

14Le 24 décembre, un libéral normand bien connu, Louis-François Dubois (1773-1855), alors libraire et imprimeur à Lisieux, publiait à Paris et faisait aussitôt distribuer une Notice sur Monique Sacquet, veuve de P. L. Othon, condamnée à mort pour empoisonnement à Caen, le 2 décembre 18202.

15La thèse de Dubois est le suicide de P.-L. Othon, dépeint comme un misanthrope au caractère « sombre et farouche », qui aurait voulu par jalousie et malignité pure entraîner sa jeune épouse « avec lui dans la tombe, et l’y précipiter déshonorée ». Aux soupçons qui pèsent sur Monique, Dubois oppose principalement la bonne conduite antérieure de celle-ci. Un autre argument cependant ne manque pas d’une certaine solidité : eu égard à la quantité d’arsenic découverte dans l’estomac d’Othon, à la taille des fragments, comment ce dernier, qui n’ignorait pas l’apparence du poison puisqu’il en usait couramment à l’encontre d’animaux nuisibles, n’aurait-il pas senti ces morceaux craquer sous sa dent ? Comment son goût n’aurait-il pas été offusqué par la saveur nauséabonde de la substance vénéneuse ? Enfin pourquoi, aux premières douleurs éprouvées, ne fit-il pas appel pour le secourir à un médecin, ne fût-ce même qu’à un voisin ?

16On se souvient que Charles Nodier, dans l’article du Drapeau blanc cité plus haut, épousait complètement cette thèse. Mais on est en droit de s’interroger sur les motifs d’un tel plaidoyer en faveur d’une inconnue, dont les deux défenseurs professaient des opinions politiques diamétralement opposées à celles qui étaient alors les siennes. Nous sommes convaincu qu’au-delà du cas circonstanciel de Monique Sacquet, c’est le problème de l’existence même de la peine de mort qui préoccupe l’écrivain, et nous aurons par la suite à reconsidérer cette question. Notons en outre que ni Dubois, ni Loiseau, en dépit de leurs convictions, n’étaient probablement pour Nodier des indifférents.

17Dubois, érudit littérateur et bibliographe, ancien bibliothécaire, membre de plusieurs académies tant parisiennes que provinciales, plus tard sous-préfet puis secrétaire aux Archives du Royaume, avait déjà beaucoup écrit et s’était en particulier intéressé de près à ces Vaudevires d’Olivier Basselin que Charles Nodier ne dédaignera pas d’enrichir de quelques notes : le Comtois pouvait donc fort bien connaître le Normand, tout au moins de façon livresque.

18Quant à Loiseau, originaire d’un village du Doubs, il avait été le condisciple de Charles Nodier à l’École Centrale de Besançon à l’époque où y enseignait l’illustre jurisconsulte J.-B.-V. Proudhon (1758-1838) : s’il n’est pas établi que les deux hommes aient été intimes, il est toutefois indubitable qu’ils se connaissaient et possédaient nombre d’amis communs.

19Il n’en reste pas moins qu’en prenant parti contre l’application de la peine de mort dans un organe ultra, Charles Nodier s’attaquait peu ou prou au système pénal et par là à l’autorité dont il émane, se plaçant en porte-à-faux vis-à-vis de sa propre famille politique, par ailleurs traditionnellement peu encline à la clémence. Son courage est d’autant plus appréciable que depuis la Restauration, seul son ami Ballanche s’était en 1818 prononcé avec véhémence pour l’abolition de la peine capitale dans son Essai sur les institutions sociales, sans éveiller grand écho semble-t-il.

  • 3 Dossier de recours en grâce : Arch. Nat., BB21 159.

20Le 28 décembre, la Cour de Cassation rejetait le pourvoi. Immédiatement, J.-S. Loiseau déposait un recours en grâce. A quelques mots près, celui-ci reprend le texte de la Notice de Dubois, ce qui suffirait à démontrer si besoin était la concertation des principaux défenseurs de Monique3.

21C’est sans aucun doute à ce moment qu’il faut aussi placer le billet de Charles Nodier qui va suivre. Nous croyons que, de même que la lettre de février 1821 que nous présenterons plus bas, il a pour destinataire Amédée-David, comte de Pastoret (1791-1857), littérateur et homme politique, ami de Nodier dont il tiendra quelques mois plus tard le second fils sur les fonts baptismaux. Alors Maître des Requêtes en service extraordinaire, Commissaire du Roi près la Commission du Sceau, Amédée de Pastoret avait à ce titre l’oreille du Garde des Sceaux, Pierre-François-Hercule, comte de Serre (1776-1824), qui présidait la dite commission ; et celle du Directeur des affaires criminelles et des grâces au Ministère de la Justice, Jean-Marie-Emmanuel Le Graverend (1776-1827), comme lui Maître des Requêtes en service extraordinaire. Surtout, Amédée de Pastoret était fils de ce Pierre Pastoret (1755-1840), fait sénateur et comte de l’Empire par Napoléon, puis créé pair de France et marquis de Pastoret par Louis XVIII, qui dans son traité Des lois pénales avait en 1790 brillamment défendu la cause abolitionniste.

  • 4 Intermédiaire des Chercheurs et des Curieux, t. XXXI, n° 1519, 10-20 mai 1920, col. 329-330.

Mon cher ami,
Pardonnez-moi de mettre si souvent à l’épreuve le cœur le plus noble que Dieu ait formé. Hélas ! à qui voulez-vous que l’on s’adresse !
Notre malheureuse femme est perdue. Il n’y a plus de ressources que le recours en grâce, et nous espérons encore, si nous obtenons du temps, car les preuves de l’innocence de cette infortunée se fortifient à tout moment.
Il faut donc que vous intercédiez auprès de M. Le Graverend, dont cela paraît dépendre jusqu’à un certain point, pour faire admettre le recours en grâce, et signifier le sursis aux autorités chargées de l’exécution.
Un mot de vous à M. de Serre... peut-être. Enfin, ce que vous pourrez. Je n’ai pas besoin de vous le dire.
Je vous parlerai une autre fois de ma reconnaissance et de mon dévouement, aujourd’hui, j’espère en vous, et je vous embrasse.
Charles Nodier4.

  • 5 Recours en grâce pour Monique Sacquet, veuve de P. L. Othon, condamnée à mort à Caen le 2 décembre (...)

22Le 29 décembre, deux nouvelles brochures sortaient des presses à Paris. La première, signée Sacquet, Propriétaire-cultivateur à MériCorbon et intitulée Recours en grâce pour Monique Sacquet, reprenait textuellement le libellé de la Notice de Dubois et du recours en grâce manuscrit de Loiseau, y adjoignant seulement une invocation à la duchesse de Berry5 (Cette dernière avait suscité l’admiration générale peu de temps auparavant en intercédant auprès du Roi pour que fût commuée la peine capitale frappant les assassins de son mari).

  • 6 Réclamation en faveur de Monique, Othon, agée de 21 ans, condamnée à mort par la Cour d’Assises du (...)

23La seconde, intitulée Réclamation en faveur de Monique, Vve Othon6, mérite une autre attention. Elle est en effet signée Achille de Jouffroy, et l’on s’étonnerait à bon droit de rencontrer ce personnage en pareille circonstance, si n’étaient parfaitement avérés ses liens d’amitié avec son compatriote Charles Nodier. Achille, comte de Jouffroy d’Abbans (1785-1859), n’était pas un homme dont les convictions monarchistes pussent être mises en cause : collaborateur de Charles Nodier au Drapeau blanc, à L’Observateur des Colonies, il était l’un des principaux rédacteurs de la Gazette de France et avait publié en 1820 un ouvrage en deux volumes, Fastes de l’anarchie ou Précis chronologique des événements mémorables de la Révolution française, dont le titre seul indique que la modération ne comptait pas parmi les qualités dominantes de l’auteur. Il pouvait de plus se targuer d’avoir pour père ce marquis de Jouffroy qui, non content de s’être rendu célèbre en appliquant le principe du moteur à vapeur à la navigation fluviale, avait joué sous l’Empire un rôle éminent dans les réseaux contre-révolutionnaires de l’Est, où il aurait eu sous ses ordres le conspirateur d’opérette qu’était le jeune Nodier.

24En revanche, les arguments d’Achille de Jouffroy pour la défense de Monique ne brillaient pas par leur nouveauté, et demeuraient très proches de ceux de Dubois. Au plus peut-on mentionner qu’il insiste particulièrement sur les risques d’erreur judiciaire, et évoque le spectre de l’affaire Calas.

  • 7 Le numéro de la Gazette de France du 29 décembre manque à la collection microfilmée de la Biblioth (...)

25C’est sans aucun doute à la recommandation d’Achille de Jouffroy que Dubois dut de pouvoir faire insérer dans la Gazette de France un article sur le sujet qui nous intéresse, que nous n’avons pas retrouvé mais dont l’existence est attestée, et qui parut probablement le 29 décembre7. Cette recommandation revenait à introduire le loup dans la bergerie, et les amis politiques de Jouffroy ne manquèrent certainement pas de la lui reprocher amèrement.

26A Caen, les esprits s’échauffaient, et l’effet de ces publications ne s’y fit point attendre.

27A une date indéterminée, antérieure au 12 janvier, un anonyme menaçait par lettre le Conseiller Regnault, lui annonçant que « si Monique subit sa peine, un fusil est déjà chargé pour le tuer ».

28Le 3 janvier, L’Observateur neustrien insérait un violent article tout entier dirigé contre la Notice de Dubois, que le rédacteur ne paraît d’ailleurs connaître qu’à travers la recension de Charles Nodier dans le Drapeau blanc. Englobant dans une même réprobation Nodier et Dubois, il y qualifie d’impudent le recours en grâce et accuse l’auteur de la Notice de s’être par des moyens frauduleux fait communiquer les pièces de la procédure.

29Le Journal politique ne tarda pas à lui répondre, et sa mise au point demeure un modèle de dignité. Le 11 janvier, ce même Journal politique croit pouvoir aviser ses lecteurs de ce que le recours en grâce serait accueilli favorablement.

30Pendant ce temps, Le Graverend s’informait du fondement du recours en grâce en vue de la rédaction du rapport qu’il devait soumettre au Garde des Sceaux, se faisant remettre les brochures imprimées et sollicitant l’opinion des diverses parties.

31Deux lettres lui vinrent de Caen le 12 janvier, émanant l’une du Procureur Général du Roi à Caen, le baron Goupil de Préfern ; l’autre du Conseiller Regnault. De toute évidence, aucun doute ne subsiste dans l’esprit de ces magistrats quant à la culpabilité de Monique, présentée comme une débauchée que la prison même n’avait pas détournée de ses coupables habitudes, à tel point qu’elle y était devenue un sujet de honte pour les prisonnières.

32En face de ces documents accablants, on comprendra sans peine que n’aient pas pesé lourd aux yeux de Le Graverend, les deux certificats de bonnes vie et mœurs décernés à Monique par le curé et l’adjoint au maire de Méry-Corbon ; celui décerné au père de Monique par le maire du dit lieu ; ainsi que deux autres pièces établissant la mauvaise réputation de deux importants témoins à charge.

33Le 22 janvier, Le Graverend rédigeait son rapport au Garde des Sceaux en s’inspirant essentiellement des lettres des deux magistrats susdits. L’issue était désormais prévisible : le 24 janvier, le rejet du recours en grâce était notifié au Procureur Général Goupil de Préfern.

34Moins d’une semaine plus tard, le 29 janvier, Monique Sacquet, veuve Othon, subissait son supplice à Caen « sur la place de justice de cette ville », c’est-à-dire la place du Marché.

35Le 31 janvier, L’Observateur neustrien rendait compte de l’exécution dans un article où une hypocrite commisération dissimule mal le sentiment d’avoir remporté une victoire. Une note manuscrite sur l’exemplaire de ce périodique conservé à la Bibliothèque de Caen nous apprend que la triste histoire de Monique a donné matière à une complainte, laquelle ne nous est malheureusement pas parvenue ; mais ce simple détail en dit long sur l’émotion suscitée par l’affaire dans les classes populaires.

36Le 1er février, le Journal politique publiait son propre compte rendu, empreint de sa modération et de sa retenue coutumières.

37On aurait pu croire le dossier définitivement clos. Or Charles Nodier, qui ignorait jusque là l’existence de L’Observateur neustrien, en fut alors informé. Fut-il mis en mesure de juger sur pièces des allégations de ce journal ? Nous avons quelques motifs d’en douter. Mais on lui en fit du moins un résumé assez fidèle pour qu’il se sente personnellement attaqué et ressente le désir de répliquer.

  • 8 Cette lettre constituera la seule contribution de Ch. Nodier au Drapeau blanc pour 1821 ; une lett (...)

38Le 10 février, le Drapeau blanc insérait donc la lettre suivante, précédée d’un chapeau où se lit clairement le peu d’enthousiasme éprouvé par la rédaction à la perspective d’engager une polémique avec un autre périodique de même nuance politique, pour le compte d’un collaborateur devenu encombrant8.

  • 9 Il y a là une confusion, qui nous porte à croire que Ch. Nodier n’avait pu juger de visu des asser (...)

L’espèce de fraternité qui unit entre eux tous les journaux consacrés à défendre les principes de la religion et de la monarchie, nous rend pénible l’obligation où nous sommes de publier la lettre suivante : mais nous ne pouvons refuser à un collaborateur, à un ami, la faculté de répondre publiquement à un journal dont il croit avoir à se plaindre, et nous regrettons que ce soit l’Observateur neustrien qui lui en ait donné le droit.
Au Rédacteur.
Mon cher collaborateur, J’apprends à l’instant que l’Observateur neustrien, en rendant compte des derniers momens de cette malheureuse Monique, dont notre funeste intercession ne devait que trop assurer le supplice, profite de cette occasion tout à fait opportune pour me reprocher d’imprudentes réclamations et des insultes au-dessus desquelles il se place fièrement9. L’Observateur neustrien se flatte : je ne l’ai pas insulté, par la double raison que je n’ai jamais insulté personne, et que je n’apprends son existence que d’aujourd’hui ; ce qui ne prouve rien contre son succès et contre sa renommée. Je lis fort peu les journaux, et surtout les journaux de province.
Toutefois, il serait trop dur pour moi d’accepter ces imputations, en n’y répondant que par le silence. La mort de Monique est placée maintenant sous l’autorité de la chose jugée, puisque ce galimatias menaçant qui proscrit la mémoire de cent mille victimes de l’erreur et des passions, et qui damne jusqu’aux martyrs, est devenu un des axiomes fondamentaux de la nouvelle société. Ce n’est dons pas dans un journal que j’attaquerai l’autorité de la chose jugée, mais dans un écrit spécial qui paraîtra incessamment. Je ne sais si l’on y trouvera encore d’imprudentes réclamations, et je m’en soucie très-peu. Quant à des insultes, il n’y en aura pas plus que dans tout ce que j’écris d’ordinaire. Je sais quelle part il faut faire dans les démarches de la vie à l’organisation des hommes ou à leurs intérêts : et quand mon cœur me les montre dans une fausse position, où je crois sentir qu’ils ne sont pas ce qu’ils doivent être et qu’ils ne disent pas ce qu’ils doivent dire, je ne les insulte pas ; je les plains.
Je suis, etc.
Charles Nodier.

39Si cette lettre ne semble pas avoir ému outre mesure la rédaction de L’Observateur neustrien, qui n’en fera aucune mention, il en alla autrement avec les milieux gouvernementaux, qui se montrèrent fort peu sensibles aux préoccupations humanitaires de l’écrivain, et trouvèrent vraisemblablement que cette fois, la mesure était comble. Ce diable d’homme n’allait-il pas jusqu’à promettre un écrit spécial où il attaquerait l’autorité de la chose jugée ? On se rappela sans doute qu’en 1818, Charles Nodier n’avait pas hésité à plaider la cause des proscrits du nouveau régime dans sa brochure Des Exilés, à la saisie de laquelle la police avait dû procéder. Était-ce là ce qu’on pouvait attendre d’un littérateur qui percevait depuis le 1er avril 1816 une pension annuelle de 1.500 francs sur les fonds des journaux, et depuis le 15 janvier 1817 une indemnité de logement de 600 francs, compte non tenu de divers secours extraordinaires et gratifications ? On imagine aisément de quel moyen de pression aurait pu user le Ministère. Le fit-il ? Probablement pas. La simple rumeur du mécontentement des hautes sphères suffit à dissuader l’écrivain de publier l’écrit promis, à supposer qu’il l’ait rédigé. Peu après le 10 février, Charles Nodier se justifiait auprès d’Amédée de Pastoret dans cette missive assez piteuse :

  • 10 La Haye, Koninklijke Bibliotheek.

Mon cher Pastoret,
Prenez pitié de ma douleur. J’apprens à l’instant par une voie sûre, et je comprens trop bien maintenant, qu’on me reproche une attaque directe contre le Ministère auquel vous appartenez, je le comprens trop bien, dis-je, en relisant une phrase extrêmement innocente en soi que j’ai laissé tomber de ma plume, dans la juste indignation que m’inspiroient les attaques indécentes et tous les jours renouvelées de l’Observateur Neustrien. J’ai dit de cette malheureuse femme que notre funeste intercession devoit assurer son supplice, et vous allez sentir jusqu’à la conviction que j’ai pu le penser et le dire sans attacher à cette idée l’intention malveillante et horrible qu’on m’attribue. Il est de fait que notre intercession devoit assurer le supplice de Monique ; celle de M. Dubois de Lisieux, parceque la cruelle prévention attachée à ses opinions a soulevé contre sa cliente tout le ban et tout l’arrière-ban des royalistes de Normandie ; la mienne, parcequ’elle a produit le même effet parmi les libéraux de Paris qui ont insisté sur la culpabilité de mon infortunée protégée dans le Journal du Commerce et dans le Constitutionnel de sorte que Jérusalem a parlé comme Samarie, et qu’il est résulté de ce concours de clameurs élevées aux deux extrémités des partis un témoignage qui devoit avoir l’apparence de l’unanimité et qui devoit assûrer l’éxécution du jugement. Le développement de passions que cette funeste intercession a produit n’a pas pu être supposé par l’autorité, et elle a dû accueillir comme des notoriétés publiques des calomnies effroyables dont j’ai la preuve écrite, et qui ont été inventées bien moins en haine de la condamnée que de ses défenseurs ; funeste intercession en effet, et cette interprétation suffiroit pour me justifier à vos yeux, si je n’avois un moyen mille fois plus péremptoire de vous détromper. J’ai à peine besoin de vous attester sur l’honneur un fait que la connoissance que vous avez de moi vous rendra tout de suite plus que vraisemblable. Etranger à toutes les parties de l’organisation sociale dans laquelle je n’ai jamais figuré qu’en qualité d’ilote ou de prolétaire, j’ignorois quand j’ai écrit ma lettre que l’éxécution matérielle des jugemens pût dépendre d’un ministère quelqu’il fût. J’avois entendu dire à plusieurs personnes que cette cruelle affaire étoit soumise à la décision de M. Le Graverend, et je regardois M. Le Graverend comme le point culminant d’une hiérarchie indépendante que la loi avoit placée entre la condamnation et la mort. Cela en valoit bien la peine. Il a donc été à mille lieues de ma pensée d’élever un reproche contre une autorité dont vous faites partie, et qui repose dans les mains d’un homme pour lequel l’estime, l’admiration et surtout la reconnoissance que je lui porte à jamais, m’imposeroient le devoir de sacrifier ma vie. Enfin, le tour général de ma lettre où je me défens d’une accusation d’insulte, dans l’intérêt de prouver que je suis incapable d’insulter, est tout-à-fait inconciliable avec la supposition que j’ai choisi cette lettre pour texte de l’insulte la plus éclatante et la plus déplacée. Je suis prêt à démentir de toutes les manières cette interprétation désespérante, et si j’avois donné suite à une polémique désormais bien fastidieuse, à un débat bien inutile avec un journal bien inconnu, on auroit vu par les termes dans lesquels j’y parlois de M. de Serre qu’il n’avoit pas pù entrer dans mon cœur d’attaquer la plus indifférente de toutes les parties de son administration, le moindre de tous les actes qui s’y rattachent.
Au nom d’une amitié dont je n’ai pas cessé d’être digne, permettez-moi de croire, mon cher Pastoret, que l’impression pénible qu’a dû vous faire une apparence trop spécieuse d’injustice et d’ingratitude qu’on me fait reconnoitre trop tard n’a pas altéré irrévocablement vos sentimens pour moi. Si cette impression est parvenue jusqu’à M. de Serre, comme cela est possible, je l’effacerai un jour, n’en doutez pas. J’apprécie mieux la position des choses que les attributions des emplois, et je sais qu’il y a un jour où M. de Serre aura besoin de mon sang, et où il le trouvera.
Votre éternellement dévoué
Charles Nodier10.

  • 11 Né à Paris le 6 janvier 1821, Amédée Nodier ne vécut pas au-delà de 1822 ; son frère aîné Charles- (...)
  • 12 Pour une perspective historique sur la peine de mort, nous avons consulté avec fruit le petit livr (...)

40Ainsi s’acheva cet épisode de la vie de Charles Nodier. Amédée de Pastoret ne tint pas rigueur à l’écrivain puisque, comme nous l’indiquions plus haut, il devait le 17 mars 1821 en l’église Saint-Roch tenir sur les fonts baptismaux Michel-Melchior-Amédée Nodier11. Ces événements ne constituent néanmoins qu’une péripétie dans la longue et complexe histoire de la lutte de Charles Nodier contre la peine de mort, lutte qui remonte sans doute à sa prime jeunesse, lorsqu’il tentait d’arracher au juge Antoine-Melchior Nodier son père la vie de Madame d’Olivet. En 1822, François Guizot publiera son traité sur La Peine de mort en matière politique ; en 1827, Charles Lucas remportera le double concours organisé à Paris par la Société de la Morale chrétienne et à Genève par M. de Sellon, pour son mémoire Du Système pénal et de la peine de mort en particulier ; enfin en 1829, Victor Hugo saura émouvoir des milliers de lecteurs avec Le Dernier jour d’un condamné12. Alors seulement Charles Nodier jugera l’opinion publique suffisamment préparée, et pourra publier l’Histoire d’Hélène Gillet (Revue de Paris, février 1832). Comment mieux conclure qu’en en citant les dernières lignes ?

Il ne faut tuer personne. Il ne faut pas tuer ceux qui tuent. Il ne faut pas tuer le bourreau ! Les lois d’homicide, il faut les tuer !...

Notes

1 Sources : Arch. Dép. du Calvados, 2 U 19 (Registre de la Cour d’Assises du Calvados) ; 2 U 209 (Dossier d’instruction de l’affaire Sacquet-Othon) ; Y 48 (Registre d’écrou de la Maison d’Arrêt de Caen).

2 Notice sur Monique Sacquet, veuve de P. L. Othon, condamnée à mort pour empoisonnement à Caen, le 2 décembre 1820. Preuves de son innocence, Paris, Impr. de Moreau, 1820, in-8°, 8 p.

3 Dossier de recours en grâce : Arch. Nat., BB21 159.

4 Intermédiaire des Chercheurs et des Curieux, t. XXXI, n° 1519, 10-20 mai 1920, col. 329-330.

5 Recours en grâce pour Monique Sacquet, veuve de P. L. Othon, condamnée à mort à Caen le 2 décembre 1820, et dont le pourvoi en cassation a été rejeté le 28 du même mois. Preuves de son innocence, Paris, Impr. de Moreau, 1820, in-8°, (I f.)-9 p.

6 Réclamation en faveur de Monique, Othon, agée de 21 ans, condamnée à mort par la Cour d’Assises du Calvados, Paris, Pillet aîné, 29 décembre 1820, in-8°, 10 p.

7 Le numéro de la Gazette de France du 29 décembre manque à la collection microfilmée de la Bibliothèque Nationale ; l’article de Dubois est mentionné par le Conseiller Regnault dans sa lettre du 12 janvier (Arch. Nat., BB21 159).

8 Cette lettre constituera la seule contribution de Ch. Nodier au Drapeau blanc pour 1821 ; une lettre du 20 novembre (1821) à Martainville, rédacteur en chef de ce périodique (Bibliothèque de Nantes), confirme sans équivoque le refroidissement des relations entre les deux hommes.

9 Il y a là une confusion, qui nous porte à croire que Ch. Nodier n’avait pu juger de visu des assertions de L’Observateur neustrien : l’expression impudente réclamation (et non imprudente), appliquée au recours en grâce, provient non de l’article du 31 janvier mais de celui du 3.

10 La Haye, Koninklijke Bibliotheek.

11 Né à Paris le 6 janvier 1821, Amédée Nodier ne vécut pas au-delà de 1822 ; son frère aîné Charles-Etienne-Térence, baptisé le 4 mars 1815 en l’église Note-Dame de Lorette et décédé vers février 1816, avait eu quant à lui pour parrain le libéral C.-G. Étienne. Il est émouvant de constater que, jusqu’à travers le baptême de ses enfants, cet homme qui jamais ne sacrifia une amitié à une opinion avait tenté de concilier l’inconciliable.

12 Pour une perspective historique sur la peine de mort, nous avons consulté avec fruit le petit livre fort documenté de M. Jean Imbert, La Peine de mort, Paris, Armand Colin, 1967.

Auteur

Une campagne contre la peine de mort en 1820 : Charles Nodier et l’affaire Monique Sacquet.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search