Version classiqueVersion mobile

Mélanges de littérature en hommage à Albert Kies

 | 
Claudine Gothot-Mersch
, 
Claude Pichois

Portrait d’un professeur

Texte intégral

1Invités à dire quel souvenir ils gardent d’Albert Kies, ceux qui furent ses derniers élèves — les étudiants qui achèvent actuellement leurs études de philologie romane — apportent des témoignages dont la concordance est frappante. Personne ne s’étonnera de voir relever l’immense culture littéraire qui stupéfiait ses collègues autant que ses étudiants, ni l’humour et la causticité qui les ravissaient. Mais on apprend aussi qu’en humaniste, Albert Kies ne dédaignait pas d’ouvrir les esprits de ses jeunes auditeurs à autre chose qu’aux prestiges de la philologie : il parlait parfois de l’actualité, et souvent du passé proche, à partir de ses souvenirs personnels. Ce dandy (plusieurs évoquent Baudelaire auquel, disent-ils, il ressemble), cet homme des livres, ne traitait point par le mépris la pédagogie. L’art du théâtre, voire celui des tréteaux, se laisse deviner à travers certains témoignages : Albert Kies avait compris, et accepté, qu’on exige des professeurs « du mime, du charme et des claquettes », comme le disent plaisamment Hamon et Rotman (Tant qu’il y aura des profs). Et surtout, il pratiquait avec talent la maïeutique ; les étudiants ignorent le mot, mais c’est très exactement cet art-là qu’ils décrivent lorsqu’ils parlent de son enseignement par questions et réponses, ou de la façon dont le professeur acceptait toujours de prendre en considération leurs objections et leurs remarques, pour les mettre ensuite tranquillement en pièces.

2« C’est toujours avec joie que l’on se rendait à ses cours », écrit une étudiante. Sans doute parce que l’on sentait en lui la joie de l’homme pour qui métier et violon d’Ingres se confondent. Beaucoup rappellent son plaisir des mots et des citations ; il lui arrivait d’écrire au tableau, d’entrée de jeu, et sans autre but que de réjouir l’esprit, telle phrase dont il ne lui déplaira pas d’apprendre qu’elle se retrouvait ensuite affichée sur la porte d’une chambre d’étudiant : « She was a child, and I was a child in this kingdom by the sea... » ou : « Longtemps je me suis couché de bonne heure... ». On évoque aussi son grand talent de conteur, qui suggère « qu’il entretenait une relation de plaisir avec le matériau premier de la littérature » : les événements vécus. Et si, nous dit-on, son discours pouvait déconcerter les néophytes par sa ligne fluctuante, on ne tardait pas à s’apercevoir que ses apparentes digressions s’inscrivaient toujours (c’est le témoin qui souligne) dans le plan prémédité de la leçon. Ce n’est pas un hasard si la communication d’Albert Kies au colloque du 150e anniversaire des Facultés portait sur l’Histoire du Roi de Bohême, et si elle valut au professeur, de la part de ses étudiants, une formidable ovation.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search