Version classiqueVersion mobile

Mélanges de littérature en hommage à Albert Kies

 | 
Claudine Gothot-Mersch
, 
Claude Pichois

Albert Kies

Texte intégral

1Albert Kies est né à Ostende le 28 décembre 1915. Son père, d’origine luxembourgeoise, y exerçait la profession de pharmacien. Après le décès de celui-ci, Albert Kies fut envoyé au collège Sainte-Barbe à Gand et au collège Notre-Dame à Tournai. Il devait garder, de ces années d’internat, un souvenir plutôt pénible, adouci par la découverte de la littérature. Il eut d’excellents professeurs, comme le P. Hanozin, qui modernisa les Modèles français du P. Procès, et le P. Colmant, qui fut son professeur de rhétorique et qui l’orienta peut-être vers les études de philologie romane. C’est en 1re candidature en philologie romane qu’il devait s’inscrire à Louvain en 1933. Il y suivit l’enseignement de maîtres éminents, comme Georges Doutrepont, le baron Béthune (qui parlait avec émotion de son maître à lui, Gaston Paris) et Alphonse Bayot. Reçu licencié en 1937, Albert Kies fut promu docteur en 1938, et, la même année, candidat ès lettres anglaises, au titre scientifique. Dans sa thèse il étudiait l’influence de Baudelaire sur les écrivains de la Jeune-Belgique. Pendant toute sa carrière, il devait rester fidèle à Baudelaire, moins fidèle peut-être aux écrivains de la Jeune-Belgique, fidèle aussi à un écrivain auquel on ne s’intéressait guère à l’époque : Charles Nodier. En 1938, le jeune docteur prit le chemin de Bonn, attiré sans doute par le souvenir de Friderich Diez et par l’enseignement du romaniste accompli qu’était Ernst-Robert Curtius.

2L’horizon politique se chargeant de nuages, Albert Kies quitta Bonn pour Paris où il suivit les cours de Jean Pommier, de Paul Hazard et, au Collège de France, de Paul Valéry. Sans doute fréquenta-t-il assidûment les bouquinistes du quartier latin. Mais la « drôle de guerre » devait mettre fin à ces flâneries. Il se retrouva, en octobre 1939, professeur à l’Athénée Royal de Tirlemont. En 1942, il épousait Monique Simonson, la fille du libraire et bibliophile auquel nous devons les premières études sur les éditions originales de Paul Valéry et d’André Gide. A la Libération, Albert Kies fut nommé professeur à l’École Supérieure de Jeunes Filles Marie Haps à Bruxelles. Il y retrouvait trois de ses anciens maîtres de Louvain : les professeurs Mayence, Terlinden et van der Essen. Il y fit aussi la connaissance d’un jeune abbé : Henri Van Camp. Albert Kies y enseigna l’histoire de la littérature française et des littératures étrangères, tout en conservant son enseignement à l’Athénée de Tirlemont. Ses années tirlemontoises furent fécondes en activités de toute sorte : collaborateur au Soir et à Audace, qui, malgré son titre, n’en était pas moins une revue bien pensante, président d’une Association pour la propagation de la langue française qui lui valut, à côté de quelques ennuis, une accolade de Georges Duhamel, membre, en 1958, de la Commission consultative du Fonds des Lettres de l’Académie Royale de Langue et de Littérature françaises — le plus long, sinon le plus prestigieux de ses titres —, Albert Kies se dispersait à souhait jusqu’au jour où il fut nommé chargé de cours (1962) puis professeur aux Facultés Universitaires Saint-Louis (1965-1984). Il y enseigna l’Histoire de la littérature française, l’Histoire des littératures modernes et l’Encyclopédie de la philologie romane. Il fut nommé doyen de la Faculté de Philosophie et Lettres, charge qu’il assuma pendant huit années, de 1972 à 1980. Libéré de ces lourdes responsabilités, il put ensuite donner un nouvel élan à ses recherches sur Nodier, qui semble bien être aujourd’hui l’écrivain avec lequel il se sent le plus d’affinités.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search