Version classiqueVersion mobile

Aldous Huxley et la musique

 | 
Jean-Louis Cupers

Textes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

But that lute, playing across his dream…
Quick drops breaking the sleep of water-wheel,
Song and ebbing whisper of a summer stream,
Music’s endless inconsequence that would reveal
To souls that listened for it, the all
Unseizable confidence, the mystic Rose,
Could it but find the magical fall
That droops, droops and dies into the perfect close…

***

Mais ce luth, qui joue à travers son rêve…
Gouttes rapides qui brisent le sommeil des aubes de la roue,
Chant et flux murmurant d’une eau en été,
De la musique l’inconséquence sans fin, prête à révéler
Aux âmes qui l’écoutent la confidence
Insaisissable, la rose mystique,
Si, du moins, elle parvenait à trouver la chute magique
Qui s’alanguit et meurt en la parfaite cadence…
Soles Occidere et Redire Possunt

Professor Saintsbury on Metre

For reasons which it is difficult to understand, the subject of prosody never fails to provoke the bitterest and most passionate controversy. It needs a discussion on spelling or the etymology of French slang to call forth fe...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search