Version classiqueVersion mobile

Aldous Huxley et la musique

 | 
Jean-Louis Cupers

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme de musicales étoiles aux flancs du néant…
Those Barren Leaves1

Nous avons vu défiler, dans les œuvres de Huxley, cent personnages divers. Du travailleur manuel, qui, sans trop savoir pourquoi, s’achète un piano dans la première prospérité qui a suivi la guerre, pour le revendre ensuite :

Vous rappelez-vous la colère, le flux de haine atrabilaire avec lesquels les classes moyennes dénonçaient les excès de débauche et les loisirs des pauvres ? Comment ? Ces monstres achetaient même des pianos — des pianos ! Les pianos sont tous vendus depuis longtemps23.

à l’intellectualisme de Francis Chelifer : « Je lis une page de Wittgenstein », écrit-il dans son autobiographie, « je joue un peu de Bach »45 ; du merveilleux mensonge creux de la musique de cirque, où l’oreille trouve un paradis en sucre6, à la preuve que Spandrell a enfin trouvée de l’existence de Dieu7, — qu’en est-il en fin de compte du « plus difficile de tous les arts » ?

La musique est-elle la consolatrice que découvre Fanny ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search