Version classiqueVersion mobile

Aldous Huxley et la musique

 | 
Jean-Louis Cupers

Troisième partie. Le critique musical

Chapitre 4. La musique et la société

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Que si une femme, sur le point d’être mère, joue chaque jour du piano, son enfant qui va naître sera un nouveau Victor Herbert1.
Polite Conversation (On the Margin)

A se rappeler comment la musique peut devenir une puissance pernicieuse d’inconscientisation par son caractère obsessionnel2, on comprend combien le danger existe que les associations créées (par la publicité par exemple) entre la musique et tel pouvoir déterminé, et qui existent désormais, pourraient ne pas être favorables à la liberté mais objets de conditionnement. Un processus de dissociation devrait alors être engagé car le but final de toute éducation est l’intégration de toutes les données éparses de la personnalité, non l’acquisition de techniques séparées les unes des autres, et encore moins leur conditionnement à des puissances extrinsèques.

« La musique militaire intoxique comme le vin »3 4, remarque Huxley dans La fin et les moyens :

Dans les pays où la publicité sur les ondes est permise, la propagande publicita...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search