Version classiqueVersion mobile

Aldous Huxley et la musique

 | 
Jean-Louis Cupers

Troisième partie. Le critique musical

Chapitre 3. Les 64 colonnes de la Weekly Westminster Gazette

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

A l’époque, je produisais des articles sur à peu près tout, du tapis persan au plâtre décoratif. Et ce n’était pas tout. Je faisais de la critique dramatique pour la Revue de Westminster. Le croiriez-vous ? J’ai même fait de la critique musicale. Je recommande volontiers cette forme de journalisme comme apprentissage1.
The « Paris Review » Interviews

Les exigences de l’œuvre d’art idéale dessinent en filigrane le portrait de l’auditeur idéal. Du côté des œuvres nous avons vu que Huxley mettait en exergue des œuvres telles que le Requiem de Mozart, la Passion selon saint Matthieu de Bach, l’opus 106 et l’opus 111, la Missa Solemnis et la IXe Symphonie de Beethoven. Beethoven, nous aurons l’occasion d’y revenir, est manifestement la référence ultime. Mais du côté opposé, quel est l’auditeur idéal, face à ces exigences de transcendance ?

A de multiples reprises, Huxley a décrit l’état d’âme et les dispositions d’esprit dont devrait pouvoir faire preuve l’acteur de cette expérience esthéti...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search