Version classiqueVersion mobile

Aldous Huxley et la musique

 | 
Jean-Louis Cupers

Troisième partie. Le critique musical

Chapitre 2. À la recherche de l’œuvre d’art idéale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Hier, ce fut une grande soirée : nous avons eu droit à une manifestation de danse et une dame allemande fort âgée a chanté plusieurs lieder. Certains d’entre eux étaient si pleins d’émotion, et le tempérament de la chanteuse si chaleureux, qu’elle a dû s’arrêter au beau milieu, ce qui fut heureux, car le toit a pu se réinstaller là où les notes élevées Pavaient fait grimper de plusieurs pouces1.
Lettre à Leonard Huxley, 9 juillet 1913

Pour comprendre la position originale de l’écrivain, il faut prendre ses distances vis-à-vis de trois notions suspectes, également néfastes à Part véritable, et qu’il convient de préciser : classicisme, wagnérisme, amateurisme. Est considéré comme classique par Huxley tout ce qui s’est permis une généralisation abusive à partir de données partielles : fossilisation qui dénote l’incapacité de l’artiste à faire face à l’élément nouveau et contradictoire toujours surgissant, c’est, si l’on veut, un « monde mental où il n’y aurait pas de mouchoir »2 3 comme ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search