Version classiqueVersion mobile

Aldous Huxley et la musique

 | 
Jean-Louis Cupers

Troisième partie. Le critique musical

Chapitre 1. L’approche du musicologue

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Aldous Huxley est, à certains égards, le plus remarquable homme de lettres qui ait jamais écrit sur des sujets musicaux.i
B. HOGARTH, Aldous Huxley as Music Critic

A ceux qui ne l’ont pas en partage, un don spécial doit toujours paraître au plus haut degré mystérieux et inexplicable. Que ressent-on, en réalité, si l’on pense en termes de mélodies et de progressions harmoniques ? Que se passe-t-il exactement dans l’esprit de quelqu’un qui réagit à l’expérience humaine avec L’offrande musicale, par exemple, ou La symphonie des psaumes1 ?
Conversation with Stravinsky

Quelles sont les compositions musicales qui ont plus particulièrement retenu l’attention de l’écrivain, celles auxquelles allaient ses préférences, la manière dont il en a traité ? On trouve, à foison, ici et là, des références à tel ou tel morceau comme le Tannhäuser de Wagner, la Messe en ré de Beethoven, le Moïse de Rossini, L’oiseau de feu de Stravinsky, le Requiem de Mozart, etc. Nous avons vu2 que le registre est immense...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search