Version classiqueVersion mobile

Aldous Huxley et la musique

 | 
Jean-Louis Cupers

Deuxième partie. Formes musicales et structure romanesque

Chapitre 6. Anti-musique ou arabesque vitale ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Ce n’est pas qu’on ne puisse prendre plaisir à ces productions, pour toutes sortes de raisons », concéda Staithes. « Pour leur ingéniosité, par exemple, si l’on est tant soit peu technicien ou interprète. Des progressions continues à la basse, par exemple, pendant que la main droite est en train de moduler, apparemment au hasard. C’est toujours merveilleux ! Mais le travail du menuisier l’est autant. Non : tout compte fait, ce n’est pas là l’intéressant, cette sorte de chose qui généralement suffit. Si grands que soient l’habileté ou le talent, cela ne diffère des mauvaises productions qu’en degré. Composer de la musique comme Brahms, par exemple — qu’est-ce après tout, sinon une manière infiniment plus élaborée et intellectuelle de composer comme Meyerbeer ? Alors que le meilleur Beethoven dépasse d’aussi loin le meilleur Brahms que le pire Meyerbeer. Il y a là une différence de nature. On est dans un autre monde »1 2.

Compare-t-on Mozart et la musique syncopée ? est la question q...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search