Version classiqueVersion mobile

Aldous Huxley et la musique

 | 
Jean-Louis Cupers

Deuxième partie. Formes musicales et structure romanesque

Chapitre 5. Les métamorphoses de la méthode contrapuntique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Seule la polyphonie, et seule une polyphonie très organisée (structurellement, et pas seulement dans sa texture, comme chez Palestrina), peut donner une certaine idée de la réalité, qui est la multiplicité dans l’unité, la réconciliation des contraires, l’unicité de la diversité, la nature nirvanienne du samsara, l’amour qui est le pont entre l’objectif et le subjectif, le bien et le mal, la mort et la vie1.
Lettre à Humphry Osmond, 23 décembre 1955

En même temps qu’une radicalisation de la réflexion musicale2, La paix des profondeurs constitue le point d’aboutissement de la méthode contrapuntique présente en germe dans le huitième chapitre du premier roman. Ultime exploration aussi des ressources musicales, des possibilités offertes par l’univers des formes de la musique, en particulier instrumentale. Jaune de Crome était un rondo, Cercle vicieux jouait avec la forme sonate, Deux ou trois grâces introduisait la notion de variations sur un thème, Contre-point alliait certaines caracté...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search