Version classiqueVersion mobile

Aldous Huxley et la musique

 | 
Jean-Louis Cupers

Deuxième partie. Formes musicales et structure romanesque

Chapitre 4. Fugue et variation : Point Counter Point

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce qui était un jour un gigot de mouton ou des feuilles d’épinard devenait, un autre jour, partie intégrante de la main qui écrivait, du cerveau qui concevait le mouvement lent de la Symphonie Jupiter. Et un autre jour était venu où trente-six années de plaisir, de souffrance, de faim, d’amour, de pensée, de musique, avec d’infinies virtualités, non réalisées, de mélodie et d’harmonie, avaient servi d’engrais pour un coin inconnu d’un cimetière de Vienne, pour qu’elles se transforment en herbe et en pissenlits, qui, à leur tour, s’étaient transformés en moutons, dont les pattes de derrière s’étaient à leur tour transformées en d’autres musiciens, dont le corps, à son tour… Tout cela était évident, mais pour Lord Edward ce fut une révélation. (…) C’est tout comme la musique ; des harmonies, du contrepoint, des modulations. Mais il vous faut de l’entraînement pour l’entendre1 2.

D’une certaine façon, on pourrait dire que trois compositeurs se partagent chez Huxley les œuvres de fiction...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search