Version classiqueVersion mobile

Aldous Huxley et la musique

 | 
Jean-Louis Cupers

Deuxième partie. Formes musicales et structure romanesque

Chapitre 3. L’Arietta de l’opus 111 : Two or Three Graces

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Et puis, tout à coup, la page de musique que j’avais devant les yeux me fournit la réponse sibylline. Da capo. L’hiéroglyphe me renvoyait au commencement du passage que j’avais joué. Da capo. Après tout, c’était évident. Da capo. John Peddley, les enfants, la maison, l’existence vide de quelqu’un qui ne sait pas vivre sans l’aide d’autrui. Puis un nouveau critique musical, un autre moi — introduction au second thème. Puis le second thème, scherzando ; un nouveau Rodney. Ou bien, molto agitato, l’équivalent de Kingham. Et puis, inévitablement, lorsque l’agitation se serait agitée jusqu’au point culminant du silence, da capo de nouveau vers Peddley, la maison, les enfants, le vide de son existence sans aide extérieure.
Le miracle de l’Arietta s’échappait des ondes soulevées sous mes doigts. Ah ! si seulement la musique de nos destinées pouvait lui ressembler !12

La nouvelle Deux ou trois grâces, qui donne son titre au recueil de quatre nouvelles paru un an après le troisième roman, est ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search