Version classiqueVersion mobile

Aldous Huxley et la musique

 | 
Jean-Louis Cupers

Deuxième partie. Formes musicales et structure romanesque

Chapitre 2. La musique de Mozart : Antic Hay

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ils étaient là, dehors, comme des mendiants qui attendent misérablement aux portes de la salle de banquet — debout et tendant l’oreille aux bribes de musique qui leur parvenaient, véritable tentation, du dedans. Un battement de mains qui applaudissent fut l’annonce qu’enfin le premier mouvement était terminé ; on ouvrit les portes. Affamés, ils se ruèrent à l’intérieur. Le quator Sclopis et un alto d’appoint saluaient sur la scène. Les instruments s’accordèrent un instant, puis il y eut un silence préliminaire. Sclopis fit un signe de tête et mit son archet en mouvement. Le miracle du quintette en sol mineur de Mozart se répandit, phrase après phrase, courtes et décisives, avec çà et là un violent accord sforzando, qui vous faisait sursauter dans la violence de son insistance soudaine1 2.

Avec Contrepoint et la longue nouvelle Deux ou trois grâces, le deuxième roman compte parmi les œuvres romanesques de Huxley où la musique joue le rôle le plus éclatant. Rien d’étonnant à cela, en u...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search