Version classiqueVersion mobile

Aldous Huxley et la musique

 | 
Jean-Louis Cupers

Première partie. Dimensions musicales de l'univers huxleyen

Chapitre 3. Les harmoniques de l’écriture

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En le traduisant Mallarmé a transfiguré « The Raven » à peu près comme Beethoven a transfiguré dans ses grandes variations la valse de Diabelli. Les rythmes de l’original, les harmonies assez péniblement populaires (car, c’est étrange, ce grand aristocrate qu’était Poe a souvent exprimé une matière mozartienne ou chopinesque par des mélodies d’orgue de Barbarie) ont été refaits, et le grand poème manqué anglais est devenu le chef d’œuvre français.
Lettre en français d’Aldous Huxley à Paul Valéry, 11 mars 1929
Car, ainsi qu’un son musical évoque tout un nuage d’harmoniques, de même la phrase littéraire s’avance au milieu de ses associations.
Préface française au Meilleur des mondes

De quels moyens l’écrivain dispose-t-il pour exprimer ce monde sonore complexe auquel il prête une attention si aiguë ? C’est ce qu’il nous faut maintenant examiner. Le problème de la représentation littéraire du monde sonore, a fortiori de la musique, vient de ce que le matériau littéraire est son lui aussi. ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search