Version classiqueVersion mobile

Aldous Huxley et la musique

 | 
Jean-Louis Cupers

Première partie. Dimensions musicales de l'univers huxleyen

Chapitre 2. Les séductions du monde sonore ou la quête du silence

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Claire sous les arbres,
Tout doucement la musique coule,
Elle s’en va ondulante de flaque en flaque d’eau quiète
Jusqu’au lac du silence1
A Melody by Scarlatti (Leda)

Le monde sonore d’un écrivain ne se réduit pas à la seule musique. Il est aussi fait des myriades d’impressions sensibles que forment pour lui les sons et les bruits ; sa propre voix, celle de ses proches, celle de ses personnages. C’est aussi le monde des rythmes auquel il associe la magie du matériau sonore qu’il emploie lui-même, les mots du langage. C’est enfin le fond de silence sur lequel il les perçoit. Marina di Vezza2, le troisième roman, est, par-delà la séduction du monde sonore, la quête du silence qui le fonde et le rend possible. Etonnante proximité entre l’œuvre du romancier et celle de l’essayiste ou de l’épistolier, dont viennent témoigner les similitudes entre la vie et l’œuvre de l’écrivain, celle-ci étant le reflet ou l’élaboration mythique de celle-là ! Ainsi la fascination qu’exerçait la voix de l’éc...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search