Version classiqueVersion mobile

Aldous Huxley et la musique

 | 
Jean-Louis Cupers

Préface

Raymond Pouilliart

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les rapports entre les langages de l’art n’ont pas cessé de solliciter l’attention. Diderot se révèle en ce domaine, comme en d’autres, un précurseur. A la « correspondance des arts » Étienne Souriau consacra en 1947 une synthèse, stimulante pour la réflexion et dont les mérites restent grands ; son chapitre sur Musique et littérature offre à nos yeux d’aujourd’hui, outre des qualités patentes, un inconvénient, celui de restreindre le problème à la seule mélodie du vers ou de la prose, mise en relation avec celle des sons. Depuis, l’éclairage que le structuralisme projette sur les formes littéraires a rejoint les anciennes perspectives des théoriciens de la musique et de la « Formenlehre ». Un domaine s’ouvre ainsi dans l’analyse littéraire. Etant fondé sur des principes spécifiques de composition — entendue dans son sens premier d’agencement des éléments —, chaque art mérite un examen attentif, qui mènerait à une science des structures ; qui sait ? à un formalisme général des arts ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search