Version classiqueVersion mobile

Aspects de la foi de l’Islam

 | 
Jacques Berque
, 
Roger Arnaldez
, 
Abdel-Magid Turki
, 
et al.

Avant-propos

Guy Harpigny

Note de l’auteur

Dans la mesure du possible, nous publions le compte rendu de l’échange qui a suivi les exposés. Faute d’enregistrement, ce débat manque pour la conférence du Professeur Arnaldez. Il est également incomplet pour d’autres conférenciers.
Les références au Coran sont indiquées par la lettre C. Pour les livres bibliques les abréviations sont reprises à la Traduction œcuménique de la Bible.

Texte intégral

1L’Islam n’est pas une « matière théologique » facile à cerner. En raison des points de vue adoptés, on transforme son jugement de manière tellement précise qu’on finit par rejeter tous les autres. Il n’est donc pas inutile de se rendre compte des diverses méthodes d’approche utilisées pour « connaître » le phénomène islamique.

  • 1 Depuis la naissance de l’histoire des religions, les études consacrées à l’Islam ne se comptent pl (...)

2On peut envisager l’Islam comme orientaliste, un chercheur qui découvre peu à peu le surgissement de quelque chose de neuf dans la Péninsule Arabique du VIIe siècle venu sous l’impulsion du prophète Muhammad. Grâce au concours de diverses disciplines, l’orientaliste aide à comprendre la nouveauté du phénomène islamique par rapport à un état antérieur appelé Arabie pré-islamique. L’orientaliste peut encore décrire le message, les facteurs de développement, les institutions, l’expansion, l’influence politique, économique, stratégique, culturelle, linguistique de l’Arabie islamisée et des régions progressivement converties à la religion nouvelle1. Le travail de l’orientaliste est nécessaire. Sans lui, on risque, je dirais même, on est certain de mal saisir ce qui fait le cœur de l’Islam : un message prophétique qui exprime une révélation du Dieu unique dans le but de convertir à la foi parfaite l’ensemble de l’univers.

  • 2 Parmi les multiples recherches, je signale : N. DANIEL, Islam and the West. The making of an image(...)

3On peut s’intéresser à l’évolution de l’Islam en tant qu'historien. Celui-ci peut, de l’intérieur même de l’Islam, décrire les différentes facettes de son évolution depuis le VIIe jusqu’au XXe siècle. Il regardera donc l’expansion géographique et les variations de l’inculturation de la foi musulmane. Dans ce cadre, il abordera les conflits qui ont eu lieu entre musulmans et Européens depuis le VIIIe siècle jusqu’à nos jours. Mais l’historien peut encore se situer ailleurs : à l’intérieur même de la pensée européenne. En décrivant les étapes de l’histoire de l’Europe, il rencontrera l’impact de l’Islam à certaines périodes dans des domaines fort variés : les rapports militaires, culturels et religieux. Bien souvent, nous envisageons l’Islam à partir de notre point de vue : nous constatons son influence, positive ou négative, à tel moment de notre histoire, dans tel domaine particulier2.

  • 3 G. HARPIGNY, Réveil de l’Islam ou réveil de l’Europe ?, dans La Foi et le Temps, t. XI, 1981, p. 2 (...)

4On peut être attentif à l’impact actuel de l’Islam dans la vie internationale. Au plan économique, les pays producteurs de pétrole, assimilés aux pays arabes et musulmans, peuvent influencer les décisions prises dans les instances mondiales. La création de l’Etat d’Israël en 1948 et les divisions entre les Etats du Proche-Orient ont provoqué des conflits et des massacres dont on ne voit pas encore la fin. La révolution iranienne, la résistance afghane et la guerre irano-irakienne sont l’objet de nos journaux télévisés. Le rêve libyen en Afrique déstabilise les équilibres créés de manière artificielle lors des différentes phases de la décolonisation de l’Afrique française et britannique au lendemain de la deuxième guerre mondiale. Le Liban, le Tchad et le calvaire des Palestiniens nous rappellent régulièrement que les musulmans ne sont pas tous des émirs qui vivent dans le luxe. Cette année encore, les émeutes de Tunisie et du Maroc nous ouvraient les yeux sur la situation précaire de l’économie des Etats dits modérés de l’Afrique du Nord3.

  • 4 Ch. DECKERS, Présence des Musulmans en Belgique, dans La Foi et le Temps, t. XI, 1981, p. 195-218.

5On peut être sensible à la présence pacifique de l’Islam en Europe occidentale, en Belgique en particulier. Depuis le début des années soixante, des immigrés musulmans en quête de travail sont arrivés par vagues massives. On en compte près de 250.000 dans notre pays. A cette immigration s’ajoute le phénomène des conversions de jeunes et de moins jeunes à la foi muslumane. Comment se fait-il que des personnes vivant dans une ambiance institutionnelle chrétienne puissent préférer la foi musulmane, qu’elles connaissent si mal4 ?

6On peut s’interroger sur l’Islam en tant que philosophe. Au fond, pour l’Islam, qu’est-ce qu’un être humain, en quoi consiste le cosmos, comment fonctionne la raison, le logos, quand surgit un problème ? Comment des philosophes musulmans ont-ils intégré d’autres systèmes de pensée ? Que propose l’Islam face à la modernité, à la technique ? Un vrai musulman a-t-il la possibilité de réfléchir sans faire appel à la révélation, de concevoir un Etat de société « laïque » autonome par rapport à la religion ? La différence sexuée entre les individus n’est-elle pas la source d’une mauvaise compréhension de ce qui fait « l’humanité » des personnes ?

7On peut s’intéresser à l’Islam dans une perspective religieuse, à l’intérieur d’une session théologique. La théologie n’aborde pas tous les problèmes et ne résout pas ceux qu’elle n’atteint pas par sa méthode. Il ne faut donc pas s’attendre à une série d’études propres aux colloques d’orientalistes, d’historiens, de politologues, de démographes, d’économistes, de polémologues, de juristes, de philosophes et de savants d’autres disciplines. En préparant cette session sur l’Islam, l’abbé Daniel Coppieters de Gibson s’est inscrit dans une perspective religieuse. Or, l’Islam a, en tant que religion, une structure originale. Il est fondé sur une révélation, le Coran. Le Coran est un message mais aussi une Loi à laquelle toute l’existence personnelle et toute la vie communautaire font référence. De plus, l’Islam affirme accomplir les révélations antérieures annoncées par Moïse et Jésus. Qu’est-ce que cela signifie ? Que pouvons-nous en penser ? Quels sont les rapports entre la Bible et le Coran, entre la Torah et la Loi coranique ? L’Islam, fondé sur le Coran, a une conception originale de la Tradition. Quelle est-elle ? En quoi nous pose-t-elle question ? L’Islam annonce une révélation, structure l’agir personnel et communautaire et propose une vie spirituelle. Qu’est-ce que la mystique musulmane ? Est-elle le fait de marginaux sans influence ou a-t-elle transformé la vie communautaire ? Lorsque le prophète Muhammad dit, au nom de Dieu, que le monde entier doit devenir musulman, comment saisir la place réservée par l’Islam au christianisme et au judaïsme ?

8Devant autant de questions et d’informations, que penser en tant que chrétien ? Certes, si l’Islam était une religion antique qui n’a presque plus d’adeptes, le théologien chrétien n’aurait guère de difficultés à disserter sur le salut des non-chrétiens. De toute façon, ses adeptes seraient tous morts et, puisque Dieu veut sauver tout le monde, pourquoi encore dire quelque chose là-dessus ? Lorsqu’on sait que l’Islam affirme avoir 800 millions d’adeptes ; lorsqu’on voit des musulmans dans nos villes ; lorsque nos enfants arrivent un jour à la maison pour présenter un futur conjoint musulman, la question d’une religion non-chrétienne se pose autrement.

9Les différentes contributions de cette session nous aideront à voir clair afin de susciter une réflexion chrétienne et un dialogue entre des groupes religieux qui se réfèrent à une Parole de Dieu. Cela suppose un respect de ce que l’autre est et affirme être ; cela permet de déceler des convergences éventuelles ; cela exige aussi de souligner les différences. Avant de faire de grandes déclarations généreuses l’un envers l’autre, il faut se reconnaître en vérité. Lorsque cette reconnaissance mutuelle est accomplie ou en voie de l’être, il est possible d’agir ensemble dans la même direction dans la fidélité à sa foi ou à sa synthèse personnelle.

10Lorsqu’il était venu me voir en juillet 1983 pour me demander une contribution théologique à cette session, l’abbé Daniel Coppieters de Gibson avait encore plein de projets. Son retour à Dieu m’a certes demandé un surcroît de travail afin de mener cette session à son terme. J’espère avoir respecté sa volonté. C’est en tout cas à sa mémoire que je dédie le résultat écrit des « Aspects de la foi de l’Islam ».

Notes

1 Depuis la naissance de l’histoire des religions, les études consacrées à l’Islam ne se comptent plus : biographies du Prophète, présentations du Coran, descriptions de la communauté musulmane.

2 Parmi les multiples recherches, je signale : N. DANIEL, Islam and the West. The making of an image, Edimbourg, 1960 ; IDEM, Islam, Europe and Empire, Edimbourg, 1966 ; Y. MOUBARAC, Recherches sur la pensée chrétienne et l’Islam dans les temps modernes et à l’époque contemporaine, Beyrouth, Publications de l’Université Libanaise, 1977 (Section des Etudes historiques, 22) ; H. DJAÏT, L’Europe et l’Islam, Paris, Seuil, 1978 (Esprit), M. RODINSON, La fascination de l’Islam, Paris, 1980 (Petite Collection Maspero).

3 G. HARPIGNY, Réveil de l’Islam ou réveil de l’Europe ?, dans La Foi et le Temps, t. XI, 1981, p. 219-251 ; B. LEWIS, Préface à G. KEPEL, Le Prophète et le Pharaon. Les mouvements islamistes dans l’Égypte contemporaine, Paris, 1984, p. 7-17 (Armillaire).

4 Ch. DECKERS, Présence des Musulmans en Belgique, dans La Foi et le Temps, t. XI, 1981, p. 195-218.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search