Version classiqueVersion mobile

Ouvertures psychanalytiques

 | 
Jean Florence

IV. Éthique de la psychanalyse

Les enseignements de la psychose*

Les psychanalystes à la question

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est généralement admis que la psychanalyse doit son existence au défi qu’adressait à la médecine l’énigme de l’hystérie. Freud, non sans tâtonnements, édifia un dispositif thérapeutique qui permit aux hystériques d’avoir un accès original aux sources de leurs symptômes du fait que leur parole, recevant un accueil inouï, devenait la voie d’une mutation subjective. Ce serait pourtant se méprendre gravement que de définir l’analyse comme la transcription scientifique du roman névrotique. Dès les premiers étonnements de Freud, encore neurologue mais livré à l’inattendu des rencontres cliniques initiales, à Vienne, à Paris, à Nancy, l’idée de réviser les conceptions de la psychologie de son temps lui fut imposée par les difficultés éprouvées à comprendre et traiter les troubles aphasiques, les psychoses et leurs formes atténuées dans certaines manifestations bizarres de la vie normale : erreurs de la pensée, paraphrasies, lapsus rêves.

En cette fin du XIXeme siècle où la psychiatrie te...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search