Version classiqueVersion mobile

Ouvertures psychanalytiques

 | 
Jean Florence

IV. Éthique de la psychanalyse

L’éthique de la psychanalyse et les psychothérapies*

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font »
Luc, 23.24

Savons-nous ce que nous faisons ? Cette question ne vise-t-elle pas toute action humaine en général ? Nous ne pouvons éluder qu’elle touche une dimension radicale de notre action clinique. Nous y trouvons cette réalité dont Freud a cherché, opiniâtrement, à tirer les dernières et redoutables conséquences, en reconnaissant l’existence, dans notre action, du non-savoir, de l’inconscient. La question est de savoir jusqu’où nous serions pardonnables si, requis par la psychanalyse, nous nous en tenions à la constatation opaque de ce non-savoir au lieu de chercher, à la suite de Freud, à le déchiffrer. Avec Freud dès lors ce non-savoir peut apparaître comme Vautre savoir — ce que Lacan appellerait : savoir de l’Autre. Soutenir l’existence, dans notre action, de l’inconscient, c’est tenir fermement à l’hypothèse de la « psychische Determinierung », le dit « déterminisme psychique »1. Ce qui signifie que l’analyste, devant le non-...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search