Version classiqueVersion mobile

Ouvertures psychanalytiques

 | 
Jean Florence

IV. Éthique de la psychanalyse

La demande thérapeutique

Les premiers entretiens*

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Selon la formation que nous avons reçue, nous avons été introduits à des manières définies de penser, de prévoir, de cadrer, de légitimer notre pratique, qu’elle relève initialement de la médecine, de la psychologie clinique ou de l’aide sociale. Comme telles, ces différentes professions sont régies par des déontologies spécifiques, lesquelles déontologies n’ont par ailleurs, pas le même niveau de reconnaissance officielle.

La psychanalyse, de ce point de vue, est excentrique. Elle est une pratique autonome, que son fondateur a toujours tenu à distinguer de la médecine comme de la pédagogie, alors même que la médecine et la pédagogie se présentent comme les champs privilégiés de son « application ». Il serait utile de relire attentivement, à ce sujet, les précisions que Freud s’efforce de fournir dans son article sur « la Psychanalyse profane » (connu en français sous la traduction « Psychanalyse et médecine ») et dans l’« Epilogue » à cette question, publié peu de temps après.

L’éthi...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search