Version classiqueVersion mobile

Ouvertures psychanalytiques

 | 
Jean Florence

III. Dialogues sur la loi. Avec le juriste

L’instance du surmoi et la pratique psychanalytique*

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Une analyse qui n’a d’autre motif que le bien du sujet provoque le surgissement de la fonction même du surmoi ».
J. LACAN

Prologue

S’il y a un concept qui démoralise, c’est bien celui de surmoi. Ce n’est pas sans quelque hésitation que j’aborde un thème qui, il faut le constater, est assez rébarbatif ! En parlant de surmoi à des amis analystes, j’ai pu retrouver une variété de réactions qui sont un peu celles par lesquelles je suis passé en préparant cette intervention. Evoquez le surmoi et vous verrez se dresser aussitôt un lugubre cortège de figures les plus accablantes. Sur un fond de paysage à la Jérôme Bosch dansent, macabres, la main dans la main, le Grand Inquisiteur, le flic à grosses moustaches, le père vociférant, le Spectre de l’Ancêtre, la Mère Dévorante, le Loup-garou et j’en passe... A défaut d’un tel déluge fantasmagorique que l’on pourrait juger par trop infantile, vous rencontrerez chez d’autres, qui sans doute surveillent davantage leurs propos, un silence embarrass...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search