Version classiqueVersion mobile

Ouvertures psychanalytiques

 | 
Jean Florence

II. À l'école de l'artiste

Le comédien, l’histrion, l’hystérique*

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La contingence toute singulière de la découverte freudienne a déterminé le destin du concept d’identification dans la psychanalyse : on ne peut guère parler d’identification sans parler de l’hystérie. On doit la psychanalyse aux hystériques, certes, mais c’est dans l’exacte mesure où le discours de l’hystérique a pu trouver dans l’hystérie de Freud la résonance de son message. Dans cette rencontre, il y a le temps nécessaire de l’identification : la psychananalyse est née de ce que Freud ne s’en est pas tenu à ce « temps pour comprendre » (temps de l’Ein-fühlung) de l’empathie, de l’amour et de l’hypnose. Il a, par un dispositif symbolique inouï, rendu possible l’émergence du « moment de conclure », c’est-à-dire du moment de couper la complicité muette de la séduction réciproque instituée par le symptôme.

Dès les premières observations cliniques qu’il rapporte à son ami Fliess, Freud relie très précisément l’identification comme mode privilégié de formation des symptômes hystériques ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search