Version classiqueVersion mobile

Ouvertures psychanalytiques

 | 
Jean Florence

II. À l'école de l'artiste

Le théâtre et ses ombres1

Entre Artaud et Brecht

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« La scène n’illustre que l’idée, pas une action effective, dans un hymen (d’où procède le Rêve), vicieux mais sacré, entre e désir et l’accomplissement, la perpétration et son souvenir : ici devançant, là remémorant au futur, au passé, sous une apparence fausse de présent. Tel opère le Mime, dont le jeu se borne à une allusion perpétuelle sans briser la glace : il installe, ainsi, un milieu, pur, de fiction. »
Mallarmé : Mimique, Crayonné au théâtre.

Quelle est la nature du travail psychique exigé ou attendu des séances d’un psychodrame ? A quelle élaboration psychique sont soumis les psycho-dramatisants du fait d’être en groupe, de parler, de jouer ? Les origines théâtrales de la technique psychodramatique peuvent nous fournir quelques indications sur ces questions. Je ferais cependant, d’emblée, une restriction : de même que le théâtre est issu de la liturgie et donc qu’il en est « sorti » (Brecht)1, de même le psychodrame, issu du théâtre spontané, n’est plus du théâtre comme tel....

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search