Version classiqueVersion mobile

Ouvertures psychanalytiques

 | 
Jean Florence

II. À l'école de l'artiste

Théâtre et psychologie*

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le spéculatif, le spéculaire et le spectaculaire.

Il faut en finir avec les chefs-d’œuvre comme il faut en finir avec la psychologie : celle-ci et ceux-là énervent les énergies de la vie, aseptisent la virulence de son danger, étranglent le cri d’insurrection permanente qui devrait monter du véritable Théâtre. Théâtre délirant et communicatif comme la Peste, victorieux et vengeur comme la Mort, terrifiant et horrible comme la Cruauté. Le règne des chefs-d’œuvre1 ou la suprématie du Texte et de la Parole fixée, moribonde, et la psychologie2 qui s’y faufile en s’y figurant, voilà ce qui depuis toujours hante le théâtre occidental et le corrompt, voilà ce qu’il faut détruire.

La vocifération révoltée d’Artaud contre ces effigies glorifiées de la culture occidentale n’est pas le geste d’un insurgé solitaire. Quelque chose s’est mis à bouger dans la pensée — et les invectives proférées à l’endroit de son théâtre traditionnel participent d’un remous qui semble bien l’ébranler partout ailleu...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search