Versione classicaVersione mobile

Ouvertures psychanalytiques

 | 
Jean Florence

II. À l'école de l'artiste

Peindre et dire*

I formati HTML, PDF ed ePub di questo libro sono accessibili agli utenti di biblioteche e istituzioni che lo hanno acquistato come parte dell'offerta OpenEdition Freemium for Books. Il libro può anche essere acquistato sui siti dei librai partner, nei formati PDF ed ePub, se l'editore ha scelto questa distribuzione commerciale. Se l'edizione cartacea è disponibile, i link alle librerie sono proposti in questa pagina.

Estratto del testo

« Crée, artiste et ne parle pas »
Goethe

Pour parler de la peinture, je vais me laisser conduire par le peintre lui-même et prendre mon départ en mimant son propre geste. Et, tout d’abord, comme le peintre, me donner le cadre : qu’est ce que ce cadre ?

Les interrogations qui demeureront dans le fond, comme derrière ce cadre qui s’y découpera, sont les suivantes : qu’est ce que peindre ? Qu’est ce que dire ? Qu’est ce que parler de peinture ? Qu’est-ce qu’interpréter un tableau ? Pour y répondre, mieux vaut laisser là toute psychologie constituée, fréquenter le peintre et chercher ce que le « psychologue » peut apprendre à son école.

1. Le tableau

N’y a-t-il pas, « au commencement » du travail pictural, une sorte de décision, d’arrêt, où la vision soudain suspend son errance : le peintre dans ce moment (peut-être mythique) arrête le flux du temps, cerne l’espace. Il crée un bord à sa vision, un cadre s’y découpe. Ce choix premier, on ne peut savoir d’emblée ce qui l’engendre mais il vient...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1988

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search