Versión clásicaVersión móvil

Ouvertures psychanalytiques

 | 
Jean Florence

II. À l'école de l'artiste

Peindre et dire*

Los formatos HTML, PDF y ePub de este libro son accesibles para los usuarios de las bibliotecas e instituciones que lo han adquirido como parte de la oferta OpenEdition Freemium for Books. El libro también puede adquirirse en los sitios de las librerías asociadas, en formatos PDF y ePub, si el editor ha optado por esta distribución comercial. Si la edición en papel está disponible, en esta página se proponen enlaces a las librerías.

Extracto del texto

« Crée, artiste et ne parle pas »
Goethe

Pour parler de la peinture, je vais me laisser conduire par le peintre lui-même et prendre mon départ en mimant son propre geste. Et, tout d’abord, comme le peintre, me donner le cadre : qu’est ce que ce cadre ?

Les interrogations qui demeureront dans le fond, comme derrière ce cadre qui s’y découpera, sont les suivantes : qu’est ce que peindre ? Qu’est ce que dire ? Qu’est ce que parler de peinture ? Qu’est-ce qu’interpréter un tableau ? Pour y répondre, mieux vaut laisser là toute psychologie constituée, fréquenter le peintre et chercher ce que le « psychologue » peut apprendre à son école.

1. Le tableau

N’y a-t-il pas, « au commencement » du travail pictural, une sorte de décision, d’arrêt, où la vision soudain suspend son errance : le peintre dans ce moment (peut-être mythique) arrête le flux du temps, cerne l’espace. Il crée un bord à sa vision, un cadre s’y découpe. Ce choix premier, on ne peut savoir d’emblée ce qui l’engendre mais il vient...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1988

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search