Desktop versionMobile version

Ouvertures psychanalytiques

 | 
Jean Florence

II. À l'école de l'artiste

Peindre et dire*

The HTML, PDF, ePub formats of this book are available to the users of libraries and institutions subscribing to the OpenEdition Freemium program for Books. The book can also be purchased on the sites of partner bookstores, in PDF and ePub formats, if the publisher has opted for commercial distribution. If a print edition of the book is available, links to bookstores will be displayed on this page.

Excerpt

« Crée, artiste et ne parle pas »
Goethe

Pour parler de la peinture, je vais me laisser conduire par le peintre lui-même et prendre mon départ en mimant son propre geste. Et, tout d’abord, comme le peintre, me donner le cadre : qu’est ce que ce cadre ?

Les interrogations qui demeureront dans le fond, comme derrière ce cadre qui s’y découpera, sont les suivantes : qu’est ce que peindre ? Qu’est ce que dire ? Qu’est ce que parler de peinture ? Qu’est-ce qu’interpréter un tableau ? Pour y répondre, mieux vaut laisser là toute psychologie constituée, fréquenter le peintre et chercher ce que le « psychologue » peut apprendre à son école.

1. Le tableau

N’y a-t-il pas, « au commencement » du travail pictural, une sorte de décision, d’arrêt, où la vision soudain suspend son errance : le peintre dans ce moment (peut-être mythique) arrête le flux du temps, cerne l’espace. Il crée un bord à sa vision, un cadre s’y découpe. Ce choix premier, on ne peut savoir d’emblée ce qui l’engendre mais il vient...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1988

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search