Version classiqueVersion mobile

Ouvertures psychanalytiques

 | 
Jean Florence

II. À l'école de l'artiste

Peindre et dire*

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Crée, artiste et ne parle pas »
Goethe

Pour parler de la peinture, je vais me laisser conduire par le peintre lui-même et prendre mon départ en mimant son propre geste. Et, tout d’abord, comme le peintre, me donner le cadre : qu’est ce que ce cadre ?

Les interrogations qui demeureront dans le fond, comme derrière ce cadre qui s’y découpera, sont les suivantes : qu’est ce que peindre ? Qu’est ce que dire ? Qu’est ce que parler de peinture ? Qu’est-ce qu’interpréter un tableau ? Pour y répondre, mieux vaut laisser là toute psychologie constituée, fréquenter le peintre et chercher ce que le « psychologue » peut apprendre à son école.

1. Le tableau

N’y a-t-il pas, « au commencement » du travail pictural, une sorte de décision, d’arrêt, où la vision soudain suspend son errance : le peintre dans ce moment (peut-être mythique) arrête le flux du temps, cerne l’espace. Il crée un bord à sa vision, un cadre s’y découpe. Ce choix premier, on ne peut savoir d’emblée ce qui l’engendre mais il vient...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search